of 35 /35
solidarité santé et DOSSIERS N° 23 2011 Les soins de suite et de réadaptation en 2008 : patientèle traitée et offre de soins Les soins de suite et de réadaptation (SSR) en hospitalisation complète, en 2008, s’adressent à une patientèle plutôt âgée, majoritairement féminine et prise en charge pour des soins traumatologiques et rhumato-orthopédiques. La durée moyenne de séjour est de 34 jours, mais elle varie en fonction de la morbidité et de la dépendance des patients ; 5 % des séjours durent plus de 3 mois. À l’admission, près de deux patients sur trois sont globalement autonomes. L’offre en soins de suite et de réadaptation est assurée par 1 762 établissements dont près de la moitié appartiennent au secteur public. L’activité du secteur privé est prépondérante dans le sud de la France. Les densités de lits et places en SSR varient selon les régions : notamment le Sud-Est apparaît mieux doté mais les écarts tendent à se réduire depuis 2000. L’activité en SSR représente près de 34 millions de journées en 2008 dont 7 % effectuées en hospitalisation à temps partiel. L’activité en hospitalisation complète représente plus d’un million de séjours. Pour répondre à la demande de soins, le personnel soignant employé est en moyenne de 0,52 par lit ou place pour le personnel infirmier et aide-soignant, et de 0,13 pour le personnel de rééducation ; ces moyennes varient selon la catégorie d’établissement et le type de prise en charge des patients. Dr Fabienne Coquelet et Hélène Valdelièvre DREES

solidarité DOSSIERS santé - solidarites-sante.gouv.frsolidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/article201123-2.pdf · Dépendance forte/complète Dépendance moyenne Dépendance faible

  • Upload
    buithuy

  • View
    219

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of solidarité DOSSIERS santé -...

  • solidaritsantetDOSSIERS

    N 232011

    Les soins de suite et de radaptation en 2008 :patientle traite et offre de soins

    Les soins de suite et de radaptation (SSR) en hospitalisationcomplte, en 2008, sadressent une patientle plutt ge,majoritairement fminine et prise en charge pour des soinstraumatologiques et rhumato-orthopdiques. La dure moyenne desjour est de 34 jours, mais elle varie en fonction de la morbidit etde la dpendance des patients ; 5% des sjours durent plus de3 mois. ladmission, prs de deux patients sur trois sontglobalement autonomes.Loffre en soins de suite et de radaptation est assure par1762 tablissements dont prs de la moiti appartiennent au secteurpublic. Lactivit du secteur priv est prpondrante dans le sud dela France. Les densits de lits et places en SSR varient selon lesrgions : notamment le Sud-Est apparat mieux dot mais les cartstendent se rduire depuis 2000.Lactivit en SSR reprsente prs de 34 millions de journes en 2008dont 7% effectues en hospitalisation temps partiel. Lactivit enhospitalisation complte reprsente plus dun million de sjours.Pour rpondre la demande de soins, le personnel soignant employest en moyenne de 0,52 par lit ou place pour le personnel infirmieret aide-soignant, et de 0,13 pour le personnel de rducation ; cesmoyennes varient selon la catgorie dtablissement et le type deprise en charge des patients.

    Dr Fabienne Coquelet et Hlne ValdelivreDREES

    Tableau 1

    Tableau 1 : volution de la dpendance globale des patients entre la sortie et l'entre en sjour

    SortieAutonomie complteDpendance faibleDpendance moyenneDpendance forte/complteEnsemble

    Entre

    Autonomie complte19.11.80.20.121.1

    Dpendance faible6.034.81.70.242.6

    Dpendance moyenne0.86.516.41.324.9

    Dpendance forte/complte0.10.51.98.811.4

    Ensemble26.043.520.210.3100.0

    Lecture 21,1 % des sjours concernent des patients en autonomie complte leur admission, et 26 % des sjours concernent des patients en autonomie complte leur sortie. 34,8 % des sjours sont des sjours pour lesquels les patients sont en dpendance faible leur admission et leur sortie.

    Champ France entire, sjours 2008 hors patients dcds durant le sjour, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphique 1

    Graphique 1 : Rpartition des sjours en SSR selon la dpendance globale des patients et le statut des tablissements

    En %

    tablissements du secteur publictablissements du secteur priv but non lucratiftablissements du secteur priv lucratifEnsembleEnsemble

    AdmissionSortieAdmissionSortieAdmissionSortieAdmissionSortie

    Autonomie complte16.621.221.125.028.435.121.726.7

    Dpendance faible38.140.545.846.445.744.542.943.7

    Dpendance moyenne29.824.522.918.919.514.524.419.6

    Dpendance forte/complte15.513.810.39.76.55.911.010.0

    Total100.0100.0100.0100.0100.0100.0100.0100.0

    Champ France entire, sjours 2008 hors patients dcds durant le sjour, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphique 2

    Tableau 1 : volution de la dpendance globale des patients entre la sortie et l'entre en sjour

    moins de 34 ansde 35 69 ans70 ans et plusensemble

    globale_admAdmSortieAdmSortieAdmSortieAdmSortie

    Autonomie complte15,46518,00295,014111,21568,94192,091179,420221,308

    Dpendance faible25,15724,154129,166123,765200,915213,474355,237361,394

    Dpendance moyenne10,5129,32139,78430,641151,437122,205201,734162,167

    Dpendance forte/complte11,60111,25814,59912,94165,02058,54491,22182,743

    Total62,73562,735278,563278,563486,314486,314827,612827,612

    4 RHA sans ge

    Donnes pondres (en effectif)

    moins de 34 ansde 35 69 ans70 ans et plusensemble

    AdmSortieAdmSortieAdmSortieAdmSortie

    Autonomie complte24.7%28.7%34.1%39.9%14.2%18.9%21.7%26.7%

    Dpendance faible40.1%38.5%46.4%44.4%41.3%43.9%42.9%43.7%

    Dpendance moyenne16.8%14.9%14.3%11.0%31.1%25.1%24.4%19.6%

    Dpendance forte/complte18.5%17.9%5.2%4.6%13.4%12.0%11.0%10.0%

    Total100%100%100%100%100%100%100%100%

    4 RHA sans ge

    Donnes pondres (en pourcentage)

    Graphique 2 : volution de la part des niveau de dpendance entre l'admission et la sortie du patient, selon l'ge des patients admis en hospitalisation complte de SSR

    En %

    Moins de 34 ans35 69 ans70 ou plusEnsemble

    Autonomie complte4.05.84.85.1

    Dpendance faible-1.6-1.92.60.7

    Dpendance moyenne-1.9-3.3-6.0-4.8

    Dpendance forte/complte-0.5-0.6-1.3-1.0

    Total0.00.00.00.0

    Champ France entire, sjours 2008 hors patients dcds durant le sjour, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphique 3

    Graphqiue 3 : Rpartition des sjours raliss en hospitalisation complte en SSR, selon lge des patients et le statut de ltablissement daccueil

    tablissements du secteur publictablissements du secteur priv but non lucratiftablissements du secteur priv lucratifEnsemble

    Moins de 18 ans4,84024,6893,26532,793

    18 29 ans7,07214,2567,56728,895

    30 39 ans9,86113,31510,15933,334

    40 49 ans19,29325,37120,88765,551

    50 59 ans32,31941,82238,848112,989

    60 69 ans40,91048,18049,537138,628

    70 79 ans94,16876,25481,202251,624

    80 ou plus187,07482,395101,103370,572

    Total395,537326,281312,5681,034,385

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphiques 4 et 5

    Graphiques 4 et 5 : Rpartition des finalits principales de la prise en charge (FPPC) l'admission, en hospitalisation complte en SSR, selon le statut juridique de l'tablissement d'accueil

    En %

    FPPC l'admission selon la CIMCatgorie FPPCtablissements du secteur publictablissements du secteur priv non lucratiftablissements du secteur priv lucratifEnsemble

    Z50Rducation18.017.317.052.3

    Z54Convalescence7.55.27.720.4

    Z51Autres soins mdicaux*9.94.82.817.5

    Z71Conseils et avis mdicaux**0.31.31.53.1

    Z48Soins de contrle chirurgicaux0.71.00.92.6

    ZAIPathologie aigu0.80.30.21.3

    Z09Contrles (hors tumeurs malignes)0.30.20.00.5

    Autres FPPCAutres FPPC0.81.10.32.3

    Total38.431.330.4100.0

    * Radiothrapie, chimiothrapie, transfusions sanguines, soins palliatifs, oxygnothrapie hyperbare.

    ** Dittiques, pour alcoolisme.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphique 6

    Graphique 6 Rpartition des finalits principales de prise en charge (FPPC, hors rducation) l'admission, en hospitalisation complte en SSR, selon l'ge des patients

    En %

    RducationConvalescenceAutres soins mdicaux*Conseils et avis mdicaux**Soins de contrle chirurgicauxPathologie aiguContrles (hors tumeurs malignes)Autres FPPCTotal

    0 15 ans1.30.00.30.30.00.00.00.22.1

    16 34 ans3.80.10.30.40.10.00.00.25.0

    35 49 ans5.50.70.70.80.10.10.00.38.2

    50 69 ans14.83.92.91.30.70.20.10.724.5

    70 79 ans12.75.74.20.30.80.30.10.524.5

    80 ans ou plus14.310.09.10.10.90.70.20.535.7

    Ensemble52.320.417.53.12.61.30.52.3100.0

    * Radiothrapie, chimiothrapie, transfusions sanguines, soins palliatifs, oxygnothrapie hyperbare.

    ** Dittiques, pour alcoolisme.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphique 7

    Graphique 7 : Rpartition des sjours raliss en hospitalisation complte en SSR, selon la catgorie majeure clinique (CMC) du sjour et le statut de l'tablissement

    En %

    CMCCatgorie majeure clinique (CMC)tablissements du secteur publictablissements du secteur priv non lucratiftablissements du secteur priv lucratifEnsemble

    16Rhumato-orthopdique5.37.07.519.8

    11Cardiovasculaire - Respiratoire5.45.35.215.9

    12Neuromusculaire6.84.72.814.4

    17Post-traumatique5.33.44.413.1

    15Viscral3.02.82.98.6

    13Sant mentale3.71.92.17.6

    50Nutritionnels1.01.71.94.7

    14Sensoriel et cutan1.21.31.13.7

    60Autres situations1.80.90.93.6

    40Radaptation/Rinsertion1.80.70.43.0

    20Soins palliatifs1.60.80.52.9

    18Amputations0.30.50.21.0

    30Attente de placement0.50.10.10.6

    80Griatrie aigu0.30.10.10.4

    90Erreurs / sans objet0.30.00.30.6

    99Groupage impossible0.00.00.00.0

    Total38.431.330.4100.0

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphique 8

    Graphique 8 : Morbidit dclare l'admission en hospitalisation complte en SSR, selon le sexe

    En %

    Regroupement SSR (%)HommesFemmesEnsemble

    Maladies du systme osto-articulaire et des muscles6.512.619.1

    Lsions traumatiques 5.511.116.6

    Affection de l'appareil cardio-vasculaire (y compris maladies crbro-vasculaires)6.86.213.0

    Symptmes divers3.65.49.1

    Maladies du systme nerveux4.64.08.7

    Troubles mentaux4.24.38.4

    Affections du systme digestif, mtabolique et endocrinien2.95.18.0

    Tumeurs malignes3.23.66.8

    Affections de l'appareil respiratoire2.32.24.5

    Autres2.53.45.9

    Total42.157.9100.0

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 2

    Tableau 2 - Nombre de sjours en hospitalisation complte en SSR, selon la morbidit dclare l'admission et l'ge des patients

    Regroupement morbidit0 15 ans16 34 ans35 49 ans50 69 ans70 79 ans80 ans ou plusEnsemble

    Maladies du systme osto-articulaire, des muscles et du tissus conjonctif2,8597,92814,17554,10557,30040,721177,090

    Lsions traumatiques, empoisonnements et certaines autres consquences de causes externes1,57510,4829,04224,71334,35073,481153,643

    Affection de l'appareil cardio-vasculaire y compris maladies crbrovasculaires (accidents ischmiques transitoires, syndrome vasculaire au cours de maladies crbrovasculaires)2821,0405,95830,04731,95251,552120,832

    Symptmes, signes et rsultats anormaux d'examens cliniques et de laboratoire, non classs ailleurs1,6812,0324,05713,23318,15344,79983,954

    Maladies du systme nerveux5,5339,36810,38924,39015,81614,94080,436

    Troubles mentaux1,6314,93617,15116,66111,43526,53478,347

    Affections du systme digestif, mtabolique et endocrinien5,5844,3037,51723,60914,20118,90274,116

    Tumeurs malignes3484482,84620,19619,77119,42263,032

    Affections de l'appareil respiratoire1,3066011,4889,79210,83617,40841,431

    Maladies des organes gnito-urinaires1231064012,2533,8666,36213,110

    Affection de la peau et des tissus sous cutans712375381,7061,9603,8488,361

    Maladies infectieuses et parasitaires483248611,3241,5093,2697,334

    Facteurs influant sur l'tat de sant et motifs de recours aux services de sant2941404621,6721,7662,8847,218

    Maladies du sang et des organes hmatopotiques227891416631,1502,8875,157

    Tumeurs bnignes et tumeurs autres et de nature non prcise621074621,2421,2591,5894,721

    Maladies de l'il et de ses annexes, de l'oreille de l'apophyse mastode1921061535598871,7723,670

    Certaines affections dont l'origine se situe dans la priode pinatale, malformations congnitales et anomalies chromosomiques1,0175343004151701152,551

    Non prcis13572884604936851,996

    Grossesse, accouchement et puerpralit2813641154215

    Total22,87542,97476,271227,041226,878331,175927 213*

    * La morbidit est manquante pour 4 sjours.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 3

    Tableau 3 : Dures des sjours complets en fonction de l'ge du patient et de la catgorie majeure clinique (CMC) l'admission en SSR

    Moins de 16 ans16 34 ans35 49 ans50 69 ans70 79 ans80 ans ou plusEnsemble

    Dure moyenne de sjour en jours par CMC

    Poursuite de soins cardio-vasculaires/respiratoires53.730.124.025.828.330.928.8

    Poursuite de soins neuro-musculaires39.952.254.550.143.239.145.2

    Poursuite de soins en sant mentale55.136.833.533.938.139.636.6

    Poursuite de soins sensoriels et cutanes25.037.037.135.834.236.535.6

    Poursuite de soins viscraux42.428.727.928.228.630.329.3

    Poursuite de soins rhumato/orthopdiques33.325.827.928.428.932.429.4

    Poursuite de soins post-traumatiques35.134.442.344.743.244.043.1

    Poursuite de soins amputations27.039.746.852.851.450.350.5

    Soins palliatifs34.1100.839.231.831.429.831.1

    Radaptation/rinsertion31.833.533.535.034.936.135.4

    Poursuite de soins nutritionnels46.432.127.028.330.734.831.9

    Autres situations43.531.630.033.432.533.533.3

    Ensemble41, 837.435.133.533.435.934.8

    Dure mdiane19232625262927

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Graphique 9

    Graphique 9 : Dure moyenne de sjour de quelques types de sjours en SSR selon la dpendance globale enregistre l'admission

    Dpendance globale l'admissionDure moyenne de sjour en SSR pour hmiplgie due un infarctus crbralDure moyenne de sjour en SSR la suite d'une ostosynthse aprs fracture diaphysaire du fmurDure moyenne de sjour en SSR la suite d'une prothse de hanche aprs fracture du col du fmur

    6314230

    7334128

    8344731

    9374835

    10394934

    11415235

    12455036

    13476340

    14525641

    15586442

    16636743

    17635944

    18637243

    19656849

    20666442

    21667242

    22645441

    23694936

    24594035

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 4

    Tableau 4 : tablissements* dveloppant des soins de suite et de radaptation selon le statut et la catgorie d'tablissement

    Nombre d'tablissementsLitsPlacesTotal des capacitsPart de l'hospitalisation temps partiel (%)

    Secteur public85339,1832,07141,2545.0

    Sites d'implantations SSR de centre hospitalier rgional (CHR/CHU)929,53265010,1826.4

    Centres hospitaliers (CH)46322,5121,19723,7095.1

    Hopitaux locaux2666,0781996,2773.2

    Autres (CHS, SIH, MECS)321,061251,0862.3

    Secteur priv but non lucratif47930,3163,43433,75010.2

    tablissements de convalescence et de repos17210,80123111,0322.1

    tablissements de radaptation fonctionnelle15111,7892,73414,52318.8

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime281,113921,2057.6

    tablissements de soins pluridisciplinaires**944,8892895,1785.6

    Autres (CHS, SLD, Pouponnires )331,724881,8124.9

    Secteur priv but lucratif43026,8751,78628,6616.2

    tablissements de convalescence et de repos19112,75919812,9571.5

    tablissements de radaptation fonctionnelle947,9611,2879,24813.9

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime221,753301,7831.7

    tablissements de soins pluridisciplinaires**1063,8062414,0476.0

    Autres (tablissments de soins mdicaux, de soins chirurgicaux, MECS ,,,)18596306264.8

    Ensemble1,76296,3747,291103,6657.0

    * Entits gographiques des tablissements.

    ** tablissements de soins pluridisciplinaires : mdecine, chirurgie ou obsttrique et SSR.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 5

    Tableau 5 : volution des capacits en SSR (lits et places) entre 2000 et 2008

    2000200120022003200420052006200720082009

    Ensemble94,72695,19896,61697,25297,47998,368100,470103,262105,500106,911

    Secteur public39,81440,06039,99940,03840,27040,79742,39442,70642,990

    Secteur priv but non lucratif33,89933,84634,04133,39833,37133,59033,83533,84333,759

    Secteur priv but lucratif21,48522,71023,21224,04324,72726,08327,03328,95130,162

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources DREES SAE - bordereau Q02, traitements DREES.

    Tableau 6

    Tableau 6 : Nombre de lits et places en SSR pour 10 000 habitants selon les rgions entre 2000 et 2008

    RgionPopulation 2000Capacit en 2000 (lits et palces)Densit 2000*Population 2008Capacit en 2008 (lits et places)Densit 2008*

    le-de-France11,019,99114,11612.811,659,26019,15716.4

    Champagne-Ardenne1,342,0071,1988.91,338,0041,44510.8

    Picardie1,862,9382,64914.21,906,6012,87015.1

    Haute-Normandie1,784,5752,14012.01,825,6672,52913.9

    Centre2,450,1213,43314.02,531,5883,83415.1

    Basse-Normandie1,426,9282,07914.61,467,4252,40616.4

    Bourgogne1,612,8182,26014.01,638,5882,82917.3

    Nord-Pas-de-Calais3,997,8644,15810.44,024,4905,89714.7

    Lorraine2,314,9093,56015.42,346,3613,68015.7

    Alsace1,743,9552,73415.71,837,0873,06416.7

    Franche-Comt1,121,5121,51013.51,163,9311,70314.6

    Pays de la Loire3,248,9945,24516.13,510,1705,23014.9

    Bretagne2,927,6125,33718.23,149,7015,25316.7

    Poitou-Charentes1,650,3782,24713.61,752,7082,50914.3

    Aquitaine2,933,2235,28718.03,177,6255,48917.3

    Midi-Pyrnes2,578,2544,69218.22,838,2285,10218.0

    Limousin713,2491,10915.5740,7431,15215.6

    Rhne-Alpes5,688,52410,34018.26,117,22910,16416.6

    Auvergne1,312,2272,32417.71,341,8632,37717.7

    Languedoc-Roussillon2,322,0725,60924.22,581,7185,42721.0

    Provence-Alpes-Cte d'Azur4,541,50811,00424.24,882,91310,84822.2

    Corse264,53961423.2302,96659419.6

    Guadeloupe388,0453478.9401,78461715.4

    Martinique383,57542010.9397,69356114.1

    Guyane162,018342.1219,266984.5

    La Runion716,3142803.9808,2506658.2

    Ensemble60,508,15094,72615.763,961,859105,50016.5

    * La densit est le rapport des capacits 10 000 habitants de la rgion.

    Sources DREES, SAE 2000 2008, INSEE recensement de la population, traitements DREES.

    Tableau 7

    Tableau 7 : Personnel soignant en SSR par catgorie d'tablissement

    Personnel de rducationPersonnel soignant

    Ratio par litRatio par litdont ratio infirmier par lit

    Moyenne1er quartile3e quartileMoyenne1er quartile3e quartileMoyenne1er quartile3e quartile

    Secteur public0.130.030.170.650.520.770.270.200.34

    Sites d'implantations SSR de centre hospitalier rgional (CHR/CHU)0.330.090.300.760.631.000.310.210.34

    Centres hospitaliers (CH)0.120.030.180.660.550.770.270.210.34

    Hopitaux locaux0.080.020.100.600.450.710.240.170.31

    Autres (CHS, SIH, MECS)0.180.040.200.780.530.940.320.220.45

    Secteur public hors CHR/CHU0.120.040.160.640.510.750.270.200.33

    Secteur priv but non lucratif0.160.050.230.450.310.560.210.150.25

    tablissements de convalescence et de repos0.060.030.080.430.330.490.200.160.23

    tablissements de radaptation fonctionnelle0.270.200.350.430.330.550.180.140.24

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime0.180.120.220.190.130.230.110.050.17

    tablissements de soins pluridisciplinaires0.110.040.130.570.440.690.300.200.32

    Autres (CHS, SLD, Pouponnires )0.230.130.330.520.130.900.190.090.26

    Secteur priv but lucratif0.110.040.160.330.250.410.160.120.19

    tablissements de convalescence et de repos0.060.030.080.340.270.390.150.130.18

    tablissements de radaptation fonctionnelle0.190.130.220.320.250.410.150.120.18

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime0.090.050.100.190.150.250.140.120.18

    tablissements de soins pluridisciplinaires0.100.040.140.370.280.500.180.130.24

    Autres (tablissments de soins mdicaux, de soins chirurgicaux, MECS ,,,)0.220.110.300.220.130.250.150.070.20

    Ensemble0.130.040.180.520.340.680.220.150.29

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources DREES SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 8

    Tableau 8 : Rpartition des sjours en SSR selon la catgorie d'tablissement

    Activit en hospitalisation complteActivit en hospitalisation partielleTotal activitPart de l'hospitalisation temps partiel (%)Dure moyenne des sjours en hospitalisation complte (en jours)

    Secteur public395,54271,551467,09415.334.8

    Sites d'implantations SSR de centre hospitalier rgional (CHR/CHU)77,67329,408107,08127.542.3

    Centres hospitaliers (CH)246,87839,662286,54113.832.9

    Hopitaux locaux65,4691,63467,1032.433.3

    Autres (CHS, SIH, MECS)5,5228476,36913.338.0

    Secteur priv but non lucratif326,28294,989421,27122.536.2

    tablissements de convalescence et de repos114,1093,848117,9573.334.9

    tablissements de radaptation fonctionnelle106,83267,554174,38638.738.4

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime9,4882,62612,11421.743.7

    tablissements de soins pluridisciplinaires80,54019,654100,19419.633.1

    Autres (CHS, SLD, Pouponnires )15,3131,30716,6217.942.9

    Secteur priv but lucratif312,56940,688353,25711.533.5

    tablissements de convalescence et de repos150,0346,997157,0314.533.9

    tablissements de radaptation fonctionnelle86,00724,275110,28222.036.1

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime21,41820321,6210.931.2

    tablissements de soins pluridisciplinaires52,4538,94961,40214.626.8

    Autres (tablissments de soins mdicaux, de soins chirurgicaux, MECS ,,,)2,6572652,9229.181.8

    Ensemble1,034,393207,2291,241,62216.734.8

    Note Dure moyenne des sjours termins en 2008 et commencs en 2008 ou antrieurement. La dure est calcule par diffrence entre la date de sortie et celle d'entre indpendamment des jours effectifs de prsence (permissions).

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 9

    Tableau 9 : Rpartition de l'activit en SSR selon la catgorie d'tablissement

    Nombre de journes en hospitalisation complteNombre de journes en hospitalisation partielleNombre de journes totalPart des journes en hospitalisation temps partiel (%)

    Secteur public12,350,026518,83512,868,8614.0

    Sites d'implantations SSR de centre hospitalier rgional (CHR/CHU)2,914,716173,1843,087,9005.6

    Centres hospitaliers (CH)7,288,966325,5117,614,4774.3

    Hopitaux locaux1,983,80813,5511,997,3590.7

    Autres (CHS, SIH, MECS)162,5366,589169,1253.9

    Secteur priv but non lucratif10,233,0641,177,88511,410,94910.3

    tablissements de convalescence et de repos3,542,93925,2253,568,1640.7

    tablissements de radaptation fonctionnelle3,415,170896,3474,311,51720.8

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime354,51015,830370,3404.3

    tablissements de soins pluridisciplinaires2,374,517221,8782,596,3958.5

    Autres (CHS, SLD, Pouponnires )545,92718,605564,5323.3

    Secteur priv but lucratif9,332,676676,48110,009,1576.8

    tablissements de convalescence et de repos4,576,58554,0694,630,6541.2

    tablissements de radaptation fonctionnelle2,746,076499,7223,245,79815.4

    Centres de post cures pour alcooliques et maison de rgime606,3211,286607,6070.2

    tablissements de soins pluridisciplinaires1,222,530117,4901,340,0208.8

    Autres (tablissments de soins mdicaux, de soins chirurgicaux, MECS ,,,)181,1643,914185,0782.1

    Ensemble31,915,7662,373,20134,288,9676.9

    Note L'activit correspond au total des jours de prsence de 2008.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Carte1_donnees

    Carte 1 : Activit en SSR par statut juridique des tablissements en 2008

    Nombre de journes

    Secteur publicSecteur priv non lucratifSecteur priv lucratifTotal rgion

    Ile-de-France2,521,2141,551,6021,622,5395,695,354

    Champagne-Ardenne305,550101,66766,455473,672

    Picardie415,330346,62690,601852,557

    Haute-Normandie348,214250,258212,674811,146

    Centre540,744304,963347,4191,193,126

    Basse-Normandie267,161147,480336,974751,615

    Bourgogne398,317175,132281,247854,696

    Nord-Pas-de-Calais814,8741,689,137376,3642,880,374

    Lorraine480,096592,171114,0081,186,275

    Alsace281,525655,42048,479985,424

    Franche-Comt256,672144,62491,972493,268

    Pays de la Loire834,174656,605143,8921,634,671

    Bretagne766,703751,009193,4631,711,175

    Poitou-Charentes456,392180,483200,429837,304

    Aquitaine483,984508,549746,2681,738,800

    Midi-Pyrnes602,263305,067699,8271,607,156

    Limousin267,66697,14418,426383,236

    Rhne-Alpes1,380,0191,207,201657,3433,244,562

    Auvergne348,373295,38775,655719,415

    Languedoc-Roussillon379,689508,878885,1261,773,693

    Provence-Alpes-Cte d'Azur479,822877,1312,306,8313,663,784

    Corse31,5010196,431227,932

    France mtropolitaine12,660,28111,346,5329,712,42233,719,235

    Champ France mtropolitaine, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Carte2_donnees

    Carte 2 : Densits de capacits (lits et places) en SSR en 2008

    Population des 50 ans ou plusCapacits ( lits et places)Densits*

    Ile-de-France3,474,39618,308527

    Champagne-Ardenne481,4361,445300

    Picardie640,4112,903453

    Haute-Normandie626,9432,540405

    Centre960,1993,855401

    Basse-Normandie558,1742,335418

    Bourgogne655,6202,768422

    Nord-Pas-de-Calais1,292,7765,686440

    Lorraine832,6093,655439

    Alsace618,6613,015487

    Franche-Comt417,2071,664399

    Pays de la Loire1,241,9415,253423

    Bretagne1,174,6515,253447

    Poitou-Charentes708,1152,446345

    Aquitaine1,238,5535,635455

    Midi-Pyrnes1,078,4075,111474

    Limousin320,9411,192371

    Rhne-Alpes2,079,59510,036483

    Auvergne547,4782,267414

    Languedoc-Roussillon1,005,6165,385535

    Provence-Alpes-Cte d'Azur1,878,36010,845577

    Corse121,430589485

    Guadeloupe121,092454375

    Martinique127,002341268

    Guyanne30,45048158

    Runion175,515617352

    Ensemble22,407,578103,646463

    * Densits pour 100 000 personnes de 50 ans ou plus.

    Champ France mtropolitaine et DOM, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources DREES SAE 2008 ; donnes de population INSEE, traitements DREES.

    Tableau 10

    Tableau 10 : Taux rgionaux d'hospitalisation en SSR en 2008 standardiss selon l'ge et le sexe de la population

    Taux d'hospitalisation (brut) en %Rapport du taux d'hospitalisation standardis au taux national

    le-de-France0.070.93

    Champagne-Ardenne0.900.61

    Picardie0.180.77

    Haute-Normandie1.750.80

    Centre1.400.88

    Basse-Normandie1.480.94

    Bourgogne1.470.86

    Nord-Pas-de-Calais0.531.52

    Lorraine0.196.67

    Alsace1.561.16

    Franche-Comt1.230.83

    Pays de la Loire8.381.76

    Bretagne1.530.97

    Poitou-Charentes1.220.32

    Aquitaine1.610.99

    Midi-Pyrnes6.590.93

    Limousin1.100.37

    Rhne-Alpes2.361.07

    Auvergne1.370.80

    Languedoc-Roussillon1.123.75

    Provence-Alpes-Cte d'Azur2.2416.24

    Corse1.550.95

    Guadeloupe1.321.47

    Martinique0.520.12

    Guyane11.620.14

    La Runion1.510.13

    France entire1.451.00

    Mthode de standardisation directe (cf. dfinition, encadr 2).

    Note La rgion Provence-Alpes-Cte d'Azur conserve un cart important par rapport taux d'hospitalisation national aprs prise en compte de la structure d'ge et de sexe de la population, en lien avec l'hospitalisation importante de patients d'autres rgions et en raison de capacits d'accueil importantes.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Carte 3

    Carte 3 : Taux bruts d'hospitalisation en SSR en 2008

    Taux d'hospitalisation bruts

    le-de-France0.011

    Champagne-Ardenne0.009

    Picardie0.013

    Haute-Normandie0.011

    Centre0.014

    Basse-Normandie0.015

    Bourgogne0.015

    Nord-Pas-de-Calais0.022

    Lorraine0.084

    Alsace0.016

    Franche-Comt0.012

    Pays de la Loire0.024

    Bretagne0.015

    Poitou-Charentes0.005

    Aquitaine0.016

    Midi-Pyrnes0.012

    Limousin0.005

    Rhne-Alpes0.015

    Auvergne0.014

    Languedoc-Roussillon0.066

    Provence-Alpes-Cte d'Azur0.116

    Corse0.015

    Champ France mtropolitaine, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Carte 4

    Carte 4 : Taux d'hospitalisation en SSR en 2008 standardiss selon le sexe et l'ge

    Taux d'hospitalisation standardiss*

    le-de-France0.014

    Champagne-Ardenne0.009

    Picardie0.011

    Haute-Normandie0.012

    Centre0.013

    Basse-Normandie0.014

    Bourgogne0.012

    Nord-Pas-de-Calais0.022

    Lorraine0.097

    Alsace0.017

    Franche-Comt0.012

    Pays de la Loire0.025

    Bretagne0.014

    Poitou-Charentes0.005

    Aquitaine0.014

    Midi-Pyrnes0.014

    Limousin0.005

    Rhne-Alpes0.016

    Auvergne0.012

    Languedoc-Roussillon0.054

    Provence-Alpes-Cte d'Azur0.235

    Corse0.014

    * Mthode de standardisation directe.

    Champ France mtropolitaine, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 11

    Tableau 11 : Taux de fuite et taux d'entre en SSR en 2008 selon la rgion d'hospitalisation

    Taux de fuiteTaux d'entreSolde*Densit de capacit**

    Ile-de-France8.97.8-1.1527

    Champagne-Ardenne21.07.6-13.4300

    Picardie29.715.5-14.2453

    Haute-Normandie13.07.3-5.7405

    Centre13.813.0-0.8401

    Basse-Normandie6.812.25.4418

    Bourgogne17.511.5-6.0422

    Nord-Pas de Calais1.79.57.8440

    Lorraine5.56.51.0439

    Alsace5.66.61.0487

    Franche-Comt14.94.5-10.4399

    Pays de la Loire7.25.7-1.5423

    Bretagne3.54.30.8447

    Poitou-Charentes10.210.40.2345

    Aquitaine8.28.90.7455

    Midi-Pyrnes8.89.81.0474

    Limousin12.111.0-1.1371

    Rhne-Alpes5.59.64.1483

    Auvergne19.610.4-9.2414

    Languedoc-Roussillon6.314.88.5535

    Provence-Alpes-Cte d'Azur7.18.91.8577

    Corse18.33.3-15.0485

    Guadeloupe8.30.9-7.4375

    Martinique6.11.9-4.2268

    Guyanne79.90.6-79.3158

    La Runion2.61.5-1.1352

    * Le solde est la diffrence entre le taux d'entre et le taux de fuite.

    ** Les densits rapportent les capacits en lits et places la population des 50 ans ou plus de chaque rgion ; densit pour 100 000 habitants.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 12

    Tableau 12 : Mode d'entre et provenance des sjours en hospitalisation complte en SSR en 2008

    Mode d'entreProvenanceSjours%

    Transfert ou mutation (y . c. mode entre indtermin)Unit de soins de courte dure685,73174.0

    Unit de soins de suite et de radaptation24,6212.7

    Unit de soins de longue dure1,6360.2

    Psychiatrie4,0670.4

    Non renseigne12,8541.4

    AutreDomicile198,04121.4

    Non renseigne2670.03

    Total927,217100.0

    Lecture Sont galement considrs comme provenant du domicile, les patients hbergs en tablissement mdico-social, en hbergement social, en hospitalisation domicile, et en hospitalisation temps partiel.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 13

    Tableau 13 : Modes de sortie et destination des sjours en hospitalisation complte en SSR en 2008

    Mode de sortieDestinationSjours%

    Transfert ou mutationUnit de soins de courte dure111,37912.0

    Unit de soins de suite et de radaptation19,2322.1

    Unit de soins de longue dure21,0272.3

    Psychiatrie1,9250.2

    Non renseigne1,8890.2

    AutreDomicile660,70871.3

    Dcs34,5883.7

    Non renseign76,4698.2

    Total927,217100.0

    Lecture Sont galement considrs comme provenant du domicile, les patients hbergs en tablissement mdico-social, en hbergement social, en hospitalisation domicile, et en hospitalisation temps partiel.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 14 et Cartes 5 et 6

    Tableau 14: Taux d'hospitalisation rgionaux en MCO et SSR pour certaines prises en charge en 2008

    Taux d'hospitalisation* en chirurgie orthopdiqueTaux d'hospitalisation* en poursuites de soins rhumato-orthopdie et post-traumatiques (CMC 16 et 17)

    Ile-de-France63.038.3

    Champagne-Ardenne87.839.8

    Picardie61.844.9

    Haute-Normandie74.335.3

    Centre74.442.0

    Basse-Normandie88.061.2

    Bourgogne102.059.9

    Nord-Pas-de-Calais83.582.5

    Lorraine85.246.4

    Alsace99.751.9

    Franche-Comt80.748.1

    Pays de la Loire85.348.6

    Bretagne86.156.0

    Poitou-Charentes84.049.5

    Aquitaine99.960.7

    Midi-Pyrnes94.069.4

    Limousin106.952.9

    Rhne-Alpes88.559.2

    Auvergne86.948.0

    Languedoc-Roussillon93.479.8

    Provence-Alpes-Cte d'Azur89.466.4

    Corse82.259.6

    Guadeloupe41.623.8

    Martinique89.060.0

    Guyanne14.20.6

    La Runion38.57.5

    France entire81.653.2

    Coefficient de corrlation0.82

    * Taux d'hospitalisation pour 10 000 habitants de la rgion.

    Note Sont retenus les actes en mdecine chirurgie orthopdique susceptibles de donner lieu un sjour en SSR (actes de chirurgie de la hanche, du genou, du fmur, les amputations, les fractures, les entorses, les luxations, les traumatismes complexes, et les pathologies du rachis).

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Pour les cartes 5 et 6

    Carte 5 : Taux d'hospitalisation en MCO en chirurgie orthopdique en 2008

    Carte 6 : Taux d'hospitalisation en SSR pour soins rhumato-orthopdiques et post-traumatiques en 2008

    * Taux d'hospitalisation pour 10 000 habitants de la rgion.

    Champ France mtropolitaine, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Tableau 15

    Tableau 15 : Indices comparatifs standardiss* sur l'ge des catgories majeures cliniques (CMC) en SSR en 2008

    CMC1611121715135014604020183080

    CMC - LibellsRhumato- orthopdieCardio-vasculaire - RespiratoireNeuro-musculairePost-TraumatiqueViscralSant mentaleNutritionnelsSensoriel et cutanAutres situationsRadaptation/ RinsertionSoins palliatifsAmputationsAttente de placementGriatrie aigu

    le-de-France0.91.01.00.91.11.00.91.11.00.80.90.70.80.0

    Champagne-Ardenne0.80.60.80.80.60.80.40.60.61.20.80.91.70.7

    Picardie1.30.91.30.90.81.10.61.11.40.81.02.11.00.8

    Haute-Normandie0.80.70.90.80.91.40.60.70.81.10.90.80.99.2

    Centre0.81.10.80.80.80.91.10.80.81.10.81.01.31.0

    Basse-Normandie1.00.80.80.80.71.00.71.50.81.00.41.11.40.4

    Bourgogne1.00.81.10.90.91.00.60.80.90.80.91.10.50.7

    Nord-Pas-de-Calais1.71.11.71.30.91.60.50.91.41.11.91.91.11.0

    Lorraine0.80.91.00.90.81.31.01.10.91.91.41.12.50.0

    Alsace1.11.31.11.00.91.11.51.21.02.20.91.02.51.5

    Franche-Comt0.91.00.91.10.81.20.70.50.70.90.80.81.41.1

    Pays de la Loire0.90.70.80.91.10.90.41.30.90.71.50.91.00.4

    Bretagne1.00.91.01.01.20.90.41.21.01.11.11.10.71.4

    Aquitaine0.91.21.01.01.00.80.71.50.80.81.11.10.81.1

    Midi-Pyrnes1.11.10.91.21.00.71.40.81.31.20.90.70.60.9

    Limousin0.71.21.01.01.20.70.70.60.90.81.00.90.62.0

    Poitou-Charentes0.71.00.80.91.00.80.50.60.81.21.11.21.31.4

    Rhne-Alpes1.11.21.01.11.11.10.90.81.01.00.80.91.00.0

    Auvergne0.81.00.70.90.90.80.91.10.81.20.90.71.30.4

    Languedoc-Roussillon1.31.01.01.21.00.91.60.80.90.50.80.80.50.8

    Provence-Alpes-Cte d'Azur1.11.31.01.21.20.92.31.01.31.00.90.80.60.7

    Corse1.01.30.91.20.80.75.10.40.90.60.80.80.11.1

    Guadeloupe0.80.61.60.50.62.41.51.12.11.40.21.20.60.5

    Martinique0.90.40.90.60.91.42.75.20.50.30.33.20.07.3

    Guyane0.30.50.50.21.10.50.80.91.70.10.21.60.271.0

    La Runion0.20.30.90.30.31.53.10.40.50.80.41.13.66.8

    France entire1.01.01.01.01.01.01.01.01.01.01.01.01.01.0

    Sjours France entire183,577147,639133,575121,15680,16270,88643,35534,26733,23627,77726,6469,2075,9683,639

    * Standardisation indirecte selon l'ge des patients (rfrence population franaise).

    Note 6 126 sjours ont t classs en erreur.

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.

    Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Carte 7

    Carte 7 : Densit* de masseurs kinsithrapeutes libraux en 2008

    Effectif de masseurs kinsithrapeuthes librauxPopulation 2008 des personnes de 50 ans ou plusDensit*

    Ile-de-France9,2963,474,39626.8

    Champagne-Ardenne701481,43614.6

    Picardie862640,41113.5

    Haute-Normandie829626,94313.2

    Centre1,367960,19914.2

    Basse-Normandie746558,17413.4

    Bourgogne948655,62014.5

    Nord-Pas-de-Calais3,2841,292,77625.4

    Lorraine1,220832,60914.7

    Alsace1,001618,66116.2

    Franche-Comt539417,20712.9

    Pays de la Loire2,3141,241,94118.6

    Bretagne2,6731,174,65122.8

    Poitou-Charentes1,076708,11515.2

    Aquitaine2,9281,238,55323.6

    Midi-Pyrnes2,6821,078,40724.9

    Limousin464320,94114.5

    Rhne-Alpes5,4972,079,59526.4

    Auvergne1,030547,47818.8

    Languedoc-Roussillon2,8871,005,61628.7

    Provence-Alpes-Cte d'Azur5,9561,878,36031.7

    Corse358121,43029.5

    Guadeloupe286121,09223.6

    Martinique265127,00220.9

    Guyane5230,45017.1

    La Runion795175,51545.3

    France entire50,05622,407,57822.3

    * Densit de masseurs kinsithrapeutes libraux pour 10 000 personnes de 50 ans ou plus.

    Sources Rpertoire Adeli 2008, DREES ; donnes de population INSEE, traitements DREES.

    Tlcharger les donnes

  • solidaritsant3LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    Lanne 2008 marque un tournantdans lorganisation des soins desuite, de rducation et deradaptation (SSR) avec lapublication de dcrets relatifs

    aux conditions dimplantation et de fonction-nement de ces activits. Elle a ainsi t retenuecomme anne de rfrence pour dresser un tatdes lieux de loffre et des besoins pour cettediscipline avant que la rforme ne soit effec-tive1. Jusque-l, cette activit tait organise ensoins de suite dune part, et en rducation etradaptation fonctionnelle dautre part, toutesdeux regroupes au sein de la disciplinemoyen sjour. Si ces deux activits de soinstaient encadres par des indices capacitairesspcifiques2 et diffraient dans leur organisa-tion et fonctionnement, leurs missions rele-vaient dune dfinition commune3.Le dcret 2008-377 du 17 avril 2008 runit cessoins en une seule activit de soins de suite etde radaptation ayant pour objet de prvenirou de rduire les consquences fonctionnelles,physiques, cognitives, psychologiques ousociales des dficiences et des limitations decapacit des patients et de promouvoir leurradaptation et leur rinsertion.Cest ltat du patient et le moment de sa priseen charge, qui dterminent les diffrentes mis-sions des SSR: lducation thrapeutique, larducation et laccompagnement la rinser-tion.Cette modalit unique dactivit de SSR peutcependant se dvelopper dans le cadre deprises en charge de diffrents types : polyvalentes ; spcialises dans la prise en charge des cons-quences fonctionnelles de certaines affections(celles de lappareil locomoteur, du systmenerveux, cardiovasculaires, respiratoires, dusys tme digestif-mtabolique-endocrinien,don co-hmatologie, pour les grands brls etles conduites addictives) ou lies au grand ge(personnes ges polypathologies, dpen-dantes ou risque de dpendance) ; destines certaines populations (enfants,adolescents ou adultes).

    Compte tenu de ce nouveau contexte juridiqueet rglementaire, la distinction entre soins desuite et rducation fonctionnelle, encoreeffective dans les recueils exploits, nest doncpas aborde dans cette publication (encadr 1).

    Un champ dactivit trs large des SSR

    La dfinition des SSR par les dcrets 2008-377et 2008-376 ouvre un champ trs large cette acti-vit, lintersection des domaines sanitaire,mdico-social, social et des sphres prives dupatient. La mise en uvre des SSR requiert, danschaque site, des comptences professionnellesvaries et complmentaires permettant dassureren tant que de besoin des soins mdicaux, derducation et de radaptation, de prvention etdducation thrapeutique et un accompagne-ment la rinsertion sociale, familiale, scolaireou professionnelle. La spcialisation des prisesen charge impose, de plus, une bonne lisibilit dudispositif de SSR afin de faciliter la collabora-tion entre les quipes et les tablissements autourdes besoins des patients. La bonne connaissancedes acteurs des diffrents domaines priphriquesaux SSR est indispensable pour permettre la flui-dit des par cours des patients et la constitution defilires de prise en charge actives. Il sagit notam-ment des champs sanitaires (mdecine-chirurgie-obsttrique, hospitalisation domicile, units desoins de longue dure, psychiatrie, mdecine deville, voire autres SSR), mdico-sociaux (tablis-sements, maisons dpar tementales des personneshandicapes, centres locaux dinformation et decoordination), professionnels et scolaires, desservices de soins domicile, des rseaux fami-liaux, associatifs et daidants.Les SSR intervenant classiquement dans leparcours des patients la suite de soinsmdicaux (hospitaliers ou non) ou chirurgi-caux, sont confronts, comme lensemble dusystme de sant, limpact du vieillisse-ment de la population prise en charge. Si leurobjectif est de promouvoir la radaptation etla rinsertion, la prise en charge dune popu-lation vieillissante impose, l aussi, unerflexion sur le rle des SSR dans la prise encharge des personnes ges dpendantes.La bonne mise en uvre des SSR dpenddonc, dune part, de la pertinence de lanalysedes besoins du patient et de son entourage, dela comptence du personnel dans de largesdomaines dintervention, de la bonne connais-sance des partenaires et de protocoles collabo-ratifs performants et, dautre part, duneplanification de loffre de soins sanitaire etmdico-sociale efficace et lisible.

    n n 23 - 2011

    1. Cf. DREES, Le panorama destablissements de sant, dition2010, Collection tudes etStatistiques,http://www.sante.gouv.fr/le-panorama-des-etablissements-de-sante-edition-2010.html ; dition 2011 ( paratre).

    2. Ils sont fixs par larrt du 9dcembre 1988 : 1,8 lit de moyensjour pour 1000 habitants dunergion sanitaire, dont 0,3 0,5 lit deradaptation fonctionnelle.

    3. Article L 6111-2 du Code de santpublique (22 juin 2000 au 23 juillet2009).

  • solidaritsant4 n 23 - 2011 n LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    En outre, trs court terme, avec la mise enplace de la tarification lactivit prvue pour2013, les enjeux financiers pour les tablisse-ments de SSR sont de taille : il sagit de passerdun financement global (dotation globale,prix de journe) un financement prospectifdirectement rattach lactivit en lien avec laprise en charge du patient.

    Une patientle en hospitalisation complteplutt ge et fminine avec des niveaux de dpendance variables

    Une volution favorable de ladpendance au cours du sjourLe degr de dpendance des patients pour laralisation de certaines activits de la vie quo-tidienne est enregistr chaque semaine dans leprogramme de mdicalisation des systmesdinformation (PMSI). La dpendance globaleest calcule en cumulant les niveaux de cota-tion des activits de la vie quotidienne dans lesdomaines physique et cognitif (encadr 2). ladmission, 42,6% des patients sont faible-ment dpendants, 24,9% prsentent unedpendance moyenne et 21,1% une autonomiecomplte. 11,4% des patients ont une dpen-dance forte ou complte (tableau 1). La rpar-tition des patients pris en charge selon leurniveau de dpendance varie avec le statut deltablissement : les tablissements du secteurpublic accueillent plus de la moiti despatients prsentant une dpendance forte ou

    complte (contre 30% pour les tablissementsdu secteur priv but non lucratif et 18% pourceux du secteur priv lucratif) et un peu plusde la moiti des personnes prsentant unedpendance moyenne. Les tablissements pri-vs but non lucratif en accueillent environ30% et les tablissements privs but lucratif25% (graphique 1).Le niveau de dpendance globale volue favora-blement entre ladmission en hospitalisation etla sortie du patient. Ainsi quel que soit le typedtablissement, la part des patients en autono-mie complte est plus leve la sortie qulentre, alors que la part de ceux moyennementdpendants et dans une moindre mesure celledes patients faiblement dpendants diminuent.Cest notamment le cas pour la dpendance phy-sique, lamlioration de la dpendance cognitiverestant modeste. Cette volution favorable duniveau de dpendance pendant lhospitalisationen SSR avait dj t mise en vidence pour lesaccidents vasculaires crbraux (AVC)4.La situation entre ladmission et la sortie despatients de plus de 70 ans en hospitalisationcomplte est marque par une augmentation dela proportion de patients autonomes ou faible-ment dpendants et une diminution paralllede celle de patients moyennement dpendants.Pour les patients plus jeunes, la part de ceux enautonomie complte augmente galement, linverse des patients faiblement ou moyenne-ment dpendants (graphique 2).Les gains dautonomie relatifs lhospitalisationcomplte sont toutefois susceptibles dtre sous-estims pour diffrentes raisons, notamment dufait dun dfaut de rvaluation du niveau dedpendance en cours de sjour, mais aussi enraison de lorganisation des prises en charge. Eneffet, selon les pratiques des soignants ou ltat

    4. Accidents vasculairescrbraux. tat des lieux : apportsdu PMSI MCO et du PMSI SSR,Christine de Peretti, Francis Chin,

    Javier Nicolau, InVS FranceWoimant, SFNV, coordinateur AVC

    ARHIF, hpital Lariboisire Annexe 11, juin 2009.

    g Tableau 1

    volution de la dpendance globale des patientsentre la sortie et lentre en sjour

    Lecture 21,1 % des sjours concernent des patients en autonomie complte leur admission, et 26 % des sjours concernent des patients enautonomie complte leur sortie. 34,8 % des sjours sont des sjours pour lesquels les patients sont en dpendance faible leur admission et leur sortie.Champ France entire, sjours 2008 hors patients dcds durant le sjour, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Sortie Autonomie complte

    Dpendance faible

    Dpendance moyenne

    Dpendance forte/complte

    EnsembleEntreAutonomie complte 19,1 1,8 0,2 0,1 21,1Dpendance faible 6,0 34,8 1,7 0,2 42,6Dpendance moyenne 0,8 6,5 16,4 1,3 24,9Dpendance forte/complte 0,1 0,5 1,9 8,8 11,4Ensemble 26,0 43,5 20,2 10,3 100,0

  • solidaritsant5LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS n n 23 - 2011

    g graphique 1

    Rpartition des sjours en SSR selon la dpendance globale des patients et le statut des tablissements

    Champ France entire, sjours 2008 hors patients dcds durant le sjour, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    17 21 21 25

    28 35

    38

    4146

    46 46

    45

    30 25

    23 19

    20 15

    16 14 10 10 7

    6

    0

    10

    20

    30

    40

    50

    60

    70

    80

    90

    100 %

    Admission

    tablissements du secteur public tablissements du secteur priv but non lucratiftablissements du secteur priv

    but non lucratif

    Sortie Admission Sortie Admission Sortie

    Dpendance forte/complte Dpendance moyenne Dpendance faible Autonomie complte

    g graphique 2

    volution de la part des niveaux de dpendance entre ladmission et la sortie du patient, selon lge des patients admis en hospitalisation complte de SSR

    Champ France entire, sjours 2008 hors patients dcds durant le sjour, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    - 8,0

    - 6,0

    - 4,0

    - 2,0

    0,0

    2,0

    4,0

    6,0

    8,0%

    Autonomie complte Dpendance faible Dpendance moyenne Dpendance forte/complte

    Moins de 34 ans

    35 69 ans

    70 ou plus

  • solidaritsant6 n 23 - 2011 n LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    de sant des patients, certaines prises en chargene seront ralises quen hospitalisation com-plte, alors quailleurs, elles seront suivies dunehospitalisation de jour, induisant dans ce cas unmoindre gain dautonomie pour la premiresquence de la prise en charge.

    Une patientle ge et majoritairement fminine

    58% des patients sont des femmes. Cette rparti-tion est similaire dans les tablissements du sec-teur priv but lucratif et du secteur public (prsde 60% de femmes). Les tablissements du sec-teur priv but non lucratif accueillent enrevanche un peu plus dhommes (45%).

    La moiti des patients pris en charge en SSRont plus de 75 ans, 40% ont entre 40 ans et 75ans et 10% ont moins de 40 ans. Lge moyendes patients pris en charge en SSR est de 68,7ans. Les tablissements du secteur public etceux du priv but lucratif accueillent despatients plus gs (respectivement de 73,4 anset 68,5 ans en moyenne) que ceux du secteurpriv but non lucratif (62,6 ans).Les tablissements du secteur public accueillentla majorit des patients trs gs et notammentla moiti des plus de 80 ans (graphique 3). Lapatientle des tablissements du secteur priv but non lucratif est plus jeune: ces tablisse-ments accueillent 48% de lensemble despatients de moins de 50 ans (contre 26% pour

    g encadr 1

    Les sources en soins de suite et radaptation

    Lactivit en soins de suite et de radaptation (SSR) dcrite ici concerne celle des tablissements de sant autoriss en soins de suite ou de radap-tation, encore dnomme activit de moyen sjour , telle quelle tait dfinie dans le dcret du 26 novembre 2004. Jusquen 2008, elle visait lesgroupes de disciplines sanitaires comme les maladies volution prolonge, la rducation fonctionnelle et la radaptation, la convalescence et lerepos, le rgime, les cures (cf. encadr 2). Depuis le dcret du 17 avril 2008, les conditions techniques de fonctionnement et dimplantation appli-cables lactivit de soins de suite et de radaptation ont volu : on ne distingue plus les soins de suite de ceux de rducation et radaptationmais, dune part, les prises en charge spcialises des consquences fonctionnelles dun certain nombre daffections (appareil locomoteur, systmenerveux, cardiovasculaire) et, dautre part, les prises en charge de populations (enfants, adolescents et personnes ges). La distinction entre soinsde suite et rducation-radaptation nest donc pas aborde dans cette publication.

    Les deux sources exploites Le PMSI-SSR permet de mesurer lactivit des structures exerant une activit en soins de suite et radaptation et de disposer chaque anne, auxniveaux national et rgional, dune description des caractristiques des patients et des prises en charge.

    La Statistique annuelle des tablissements (SAE) de la DREES, permet de dnombrer, de faon quasi exhaustive, les tablissements de soins de suiteet de radaptation et met en regard lactivit de ces tablissements (mesure en entres et journes en hospitalisation complte, venues en hospita-lisation partielle, sances, etc.) et les facteurs de production (lits, places, quipements, personnel) mis en uvre pour produire cette activit.

    Le recueil PMSI-SSRLes tablissements de sant, publics ou privs, ayant une activit en soins de suite ou de radaptation doivent produire des rsums hebdomadairesstandardiss (RHS), assortis de volets identifiant les patients et leurs mouvements, pour tous les patients pris en charge dans des units mdicalesde SSR, en hospitalisation complte, de semaine, de jour et de nuit, ainsi quen traitements et cures ambulatoires. Lactivit en SSR ne fait pour lins-tant pas lobjet dune tarification lactivit.

    Le PMSI (programme de mdicalisation des systmes dinformation) en SSR recueille des informations relatives au patient (sexe, ge, lieu de rsi-dence, morbidit, degr de dpendance) et aux soins raliss (actes mdico-techniques et de rducation-radaptation).

    La morbidit est dtaille grce au recueil des informations suivantes :

    la finalit principale de prise en charge (FPPC) qui dfinit le type de soins dont a principalement bnfici le patient ;

    la manifestation morbide principale (MMP) qui est laltration ou le problme de sant fonctionnel ou organique sur laquelle ou lequel sexerce lac-tion prcdente, et qui a mobilis lessentiel de leffort mdical et soignant ;

    laffection tiologique (AE) est celle qui est lorigine de la MMP ;

    les diagnostics associs significatifs (DAS) qui sont tout problme de sant coexistant avec la morbidit principale ayant donn lieu une priseen charge effective (investigation, traitement) du fait dune affection nouvelle ou prexistante ou du fait de conditions familiales, sociales ou co-nomiques ayant justifi une prise en charge particulire identifiable.

    Exemple : un patient est pris en charge en rducation (FPPC) pour traiter une hmiplgie (MMP) faisant suite un AVC (AE).

    Pour dcrire la morbidit, nous avons reconstitu un pseudo-diagnostic en prenant la manifestation morbide principale comme variable descriptive ou,le cas chant, laffection tiologique (voire la finalit principale de prise en charge si aucune des deux autres nest renseigne).

    La dpendance est recueillie grce aux variables mesurant le degr dautonomie physique et cognitive des patients dans les actions de la vie quoti-dienne (cf. encadr 2).

    Toutes ces informations composent le rsum hebdomadaire standardis (RHS), et font lobjet dun traitement algorithmique permettant de regrouperles RHS en un nombre limit densembles, cohrents sur le plan mdical et sur le plan des ressources mobilises, appels les Groupes homognes dejournes (GHJ). Les 279 GHJ sont rpartis dans les 14 catgories majeures cliniques (CMC) qui correspondent le plus souvent un systme fonctionnel.

    Les algorithmes qui orientent les RHS dans les CMC puis les GHJ examinent dabord la finalit principale de prise en charge, la manifestation morbideprincipale et laffection tiologique, puis lge, le caractre classant de la prise en charge, la morbidit dominante et enfin la dpendance.

  • solidaritsant7LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    ceux du secteur public et du secteur priv butlucratif) et, plus particulirement, ils assurentles soins de suite et de radaptation de 75% delensemble des patients de moins de 15 ans.

    Des prises en chargesprincipalement rducatives pour des soins post-traumatiques et rhumato-orthopdiques

    La finalit principale de prise en charge5

    (FPPC) du sjour, dcrite dans le rsum heb-

    domadaire anonyme (RHA)6 dadmission,concerne majoritairement des soins impliquantune rducation (52%). Viennent ensuite laconvalescence (20%) et les autres soins mdi-caux (18%) radiothrapie, chimiothrapie,transfusion sanguine, soins palliatifs et oxyg-nothrapie hyperbare. Les conseils et avismdicaux (dittiques ou pour alcoolisme) etles soins de contrle chirurgicaux concernentchacun 3% des sjours ladmission (gra-phique 4).Quel que soit le statut juridique de ltablis-sement, les sjours raliss suivent globale-ment cette rpartition, avec une part toujoursprpondrante de sjours motivs par larducation.

    n n 23 - 2011

    5. Ce qui a t fait au patient durantla semaine considre, rducation,convalescence

    6. Le rsum hebdomadaireanonyme est produit la fin dechaque semaine calendaire dusjour dun patient. Il dcrit les joursde prsence du patient, sescaractristiques de morbidit et dedpendance, ainsi que certainsactes mdicaux et activits derducation-radaptation. Le RHAdadmission concerne ltat dupatient tel quil est dcrit au momentde sa prise en charge parltablissement.

    La nomenclature utilise pour le codage des variables de morbidit est la classification internationale des maladies (CIM, version 10) de lOMS, laclassification commune des actes mdico-techniques (CCAM) pour les actes mdico-techniques et le catalogue des activits de rducation-radap-tation (CdARR) pour les actes de rducation-radaptation.

    Les traitements statistiques effectus partir du PMSI-SSR et de la SAEAfin denrichir le recueil PMSI par des donnes dtablissements de SSR sur les facteurs de production associs, il est rapproch des donnes de lastatistique annuelle des tablissements (SAE) ce qui permet de disposer dune base de donnes unique. Les donnes du PMSI-SSR sont galementrapproches de celles de la SAE afin damliorer la couverture du recueil.

    Ainsi, le premier niveau de cohrence vrifi est celui du nombre de structures exerant une activit en soins de suite et de radaptation. En 2008,certains tablissements nont pas fourni un recueil valide, alors quils sont censs le faire : le taux de couverture du PMSI est ainsi estim 96,3%.Pour corriger cette non-rponse, un calage sur lactivit mesure dans la SAE est ralis par strate dtablissements (croisement du statut juridique,du type dtablissement et du dpartement dimplantation). Ce redressement est ncessaire pour permettre la comparaison dune anne sur lautredes niveaux dactivit.

    Le recueil PMSI fournit des indications sur la prsence des patients pour chaque journe de chaque semaine du sjour. En hospitalisation complte,pour lanne considre, le dfaut de renseignement sur des jours de prsence pour certaines squences conduit sous-estimer le volume dactivitde ltablissement : les squences incompltes sont donc corriges et des sjours complets sont reconstitus partir des rsums de chaque semainede prise en charge.

    Au final, les rsultats issus du PMSI sont donc des donnes statistiques, cest--dire pondres, afin de tenir compte de la non-rponse totale et dela non-rponse partielle des tablissements.

    Calcul des journes : les diffrences entre le PMSI et la SAEDes carts peuvent exister entre les deux sources, du fait que la SAE mesure les sjours commencs dans lanne alors que le PMSI-SSR concernetous les sjours pour lesquels au moins une semaine dhospitalisation porte sur lanne considre.

    Dans certains cas, le dcompte des journes diffre notamment sur le jour de sortie de ltablissement dhospitalisation en SSR : dans le cas dutransfert dtablissement dun patient ou dans le cas de la mutation dun patient dans un service diffrent de celui de SSR, le PMSI-SSR compte lejour du transfert ou de cette mutation la fois dans lunit de dpart et dans lunit daccueil, alors que la SAE ne le comptabilise quune fois. Enrevanche, le dcompte est le mme entre le PMSI-SSR et la SAE en cas de mutation de patients au sein du champ SSR dans la mme structure hos-pitalire, en cas de dcs du patient ou de retour du patient domicile.

    Le calcul des sjours selon le PMSI

    Lge et le sexe des patients ont t tudis partir des informations relatives aux sjours raliss en 2008, quils aient dbuts en 2007 ou en2008 ; les caractristiques des sjours sont celles des patients dcrites au rsum hebdomadaire anonyme (RHA) dadmission, soit 995593 sjours.On dnombre 861133 sjours complets.

    En ce qui concerne le classement des sjours dans les catgories majeures cliniques (CMC), le type de prise en charge (lourde ou trs lourde), et lafinalit principale de prise en charge (FPPC) et la morbidit, seuls les sjours dbuts en 2008 (termins ou non durant cette anne-l) ont t pris encompte soit 927217 sjours. Les caractristiques des sjours sont celles des RHA dadmission des patients.

    La dpendance des patients a t tudie partir des sjours dbuts et termins en 2008 (les sjours qui se terminent par le dcs du patient sontexclus).

    Type de sjour Tronqu Effectifs bruts Effectifs pondrsComplet 828847 861133Incomplet Droite 64361 66085Incomplet Gauche 74500 77136Incomplet Gauche et Droite 2359 2473Incomplet Indtermin 25526 27567

    Total des sjours 995593 1034394

    2007 2008

    Complet (C)

    Incomplet tronqu gauche (IG)

    Incomplet tronqu droite et gauche (IDG)

    Incomplet tronqu droite (ID)

    2009

  • solidaritsant8 n 23 - 2011 n LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    Au-del de lactivit de rducation, des spci-ficits se dgagent selon le type dtablisse-ment daccueil (graphique 5) : Les tablissements du secteur public dve-loppent les prises en charge lies la ralisa-tion dautres soins mdicaux tels que laradiothrapie, la chimiothrapie ou les soinspalliatifs, ainsi que la convalescence ; Les finalits principales de prise en chargedes sjours en tablissements du secteur privlucratif relvent surtout de la convalescence ;

    le secteur priv non lucratif dveloppe, parts gales, des prises en charge de conva-lescence et les autres soins mdicaux.

    Les sjours raliss pour avis et conseils (di-ttiques et pour alcoolisme), ainsi que pour dessoins de contrle chirurgicaux, sont quant eux principalement raliss dans les tablisse-ments de sant privs, les tablissements dusecteur public ralisant la majorit des sjourspour pathologie aigu au moment de ladmis-sion (pathologies cardio-circulatoires, respira-toires et symptmes divers).

    g graphique 4

    Rpartition des sjours selon la finalit principale de prise en charge (FPPC) ladmission du patient en hospitalisation complte en SSR

    * Radiothrapie, chimiothrapie, transfusions sanguines, soins palliatifs, oxygnothrapie hyperbare.** Dittiques, pour alcoolisme.Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    52,3

    20,4

    17,5

    3,1 2,6

    1,3 0,5

    2,3

    Rducation

    Convalescence

    Autres soins mdicaux*

    Conseils et avis mdicaux**

    Soins de contrle chirurgicaux

    Pathologie aigu

    Contrles (hors tumeurs malignes)

    Autres FPPC

    g graphique 3

    Rpartition des sjours raliss en hospitalisation complte en SSR, selon lge des patients et le statut de ltablissement daccueil

    Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    0

    20 000

    40 000

    60 000

    80 000

    100 000

    120 000

    140 000

    160 000

    180 000

    200 000

    Moins de 18 ans

    18 29 ans 30 39 ans 40 49 ans 50 59 ans 60 69 ans 70 79 ans 80 ou plus

    tablissements du secteur public

    tablissements du secteur priv but non lucratif

    tablissements du secteur priv lucratif

  • solidaritsant9LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS n n 23 - 2011

    g graphique 5

    Rpartition des finalits principales de prise en charge (FPPC) ladmissionen hospitalisation complte en SSR, selon le statut juridiquede ltablissement daccueil

    * Radiothrapie, chimiothrapie, transfusions sanguines, soins palliatifs, oxygnothrapie hyperbare.** Dittiques, pour alcoolisme.Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    0 5 10 15 20

    Rducation

    Convalescence

    Autres soins mdicaux*

    Conseils et avis mdicaux**

    Soins de contrle chirurgicaux

    Pathologie aigu

    Contrles (hors tumeurs malignes)

    Autres FPPC

    (en pourcentage)

    Fina

    lit

    prin

    cipa

    le d

    e pr

    ise

    en c

    harg

    e (F

    PPC

    ) tablissements du secteur priv lucratif

    tablissements du secteur priv non lucratif

    tablissements du secteur public

    La rducation reste le motif majoritaire deprise en charge ladmission quel que soit lgedes patients. Elle est, plus de 60%, le premiermotif de prise en charge des patients gs demoins de 70 ans (77% pour les patients de 16 34 ans). La convalescence, les autres soins

    mdicaux et les soins de contrles chirurgicauxinterviennent de manire notable autour de50 ans et augmentent avec lavance en ge(graphique 6). Les conseils et avis mdicauxsont surtout dlivrs aux patients gs de 50 69 ans puis ceux, plus jeunes, de 35 49 ans.

    g graphique 6

    Rpartition des finalits principales de prise en charge (FPPC, hors rducation) ladmission en hospitalisation complte en SSR, selon lge des patients

    * Radiothrapie, chimiothrapie, transfusions sanguines, soins palliatifs, oxygnothrapie hyperbare.** Dittiques, pour alcoolisme.Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    0

    2

    4

    6

    8

    10

    de 0 15 ans de 16 34 ans de 35 49 ans de 50 69 ans de 70 79 ans 80 ans ou plus

    Effe

    ctifs

    (en

    pour

    cent

    age)

    Tranches dge

    Convalescence

    Autres soins mdicaux*

    Conseils et avis mdicaux**

    Soins de contrle chirurgicaux

    Pathologie aigu

    Contrles (hors tumeurs malignes)

    Autres FPPC

  • solidaritsant10 n 23 - 2011 n LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    Quel que soit le statut juridique de ltablisse-ment daccueil, huit sjours sur dix sont orien-ts, ladmission, dans lune des six catgoriesmajeures cliniques7 (CMC) de poursuites desoins mdicaux suivantes : rhumato-orthop-diques , cardiovasculaires et respiratoires , neuromusculaires , post-traumatiques ,viscraux et sant mentale (graphique 7).Prs de la moiti des sjours orients en pour-suites de soins mdicaux neuromusculaireset de sant mentale sont raliss par les ta-blissements du secteur public. Les sjoursorients en radaptation/rinsertion , engriatrie aigu, en attente de placementou en soins palliatifs sont galement rali-ss pour plus de la moiti dentre eux dans lesecteur public. linverse, les tablissementsdu secteur priv ralisent les trois quarts dessjours classs en poursuites de soins mdi-caux rhumato-orthopdiques.Les sjours orients dans un groupe homognede journes (GHJ) [sous catgorie des CMC,cf. encadr 2] avec notion de prise en chargeclinique lourde ou trs lourde reprsentent5,3% des rsums hebdomadaires anonymes(RHA) ladmission ; ces sjours sont essen-tiellement raliss dans les structures du sec-

    teur priv but non lucratif (46%) et les ta-blissements du secteur public (34%).

    Des affections lorigine des soins diffrentes pour les hommes et les femmes

    Les affections qui entranent lhospitalisationcomplte en SSR ne sont pas les mmes pourles hommes et les femmes (graphique 8).Pour les hommes, viennent dabord les affec-tions cardiovasculaires, ensuite celles du sys-tme osto-articulaire (arthrose), les lsionstraumatiques, puis les maladies du systmenerveux et les troubles mentaux. Pour lesfemmes, les sjours sont dabord motivs pardes affections du systme osto-articulaire etdes lsions traumatiques, puis par les affec-tions cardiovasculaires.Les sjours lis une pathologie digestive,endocrinienne et mtabolique ou dus dessymptmes divers sont en outre plus frquentspour les femmes.

    7. Qui dcrivent un grand cadre deprise en charge des patients.

    g graphique 7

    Rpartition des sjours raliss en hospitalisation complte en SSR, selon la catgorie majeure clinique (CMC) du sjour et le statut de ltablissement

    Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

    Rhumato - orthopdique

    Cardiovasculaire - Respiratoire

    Neuromusculaire

    Post-traumatique

    Viscral

    Sant mentale

    Nutritionnels

    Sensoriel et cutan

    Autres situations

    Radaptation/Rinsertion

    Soins palliatifs

    Amputations

    Attente de placement

    Griatrie aigu

    Part de sjours (en %)

    Cat

    gor

    ies

    maj

    eure

    s cl

    iniq

    ues

    (CM

    C)

    tablissements du secteur priv lucratif

    tablissements du secteur priv non lucratif

    tablissements du secteur public

  • solidaritsant11LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS n n 23 - 2011

    g graphique 8

    Morbidit dclare ladmission en hospitalisation complte en SSR, selon le sexe

    Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20

    Maladies du systme osto-articulaire et des muscles

    Lsions traumatiques

    Affection de l'appareil cardio-vasculaire (y compris maladies crbrovasculaires)

    Symptmes divers

    Maladies du systme nerveux

    Troubles mentaux

    Affections du systme digestif, mtabolique et endocrinien

    Tumeurs malignes

    Affections de l'appareil respiratoire

    Autres

    en %

    Affe

    ctio

    n ay

    ant m

    otiv

    la

    pris

    e en

    cha

    rge

    rd

    ucat

    ive

    Femmes

    Hommes

    Un sjour sur cinq li latraumatologie chez les jeunesadultes et les 80 ans ou plusLa morbidit des patients admis en soins desuite et de radaptation (encadr 1) est assezhtrogne et varie essentiellement selon lgedes patients (tableau 2).Les sjours des jeunes patients de moins de15 ans sont motivs par des maladies du sys-tme nerveux (paralysies crbrales dans 19%des cas) ou des affections endocriniennes(obsit, 17%, et diabte, 4%) et des troublesmentaux, notamment des troubles du dvelop-pement psychologique, du comportement, etdes troubles motionnels apparaissant danslenfance et ladolescence (7%).Ceux des adolescents et jeunes adultes sontprincipalement lis des lsions traumatiques(21%) et des maladies du systme nerveux(essentiellement des paralysies crbrales dans18% des cas). Lobsit (9%) et les troublesmentaux et du comportement lis la consom-mation dalcool ou de substances psychoac-tives (8%) reprsentent en outre une partimportante de la morbidit pour cette classedge, ainsi que les maladies du systmeosto-articulaire (notamment les lsionsinternes du genou dans 6% des cas).Les pathologies des adultes de 35 49 ansconcernent le plus souvent les troubles men-taux (22%), essentiellement lis la consom-mation dalcool ou de substance psychoactives

    (18%), les maladies du systme osto-articu-laire (19%), notamment des dorsalgies, lesatteintes des disques intervertbraux et autresarthropathies, puis des maladies du systmenerveux, principalement des paralysies cr-brales (10%). Les lsions traumatiques repr-sentent 10% des cas, suivies par les affectionsde lappareil cardiovasculaire (8%), notam-ment les cardiopathies ischmiques (4%), etpar lobsit dans 6% des cas.Entre 50 et 69 ans, dominent les maladies dusystme osto-articulaire (24%), avec notam-ment la gonarthrose et la coxarthrose (arthrosesdu genou et de la hanche). Suivent les affectionscardiovasculaires (notamment les cardiopathiesischmiques dans 6% des cas), les affectionsdu systme nerveux (paralysies crbrales dans8% des cas), les lsions traumatiques (8%) etlobsit (5%).De 70 79 ans, les maladies du systme osto-articulaires prdominent toujours (25% descas) avec, notamment, la gonarthrose et lacoxarthrose. Suivent les affections cardiovas-culaires (14%), notamment celles autres queles cardiopathies ischmiques (7%), les lsionstraumatiques (12%) et les tumeurs malignes(9%). Les symptmes divers commencent apparatre (8%), anomalie de la marche etmalaises ou fatigue.Les sjours des patients de plus de 80 ans sontmotivs par des lsions traumatiques (20%) etpar les affections cardiovasculaires (16%),

  • solidaritsant12 n 23 - 2011 n LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    notamment celles autres que les cardiopathiesischmiques (9%), puis par des symptmesdivers (14%), principalement les anomalies dela dmarche (6%), et par les dmences, y com-pris celle dAlzheimer (5%).

    Des dures de sjours lies la morbidit et la dpendance

    La moiti des sjours durentmoins dun mois

    La dure moyenne de sjour en SSR est de34,8 jours avec 50% de sjours dune dureinfrieure 27 jours, et 95% de moins de 3mois (tableau 3).Les dures de sjours complets sont lies autype de prise en charge et lge du patient.Les dures moyennes les plus leves concer-nent les patients gs de 16 34 ans pris encharge en soins palliatifs (100 jours enmoyenne). Les poursuites de soins neuromus-culaires sont les sjours en moyenne les pluslongs, dune dure dau moins 40 jours quelque soit lge des patients. Pour les soins car-diovasculaires, les soins viscraux et les soinsrhumato-orthopdiques, les prises en chargedes moins de 16 ans sont en moyenne pluslongues que celles des adultes. Pour la duremdiane, leffet ge est plus marqu avec unedure mdiane croissante selon lge pourlensemble des prises en charge, lexceptiondes soins palliatifs.Les dures moyennes refltent les effets croi-ss de lge, de la dpendance ou du type deprise en charge. Si lon isole leffet de ladpendance ( toutes choses gales parailleurs), il apparat qu ladmission unedpendance globale, de moyenne leve,conduit un allongement de la dure de sjourde 22 33% par rapport des patients quasi-ment autonomes (encadr 3). Par ailleurs,lvolution du niveau de dpendance entreladmission et la sortie en SSR apparat gale-ment corrle la dure de sjour, une rcup-ration optimale pouvant, en effet, prendre dutemps. Nanmoins, le niveau dautonomiencessaire la sortie de SSR du patient dpendfortement de la structure daccueil au retour

    (EHPAD, domicile) et de son entourage(famille, aidants). Cependant ces variablesde contexte ne sont pas disponibles dans lesrecueils.Plus rarement, le sjour peut galement se pro-longer dans le cas o le niveau de dpendancese dtriore : il sagit vraisemblablement depatients qui prsentent des complications encours de sjour entranant une prolongation delhospitalisation. Les patients hospitalisspour des prises en charge lourdes ou trslourdes ont aussi des dures de sjours pluslongues. Toutes choses gales par ailleurs, lesfemmes ont, en outre, une dure de sjour pluslongue que les hommes.En termes de statut de ltablissement de SSR,la dure moyenne de sjour apparat lgre-ment suprieure dans le secteur priv but nonlucratif (36,2 jours) que dans le secteur privlucratif (33,5 jours). La dure moyenne desjour dans le secteur public est quant ellequivalente la dure moyenne tous secteursconfondus (34,8 jours). Une fois tenu comptedes diffrences de structure dge, de sexe, dedpendance et de prise en charge, la duremoyenne de sjour est suprieure de 8,5%dans le secteur priv lucratif ou non lucratifpar rapport au secteur public (cart de 8,5% 9,1%) [encadr 3].Dans le PMSI, la variable de dpendancemesure, chaque semaine, le niveau de dpen-dance des patients pour des activits de la viequotidienne, dpendance qui est due lapathologie ayant motiv le sjour en SSR,ventuellement aggrave par une dpendanceprexistante (voire une dcompensation deltat gnral la suite de lvnement). Parexemple, un patient pris en charge en rduca-tion la suite dune fracture du fmur peut, parailleurs, tre atteint de dmence et voir celle-cisaggraver du fait de laccident, et ne plus trecapable dans ce cas deffectuer certains actesde la vie quotidienne, sans quil existe un liendirect avec le handicap physique d la frac-ture. Ces besoins dassistance supplmentairesinfluent galement sur la dure de sjour. Ainsila dure moyenne des sjours pour rducationaprs ostosynthse dune fracture diaphysairedu fmur varie de 41 jours (pour les patientsnayant quasiment pas besoin dassistance endehors du dplacement) plus de 50 jours(pour ceux ayant besoin daide pour au moinsdeux autres activits) [graphique 9].

  • solidaritsant13LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS n n 23 - 2011

    g Tableau 2

    Nombre de sjours en hospitalisation complte en SSR,selon la morbidit dclare ladmission et lge des patients

    *La morbidit est manquante pour 4 sjours.Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Regroupement morbidit 0 15 ans16 34

    ans35 49

    ans50 69

    ans70 79

    ans80 ans ou plus Ensemble

    Maladies du systme osto-articulaire, des muscles et du tissus conjonctif 2 859 7 928 14 175 54 105 57 300 40 721 177 090

    Lsions traumatiques, empoisonnements et certaines autres consquences de causes externes

    1 575 10 482 9 042 24 713 34 350 73 481 153 643

    Affection de lappareil cardio-vasculaire y compris maladies crbrovasculaires (accidents ischmiques transitoires, syndrome vasculaire au cours de maladies crbrovasculaires)

    282 1 040 5 958 30 047 31 952 51 552 120 832

    Symptmes, signes et rsultats anormaux dexamens cliniques et de laboratoire, non classs ailleurs

    1 681 2 032 4 057 13 233 18 153 44 799 83 954

    Maladies du systme nerveux 5 533 9 368 10 389 24 390 15 816 14 940 80 436

    Troubles mentaux 1 631 4 936 17 151 16 661 11 435 26 534 78 347Affections du systme digestif, mtabolique et endocrinien 5 584 4 303 7 517 23 609 14 201 18 902 74 11 6

    Tumeurs malignes 348 448 2 846 20 196 19 771 19 422 63 032

    Affections de lappareil respiratoire 1306 601 1 488 9 792 10 836 17 408 41 431

    Maladies des organes gnito-urinaires 123 106 401 2 253 3 866 6 362 13 11 0

    Affection de la peau et des tissus sous-cutans 71 237 538 1 706 1 960 3 848 8 361

    Maladies infectieuses et parasitaires 48 324 861 1 324 1 509 3 269 7 334Facteurs in fl uant sur ltat de sant et motifs de recours aux services de sant 294 140 462 1 672 1 766 2 884 7 218

    Maladies du sang et des organes hmatopotiques 227 89 141 663 1 150 2 887 5 157

    Tumeurs bnignes et tumeurs autres et de nature non prcise 62 107 462 1 242 1 259 1 589 4 721

    Maladies de lil et de ses annexes, de loreille de lapophyse mastode 192 106 153 559 887 1 772 3 670

    Certaines af fections dont lorigine se situe dans la priode prinatale, malformations congnitales et anomalies chromosomiques

    1 017 534 300 415 170 11 5 2 551

    Non prcis 13 57 288 460 493 685 1 996

    Grossesse, accouchement et puerpralit 28 136 41 1 5 4 215Total 22 875 42 974 76 271 227 041 226 878 331 175 927 213*

    g Tableau 3

    Dures des sjours complets en fonction de lge du patient et de la catgoriemajeure clinique (CMC) ladmission en SSR

    Champ France entire, hors maisons denfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    Moins de 16 ans

    16 34 ans

    35 49 ans

    50 69 ans

    70 79 ans

    80 ans ou plus Ensemble

    Dure moyenne de sjour en jours par CMCPoursuite de soins cardio-vasculaires/respiratoires 53,7 30,1 24,0 25,8 28,3 30,9 28,8Poursuite de soins neuro-musculaires 39,9 52,2 54,5 50,1 43,2 39,1 45,2Poursuite de soins en sant mentale 55,1 36,8 33,5 33,9 38,1 39,6 36,6Poursuite de soins sensoriels et cutans 25,0 37,0 37,1 35,8 34,2 36,5 35,6Poursuite de soins viscraux 42,4 28,7 27,9 28,2 28,6 30,3 29,3Poursuite de soins rhumato/orthopdiques 33,3 25,8 27,9 28,4 28,9 32,4 29,4Poursuite de soins post-traumatiques 35,1 34,4 42,3 44,7 43,2 44,0 43,1Poursuite de soins amputations 27,0 39,7 46,8 52,8 51,4 50,3 50,5Soins palliatifs 34,1 100,8 39,2 31,8 31,4 29,8 31,1Radaptation/rinsertion 31,8 33,5 33,5 35,0 34,9 36,1 35,4Poursuite de soins nutritionnels 46,4 32,1 27,0 28,3 30,7 34,8 31,9Autres situations 43,5 31,6 30,0 33,4 32,5 33,5 33,3Ensemble 41,8 37,4 35,1 33,5 33,4 35,9 34,8Dure mdiane 19 23 26 25 26 29 27

  • solidaritsant14 n 23 - 2011 n LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    g encadr 2

    Dfinitions et indicateurs

    Activit : elle est mesure par le cumul des journes dhospitalisation complte et partielle et par le cumul des sjours.

    Activit en hospitalisation partielle : la part de lactivit en hospitalisation partielle correspond aux jours dhospitalisa-tion partielle rapports lactivit totale.

    Capacits : il sagit des capacits au 31 dcembre 2008.

    Capacits en hospitalisation partielle : la part des capacits consacre lhospitalisation partielle correspond aunombre de places rapportes au nombre total des lits et places.

    Densits de capacits : les capacits de la rgion sont rapportes 100000 personnes de 50 ans ou plus de la rgion.Les capacits des tablissements sous tutelle des assistantes publiques, situs hors de la rgion de leur tutelle, ontt affectes parts gales entre la rgion de tutelle et celle du site dimplantation.

    Dure moyenne de sjour : cest la moyenne des dures des sjours complets, cest--dire ceux commencs et termi-ns dans lanne ainsi que ceux termins dans lanne mais commencs lanne prcdente, voire plusieurs annesauparavant.

    tablissement : cest lentit gographique ou site de production par opposition lentit juridique.

    Jours de prsence dun sjour : ils correspondent aux journes dclares dans les rsums hebdomadaires standardi-ss (RHS).

    Mesure des prises en charge lourdes et trs lourdes : dans chaque catgorie majeure clinique (CMC), certains groupeshomognes de journes (GHJ) sont le reflet de prises en charge lourdes ou trs lourdes. La liste de ces GHJ est dfinieau bulletin officiel 97/5 bis et comprend 52 GHJ sur lensemble des GHJ disponibles en 2008. titre indicatif, 4 GHJparmi les 21 GHJ composant la CMC cardiovasculaires et respiratoires sont des prises en charge lourdes et trslourdes.

    Personnel moyen par lit de ltablissement : il sagit des effectifs en ETP (quivalent temps plein) de personnel soi-gnant, infirmier, ou de rducation par lit.

    Personnel de rducation : il comprend les masseurs kinsithrapeutes, orthophonistes, ergothrapeutes, psychomo-triciens, psychologues, ditticiens, personnels ducatifs.

    Personnel soignant : il comprend les infirmiers et les aides-soignants.

    Ratios par catgorie de personnel : ils correspondent aux moyennes des ratios (personnel rapport au nombre de litspar tablissement). Il sagit de donnes dclares par les tablissements et pour lesquelles il existe une dispersionimportante.

    Sjour : il sagit de sjour/patient. Sa dure correspond au dlai entre la date de sortie et celle dentre indpendam-ment des permissions de sortie infrieures 48 heures qui ninterrompent pas le sjour en SSR. Les sjours sont dcritsselon les caractristiques ladmission du patient, soit celles de la premire semaine dhospitalisation.

    Taux dentre : cest la proportion des sjours des non-rsidents dune rgion pris en charge dans la rgion.

    Taux de fuite : cest la proportion des sjours des rsidents dune rgion pris en charge dans une autre rgion.

    Taux dhospitalisation : il est calcul par le rapport, pour une rgion donne, du nombre de sjours des patients hospi-taliss la population de la rgion.

    Taux dhospitalisation standardis : il permet de comparer les taux dhospitalisation de chaque rgion en tenant comptede lge ou du sexe des patients. Ils sont calculs en affectant aux rgions, la structure par sexe et ge de la Franceentire (mthode de standardisation directe).

    La mesure de la dpendance

    Le niveau de dpendance du patient est valu par rapport aux six variables dactivit de la vie quotidienne (AVQ)que sont lhabillage, la locomotion-dplacement, lalimentation, la continence, le comportement, le relationnel. Chaquevariable est cote selon un gradient allant de lindpendance complte (classe 1) lassistance totale (classe 4) : niveau1 : indpendance complte ; niveau 2 : supervision ou arrangement ; niveau 3 : assistance partielle ; niveau 4 : assis-tance totale.

    La dpendance physique est mesure par les scores des 4 dimensions habillage, dplacement-locomotion, alimenta-tion, continence . Un cumul 4 points implique une autonomie complte, compris entre 5 et 8 points une dpendancefaible, entre 9 et 12 points une dpendance moyenne et entre 13 et 16 points une dpendance forte ou complte.

    La dpendance cognitive est mesure par les scores des dimensions comportement, relation-communication . Ellecumule les scores de 4 dimensions : un cumul 2 points implique une autonomie complte, de 3 ou 4 points une dpen-dance faible, de 5 ou 6 points une dpendance moyenne et de 7 ou 8 points une dpendance forte ou complte.

    Le score de dpendance global cumule les scores des dpendances physiques et cognitives et est regroup en quatreclasses : totalement autonome (score AVQ de 6), faiblement dpendant (de 7 12), moyennement dpendant (de 13 18), fortement ou compltement dpendant (de 19 24).

  • solidaritsant15LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS n n 23 - 2011

    g encadr 3

    Dure moyenne de sjour et ratio de personnel soignant en fonction des caractristiques des patients et de l'tablissementinfluence des caractristiques des patients influence des caractristiques des patients et de ltablissement sur la dure moyenne de sjour et de ltablissement sur les ratios de personnel soignant

    Coeffi cient P-Value Coeffi cient P-valueconstante 3,10

  • solidaritsant16 n 23 - 2011 n LES SOINS DE SUITE ET DE RADAPTATION EN 2008 : PATIENTLE TRAITE ET OFFRE DE SOINS

    g graphique 9

    Dure moyenne de sjour de quelques types de sjours en SSR selon la dpendance globale enregistre l'admission

    Champ France entire, hors maisons d'enfants caractre sanitaire (MECS) temporaires.Sources ATIH, PMSI-SSR 2008, DREES, SAE 2008, traitements DREES.

    25

    30

    35

    40

    45

    50

    55

    60

    65

    70

    75

    6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24

    dur

    e m

    oyen

    ne d

    e s

    jour

    (en

    jour

    s)

    Score de dpendance l'admission

    hmiplgie due un infarctus crbral suite d'ostosynthse aprs fracture diaphysaire du fmur suite de prothse de hanche aprs fracture du col du fmur

    Les sjours de plus de 3 mois un an concernent davantage les patients gs

    Plus de 45000 sjours (5% des sjours complets)ont une dure comprise entre 3 mois et moinsdun an. Dans plus dun cas sur deux ce sont despersonnes gs (de plus de 70 ans), plutt desfemmes (56%), et des patients dpendants. 60%des sjours concernent des poursuites de soinsneuromusculaires, post-traumatiques et en santmentale. Les poursuites de soins neuromuscu-laires sont la principale prise en charge de cespatients hospitaliss durablement (30%), et ce,quel que soit lge, lexclusion des adolescentsqui sont pour un tiers dentre eux pris en chargeen soins nutritionnels.Un peu plus de 40% de ces sjours sont pris encharge dans une structure du secteur public,36% dans le secteur priv but non lucratif et22% dans le priv lucratif.

    Des sjours de plus dun an, peu nombreux et pour des patients plus jeunes

    Plus dun millier de trs longs sjours (cest--dire dune dure suprieure lanne) ont trecenss en 2008 (1321 sjours). Ils sontprincipalement raliss par les tablissements

    du secteur public et les tablissements dusecteur priv non lucratif (respectivement 43%et 45%). Les patients accueillis viennent pourles deux tiers dentre eux (65%) de services desoins de courte dure, le plus souvent dun autretablissement, mais peuvent galement venir deleur domicile (16%) ou dun autre service deSSR (prs de 13%); dans ce cas, il sagit le plussouvent dun service du mme tablissement. la diffrence des autres patients hospitaliss enSSR, ceux dont les sjours sont trs longs, sontplus souvent des hommes (55%) et sont plusjeunes (49 ans en moyenne). Plus de la moitidentre eux (55%) pr