of 26/26
Annexe 7 : Requête RGA Commande de données recensement agricole, RA 2000 - Département Loire Contexte et objectif Cette requête se positionne en amont de l'étude de réalisation d' un schéma départemental d 'i rrigation pour le département de la Loire. Cette étude commanditée par le Conseil Général de Loire est réalisée par le groupement ACTeon/CACG. L'objectif final étant une caractérisation des superficies irriguées du département de la Loire, les variables requises sont plus détaillées sur ce point. Les données commandées seraient souhaitées sous forme d'un tableau croisant des d'exploitations et des variables issues du questionnaire d'enquête RA 2000 ou des variables calculées. L'échantillon d'étude est constitué de l'ensemble des exploitations enquêtées dont le siège est situé dans le département Loire (niveau des enquêtes du RGA). Les données attendues sont donc des données départementales par type d'exploitation (combinaison d'OTEX) et par variables. Types d'exploitations Type Libellé Définition A Polyculture [OTEX = 6061 ou 6050 ou 6062] B Céréales [OTEX = 13 ou 14] C Polyculture élevage [OTEX - 4440 ou 81] 0 Viticulture [OTEX = 37 ou 38 ou 6030] E Maraîchage et [OTEX = 28 ou 29 ou 6010 ou 6020] horticulture F Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et maïs fourrage < 10% 1 (Lait> 2/3) Surface Fourragère Principale] G Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et 10% < maïs fourrage < 30% 1 (Lait> 2/3) Surface Fourraqère Principale1 H Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et maïs fourrage > 30% Irrigué 1 (Lait> 2/3) Surface Fourragère Principale] 1 Elevage lait et viande [OTEX = 43 et maïs fourrage < 10% 1 (Lait> 1/10) Surface Fourraqère Principale1 J Elevage lait et viande [OTEX = 43 et 10% < maïs fourrage < 30% 1 {Lait > 1/10) Surface Fourragère Principale] K Elevage lait et viande [OTEX = 43 et maïs fourrage > 30% 1 (Lait> 1110) Surface Fourragère Principale] L Elevage viande (Viande> [OTEX - 42 et maïs fourrage < 10% 2/3) Surface Fourragère Principale] M Elevage viande (Viande> [OTEX = 42 et 10% < maïs fourrage < 30% 2/3) Surface Fourragère Principale] N Elevage viande (Viande> [OTEX = 42 et maïs fourrage > 30% 2/3) Surface Fourragère Principale] 0 Elevage lait + autres [OTEX = 71] Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigati on de la Loire : Rapport de phase 1 AGTeon 1 GAGG - Décembre 2009 286

Contexte et objectif

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Contexte et objectif

Contexte et objectif
Cette requête se positionne en amont de l'étude de réalisation d'un schéma départemental d'irrigation pour le département de la Loire. Cette étude commanditée par le Conseil Général de Loire est réalisée par le groupement ACTeon/CACG. L'objectif final étant une caractérisation des superficies irriguées du département de la Loire, les variables requises sont plus détaillées sur ce point.
Les données commandées seraient souhaitées sous forme d'un tableau croisant des ~ d'exploitations et des variables issues du questionnaire d'enquête RA 2000 ou des variables calculées.
L'échantillon d'étude est constitué de l'ensemble des exploitations enquêtées dont le siège est situé dans le département Loire (niveau des enquêtes du RGA). Les données attendues sont donc des données départementales par type d'exploitation (combinaison d'OTEX) et par variables.
Types d'exploitations
B Céréales [OTEX = 13 ou 14]
C Polyculture élevage [OTEX - 4440 ou 81]
0 Viticulture [OTEX = 37 ou 38 ou 6030]
E Maraîchage et [OTEX = 28 ou 29 ou 6010 ou 6020] horticulture
F Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et maïs fourrage < 10% 1 (Lait> 2/3) Surface Fourragère Principale]
G Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et 10% < maïs fourrage < 30% 1 (Lait> 2/3) Surface Fourraqère Principale1
H Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et maïs fourrage > 30%
Irrigué 1 (Lait> 2/3) Surface Fourragère Principale] 1 Elevage lait et viande [OTEX = 43 et maïs fourrage < 10%
1 (Lait> 1/10) Surface Fourraqère Principale 1 J Elevage lait et viande [OTEX = 43 et 10% < maïs fourrage < 30%
1 {Lait > 1/10) Surface Fourragère Principale] K Elevage lait et viande [OTEX = 43 et maïs fourrage > 30%
1 (Lait> 1110) Surface Fourragère Principale] L Elevage viande (Viande> [OTEX - 42 et maïs fourrage < 10%
2/3) Surface Fourragère Principale] M Elevage viande (Viande> [OTEX = 42 et 10% < maïs fourrage < 30%
2/3) Surface Fourragère Principale] N Elevage viande (Viande> [OTEX = 42 et maïs fourrage > 30%
2/3) Surface Fourragère Principale] 0 Elevage lait + autres [OTEX = 71]
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 AGTeon 1 GAGG - Décembre 2009 286
P Arboriculture et élevage [OTEX = 39 ou 6040 et lait> 1/10] lait
0 Arboriculture spécialisée [OTEX - 39 et Lait <1/10]
R Arboriculture + autres [OTEX = 6040 et Lai\<1 /1 0]
S Volaille [OTEX = 5021 ou 5022 ou 5023]
T Porc [OTEX = 5011 ou 5012 ou 5013 ou 5031]
U Caprin [OTEX = 4430]
W Reste [OTEX = 5032 ou 72 ou 82 ou 90]
A' Polyculture [OTEX = 6061 ou 6050 et 6062]
S' Céréales [OTEX = 13 ou 14]
C' Polyculture élevage [OTEX = 4440 ou 81]
D' Viticulture [OTEX = 37 ou 38 ou 6030]
E' Maraîchage et [OTEX = 28 ou 29 ou 6010 ou 6020] horticulture
F' Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et maïs fourrage < 10% 1 (Lait> 213) Surface Fourragère Principale]
G' Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et 10% < maïs fourrage < 30% 1 (Lait> 213) Surface FourraQère Principale]
H' Elevage lait spécialisé [OTEX = 41 et maïs fourrage > 30% 1 (Lait> 213) Surface Fourragère Principale]
l ' Elevage lait et viande [OTEX = 43 et maïs fourrage < 10% 1 (Lait> 1/10) Surface Fourragère Principale]
J' Elevage lait et viande [OTEX = 43 et 10% < maïs fourrage < 30% (Lait> 1/10) Surface FourraQère Principale]
K' Elevage lait et viande [OTEX = 43 et maïs fourrage > 30% Non (Lait> 1/10) Surface Fourragère Principale]
Irrigué L' Elevage viande (Viande> [OTEX = 42 et maïs fourrage < 10% 213) Surface Fourragère Principale]
M' Elevage viande (Viande> [OTEX = 42 et 10% < maïs fourrage < 30% 213) Surface FourraQère Principale]
N' Elevage viande (Viande> [OTEX = 42 et maïs fourrage > 30% 213) Surface Fourragère Principale]
0 ' Elevage lait + autres [OTEX = 71]
P' Arboriculture et élevage [OTEX = 39 ou 6040 et lait> 1/10] lait
0 ' Arboriculture spécialisée [OTEX = 39 et Lait <111 0]
R' Arboriculture + autres [OTEX = 6040 et Lait <1/10]
S' Volaille [OTEX = 5021 ou 5022 ou 5023]
T' Porc [OTEX = 5011 ou 5012 ou 5013 ou 5031]
U' Caprin [OTEX = 4430]
W ' Reste [OTEX = 5032 ou 72 ou 82 ou 90]
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'i rrigation de la Loire : Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG - Décembre 2009 287
Variable pour chaque type et chaque secteur:
N° Libellé Libellé questionnaires
1 Effectif d'exploitations 2 UTATTOT variable datagreste calculée 3 SAU Superficie Agricole Utilisée
4 Surface irrigable Total superficie irrigable
5 Surface irriguée Total superficie irriguée
L'ensemble de ces variables sera décliné en deux catégories: les exploitations professionnelles les exploitations non professionnelles
Code 1 page Questionnaire
4) 19 (page 4)
Etude d'étaboration du schéma directeur départementat d'irrigation de ta Loire : Rapport de phase t ACT eon 1 CACG - Décembre 2009 288
Annexe 7 : Questionnaires transmis aux structures collectives
f;l~.-- ;. ~-.- Prisldeni Nom delasltUclure
Comml.Wle O.le Atrélé prefedoralASA
Portable Supe<fide1n91èe (hl)
FIX Superftcle lnlgll:il. (/"e)
!!! Onglne de l'eau
Nombre d'Usagm agricoles à l'ongine Nombre d'Us.gm agricoles acluel Typedecultureslriiguées(maïs fourrage, maïs grain,luzeme, .• )
Périodesde fondicnnomenl
Nombre des adhêrerts non~!JicoIes
usag,agricole usage non-1I!JicoIe
2006 :
200!)
2004 :
2008 :
1 2W4:
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 AGTeon 1 GAGG - Décembre 2009
1
289
- - - - -','~ - ,........--- ,-- .' ----:; ry.,.-- - ~---------- -- ---
IDiriiIiMïïi
1·" •• ·&-1 ".' 1
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG Décembre 2009 290
1 ca.. iu •• 'lcnaiiiï_
EDF U option) Débit d'équl pem ent (m3/h)
Débit r6e1 maxl (m3/h) 1------1
HMT (m)
Nomllredepompes 1------1
PIIIssancetotale (KW)
EDF (~ option)
HMT(m) Rendement estimé
EXigences en pression '-------'
1 tiIâëIQ., ......... riiëïiiiëiii ... •
Matériau canalisations ) 3
Unëa!re Règiedlredeialf ..... age
Detypecowerlure intégrale(en% estimé de Iisurface irriguée)
Autres (en % estimé de la surtaceiuiguée)
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG - Décembre 2009 291
1 Pfésidël'if dë rASA
Nom du président, âge, activité professicnlelle, date <rentrée en fonclon
Motivations pOUf as5Umer la fonction
Activitilresponsalilté au sein de la structure
Indemnlés, rembowsemert de frais
Assurance et protectlan juri~e
Moyens mis • dlsposlian (formliion, appui Il IIsii on et s ecrêtarlat, ref ati on Trésor Publie, COI'1Yenlon d'ert,liien stalionhéseau,.soutien jutldqjje. .• )
Moyens m sa dlsposlion (formlii on, appui geslionel secrétartat, refa~on TrisorPubl e, cOI'1Yenlond'erttltien slatlon/réseau, souti en /Urldque ... )
PrédécesSN el SUCC'55N potentiel
Contraintes liées i la fonction : temps cons.a és. comPlüblllt6 avec les autres aetMt6s, compétences requises
Patticlpationà la vie dela structure
Evolutlon passée iii nombre d'edhérerts (chlllres et causes)
Evolutlonfulure envisagée (ev oIutI on de la moyenne d'âge, des reprisas, des ventes, etc...)
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 AGTeon 1 GAGG Décembre 2009 292
1 rOllctIon-.t ... a •• "
Proportion de participants aux réunions (si faibl es raisons invoquées)
Thèmes abordés (budget, teclYlique, bi lans d'activ ité, confits politiques, etc ... )
Conflis structure/anreru (commert sont~'" rég lés ? qui s'en charge ? conséquences surie fonctionnemert? actions en justice ?
Mise en conforml e des statuts et mise àjour du périmètre syndical
Urbanisation : - Demandes de retrait de parcelles du périmètre syndical? Si oui, comtiend'adhéreru, pOU" quell e surface - Des non-adhéreru dont l es parceDes sont traversées pardes canai sations ort-I sdéjà demandé de déplacer cos canalisations pour permettre une uti lisation en terrain à bâtir ? Si oui, combien ? - Trouvez-vous que ces demandes mettent en péril l'avenirde volre structure ?
Objet de l 'ASA (d éfi ni dans les statuts)
Existence d'un reglemertde service (sur quels points? pourquoi a t-il été mis en place?)
Organisation du partage de l'eau (police de l'eau interne, présence de tours d'eau et efficacité)
Condl ions du retrait (prévues dans les statuts , adaptations partiOJlières, problèmes rencontrés)?
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de ta Loire: Rapport de phase 1 ACTeon 1 CACG - Décembre 2009 293
1 C •• 1Ion
Existence de plusieurs tarifs (usages agricole et non-agria>le
Tarifications et dates de facturations :
Primefixe : (à l'ha faduré, ou au débit sousClil)
Redevance de fonctiomemerUoonsommalon, (à l'ha facturé ou au m3faduré),
Dans ces coülsdefonctiorremerl, proportions des posles(en %) :
• entretien, rèpll/lllion
- gestion et dÎVers
Problémes de recouvremert et mesures prises (rat.1I eu des pOUtsuies pOUt Impayés)
Fond de rouiemert, PrCl\lislon pour renouvelemert de malêrlel, Provision pour Impayés
Impayés
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 AGTean 1 GAGG - Décembre 2009 294
Annexe 8 : Caractérisation du parc de retenues du département de la Loire
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 ACTeon 1 CACG - Décembre 2009 295
Annexe 9 : Livraison de lait de vache à l'industrie par région en France
4718424 4664 206 -1,1% 3300232 3222499 -2,4% 2476762 2448884 -1,1%
Rhône-Alpes 1432944 1408834 -1,7% 1220461 1201951 -1,5% 1202063 1162789 -3,3% 1089563 1082338 -0,7% 1079403 1059716 -1,8% 915791 888636 -3,0% 883070 860 154 -2,6% 808120 786317 -2,7% 730106 691192 -5,3% 704 237 674898 -4,2% 671 020 645402 -3,8% 467329 449067 -3,9% 371443 357652 -3,7% 280550 277173 -1,2% 183700 181366 -1,3% 90662 90543 -0,1% 44327 44135 -0,4% 31845 31173 -2,1%
Total France 22702053 22228925 -2,1% Source: Agreste Enquête Annuelle Laitière
Elude d'élaboral ion du schéma direcleur départemenlal d'irngal ion de la Loire: Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG Décembre 2009 296
Annexe 10:
Le découpage départemental en entités physiques cohérente du SAGE Etude du bureau CESAME
N
A
Entités phYSÎlues cohérentes
Figure 114 : Carte des entités physiques cohérentes
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d 'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 ACTeon 1 CACG Décembre 2009 297
Tableau 11 : Description des entités physiques cohérentes
Entilés H)"dJ()plosi< lbpopplUe Pricipitations
Hydrolosie aonuelks
EPC_ la -. AlI..- ........ do Alluvions récenles de la Loire - < 500 ID, pentes QMNA51rès fai>Ie
la Loft • nappr alluviale puissante laa>I<s < 700 mm
EPC _lb. __ ftœIo ... des Alluvions récentes . nappe < 500 m, pentes QMNA5 faible à Irès priDdpau _ .. dola
aUuviaIe laa>I<s < 700 mm
fai>Ie ~ .. m.""""
AUuvions anciennes et.bu QMNA51rès fai>Ie
Placa&< sur d<pôu .ertiIir<s ; < SOOm, peotes EPC_2. _ du Forez &1.
aquilèm sou"""" laa>I<s < 800 mm (0.- plain<) à
disconlinus, nappes aIhMaJes moyen (Ou ... pbin<)
EPC _3 • _ du Forez Ouesc .. Dép6Is.ertiaires ; ~ < 500 m, pen ... < 800 mm
QMNA5moyen bauia 1toonaiI. di.scontiuus et peu ptÙI$aOta faibles (0.- pIain<)
HPC _4 • _ lIépUaois • Bossin bouiUor - r.u oquiJà< < 700 m, protes <800 mm QMNA5&ih1t
- Nappe dam mine faiblesllorœs
EPC_5aI. Nmoo .. desMoa .. < 700 m, pentes < 900 mm QMNA5 Irès fai>Ie
du l.yoDnois. faibles à mOl'".'''
liPC _512 • _ •• du ll<aujolaio < 700 m, pentes < 900 mm QMNA5 faible
.. du Forez - Seuil do N...u.. • faibles à ...".."...
liPC _5b • Juu .. Moa .. ch Forez 700 à :::: 1000 on, QMNA5 fai>Ie Ilrès
Sud. pentes 1DO)'tIlDeI à < 900 mm faibI.
Iorœs
liPC _x . __ des Mooll du Gnoilt, rochts 700 à :::: 1000 on, 90011100
J..rouail d d. B jDlail. QMNA5&ih1t crimllopbytlimnts, .m. penleslaibles 1 foo .. mm
EPC _5<1. _la midIaaa des - 700 1900 on, pt.'" 700 àlOOO QMNA5 moyen à MOII .. du Fol<> .. du PlIaI. moyennes. brtes mm éltoé
liPC _x. PIaI ... des s.u... 700 1900 m, ptn ... 900 i 1200 QMNA5 éltoé Ilrès N_. faibles à ...".."... mm él ...
EPC_5f. PIaI .... ch PilaI. 900 i 1100 m, pentes 850 i 1100 QMNA5 a.,;;
laibIes 1 moyen ... mm
EPC _51 • Soaua ... des M .... du > 900 m, penles > 1000 mm
QMNA5éi.,;;ilrès Forez .. du ...... laiblesilorœs a.,;;
Source : Etude de la ressource en eau quantitative - CLE SAGE LOIRE EN RHONE-ALPES - CESAME - 2008
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG - Décembre 2009 298
Tableau 562 : Correspondance entre les entités physiques cohérentes et les bassins versants
Source : Etude dela ressource en eau quantnative - CLE SAGE LOIRE EN RHONE-ALPES - CESAME - 2008
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG - Décembre 2009 299
Annexe 13:
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 AGTeon 1 GAGG Décembre 2009
300
Annexe 14:
Tableau 58 : Schéma de la structure du modèle départemental de l'économie de l 'agriculture Irriguée :
SYSTEME DE PRODUCTION AGRICOLE IRRIGUE 1
QUlPEMENrMERΠ~1lON
CUL lI.RE • tIVEAIJ ~'TION
/ ! cOOlbtn de W'f8C8
Ressource coleclMl
,,,""'- KlICATaItS DE V. INOICATRRS ECOHOYOUES Eau lOtf8fl'aine
...,.,...,.", """'"" ..... ~"A MARGE BRUTE lM aL TURES IRR1GLeES c_ C*6aIes T dl g.n .... ..... LlITlÎISIIons FOUTagM Td8MS PRO( DE REVENT mIrgIM de l \F lotJTaga am. ~
....... """" "" / PRO( DE REVENT nwpI'W des PROOUTS -""HALD<.
"'. """" "" COll de Jonc:t/oI'fI«n ôt fWngellon én8fgIe,.m.aen COll c~ Dt..RA8l..E de 1'im0000on (y COIllIfiS lM coIls fixes l
IPAIl(~s 1 VALElR STRATEGO...e DE L 'EAU ~AT'()N VAL~ A.:KiiTËÈ DES ACTMTES RRIGl.EES
D D .. ® ~ c:_~_C_T_~oo_U_:_S._~_:_~_R_IT_:_:_'A_:_:_A_BlE_...J pcunrrigllion en l'r'PES D'ACCES
RépertI~on des 8lIpIoiUmons par Clesse (!Ille l','IXltVa
L-__ C_~_S_S_ES_D_E_~_TY_P_O_L_OG_'E_D_E_S_E_X_P_L_O_'T_A_T_'ON_S _____ ~I -- D
FILIERES DE PRODUCTION
il AGREGATION DES INDICATEURS AU NIVEAU DES SECTEURS ET DU DEPARTEMENT
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG Décembre 2009
Annexe 15:
Tableau 59 : Liste des postes de données météorologiques
Sec:l8ur Commune I8ohY*leIMellan Poate Poate mm ETo
val de Loire rive gauche SAVIGNEUX 597 42299001 PRECIEUX 600 42180001
pilat stéphanois BOURG ARGENTAL 831 42023003 42023004
vallée du Rhône ST PIERRE DE BŒUF 714 42272001
monts du Jarez CHATEAUNEUF 722 42053002 monts du Forez ST BONNET LE CHATEAUX 839 42204001 42204002
VERRIERE EN FOREZ 834 42328001
ST JUST EN CHEVALET 950 42248002 plateau de neulise CREMEAUX 870 42076001
NEULISE 811 42156001 42156002
roannais RIORGES 708 42184001 42184002 monts du Lyonnais FOURNEAUX 872 42098001
MACHEZAL 870 42128001 val de Loire rive droite FEURS 665 42094001
ANDREZIEUX BOUTHEON 709 42005001 42005001
Elude d'élaboralion du schéma direcleur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 AGTeon 1 GAGG Décembre 2009
altitude
374m
370m
550m
Annexe 16 :
Tableau 60 : Données générales sur l'Irrigation dans le département de la Loire
OrIalne RGA2000
RPG 2007
Assolement irrigué des déclarations (2007)
RGA 2000 (Etude Arboricole Assolement arboriculture des coteaux du Jarez 2003)
RGA 2000 (DDAF 42 ; rapport Accès à la ressource de stage 2004 : Aurélie Pichon) 2000
RGA 2000 Origine de la ressource des prélèvements individuels 2000
SMIF Irrigation gravitaire
SMIF Période d'irrigation des réseaux cellectifs à partir du canal du Forez
RGA 2000 (DDAF 42 ; rapport Equipement d'irrigation de stage 2004 : Aurélie Pichon) 2000
RGA 2000 (DDAF 42; rapport Equipement d'irrigation de de stage 2004 : Aurél ie Pichon) l'irrigation par aspersion
2000 CA 42 Equipement d'irrigation
2008
CA 42
CA 42
Coûts d'investissement du matériel d'irriaation Doses d'apport d'eau d'irrigation en aspersion
Maïs fourrage: Maïs grain, sc : Blé,orge : Prairies tempo : Prairies STH : Arbo et fruits: LéQumes: Maïs four+grain : Blé, orge : Prairies tempo : STH :
Donnée 4015 ha 1 972 ha
252 ha 1 513 ha
895 ha 1 031 ha
293 ha 6078 ha 2218 ha 2995 ha 2549 ha
38 % deSI 19 % deSI 2%de SI
14 % deSI 9 % de SI
10 % deSI 3 % de SI
44 % deGC 22%deGC 3 % deGC
17 % deGC 10%deGC
43 % deGC 16 % deGC 21 % de GC 18 %deGC
Secteur du Jarez: 343 ha de cerisiers 153 ha de pommiers
98 ha pêchers 65 ha poiriers, 58 ha pruniers, 54 ha abricotiers
autres secteurs (Pi lat): 472 ha pommiers 132 ha poiriers
114 ha cerisiers 48 ha oêchers, 19 ha abricotiers, 13 ha pruniers
Irrigants en réseau cellecti! : 53 % Irrigants individuels : 36 % Irriaants en cellectif et individuel: 11 % Retenues collinaires : Exploitations 53 % Eaux souterraines: EA : 21 % Cours d'eau : EA : 26 % 47 km de réseau tertiaire, 800 ha de superficie irrigable, estimation de la surface irriguée à 300 ha essentiellement sur les communes de St Romain le Puy et Champdieu, irriQants individuels, irriQation de prairies Du 1" avril au 31 octobre (tarif vert EDF)
Irrigation gravitaire : Exploitations 10 % S irrigable : 5 % Irrigation aspersion : EA 88 % S irrigable : 92 % Irrioation localisée: EA 13 % S irriQable : 3 % Enrouleurs : S irrigable 13 263 ha 96,6 % Couverture : S irrigable : 368 ha 2,7 % Rampes, pivots : S irriQable : 97 ha 0,7 % Environ 800 enrouleurs ont été renouvelés au cours des années rêcentes, les nouvelles machines sont équipées de régulateurs électroniques pour piloter les vitesses d'enroulement. Théoriquement cela peut être variable notamment en fonction de la réserve utile des sols dans une fourchette de 0,5 Ils à 0,7 Ils par ha, cependant la valeur la plus fréquente est 0,6 Ils (2,16 m3Jheure) par ha. (norme retenue pour la cenception des réseaux collectifs par DDAE 42, la base retenue pour le paiement de l'aide PAC est 2 m3Jheure). La durée quotidienne des irrigations avec un enrouleur est de l'ordre de 18 heures Comparativement à d'autres régions plus ventée cemme la vallée du Rhône, le val de Loire est moins soumis aux variations de vents, l'efficience de l'irrigation par aspersion est Droche du maximum théorique. Enrouleur : en moyenne 1 200 t1ha Irriaation localisée : en movenne 2 800 €tha De 18 mm à 25 mm par tour d'eau Au démarrage sur le maïs en juin, la dose peut être seulement de 10 à 15 mm et atteindre la valeur maximale en
1 iuillet.
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rapport de phase 1 ACTeon 1 CACG Décembre 2009
303
Tableau 61 : Données sur les pratiques d'Irrigation des principales cultures irriguées
Origine Type de donnée Donnée CA 42 Tour d'eau sur maïs En plaine sur les sols de Varenne, le tour d'eau est d'une
semaine. Les années les plus sèches : jusqu'à 10 - 11 passages En année médiane : 5 à 6 passages
CA 42 Potentiel de rendement du Plaine sols de chambon ou fromentaux : 140 q/ha maïs Plaine sols de varennes : 120 q/ha
Piémont, plateau {altitude + 500 m} : 100 q/ha Variétés d'indice 320 {après Ray Grass} à 400 {semis précoce}. Rendement moyen du maïs fourrage en plaine sans irrigation est de 8 T MS par ha, avec l'irrigation de 16 à 18 T MS/ha.
Enquête éleveur de vaches Irrigation du maïs fourrage Rendement sans irrigation : 7T MS/ha allaitantes dans le val de Loire Rendement avec irrigation : 15 à 16 T MS/ha sur réserve Enrouleur, doses de 20 mm à 25 mm
Tour d'eau: 5 iours Enquête éleveur laitier dans le Irrigation du maïs fourrage Appert de 2000 à 2500 m3/ha secteur du Jarez sur réserve Enrouleur, doses de 25 à 30 mm
Durée du tour d'eau 6 à 7 jours, irrigation la nuit de 8 à 12 heures, le plus souvent 5 tours d'eau Démarrage de l'irrigation 3ème semaine de juin au plus tôt Décalage du tours d'eau si pluie d'au moins 15 mm
CA 42 Irrigation de la luzerne Les sols de la région sont acides {ph 4,5} il faut pratiquer un chaulage impertant peur remonter au moins à un Ph de 6. De fait, la culture de la luzerne représente des superficies limitées.
Enquête éleveur laitier dans le Irrigation de la luzerne En fonction de l'état du stock en fourrage en mai on prend la secteur du Jarez sur réserve décision ou non d'irriguer la luzerne.
Deux coupes par an. L'irrigation démarre après la 1 " e coupe en mai ou juin, l'objectif est de maintenir la RU saturée, le rendementQOtentiel est de l'ordre de 15 T MS par ha.
CA 42 Appert d'eau d'i rrigation en La période d'irrigation est d'avril à juin céréales Le démarrage en avril correspend au stade montaison -
début épiaison. L'irrigation en juin peut être intéressante peur limiter le risque d'échaudage. Les années à fort déficit, l'appert maximal représente jusqu'à 4 tours d'eau, {1 à 3 irrigations en avril , et un passage en juin peur prévenir l'échaudage} le gain en rendement est de l'ordre de + 20 q/ha. En expérimentation sur une série de 6 années, le gain moyen de rendement est de + 10 à + 15 q/ha. Seulement une partie des irrigants {50 % ?} font le choix d'irriguer les céréales, l'évolution récente est l'augmentation
DDAE42 Apport d'eau d'irrigation en La référence de dimensionnement des projets de retenues arboriculture collinaires en arboriculture est un volume unitaire de 1800 m3
1 par ha. CA 42 Appert d'eau d'irrigation en Les apports sont très variables selon les espèces, la densité
arboriculture de plantation, la qualité des fruits. Cerisier : l'irrigation est utile du 15 avril au 31 juillet, l'appert est de l'ordre de 500 à 600 m3 /ha. {à vérifier} , le rendement en irrigué de 6 à 8 T vendu en gros, calibre visé 28. Pommier : calibre minimal 60, visé 70 à 80. Irrigation en localisé 1 mm 1 jour pendant 100 jours.
Enquête arboriculteur du Jarez Irrigation en arboriculture Sur les parcelles pentues, seul le goutte à goutte est utilisable, dans les parcelles moins pentues on utilise des micro jets, voire l'irrigation gravitaire. Pommiers : avec l'irrigation 25 à 35 T/ha, sans irrigation 12 T par ha et des cal ibres moins valorisants, l'apport peut atteindre 2000 m3/ha les années les plus sèches.
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire : Rappert de phase 1
ACT eon 1 CACG - Décembre 2009
304
Tableau 62 : Données sur les niveaux de rendement des principales cultures Irrigables
Culture Secteur Rendement Orlalne Orge Monts du Forez et du Pilat 45 q en pluvial Type BRLA 1 - Réseau élevage Rhône Alpes
Monts du lvonnais 50 a en pluvial Tvpe BRLA5 Réseau élevaQe Rhône Alpes Triticale Monts du Forez et du Pilat 50 q en pluvial Type BRLA 1 - Réseau élevage Rhône Alpes
Monts du lyonnais 50 q en pluvial Type BRLA3,5 - Réseau élevage Rhône Alpes Nord des Mts du lvonnais 55 n en nluvial Tvne BRLA4 - Réseau élevaQe Rhône AIDes
Maïs fourrage Monts du lyonnais 10 TMS en pluvial Type BRLA3 - Réseau élevage Rhône Alpes Type BRLA4 - Réseau élevage Rhône Alpes
Sud des Mts du lyonnais 8 TMS en pluvial Type BRLA5 - Réseau élevage Rhône Alpes 13 TMS en irriQué
Prairies temporaires Monts du Forez et du Pilat 6,9TMS Type BRLA 1 - Réseau élevage Rhône Alpes Monts du lyonnais Type BRLA3 - Réseau élevage Rhône Alpes Nord des Mts du lyonnais 7,3 TMS Type BRLA4 - Réseau élevage Rhône Alpes Sud des Mts du lyonnais 6,OTMS Tvpe BRLA5 - Réseau élevaQe Rhône Alpes
Prairies STH Monts du Forez et du Pilat 4,3 TMS Type BRLA 1 - Réseau élevage Rhône Alpes Type BRLA3 - Réseau élevage Rhône Alpes
Nord des Mts du lyonnais 5,OTMS Type BRLA4 - Réseau élevage Rhône Alpes Sud des Mts du lVDnnais 3,7TMS TVDe BRLA5 - Réseau élevaae Rhône AIDes
Pommier Jarez 25 T en pluvial Etude 2003 - CA 42 De4à 15 ans 35 - 40 T irriaué Poirier Jarez 10 T en pluvial Etude 2003 - CA 42 De6à30ans 15 - 20 T irriaué Cerisier Jarez 8 T en pluvial Etude 2003 - CA 42 De6à25ans 12 - 15 T irriaué Pêcher Jarez 10 T en pluvial Etude 2003 - CA 42 De5à20ans 15 20 T irriQué Abricotier Jarez 10 -15 T pluvial Etude 2003 - CA 42 De5à2Oans 15 - 20 T irrioué Prunier Jarez 10 - 15 T pluvial Etude 2003 - CA 42 De6à30ans 10 -15 T irriaué
Tableau 63 : Indice de précocité des variétés de maïs
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la l aire : Rapport de phase 1 ACTean 1 CACG Décembre 2009
305
Contexte de l'étude de l'irrigation en arboriculture dans la Loire:
L'irrigation, c'est l'apport d'eau manquante aux pLantes. Cette pratique a accompagné l'homme au cours de toute son existence. De L'irrigation par canalisations (Les Romains, Les Perses ... ) à La micro-aspersion aujourd'hui, celle-ci se pratique dans tous Les pays du monde même en Arabie Saoudite.
Dans Le département de la Loire, l'irrigation est considérée comme un compLément Lorsque les pluies sont insuffisantes ou non adéquatement étalée dans la saison. Nous considérerons Les situations d 'irrigations sous forme de compLément, il faut gérer l'eau requise par les plantes comme un compte bancaire c'est-à-dire:
- Les pluies sont les entrées de fond, - les besoins de chaque jour des pLantes sont Les sorties de fond - L'irrigation comme fond permettant de remettre le compte en positif lorsque
celui-ci est en déficit d'eau de pluie.
Les années dites « exceptionnellement pluvieuse » comme 2007 et 2008, nous ont permis de très peu irriguer. Par contre 2003, du fait de la sécheresse, a conditionné Les irrigations jusqu'à épuisement des retenues co/linaires.
Moyenne des pluviométries mensuelles en mm, depuis ces 30 demlà'ea a"Mes - Saint Pierre de Bœuf (42, loire)
Jan Fév Mars Avril Mai Juin Jui Août Sept Oct Nov Oéc
44 43 48 60 79 70 48 69 66 80 61 48
L'eau et la plante
Besoin en eau d'une pLante
Pour bien fonctionner , une plante doit pouvoir absorber autant d'eau par les racines qu'elle en perd par la transpiration au niveau de feuilles. Il faut que Le bilan hydrique soit en équilibre. Mais comme tous Les équilibres bioLogiques, il ne s'agit pas d'une égalité mathématique de tous Les instants mais plutôt d'une succession de déséquilibres qui se compensent dans Le temps.
IL est seulement nécessaire qu'à l'échelle de quelques jours, les entrées d'eau aient globalement compensé Les sorties. L'eau est le premier facteur limitant .. en d'autre terme, s'il n'y a pas assez d'eau, la culture est impossible.
Tous les êtres vivants ont déveLoppé des mécanismes d'adaptation, les plantes n'ont pas plus que les animaux ou les humains, besoin de boire à chaque instant ce qu'elles viennent de transpirer. Mais si un déficit s'installe trop longtemps, hommes et animaux ressentent La soif, c'est-à-dire, que leur système nerveux traduit la perturbation exagérée de certains paramètres physiologiques comme L'ordre urgent de boire.
Par exemple, la quantité d'eau lIécessaire au pommier pour sa croissance et sa production varie de 700 à 900 mm/an. Les besoins en eau du pommier en période de végétation (mars à septembre) seraient de 600 mm. Les besoins les plusforts se manifestent en juillet-août.
La pluviométrie (mars à août) sur les Coteaux du Jarez et du Pilat est de ['ordre de 350 à 400 mm. Nous sommes en déficit par rapport au besoin du pommier. il nous manque 300 à 350 mm qui seront compensés jusqu'à hameur de 1500 m3 d'eau d'irrigation soit 150 mm.
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 AGTean 1 GAGG - Décembre 2009
306
L'effet de l'eau sur la culture
Au lever du soleil, la lumière provoque l'ouverture des stomates.jermés pendant la nuit; la plante commence à transpirer et si la journée est claire, cette transpiration sera croissante jusque dans l'après midi. Pendant cette première phase la plante transpire davantage d'eau qu'elle ne peut en absorber par ses racines, même en sol bien humide .
Ce déficit dans le bilan hydrique n'est possible que si certains tissus de la plante perdent de l'eau, ce qui diminue leur volume.' le diamètre des organes concernés diminue donc aussi.
Dès que la transpiration cesse d'augmenter, la plante reconstitue ses réserves, à condition qu'il y ait de l'eau disponible dans le sol .' la plante se "regonfle", son diamètre augmente .' dans les organes en croissance, les cellules vont pouvoir grossir. Du minimum de l'après-midi jusqu'au maximum du matin suivant, l'augmentation du diamètre correspond à la récupération d'eau, augmentée par la croissance.
A condition que la récupération se fasse bien, en fin de journée, la contraction est un phénomène normal qui accompagne la transpiration de la plante et signale son bon fonctionnement. Même avec une bonne disponibilité de l'eau dans le sol, l'amplitude de contraction augmente avec la demande climatique.
Les signes du bien-être
Cette adaptation permet à la plante de tirer parti, au maximum, de l'énergie solaire au prix d'une légère déshydratation provisoire.
Tout se passe pour le mieux tant que le sol est suffisamment humide pour fournir l'essentiel de la transpiration diurne et permettre la récupération de réserve au moment de faible demande hydrique (passage nuageux,fin d'après midi, nuit) .
Les signes du manque d'eau
Quand l'eau du sol se fait rare et difficile à extraire, les plantes doivent tirer davantage sur leurs réserves.
La récupération se fait mal. La croissance journalière ralentit, devient nulle puis se transforme en décroissance journalière.
Tous ces phénomènes sont les symptômes caractéristiques de la soif. Ils annoncent le déclenchement par la plante de ses mécanismes d'adaptation et de survie à la sécheresse .
La réaction principale est le phénomène de régulation stomatique .' la plante, en plein jour, va diminuer l'ouverture de ses stomates pour réduire sa transpiration, ce qui entraîne une baisse de son activité photosynthétique .
Bien irriguer c'est fournir de l'eau à la plante avant qu'elle ne soit obligée de réduire son activité pour cause de manque d'eau.
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG - Décembre 2009
307
Pratiques de l'irrigation en arboriculture
L'établissement et le développement de l'arbre au début , dépendent largement de l'humidité disponible dans le sol. Des sols différents ont des capacités variables de rétention de l'eau. Une terre argileuse bien structurée peut emmagasiner plus d'eau disponible pour la croissance de l'arbre qu'un sol sablonneux. Les sols qui offrent une humidité adéquate pendant toute la saison de croissance auront tendance àfavoriser l'établissement de meilleurs arbres, qui produisent plus de branches fruitières, donnent plus de boutons à fruits sains et de meiLleures pommes qui se conservent plus longtemps.
Les secteurs arboricoles de la Loire, bénéficient de terrain sablo-argileux. Des terres qui emmagasinent de l'eau sur des périodes courtes.
Dans le sud de la France, chaque pommier adulte sur un porte-greffe complètement nanifiant peut exiger jusqu'à 36 litres d'eau par jour en juiLlet et en aoQt, provenant d'un réseau d 'irrigation au goutte-à-goutte.
L'irrigation peut influer sur la taille individueLle des fruits du verger et avoir un effet positif sur le retour de la floraison l'année suivante. Grâce à ces deux caractéristiques, on verra le nombre de caisses de fruits se multiplier et l'arboriculteur pourra bénéficier d'un meilleur rendement annuel et d'un meilleur chiffre d'affaires.
L'irrigation en temps opportun permet de maintenir une humidité adéquate du sol, qui retarde la formation du bourgeon temlÏnal vers la fin de la saison, ce qui laisse suffisamment de temps aux nouveLles pousses d'atteindre leur maturité et de s'endurcir avant l'arrivée de l 'hiver.
Les arbres souffrants de stress de sécheresse forment les bourgeons terminaux en avance, ce qui nuit à la croissance des pousses et à l'acclimatation adéquate à l'hiver. Avec le stress causé par la sécheresse, on voit la phytosynthèse devenir la fonction principale. L'eau s'achemine de l'écorce et du fruit vers les feuiLLes. Un arbre peut ne plus disposer d'humidité utile bien avant que ses feuilles ne se flétrissellI .
Humidité utile du sol
Idéalement il faut un approvisionnement en continu pendant toute la saison afin que la croissance ne soit pas interrompue et que l'arbre ne soit pas stressé. Un niveau d'humidité utile entre 40 et 50 % est considéré comme adéquat pour tous les types de sol.
Surveillance de l'humidité utile du sol
On peut déterminer l'humidité utile du sol au toucher. Les sols aux textures fines (limoneux et argileux), que l'on peut prendre dans la main et presser doucement en une baLle qui se tient, contiennent probablement jusqu'à 50 % d'humidité. Une baLle qui se désagrège sous la pression de la main ne contient que de 30 à 40 % d'humidité utile, ou moins.
Des tensiomètres ont été installés sur le département de la Loire afin de mesurer l'humidité du sol.
Les systèmes d'irrigations
L'arboriculture de la Loire, est essentieLlement munie de système d'irrigation, soit en goutte-à­ goutte soit en micro-aspersion. Très peu de surface est concernée par l'irrigation sur frondaison. L'objectifest d'économiser l 'eau .
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'i rrigation de la Loire: Rapport de phase 1 AGTeon 1 GAGG - Décembre 2009
308
L'irrigation en goutte-à-goutte repose sur l'application fréquente de petite quantité d'eau aussi directement que possible au niveau des racines des végétaux. Cette technique permet outre l'économie d'eau d'augmenter les rendements et réduire la salinité.
Les avantages de cette technique d'irrigation:
-Réduire l'évaporation en évitant d'irriguer en milieu de journée et en choisissant l'aspersion sous lefeuillage plutôt que sur frondaison.
Eviter de trop irriguer.
Lutter contre les mauvaises herbes entre les lignes et les laisser sécher.
Irriguer fréquemment en appliquant la quantité d'eau exacte.
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 AGTean 1 GAGG Décembre 2009
309
Annexe 18:
Tableau 64 : Principaux indicateurs de la valeur économique et du coOt de l'eau d'irrigation
Indicateur calcul Commentaires Valeur tactique (!) Perte de produit brut des cultures irriguées
d Produit Brut cultures irriguées CD !%l Restriction du volume d'eau d'irrigation en Vt = cours de campagne
d Volume irrigation a>
Valeur stratégique 0) Valeur ajoutée des cultures irriguées (prix VAl <D - VANI a> de l'eau non déduit).
Vs = !%l Valeur ajoutée des cultures non irriguées VoL 1 Il> (cultures pluviales) qu11 est possible de faire
en substitution des cultures irriguées. <li Volume d'eau alloué à ,'irriQation.
CoOt de fonctionnement de Il s'agit de la composante du coat de l'irrigation = coût de l'énergie de pompage + entretien annuel l'irrigation qui est proportionnelle à la
+ redevance AEAG consommation
CoOt durable de l'irrigation Le coût initial d'investissement des grands = coût de fonctionnement + maintenance et ouvrages de mobilisation de la ressource renouvellement des équipements (barrages, canaux adducteurs et d'exhaure)
est considéré à la charge de l'ensemble de la = coût complet - coût du premier investissement collectivité, ce coût n'est pas imputé dans le des aménagements de mobilisation de la ressource coOt durable de l'irrigation à la charge des
irrigants. Supplément de marge brute (!) Marge Brute des cultures irriguées (coût de
MBI <D - MBNI a> fonctionnement de l'irrigation déduit). Supp MB = œ Marge Brute des cultures non irriguées
VoL 1 Il> (cultures pluviales) qu'il est possible de faire en substitution des cultures irriguées.
Supp_ MB = Vs - coat fonctionnement Irrigation œ Volume d'eau alloué à l'irrigation. Valorisation marginale <D variation marginale du supplément de
d(MBI - MBNI) <D marge brute des cultures irriguées par rapport Vmg = dSupp MB = aux cultures pluviales alternatives
dVoL 1 a> œ variation marginale de la fourniture d'eau d~rrigation
supplément de marge directe Cet indicateur est utilisé notamment dans les Vn = Vs - coût durable irrigation études d'ARVALIS. à la différence du
supplément de marge brute, le principe est de Vn = Supp MB - coOts fixes de l'irrigation considérer la totalité du coût de l'irrigation
pour ['irrigant (y compris les coûts fixes)
Le classement par valeur décroissante des indicateurs de résultat est :
Vtactique > V stratégique > Supplément Marge Brute> Supplément Marge Directe
La valorisation marginale. V mg peut ëtre supérieure ou inférieure au supplément de marge directe selon le niveau de disponibilité de la ressource par rapport au besoin maximal en eau d'irrigation de l'assolement.
Etude d'élaboration du schéma directeur départemenlal d'irrigation de la Loire: Rapport de phase 1 ACTeon 1 CACG - Décembre 2009
310
Annexe 19:
• Etudes du CEMAGREF sur la tarification de l'eau d'irrigation Pour des réseaux collectifs avec un débit d'équipement de (0,61/5 ha équivalent à la Loire) prix 2003 :
o Réseaux sans remboursement d'annuité: terme fixe sans matériel de 100 à 130 €I ha
o Réseaux avec remboursement d'annuité: terme fixe sans matériel 240 €I ha
o Terme variable de 5,6 c à 9,8 c € par m3
• ARVALIS Etude 2004 coût de l'irrigation en Midi-Pyrénées:
o Réseaux collectifs: coût fixe + matériel de 175 €à 450 €/ ha valeur moyenne 326 €/ha coût proportionnel de 3 c à 9 c €par m3 valeur médiane 6 c €/m3
o Individuels: coût fixe + matériel de 100 €à 300 €/ ha valeur moyenne 225 €/ha coût proportionnel de 1,5 c à 7,5 c €par m3 valeur médiane 4,5 c €/m3
• CACG Etude 2008 Evolution de la demande en eau d'irrigation en Midi-Pyrénées :
o coût réseau: 170 € + matériel de 100 €= 270 €par ha de coût fixe
o coût proportionnel de 5,6 c €par m3 dont 1,1 c €de redevance AEAG
o Coût total: coût fixe + proportionnel 0,26 €par m3 consommation 1350 m3/ha
Etude d'élaboration du schéma directeur départemental d'i rrigation de la Loire : Rapport de phase 1 ACT eon 1 CACG Décembre 2009
311