Etiologie de Lerreur phonétique

Embed Size (px)

DESCRIPTION

mthode verbo-tonale, FLE

Text of Etiologie de Lerreur phonétique

  • CHAPITRE 2. POUR UNE TIOLOGIE APPROFONDIE DE L'ERREURPHONTIQUEDu crible phonologique au crible dialectiquePietro Intravaia

    in Raymond Renard , Apprentissage d'une langue trangre/seconde Vol. 2

    De Boeck Suprieur | Pdagogies en dveloppement

    2002pages 217 242

    Article disponible en ligne l'adresse:--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    http://www.cairn.info/apprentissage-d-une-langue-etrangere-seconde-2---page-217.htm--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Pour citer cet article :--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Intravaia Pietro, Chapitre 2. Pour une tiologie approfondie de l'erreur phontique Du crible phonologique au cribledialectique, in Raymond Renard , Apprentissage d'une langue trangre/seconde Vol. 2De Boeck Suprieur Pdagogies en dveloppement , 2002 p. 217-242. --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Distribution lectronique Cairn.info pour De Boeck Suprieur. De Boeck Suprieur. Tous droits rservs pour tous pays.

    La reproduction ou reprsentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorise que dans les limites desconditions gnrales d'utilisation du site ou, le cas chant, des conditions gnrales de la licence souscrite par votretablissement. Toute autre reproduction ou reprsentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manire quece soit, est interdite sauf accord pralable et crit de l'diteur, en dehors des cas prvus par la lgislation en vigueur enFrance. Il est prcis que son stockage dans une base de donnes est galement interdit.

    1 / 1

    Doc

    umen

    t tl

    cha

    rg

    depu

    is ww

    w.ca

    irn.in

    fo -

    Unive

    rsit

    de

    Roue

    n -

    - 20

    1.24

    3.16

    9.20

    1 - 1

    0/11

    /201

    3 00

    h21.

    D

    e Bo

    eck

    Sup

    rieur

    D

    ocument tlcharg depuis www.cairn.info - Universit de Rouen - - 201.243.169.201 - 10/11/2013 00h21. De Boeck Suprieur

  • b\?QM?o??"?\~?~?F?"?c?|??\?|?~\|??c?a|?t"??o"~\??~"?QOOQNP?\?QPV??QSQhrrm?

    LLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL`|?~????F\~Y

    YNNM|\MN\\L~LL\L\L|~LLXVWQWOSPRSXQPL\LQPVMLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL

    LLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLo?|?|?\|?Y

    ??Ab\?QM?o??"?\~?~?F?"A?c?|??\?|?~\|K?o"~\??~"K??QOOQNP??M?QPVLQSQMLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL

    c?"|?b\M??c?a|?t"M?c?a|?t"M?s?~?""???\M

    k\ ~| "\ ~ | \|K \ \ |K F \" ~\ ~|~ ""\ ~F\ ~ K |\ "|"\K ~ |~ ""\ ~ \ || | \ "\M s \ ~| "\K \K ~ \! | K ~ \ \||~ "\\ "| ~ F"~K ~ ~ |\ " \ \ "\ e\|M h "|" |\ ~\ \ ~ ~" "\ ~M

    ?P?N?P

    Doc

    umen

    t tl

    cha

    rg

    depu

    is ww

    w.ca

    irn.in

    fo -

    Unive

    rsit

    de

    Roue

    n -

    - 20

    1.24

    3.16

    9.20

    1 - 1

    0/11

    /201

    3 00

    h21.

    D

    e Bo

    eck

    Sup

    rieur

    D

    ocument tlcharg depuis www.cairn.info - Universit de Rouen - - 201.243.169.201 - 10/11/2013 00h21. De Boeck Suprieur

  • Pour une tiologie approfondiede lerreur phontique

    Du crible phonologiqueau crible dialectique

    Pietro Intravaia

    1 Du crible phonologique au crible dialectique

    2 Implications pdagogiques

    3 Conclusion

    Chapitre

    DE LORALIT,CEST--DIRE

    DES PHONMES

    Doc

    umen

    t tl

    cha

    rg

    depu

    is ww

    w.ca

    irn.in

    fo -

    Unive

    rsit

    de

    Roue

    n -

    - 20

    1.24

    3.16

    9.20

    1 - 1

    0/11

    /201

    3 00

    h21.

    D

    e Bo

    eck

    Sup

    rieur

    D

    ocument tlcharg depuis www.cairn.info - Universit de Rouen - - 201.243.169.201 - 10/11/2013 00h21. De Boeck Suprieur

  • 218 De loralit, cest--dire des phonmes et de leur ralisation

    Les pages qui suivent constituent une synthse des discours que nousvhiculons dans nos stages de sensibilisation la problmatique structuro-globale et verbo-tonale afin de sensibiliser les enseignants la complexit desparamtres qui facilitent ou entravent lappropriation des caractristiquesaudio-phonatoires dune langue trangre ainsi qu la ncessit de fonderune remdiation phontique durable sur des diagnostics dpassant la simplesymptomatologie de surface et intgrant tout le travail phontique dans unepdagogie de la communication.

    Le lecteur nophyte trouvera dans les ouvrages de R. Renard (1979[a et b] ; 1993) une analyse approfondie des fondements thoriques etmthodologiques qui sous-tendent la problmatique cite ci-dessus. Ceux-ciconstituent des prrequis ncessaires pour une meilleure comprhension dece qui va suivre.

    1. DU CRIBLE PHONOLOGIQUE AU CRIBLE DIALECTIQUE

    On voque habituellement le phnomne de soumission au rfrentmaternel pour tablir ltiologie des blocages perceptivo-moteurs que lonrencontre invitablement dans lapprentissage dune langue trangre.

    Les travaux du cercle linguistique de Prague group autour de Trou-betzkoy nous avaient depuis longtemps familiariss lexistence du criblephonologique 1, qui conditionne tous les ressortissants dune communautlinguistique canaliser leurs facults auditives dans le sens des entits abstrai-tes de leur code, les phonmes, dont la distribution psychophonique dter-mine la perception et, partant, la reproduction des caractristiques audio-phonatoires dune autre langue. Lors de lacquisition dune langue trangre,la subordination au crible de la langue maternelle donne naissance des sys-tmes derreurs quasiment identiques pour tous les ressortissants dunemme communaut et appelle des procdures de remdiation similaires.

    Quelques mots dexplication suffiront tablir la validit de la relationperception/reproduction fonde sur le dterminisme phonologique et va-cuer du mme coup (mais est-ce encore ncessaire ?) des mthodes densei-gnement de la phontique comme la mthode articulatoire. Pour ce faire, ilnous faut distinguer phontique et phonologie, passage oblig, si lon veutcomprendre que lapparition des systmes derreurs chez lapprenant relvedune structuration conditionne du cerveau qui filtre la ralit linguistiqueen fonction de la rfrence au systme phonologique maternel, larticulationerrone ntant que la manifestation de cette imprgnation auditive pra-lable.

    1. La thse de la surdit phonologique a t dveloppe pour la premire fois par EvguniPolivanov dans son article La perception des sons dune langue trangre, Travaux du Cerclelinguistique de Prague, 4, 1931.

    Doc

    umen

    t tl

    cha

    rg

    depu

    is ww

    w.ca

    irn.in

    fo -

    Unive

    rsit

    de

    Roue

    n -

    - 20

    1.24

    3.16

    9.20

    1 - 1

    0/11

    /201

    3 00

    h21.

    D

    e Bo

    eck

    Sup

    rieur

    D

    ocument tlcharg depuis www.cairn.info - Universit de Rouen - - 201.243.169.201 - 10/11/2013 00h21. De Boeck Suprieur

  • Pour une tiologie approfondie de lerreur phontique 219

    La varit des ralisations phoniques qui parviennent notre oreilleest infinie. Cette grande diversit tient la fois la variabilit inter- et intra-individuelle. Cependant loreille ne peroit pas toutes ces diffrences phon-tiques. En un mot, elle ne les discrimine pas, car toutes ces diffrences negnent pas la comprhension et ne sont pas perues par les sujets parlants.On est ds lors en droit de se demander pourquoi, malgr toutes ces ra-lisations diversifies, on continue didentifier les voyelles et les consonnes deson interlocuteur avec les siennes propres. Pourquoi reconnaissons-nouscomme pareils le /i/ dune femme et celui dun homme malgr la diffrencede fondamental ; le [k] de qui et le [k] de cou malgr la diffrence de pointdarticulation ? Cest parce que ces sons, tout en prsentant des ralisationsphontiques diffrentes sont quivalents du point du vue phonologique,cest--dire du point de vue de leur fonction linguistique.

    Au dbut, lenfant est physiologiquement capable de discriminer et dereproduire un nombre considrable de stimuli acoustiques mais il ne conservecette facult de discrimination que dans la mesure o elle savre utile. Eneffet, sil nous fallait discriminer un nombre dunits infiniment variable,aucune communication ne serait possible. Tout contact entre les hommessuppose lexistence dun systme compos dun nombre limit de symboleset dun nombre restreint de traits qui les diffrencient les uns des autres. Lesdiffrences constantes entre les units sont une condition ncessaire pourquun tel systme puisse fonctionner comme moyen de communication.

    Nous venons de parler de systme. Tout systme linguistique est rgipar une loi dconomie qui tend rduire au minimum le nombre de symbo-les appels phonmes ncessaires la communication. Pour produire dusens, nous utilisons un nombre limit de phonmes que nous organisons enun systme cohrent et quilibr. Pour ne citer que les exemples les plus vo-cateurs, le franais possde 2 sries de voyelles palatales : les voyelles arron-dies /y/, //, // et non-arrondies /i/, /e/, //. La plupart des langues(italien, espagnol, mandarin, etc.) ne connaissent pas la srie de