of 29 /29
Note de réflexion prospective Les travaux de recherche du RAMEAU sont diffusés grâce au soutien de la Fondation Bettencourt Schueller et de la Caisse des Dépôts Les modèles de co-construction en territoire 29 février 2016 Contexte et objectif de la note sur les modèles de co-construction en territoire Face aux besoins sociaux, sociétaux, économiques et environnementaux, les alliances entre acteurs des territoires s’imposent progressivement comme une clé de voute de l’émergence de solutions innovantes et pertinentes. Associations, entreprises, Collectivités Territoriales, universités, médias, experts… Chacun a en effet une partie des leviers pour répondre aux nouveaux défis collectifs. Le mouvement est en marche. Aujourd’hui, 37% des entreprises d’au moins 10 salariés réalisent des partenariats avec les structures d’intérêt général. Côté associations, elles sont 38% à être engagées avec les entreprises, et même 53% parmi les associations employeuses. Par ailleurs, 69% des Français pensent que les partenariats entre les acteurs peuvent être source d’innovation pour mieux répondre aux fragilités de leur territoire 1 . Les différentes organisations des territoires répondent déjà activement à ce nouveau « devoir d’alliances » réclamé par les citoyens. 65% des pionniers des alliances en territoire estiment que leur territoire est en effet engagé dans cette dynamique. 2 Face à cette réalité en marche, cette note a pour objectif de partager les résultats des recherches du RAMEAU sur les modèles de co-construction en territoire. Elle explore successivement 3 questions : Quels sont aujourd’hui les enjeux de la co-construction territoriale et quel en est l’état des lieux ? Pourquoi le mouvement s’accentue ? Quelles formes peut prendre cette co-construction territoriale ? Comment se concrétise-t-elle ? Quelle ingénierie doit mettre en place un territoire pour faire émerger ces formes de co- construction ? Comment s’y prendre ? Il s’agit là du deuxième volet d’un tryptique de publications du RAMEAU sur la co-construction en territoire : Volet 1 : Note de réflexion sur les enjeux et les pratiques de la co-construction en territoire (janvier 2015). Volet 2 : Note de réflexion sur les modèles de co-construction en territoire (février 2016). Volet 3 : Référentiel sur la co-construction en territoire (publication à venir en juin 2016). Les résultats des travaux de recherche et des expérimentations territoriales pilotées par Le RAMEAU sont cités en annexe, et vous pouvez les retrouver sur le site du RAMEAU : http://www.lerameau.fr. 1 Programme PHARE de l’Observatoire des partenariats –Etudes PHARE-Citoyens, Entreprises et Associations (COMISIS, 2015) 2 Etude sur l’état des lieux de la co-construction en territoire, pour Le RAMEAU (Isabelle GULPHE-LACHAUD, 2016)

Contexte et objectif de la note sur les modèles de co ... · Elle explore successivement 3 questions : Quels sont aujoud’hui les enjeux de la co-construction territoriale et uel

Embed Size (px)

Text of Contexte et objectif de la note sur les modèles de co ... · Elle explore successivement 3...

  • Note de rflexion prospective

    Les travaux de recherche du RAMEAU sont diffuss grce au soutien de la Fondation Bettencourt Schueller et de la Caisse des Dpts

    Les modles de co-construction en territoire

    29 fvrier 2016

    Contexte et objectif de la note sur les modles de co-construction en territoire

    Face aux besoins sociaux, socitaux, conomiques et environnementaux, les alliances entre acteurs des territoires simposent progressivement comme une cl de voute de lmergence de solutions innovantes et pertinentes. Associations, entreprises, Collectivits Territoriales, universits, mdias, experts Chacun a en effet une partie des leviers pour rpondre aux nouveaux dfis collectifs.

    Le mouvement est en marche. Aujourdhui, 37% des entreprises dau moins 10 salaris ralisent des partenariats avec les structures dintrt gnral. Ct associations, elles sont 38% tre engages avec les entreprises, et mme 53% parmi les associations employeuses. Par ailleurs, 69% des Franais pensent que les partenariats entre les acteurs peuvent tre source dinnovation pour mieux rpondre aux fragilits de leur territoire1. Les diffrentes organisations des territoires rpondent dj activement ce nouveau devoir dalliances rclam par les citoyens. 65% des pionniers des alliances en territoire estiment que leur territoire est en effet engag dans cette dynamique.2

    Face cette ralit en marche, cette note a pour objectif de partager les rsultats des recherches du RAMEAU sur les modles de co-construction en territoire. Elle explore successivement 3 questions :

    Quels sont aujourdhui les enjeux de la co-construction territoriale et quel en est ltat des lieux ?

    Pourquoi le mouvement saccentue ?

    Quelles formes peut prendre cette co-construction territoriale ? Comment se concrtise-t-elle ?

    Quelle ingnierie doit mettre en place un territoire pour faire merger ces formes de co-

    construction ? Comment sy prendre ?

    Il sagit l du deuxime volet dun tryptique de publications du RAMEAU sur la co-construction en territoire :

    Volet 1 : Note de rflexion sur les enjeux et les pratiques de la co-construction en territoire (janvier 2015).

    Volet 2 : Note de rflexion sur les modles de co-construction en territoire (fvrier 2016).

    Volet 3 : Rfrentiel sur la co-construction en territoire (publication venir en juin 2016).

    Les rsultats des travaux de recherche et des exprimentations territoriales pilotes par Le RAMEAU sont cits en annexe, et vous pouvez les retrouver sur le site du RAMEAU : http://www.lerameau.fr.

    1 Programme PHARE de lObservatoire des partenariats Etudes PHARE-Citoyens, Entreprises et Associations (COMISIS, 2015) 2 Etude sur ltat des lieux de la co-construction en territoire, pour Le RAMEAU (Isabelle GULPHE-LACHAUD, 2016)

    http://www.lerameau.fr/

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 2

    En synthse

    Citoyens, entreprises et associations plbiscitent les alliances entre acteurs dun mme territoire comme une rponse pour rduire les fragilits quils rencontrent, mais aussi pour faire merger de nouveaux moteurs de croissance et demplois. La co-construction simpose aujourdhui comme un mouvement en marche sur les territoires, mais au travers des degrs de maturit variables. Cette co-construction territoriale peut prendre 3 formes : lanimation du dialogue entre acteurs dun territoire, lexprimentation collective pour inventer ensemble une rponse face un enjeu commun, ou encore lalliance entre organisations autour dun partenariat clairement dfini. Ces 3 formes de co- construction ncessitent une ingnierie territoriale spcifique sans laquelle les territoires seraient confronts une forme de plafond de verre limitant la porte de leurs actions. La mise en place de cette ingnierie soulve quatre sries de questions propres tout modle dinnovation :

    Quelles actions mettre en place pour dvelopper la co-construction ?

    Quels rles complmentaires instaurer entre acteurs du territoire pour conduire la

    dmarche ? Qui peut/doit tre linitiative ?

    Quel modle conomique pour financer lingnierie de co-construction en territoire ?

    Comment crer les nouveaux modles conomiques hybrides ncessaires la

    prennisation de la dynamique ?

    Au sein de quel dispositif accueillir cette ingnierie ? Quelle doit en tre la gouvernance ?

    Quel cadre technique est le plus adapt (juridique, fiscal, social et financier) ?

    Les rponses existantes sont des niveaux davancement varis. Les sujets les plus complexes restent sur un plan stratgique la question du modle conomique, et sur un plan politique celle du dispositif de gouvernance. Ils confirment le besoin dinvestiguer davantage sur les rponses qui sinventent chaque jour afin dapporter des solutions pertinentes, et celui de dvelopper les changes entre pionniers de lanimation de la co-construction en territoire, afin dtre lcoute des exprimentations innovantes. Les modles de co-construction territoriales sinventent en marchant. Il est essentiel den observer les progrs, mais aussi de favoriser un vritable droit lexprimentation partenariale afin de rpondre au devoir dalliances rclam par les citoyens, les associations et les entreprises.

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 3

    Table des matires

    Contexte et objectif de la note sur les modles de co-construction en territoire 1

    En synthse 2

    Table des matires 3

    Partie 1 : Enjeux et tat des lieux de la co-construction en territoire 4

    1. La dfinition dune fragilit territoriale 4

    2. Les fragilits prioritaires sur les territoires 5 a. La vision du citoyen 5 b. La vision des associations 5 c. La vision des entreprises 6 d. Le regard crois des citoyens, des associations et des entreprises 6

    3. Etat des lieux de la co-construction territoriale 7 a. La co-construction, une rponse aux fragilits des territoires 7 b. Les pratiques dalliances en territoire 8 c. La diversit rgionale 10

    Partie 2 : Les formes de la co-construction en territoire 11

    1. Les 3 formes de co-construction en territoire 11 a. Le dialogue territorial 11 b. Les exprimentations collectives 12 c. Les partenariats entre les organisations 12

    2. Un cheminement territorial en 3 temps 14

    3. ... Qui sapprend en marchant ! 14

    Partie 3 : Lingnierie de la co-construction en territoire 15

    1. Les solutions dingnierie dvelopper pour la co-construction territoriale 15 a. Lanimation du dialogue territorial 16 b. Laccompagnement des exprimentations collectives 17 c. Laccompagnement des partenariats 18

    2. La chane de valeur de lingnierie de la co-construction en territoire 19

    3. Le modle socio-conomique de lingnierie de la co-construction en territoire 21

    4. Le dispositif de lingnierie de la co-construction en territoire 24

    En conclusion 28

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 4

    Partie 1 : Enjeux et tat des lieux de la co-construction en territoire Au service de quoi la co-construction est-elle aujourdhui plbiscite sur nos territoires ? Depuis 2013, lObservatoire des partenariats conduit le programme dtudes PHARE pour y rpondre. Il consiste interroger citoyens, associations, entreprises et institutions sur leur vision des fragilits prioritaires de leur territoire ainsi que sur le rle de la co-construction pour apporter des solutions face ces fragilits. Ces tudes sont ralises lchelle des 13 nouvelles rgions franaises afin de pouvoir analyser les spcificits rgionales. A fin fvrier 2015, les tudes auprs des citoyens, des associations et des entreprises ont t ralises, ainsi que les rapports rgionaux, qui en dclinent les rsultats territorialement. Ces tudes nous clairent sur les enjeux du dveloppement des alliances sur les territoires.

    1. La dfinition dune fragilit territoriale La notion de fragilit est volutive et dpend de son environnement. Ainsi, une fragilit se repre partir du seuil idal dune socit se considrant comme panouie. Elle se dfinit travers lcoute des vcus et des carts enregistrs entre des populations. Par ailleurs, une fragilit territoriale demande une dfinition stricte des territoires considrs 3. Aprs 18 mois danalyse et fort des rsultats de ltude exploratoire ralise par CoordinActions4, lObservatoire des partenariats propose de distinguer 16 fragilits territoriales, regroupes selon 4 critres, selon la segmentation prsente ci-dessous :

    Ces 16 fragilits potentielles permettent dclairer sur la situation dun territoire et danalyser les priorits dactions en fonction de la situation relative de chacun des territoires par rapport aux autres. Il est intressant danalyser la fois la situation objective dun territoire, mais aussi la perception quen ont les acteurs du territoire. Cest lobjectif du programme PHARE. 3 Prsentation dAnne Robin, Directrice Scientifique des tudes de lObservatoire des Partenariats, loccasion de la restitution du regard crois des citoyens, des associations et des entreprises sur les Fragilits et co-construction en territoire , dcembre 2015. 4 Etudes des fragilits en Ile de France (CoordinActions, 2015)

    Critres conomiques

    Emploi / chmage/ insertion

    Dveloppement conomique

    Niveau de vie pouvoir dachat

    Critres sociaux

    Mal logement

    Pauvret lutte contre lexclusion

    Diversit handicap

    Vieillissement intergnrationnel

    Isolement lien social

    Critres

    socitaux

    Scurit Dlinquance

    Education

    Mobilit Transports

    Sant

    Accs au numrique

    Culture Loisirs

    Critres

    environne-

    mentaux

    Environnement

    Pollution diversit

    Transition nergtique

    16 fragilits territoriales reprsentatives de la situation dun territoire

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 5

    2. Les fragilits prioritaires sur les territoires En premier lieu, il est utile d'analyser et de comparer la perception des citoyens, des associations et des entreprises sur les fragilits quils jugent aujourdhui prioritaires sur leurs territoires.

    a. La vision du citoyen5 Parmi les 16 fragilits dun territoire, les questions conomiques sont en tte des proccupations des citoyens. Elles se traduisent par lemploi (note moyenne de 7,1/10), mais aussi par le niveau de vie (6,6) et le dveloppement conomique (6,5). La 2me proccupation des Franais porte sur la scurit / dlinquance : 7 citoyens sur 10 la ressentent comme une fragilit. Viennent ensuite les questions environnementales (6,3) et de lutte contre la pauvret et lexclusion (6,3). Pragmatique, le citoyen se sent le premier concern et impliqu par les fragilits de son territoire. Cest en fonction de son propre vcu quil les classe. Il place ainsi son emploi, son niveau de vie et sa scurit, avant les enjeux plus globaux de dveloppement conomique, denvironnement et de lutte contre la pauvret.

    b. La vision des associations6 Parmi les fragilits territoriales, les dirigeants associatifs identifient en priorit, les difficults conomiques et sociales des personnes : cest dire lemploi (note moyenne de 6,8/ 10), le vieillissement (note de 6,7) et le lien social (note de 6,4). A noter que la pauvret (6,3) suit de prs ce trio. Ces acteurs peroivent galement les dynamiques conomiques et socitales de leur territoire : le dveloppement conomique et le logement (6 chacun), le niveau de vie et la sant (5,8 chacun), ainsi que la transition nergtique et la mobilit (5,7 chacun). 5 Etude PHARE Citoyens pour lObservatoire des partenariats (Comisis-Opinion Way, Septembre 2015) 6 Etude PHARE Associations pour lObservatoire des partenariats (Comisis, Novembre 2015)

    Emploi / chmage / insertion 7% 7.1

    Scurit / dlinquance 7% 6.6

    Niveau de vie / pouvoir d'achat 4% 6.6

    Dveloppement conomique 4% 6.5

    Environnement / pollution / biodiversit 5% 6.3

    Pauvret / lutte contre l'exclusion 5% 6.3

    Vieillissement / intergnrationnel 3% 6.2

    Education 3% 6.1

    Sant 3% 6.2

    Mal logement 5% 6.2

    Mobilit / transports 3% 6.0

    Isolement / manque de lien social 5% 6.1

    Transition nergtique 5% 6.1

    Diversit / handicap 5% 6.0

    L'accs au numrique (internet ) 4% 5.5

    Culture / loisirs 4% 5.5

    Autres thmatiques 5.9

    Q1 Quel sont selon vous les principales fragilits de votre territoire ? Sur chacun des 16 critres suivants, pouvez-vous donner une note entre 1 et 10 est attribuer chaque critre : 1 signifiant que le critre nest pas du tout une fragilit pour

    votre territoire ; 10 quil reprsente une fragilit trs importante. Les notes intermdiaires servant nuancer votre jugement.

    Base : Ensemble des Franais (2024) -

    22%

    31%

    30%

    32%

    35%

    36%

    38%

    39%

    38%

    38%

    40%

    40%

    39%

    42%

    49%

    50%

    11%

    25%

    25%

    31%

    31%

    30%

    30%

    31%

    30%

    31%

    30%

    32%

    31%

    32%

    30%

    27%

    27%

    6%

    46%

    37%

    35%

    33%

    30%

    29%

    28%

    28%

    28%

    27%

    25%

    24%

    24%

    23%

    20%

    19%

    7%

    Notes de 1 5 Notes 6 et 7 Notes de 8 10MoyenneNSP

    Fragilit - Fragilit +

    Voir page suivante vocations spontanes

    Les emplois, le chmage, l'insertion professionnelle 6,8

    Le vieillissement, l'intergnrationnel 6,7

    Le lien social, l'isolement 6,4

    La pauvret, la prcarit 6,3

    Le dveloppement conomique 6,0

    Le logement 6,0

    Le niveau de vie, le pouvoir d'achat 5,8

    La sant 5,8

    La transition nergtique 5,7

    La mobilit (infrastructures transports) 5,7

    La diversit, le handicap 5,6

    L'ducation 5,6

    La culture, les loisirs 5,2

    L'accs au numrique accs internet 5,2

    L'environnement 5,2

    La scurit 4,9

    q23 - Pourriez-vous nous indiquer par une note de 1 10 la perception que vous avez de la fragilit de votre territoire pour chacune des thmatiques suivantes ? 1 signifiant que le critre nest pas du tout une fragilit pour votre territoire ; 10 quil reprsente une fragilit trs importante. Les notes intermdiaires servant nuancer votre jugement.

    13%

    15%

    20%

    19%

    27%

    24%

    28%

    33%

    22%

    38%

    28%

    32%

    38%

    43%

    34%

    45%

    28%

    25%

    29%

    32%

    27%

    35%

    30%

    28%

    43%

    17%

    34%

    32%

    31%

    23%

    33%

    33%

    60%

    60%

    51%

    48%

    46%

    41%

    42%

    40%

    34%

    45%

    39%

    35%

    31%

    34%

    32%

    23%

    Notes de 1 4 Notes 5 et 6 Notes de 7 10 Moyenne

    Fragilit - Fragilit + Base : Ensemble des associations : 703 683

    ?

    Autres thmatique Notes 7 10 : 53%

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 6

    Ainsi, les dirigeants associatifs mettent en avant les difficults vcues par les populations quils ctoient dans le cadre de la ralisation de leurs missions de terrain. Cette perception globale est nuancer selon la nature des associations : les associations employeuses sont plus sensibles au lien social, alors que celles exclusivement bnvoles priorisent le vieillissement.

    c. La vision des entreprises7 Les dirigeants dentreprises se soucient en priorit des difficults des personnes sur leur territoire. Ils classent ainsi prioritairement lemploi (note moyenne de 5,6/ 10), la pauvret (note de 5,5) et le pouvoir dachat (note de 5,4) ; autrement dit ce qui semble tre le vital du citoyen. Les dirigeants mettent aussi en avant la ncessit dun territoire dynamique : dveloppement conomique, vieillissement, transition nergtique (5,2 chacun), ainsi que la mobilit (5,1). Le socle socital avec la culture, lducation ou lenvironnement (4,8) ne semble pas tre pour les dirigeants des fragilits propres leur territoire, mais traiter plus globalement et collectivement. Les fragilits perues peuvent ainsi tre associes trois espaces : le vital du citoyen, la dynamique du territoire et ses leviers, et le socle socital.

    d. Le regard crois des citoyens, des associations et des entreprises Le regard crois des citoyens, des associations et des entreprises sur les fragilits prioritaires du territoire permet de faire ressortir comme fragilit n1 lemploi / le chmage / linsertion professionnelle8. Viennent ensuite les questions de pauvret/prcarit, de niveau de vie / pouvoir dachat, ainsi que celles qui y sont associes. Si la scurit/dlinquance est un sujet qui ressort fortement dans les attentes des citoyens, il est intressant de noter quelle ne ressort pas comme fragilit prioritaire dans la vision des associations et des entreprises. 7 Etude PHARE Entreprises pour lObservatoire des partenariats (Comisis-Opinion Way, Octobre 2015) 8 Programme PHARE de lObservatoire des partenariats Etudes PHARE-Citoyens, Entreprises et Associations (COMISIS, 2015)

    Top 3 des fragilits prioritaires Regard crois citoyens / associations / entreprises

    L'emploi le chmage l'insertion professionnelle 0% 5.6

    La pauvret la prcarit 0% 5.5

    Le niveau de vie le pouvoir d'achat 0% 5.4

    Le dveloppement conomique 1% 5.2

    Le vieillissement/ l'intergnrationnel 2% 5.2

    La transition nergtique 1% 5.2

    La mobilit (infrastructures transports) 1% 5.1

    Le lien social l'isolement 1% 5.1

    La scurit 0% 5.0

    La sant 1% 5.0

    La diversit le handicap 2% 5.0

    Le logement 2% 4.9

    L'accs au numrique (internet etc.) 1% 4.8

    La culture les loisirs 0% 4.8

    L'ducation 1% 4.8

    L'environnement 0% 4.8

    Q19 Y a-t-il des thmatiques sur lesquelles votre territoire est plus ou moins fragile, ou plus ou moins performant ? Pourriez-vous nous

    indiquer par une note de 1 10 la perception que vous avez de la fragilit de votre territoire pour chacune des thmatiques suivantes ? 1 signifiant que le critre nest pas du tout une fragilit pour votre territoire ; 10 quil reprsente une fragilit trs importante. Les notes intermdiaires servant nuancer votre jugement.

    28%

    28%

    28%

    32%

    31%

    24%

    33%

    30%

    36%

    35%

    31%

    35%

    41%

    41%

    40%

    36%

    38%

    40%

    44%

    42%

    43%

    54%

    43%

    48%

    38%

    40%

    50%

    44%

    35%

    37%

    40%

    46%

    34%

    32%

    28%

    25%

    24%

    21%

    23%

    21%

    26%

    24%

    17%

    19%

    23%

    22%

    19%

    18%

    Notes de 1 4 Notes 5 et 6 Notes de 7 10MoyenneNSP

    Fragilit - Fragilit + Base : Ensemble des Entreprises de 10 salaries et + 221 900

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 7

    3. Etat des lieux de la co-construction territoriale

    a. La co-construction, une rponse aux fragilits des territoires Une fois ces fragilits territoriales identifies, il est intressant dtudier lesquelles sont considres comme des terrains dapplication propices aux alliances. Autrement dit, sur quels sujets la co-construction est-elle aujourdhui perue comme particulirement pertinente ? Le regard crois des citoyens, des associations et des entreprises fait ressortir 8 fragilits cls9, pour lesquelles les alliances sont considres comme particulirement pertinentes : lemploi, le dveloppement conomique, la lutte contre la prcarit, le lien social, lenvironnement, lducation, la sant et la mobilit. Il est intressant de voir que ltendue dapplication des alliances est large et touche tous types de domaines : conomiques, sociaux, socitaux, environnementaux. Ajoutons que citoyens, associations et entreprises reconnaissent les alliances comme un facteur cl dans la rponse ces fragilits. Ainsi, 69% des citoyens, 86% des associations et 81% des entreprises mentionnent les alliances comme une source dinnovation 10.

    Les partenariats, source dinnovation Cest ainsi un vritable devoir dalliance qui sexprime pour inventer ensemble des solutions pertinentes aux dfis conomiques, sociaux, environnementaux et socitaux. 9 Programme PHARE de lObservatoire des partenariats Etudes PHARE-Citoyens, Entreprises et Associations (COMISIS, 2015) 10 Programme PHARE de lObservatoire des partenariats Etudes PHARE-Citoyens, Entreprises et Associations (COMISIS, 2015)

    Domaines conomiques

    Domaines sociaux

    Domaines socitaux

    Domaines environnementaux

    Les domaines privilgis pour co-construire

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 8

    b. Les pratiques dalliances en territoire La co-construction apparait aujourdhui comme une dynamique en marche ; mme si elle revt une maturit variable selon les territoires. Ainsi, 63% des pionniers des alliances en territoire11 considrent aujourdhui que leur territoire porte une dynamique de co-construction, quelle soit pleinement ancre dans le fonctionnement du territoire ou quelle relve dinitiatives multiples. De plus, ils sont 33% constater que cette dynamique commence merger sur leurs territoires12. Par ailleurs, une perce des partenariats entre associations et entreprises est observe. Les entreprises de 10 salaris et plus sont aujourdhui 37% avoir mis en place des partenariats, contre 28% il y a 5 ans. Cela reprsente 675 000 partenariats avec les associations, et une moyenne de 5,1 partenariats par entreprise. De leur ct les associations sont 38% avoir mis en place des partenariats. Cela reprsente 1 192 000 partenariats avec les entreprises avec une moyenne de 4,5 partenariats par association. Si lon regarde plus spcifiquement les associations employeuses, elles sont 53% avoir mis en place des partenariats. Par ailleurs, 38% des associations nont pas mis en place de partenariats mais ont lintention den dvelopper dans les 2 prochaines annes. Il est important de constater que prs de la moiti des partenariats en France sont mis en place par des entreprises de moins de 10 salaris. Cest ce qui explique la diffrence entre le nombre de partenariat mens par les associations, et celui des entreprises dau moins 10 salaris. Prs de 517.000 partenariats relvent donc dentreprises de moins de 10 salaris. Cela confirme les rsultats dj observs par ailleurs13 : le mouvement en marche touche toutes les catgories dentreprises, y compris les TPE. 11 Les pionniers des alliances en territoire sont les acteurs qui animent localement la relation entre entreprises, associations et Collectivits Territoriales depuis plusieurs annes. Ils inventent au quotidien les manires de faciliter le dialogue entre ces acteurs. 12 Etude sur ltat des lieux de la co-construction en territoire, pour Le RAMEAU (Isabelle GULPHE-LACHAUD, 2016) 13 Etude ARPEA-Entreprises pour lObservatoire des partenariats (Comisis, 2011)

    Base : 47

    Les domaines privilgis pour co-construire

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 9

    Aprs le taux de pratique des acteurs, il est intressant danalyser la nature des partenariats raliss. 67% des associations ralisent des partenariats de mcnat. Cest pour elles la porte dentre des partenariats. Ct entreprise, les partenariats les plus usits sont les pratiques responsables, qui reprsentent 45% des partenariats raliss. Viennent ensuite les partenariats de mcnat pour une entreprise sur 3. Tant pour les associations que pour les entreprises, la coopration conomique (25%) et linnovation socitale (16%) sont des modes de partenariats en mergence. Ainsi, aprs le mcnat (dbut 1990) puis les pratiques responsables (milieu 2000), ce sont les partenariats de co-construction qui sont en mergence aujourdhui.

    La France entre dans la 3me re des relations entre associations et entreprises. Le mouvement sest progressivement co-construit tel quil est expos dans le schma ci-dessous. Sans se substituer aux deux premires toujours dactualit, la 3me re vient complter la dynamique des deux premires. La dynamique dalliances se structure ainsi en strates successives qui rpondent des enjeux socitaux et des objectifs pour les partenaires diffrents. Cest cette diversit des enjeux qui expliquent celle des types de partenariats mis en place (cf. infra).

    Mcnat Pratiques

    responsables

    Innovation

    socitale

    Coopration

    Economique

    45%

    30%25%

    16%

    Pratiques

    responsables

    Mcnat Coopration

    Economique

    Innovation

    socitale

    67%

    29%26% 25%

    Les types de partenariats mis en uvre

    La 3me re des relations partenariales

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 10

    c. La diversit rgionale14 Il existe, selon les territoires, des diffrences quant aux pratiques de co-construction et aux types de partenariats mis en uvre entre les associations et les entreprises. Ces diversits territoriales qui dgagent une tendance commune au dveloppement des alliances invitent dcliner territorialement les actions partenariales en fonction des enjeux prioritaires identifis sur les territoires.

    Si des diffrences territoriales apparaissent sur les territoires en termes de maturit, il ressort nanmoins un mouvement gnral en marche autour du dveloppement des alliances en territoire. Ce phnomne sexplique par la prise de conscience, par les acteurs des territoires, des 3 impacts majeurs des alliances : lmergence dinnovations territoriales, le dveloppement de la confiance entre organisations du territoire et la performance des organisations participant aux alliances. Il est galement important de souligner que la mobilisation des citoyens15 est facilite par limplication de tous les acteurs territoriaux autour dun objectif commun.

    14 Programme PHARE de lObservatoire des partenariats Etudes PHARE-Citoyens, Entreprises et Associations (COMISIS, 2015) 15 Etude sur ltat des lieux de la co-construction en territoire, pour Le RAMEAU (Isabelle GULPHE-LACHAUD, 2016)

    Carte de France des pratiques partenariales des entreprises et des associations

    Base : 35

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 11

    Partie 2 : Les formes de la co-construction en territoire

    1. Les 3 formes de co-construction en territoire Aujourd'hui se distingue sur les territoires 3 formes de co-construction :

    Le dialogue territorial,

    Les exprimentations collectives,

    Les partenariats entre organisations.

    a. Le dialogue territorial Le dialogue territorial est une action danimation collective. Il permet la mobilisation des acteurs dun territoire autour dune conscience partage de ce territoire. Il facilite lveil la notion dalliances entre acteurs pour rpondre des enjeux partags. Le dialogue territorial vise croiser les regards des diffrents acteurs (associations, entreprises, Pouvoirs publics, universits, experts, mdias) pour partager leurs connaissances : les fragilits de leur territoire, ses atouts, sa capacit raliser des alliances. Ce dialogue permet la cration dun cosystme favorable au dveloppement et la prennisation dalliances innovantes ainsi qu lmergence de solutions pertinentes pour rpondre aux enjeux du territoire, quil sagisse de rduire les fragilits ou de crer de nouveaux moteurs de croissance et demploi. Exemple : La communaut de communes de Charenton Saint Maurice a engag un dialogue territorial au travers de la dmarche Agir ensemble Charenton Saint Maurice depuis 2012. La dynamique, autour de 3 axes : insertion des jeunes, handicap et prcarit, a permis dtablir un plan dactions concertes entre associations, entreprises et Collectivits Territoriales, et a fait merger linitiative Quand Elves et Entreprises se rencontrent . Lvaluation de linitiative ralise en 2016 par Accenture dans le cadre dun mcnat de comptences a fait apparaitre la valeur ajoute pour le territoire rsume ci-contre.

    Les 3 formes de co-construction en territoire

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 12

    b. Les exprimentations collectives Lexprimentation collective est galement une action collective du territoire. Elle consiste inventer et agir ensemble sur un enjeu commun dtermin, pour lequel chacun des acteurs apporte une contribution pour y rpondre. Il sagit donc de la mobilisation dacteurs divers du territoire (associations, entreprises, pouvoirs publics, universits, experts, mdias) autour dun dfi dintrt gnral partag (par exemple : lemploi, le recyclage, lducation, le numrique,). Cette exprimentation a pour objectif de cheminer ensemble vers une solution concrte en mobilisant les nergies de chacun. Elle part du principe quaucun des acteurs ne peut seul rpondre lampleur de lenjeu, et quil est donc ncessaire dassocier des comptences et apports de diffrentes natures. Cest ainsi la lgitimit de chacun qui est ainsi reconnu. Exemple : le Collectif pour lEmploi est une exprimentation collective engage par 5 fondations pour dvelopper lemployabilit sur les mtiers davenir ou en tension. Il implique sur 3 territoires tous les acteurs locaux concerns pour faire merger des solutions concrtes adaptes aux besoins du territoire. Larticulation nationale / territoriale de cette exprimentation collective est lune de ses originalits.

    c. Les partenariats entre les organisations Les partenariats entre organisations, relvent dune dimension plus individuelle des organisations concernes. Il sagit dici de la cration de partenariats autour dun objectif commun. Les travaux du RAMEAU ont permis dtablir une typologie de 9 modalits de partenariats autour de 4 grandes catgories.

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 13

    Exemple : Depuis 2013, SUEZ Eaux Grand Est fait appel lassociation ADEIS pour le recyclage de lenrob lors de ses travaux de terrassement. Dans le cadre de cette prestation de services, des travailleurs en insertion travaillent ainsi avec des salaris de lentreprise. Cest un bel exemple de pratique responsable. Pour plus dinformations voir le site du Labo rgional des partenariats dAlsace : www.lelabo-partenariats.org Pour de plus amples exemples sur les diffrentes formes de partenariats, vous pouvez consulter le guide ORSE Le RAMEAU sur les partenariats, illustr par une trentaine dtudes de cas reprsentatives des 4 catgories de partenariat, dune diversit de taille et de territoires des partenaires, ainsi que dune varit de domaines dapplication. Consultable sur le site du RAMEAU Rubrique Illustrations . Ces partenariats ncessitent pour chacun des partenaires didentifier ses propres objectifs avant de sengager dans une action commune. Ils ncessitent aussi de clairement dfinir les impacts pour le territoire. Afin daider les acteurs du territoire dfinir les rsultats possibles, Le RAMEAU a men un travail de recherche sur lvaluation de lutilit socitale des partenariats. Une tude sur les pratiques des associations et des entreprises16 ainsi quun rfrentiel ont t publi en 201517. Les rsultats peuvent tre synthtiss selon le schma suivant : 16 Etude sur les enjeux et les pratiques dvaluation des partenariats (Le RAMEAU, 2015) 17 Rfrentiel sur lvaluation de lutilit socitale des partenariats (Le RAMEAU, 2015)

    http://www.lelabo-partenariats.org/

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 14

    2. Un cheminement territorial en 3 temps Il est intressant dobserver le cheminement que ralisent majoritairement les territoires pour sapproprier ces 3 formes de co-construction :

    Au dpart, les territoires reprent des partenariats pionniers inspirants, notamment entre

    associations et entreprises : les belles histoires qui permettent de mobiliser les pairs autour

    de retour dexpriences inspirants.

    Ces exemples de partenariats incitent le territoire passer une organisation plus systmique du

    dialogue entre diffrents mondes : cest alors que la notion danimation du dialogue se dessine

    et que sorganisent des temps collectifs de partage de connaissances territoriales, rencontres et

    sensibilisations.

    Ces temps collectifs permettent ensuite lmergence de partenariats innovants et dexpriences

    collectives autour denjeux partags entre acteurs.

    3. ... Qui sapprend en marchant ! Il nexiste pas de dmarche standardise. En fonction de la maturit des territoires, des enjeux prioritaires et de la mobilisation des acteurs, le cheminement est spcifique chaque territoire. Il est nanmoins ncessaire de constater des traits communs travers les territoires. Cest ce travail que ralise Le RAMEAU travers ses recherches. Il est en effet essentiel de capitaliser sur les expriences des territoires pionniers. Les territoires qui souhaitent sengager et/ou renforcer leur dynamique de co-construction ont tout intrt sinspirer de ce qui existe sur les autres territoires. Si chacun des rcits est diffrent et profondment adapt aux spcificits de chaque territoire, ils sont tous structurants. La culture de co-construction ntant pas une caractristique en France, les parcours ont t souvent complexes, parfois risqus et toujours sems dembuches. Il est intressant de relire ces histoires de cheminement. Plus globalement, la confrontation des expriences est aussi une voie damlioration de la performance et de la pertinence des dmarches engages. Personne ne peut dclarer aujourdhui avoir atteint des rsultats justifiant dimposer un modle unique. Bien au contraire, tout reste encore construire en sappuyant sur les preuves de concepts et sur les bonnes pratiques que les territoires ont engranges. Pour cela lingnierie de la co-construction est un levier essentiel de la russite des territoires.

    Les 3 temps de la co-construction en territoire

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 15

    Partie 3 : Lingnierie de la co-construction en territoire Afin que les diffrentes formes de co-construction puissent se dvelopper sur les territoires, il est ncessaire que le territoire se dote dune ingnierie ddie au dveloppement des alliances. Cette ingnierie a pour mission de favoriser la cration des diffrentes formes dalliances, de les accompagner et de les valuer. Nouvelle pour les territoires, elle reprsente une vritable forme dinnovation. Comme toute innovation, elle demande un travail de modlisation, articul autour de 4 questions cls :

    1. Les solutions dingnierie dvelopper pour la co-construction territoriale Comme prsent en Partie 2, trois formes de co-construction peuvent tre mises en uvre sur les territoires pour rpondre ses enjeux et devenir source dinnovation. Chacune appelle une ingnierie adapte :

    Lanimation du territoire,

    Laccompagnement des exprimentations collectives,

    Laccompagnement des partenariats.

    Les 3 solutions dingnierie de la co-construction en territoire

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 16

    a. Lanimation du dialogue territorial Lingnierie de lanimation du dialogue territorial repose sur 3 types dactions :

    1. Le partage de connaissances territoriales avec les diffrents

    acteurs du territoire (entreprises, associations, Collectivits

    Territoriales, universits, mdias, experts,),

    Autrement appeles conversations territoriales , ce dialogue

    peut se traduire par le partage dun diagnostic des fragilits du

    territoire, ou encore par un tat des lieux de la co-construction

    entre acteurs sur le territoire.

    Par exemple, en 2012, lorsque La Poste lance une rflexion sur la co-construction en Poitou-Charentes,

    elle commence par raliser une tude sur les besoins dalliances sur le territoire, sur les pratiques

    existantes ainsi que sur le rle que les autres acteurs lui souhaitent voir jouer. Les rsultats de cette

    tude ont t partags avec des acteurs publics, associatifs et entreprises. Celle-ci a permis dinitier

    un dbat entre acteurs sur les fragilits du territoire ainsi que la volont dy rpondre ensemble.

    Autre exemple, lassociation Coordinactions a lanc en 2014 un diagnostic des fragilits de 5 territoires franciliens. Il a permis de rassembler autour de cet tat des lieux des forces et difficults des territoires, entreprises, associations et pouvoirs publics afin de promouvoir la construction de programmes dactions communs.

    2. La sensibilisation aux partenariats.

    Lobjectif de cette phase est dorganiser sur le territoire des temps de sensibilisation (confrences,

    ateliers de travail, formations,) sur les alliances entre acteurs. Diffrents thmes peuvent tre

    traits : le mouvement dalliances en marche aujourdhui sur les territoires, les diffrents types de

    partenariats possibles, les objectifs pour chaque acteur, les exemples de partenariats ayant russi

    Par exemple, le 8 juin 2015, sur la mtropole de Lyon, lADMICAL, les AEH (Ateliers de lEntrepreneuriat Humanistes), Pro Bono Lab et RDI (Rhne Dveloppement Initiative), ont organis une confrence sur les partenariats associations-entreprises, au travers dun regard sur le mouvement existant au niveau national et de la prsentation de partenariats innovants existants en rgion Rhne-Alpes. Le 4 dcembre 2015, le Laboratoire dInnovation Publique de la rgion PACA a organis sur une journe la rencontre Vers de nouvelles cooprations associations-entreprises-collectivits rassemblant entreprises, associations et Collectivits Territoriales. Cette journe sest construite autour dun clairage sur les partenariats associations-entreprises et dun atelier de mise en situation.

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 17

    3. La mise en relation des organisations.

    Il sagit dans ce cas dorganiser des temps de rencontres entre acteurs du territoire qui souvent ne se

    connaissent pas, malgr une forte proximit gographique et des enjeux territoriaux communs. Cette

    mise en relation peut prendre une diversit de formes, par exemple celui dun speed-dating .

    Par exemple, le Labo rgional des partenariats dAlsace fait se rencontrer des dirigeants dentreprises et des responsables associatifs dun mme territoire sur des temps courts. Les participants ont 8 minutes chaque tour pour prsenter leurs structures respectives, changer sur leurs enjeux et imaginer des pistes de partenariats innovants. Sur un vnement dune dure denviron 1h30, les participants rencontrent en moyenne 7 8 personnes de lautre catgorie (entreprise ou association). A la fin de lvnement, les coordonnes des participants qui souhaitent mutuellement se revoir sont changes pour approfondir les changes et travailler ensemble.

    b. Laccompagnement des exprimentations collectives Afin de favoriser lmergence et la prennisation dexprimentations collectives, trois types dactions peuvent tre distingues :

    Faire merger les besoins existant autour dun enjeu dintrt

    gnral partag,

    Co-construire des solutions, en capitalisant sur les

    comptences et expriences complmentaires de chacune des

    parties prenantes,

    Evaluer les rsultats de cette exprimentation de co-

    construction.

    A la suite de ltude que La Poste a ralise (cf. infra), elle a lanc en 2013 lexprimentation Agir ensemble en Poitou-Charentes . 3 groupes de travail copilots par un binme association / entreprise ont t crs sur 3 thmatiques : bien vieillir en Poitou-Charentes , emploi / insertion et accs au numrique . Des groupes bien vieillir en Poitou-Charentes et accs au numrique , est ne lexprimentation collective Silver Geek, autour dun collectif dacteurs (Orange, MACIF, SPN, Unis-Cit, Ateliers du Bocage, Passerelles & Comptences, Futurolan, Centre Socio-Culturel des 3 Cits, URIOPSS, CRESS Poitou-Charentes, Conseil Gnral des Deux Svres) organisant des ateliers numriques anims par des jeunes en service civique auprs des seniors en structures daccueil. Dans cet exemple, lmergence des besoins a pu tre ralise grce lanimation initiale de La Poste visant faire merger les besoins du territoire. La co-construction de la solution Silver Geek a pu tre ralise en atelier de travail, disposant dune ingnierie danimation adapte. Enfin, au bout dun an dexprimentation, Silver Geek a procd lvaluation18 de son action et travaille lessaimage de cette initiative ayant dmontr de nombreux impacts positifs. Autre exemple, le programme mergence en Franche Comt accompagne les territoires en apportant de l'ingnierie, son expertise, sa capacit de mobilisation des acteurs et partenaires, pour faire merger des activits conomiques qui rpondent aux besoins du territoire. En impliquant les diffrents rseaux locaux, la dmarche consiste progressivement identifier les ides de services, dinstruire ces pistes puis daccompagner la cration des nouveaux services dont lanalyse dopportunit puis de faisabilit se sont rvles positives. Outre la cration dactivits et demplois, cette dynamique est aussi source de crativit pour le territoire. 18 Pour plus dinformation sur lvaluation de lutilit socitale de Silver Geek, mene en partenariat avec Le RAMEAU, voir http://collectifsilvergeek.tumblr.com/

    http://collectifsilvergeek.tumblr.com/

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 18

    c. Laccompagnement des partenariats Le lancement et la prennisation de partenariats entre acteurs sur un territoire demande une forte ingnierie daccompagnement. Une dmarche en 3 temps rsume le cheminement ncessaire lmergence et au dveloppement de partenariats quilibrs, durables et forte utilit socitale :

    Prparer les partenaires (entreprises, associations,

    Pouvoirs publics), au travers dune rflexion individuelle

    sur leur stratgie partenariale,

    Une fois les partenaires prpars, le lancement du

    partenariat ncessite un cadrage et une dfinition claire

    de son pilotage,

    Enfin, lvaluation de lutilit socitale du partenariat doit

    venir in fine dmontrer la pertinence tant pour les

    partenaires que face aux besoins du territoire.

    Naturellement, il nest pas toujours ncessaire dtre accompagn pour concevoir et raliser un partenariat. Cependant, lexprience montre que ces partenariats empiriques sont souvent confronts un plafond de verre que les partenaires ont souvent envie de dpasser pour aller plus loin et pour bnficier pleinement de la dynamique et de la confiance quils ont suscites. Laccompagnement est alors garant de la russite des partenariats. Il permettra aussi aux territoires de disposer de belles histoires qui pourront inspirer dautres acteurs et alimenter une forte dynamique de co-construction territoriale. Par exemple, depuis 2008, le Labo rgional des partenariats en Alsace a accompagn la cration de prs dune centaine de partenariats entre associations et entreprises. Cet accompagnement se dcline en 4 tapes : lidentification du champ des possibles, les propositions et mises en relation, lappui la mise en place du partenariat, le suivi ainsi que lvaluation de ce partenariat. Ces 3 ingnieries (animation du dialogue territorial, accompagnement des exprimentations collectives et accompagnement des partenariats entre organisations) sont plus ou moins dveloppes selon les territoires. Selon les pionniers des alliances en territoire,19 le modle le plus prsent aujourdhui est lexprimentation collective, vient ensuite lanimation du territoire, puis laccompagnement des organisations20. Lenjeu pour les territoires souhaitant mettre en place une dmarche dalliances est de dfinir la solution qui lui correspond. Pour cela, il peut sinspirer de ce qui existe sur dautres territoires, et progressivement mettre en uvre la dmarche qui lui est la mieux adapte. 19 Op.cit dfinition des Pionniers des Alliances en territoire, Partie 1. 20 Etude sur ltat des lieux de la co-construction en territoire, pour Le RAMEAU (Isabelle GULPHE-LACHAUD, 2016)

    12% 10% 7%

    36% 40%33%

    50% 40%41%

    2%10%

    19%

    0%

    20%

    40%

    60%

    80%

    100%

    Exprimentationscollectives autour d'un

    enjeu partag du territoire

    Animation du territoire surles partenariats

    Accompagnement desassociations et des

    entreprises sur leurspartenariats

    Sur votre territoire, existe-t-il... ?

    Non, elles ne sont pas dveloppes Oui, elles sont en cours de dveloppement

    Oui, elles sont partiellement dveloppes Oui, elles sont pleinement dveloppes

    Base : 40

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 19

    Pour le permettre rellement, il existe aujourdhui un fort besoin :

    de lieux de partage dexpriences et dchanges entre animateurs des alliances,

    de dveloppement de mthodes et doutils (danimation, de facilitation, dvaluation, etc.)

    permettant de se saisir et de se former sur des nouvelles comptences danimateur, de facilitateur

    ou encore de catalyseur sur le territoire. Lanimation de la co-construction en territoire se dessine en

    effet comme un nouveau mtier, se professionnalisant et ncessitant de fait son propre rfrentiel

    mthodologique21. Des travaux en ce sens sont en cours.

    Ainsi, afin de faciliter le partage entre pairs et damliorer la transversalit des exprimentations, Le RAMEAU et le Labo rgional des partenariats dAlsace ont initi en 2014 un rseau informel des pionniers de lanimation des alliances en territoire. Aujourdhui constitu de plus de 200 membres, ce rseau a eu loccasion dorganiser 2 rencontres nationales, en 2015 et 2016, et de mettre en place un centre de ressources partages pour faciliter le partage de bonnes pratiques et favoriser une co-construction entre territoires.

    2. La chane de valeur de lingnierie de la co-construction en territoire Aprs les solutions mettre en uvre vient la question de la chane de valeur :

    Quels acteurs mobiliser sur le territoire pour co-construire ? Quel doit tre le rle de chacun ?

    Comment articuler les multiples complmentarits des acteurs du territoire ?

    Comment favoriser la mobilisation initiale de ces acteurs ? Comment les impliquer activement ?

    Comment fidliser leur engagement et rendre leur implication durable ?

    Une diversit dacteurs est prsente sur les territoires. Ils peuvent tre segments de la faon suivante :

    Pouvoirs publics22 : Collectivits Locales et Territoriales, services dconcentrs de lEtat.

    Acteurs conomiques23 : Grandes entreprises, ETI, PME/PMI, TPE, artisans et commerants, experts

    et consultants, dont les statuts peuvent tre varis (entreprises classiques , coopratives,

    mutuelles, structures dinsertion par lactivit conomique, entreprises sous forme associative).

    Structures dintrt gnral24 : tte de rseaux et associations dintrt gnral, fondations.

    Monde acadmique, de lducation et de la formation : Universits, grandes coles, centres de

    formation, etc.

    Mdias

    et naturellement les citoyens, qui sont tout la fois les bnficiaires et les contributeurs la

    dynamique.

    Il est important de souligner la diffrence de dmarche qui existe entre la mobilisation des organisations et celle des individus. Si lune et lautre sont indispensables sur un territoire, et profondment complmentaires, elles ne sont pas confondre. En effet, les objectifs, les modalits et les pratiques ne peuvent pas tre les mmes en fonction que la mobilisation cible principalement les organisations ou les individus au sein de ces organisations. Lingnierie de co-construction devra prendre en compte cette diffrence et des spcificits qui en dcoulent. 21 Des travaux en ce sens sont actuellement en cours au sein du RAMEAU, au travers lanalyse de lmergence de 3 nouveaux mtiers lis aux alliances, dont celui danimateur territorial de la co-construction. 22 Rapport Ensemble, acclrons ! Accompagner les acteurs de linnovation dans leur changement dchelle (SGMAP - Secrtariat Gnral pour la Modernisations Publique et CGET - Commissariat Gnral lEgalit des Territoires, Dcembre 2015, disponible sur http://www.modernisation.gouv.fr/) 23 Note de rflexion sur lentreprise responsable, Assises de lentreprenariat (Le RAMEAU, 2013) 24 Notes de rflexion prospective Panorama et enjeux du secteur associatif (Le RAMEAU, 2013) et Pourquoi Investir dans le secteur associatif (Le RAMEAU, 2012)

    http://www.modernisation.gouv.fr/

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 20

    Le tableau ci-aprs rsume les apports que chaque acteur peut apporter au territoire ainsi que les raisons qui peuvent lamener contribuer une dynamique de co-construction.

    Comme le montre le graphique ci-aprs25, lensemble de ces acteurs peuvent tre impliqus dans les dmarches de co-construction territoriale. Comme nous venons de le voir, chaque acteur dispose dun rle et denjeux spcifiques sur lesquels il convient de capitaliser pour co-construire.

    Ainsi, les associations, les entreprises et les pouvoirs publics ne peroivent pas les fragilits socitales de la mme manire. Cette diversit des prismes de vue et danalyse permet dlargir le champ de vision de chacun et dclairer des zones qui ne sont au cur daucun des regards. Cest cet clairage des zones dombre qui favorise la crativit et la possibilit

    25 Etude sur ltat des lieux de la co-construction en territoire (ralise par Isabelle Gulphe-Lachaud, Janvier 2016)

    Base : 35

    Equilibre entre lapport au territoire et la rponse aux enjeux de chacune de ses 6 parties prenantes

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 21

    de trouver des solutions l o aucun ne peut seul dfinir les conditions de ralisation dune rponse pertinente. Ainsi, les prismes tant complmentaires, il sagit darticuler les diffrentes visions de chacun et doptimiser les synergies. Lenjeu rside donc dans :

    Le dcloisonnement de ces diffrents mondes, dj plus ou moins amorc sur les territoires selon

    leur historique,

    Lidentification des rles complmentaires de chaque acteur sur le territoire.

    Par exemple, cest cette dynamique que promeut le laboratoire dinitiatives citoyennes, cr par le CELAVAR pour rpondre aux dfis des territoires ruraux. La note de rflexion sur les enjeux et les pratiques de la co-construction dans ces territoires ruraux26 rcemment publie en souligne la valeur ajoute. De mme, il est intressant de souligner que le Pacte Civique27, initi par Jean-Baptiste de FOUCAULT, met en lumire la ncessit dagir selon 3 sphres pour russir la mutation de notre socit : la sphre publique, la sphre des organisations et la sphre des individus. Il propose un plan dactions coordonnes qui implique lensemble des acteurs chacun sa juste place pour russir une transformation qui relve les dfis de ce dbut de XXIme sicle. Pour faciliter cette dynamique, il est souhaitable quil y ait lmergence dun acteur tiers de confiance territorial, disposant de comptences danimation du territoire et de facilitation des changes, ainsi que dune connaissance des dynamiques dalliances. Cet acteur, selon la ralit des territoires, peut tre un acteur issu des Pouvoirs publics, du secteur associatif, du monde conomique, du monde acadmique ou encore tre un expert indpendant spcialis dans les partenariats. Lexprience des territoires prouve quil ny a pas de modle type, ni de prsance sur celui qui doit impulser la dynamique. Selon les territoires, limpulsion et lanimation peuvent tre assures par des acteurs trs varis.

    3. Le modle socio-conomique de lingnierie de la co-construction en territoire La mise en place dune dynamique de co-construction territoriale ncessite de trouver le modle conomique correspondant. Comme nous lavons vu prcdemment, une dmarche de co-construction demande de lingnierie et donc du temps humain et des moyens financiers pour laccompagner. Il est important sur cette question de clarifier la notion de modle conomique dont il est question. Il sagit bien du modle conomique de lingnierie, et non pas du modle conomique des projets partenariaux qui peuvent natre de cette dynamique. Il est noter que cette ingnierie territoriale prsente une structure de cots28 assez similaire dun territoire lautre : en moyenne, de 60 70% de cots de mobilisation de

    26 Note de rflexion sur les enjeux et les pratiques de co-construction sur les territoires ruraux (Le RAMEAU en partenariat avec le CELAVAR, 2016) 27 www.pacte-civique.org 28 ATTENTION : la structure de cot ne signifie pas que ce soient des dpenses : le modle hybride permet de bnficier de la complmentarit des positionnements et dagir avec une stratgie de cots vits. Il sagit donc danalyser et de valoriser tous les cots induits, mme sils sont pris en charge par dautres, afin davoir une image relle de la valeur de lingnierie ncessaire.

    Structure des cotsde lingnierie territoriale

    Masse salariale

    60-70%

    Communication /

    promotion

    10 25 %

    Frais de

    structure

    7 15 %

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 22

    comptences, de 10 25% de cots de communication/promotion, et de 7 15% de frais structurels. Dans ce contexte, le modle conomique peut tre dfini comme la structure des moyens ncessaires pour mettre en place, de manire durable, lingnierie de co-construction. Il reprsente lensemble des ressources disponibles et le choix de leur affectation afin de la mettre en uvre. Pour dfinir son primtre, il est plus exact de parler de modle socio-conomique. Celui-ci comprend en effet 3 axes : les richesses humaines mobilises, les leviers financiers et les alliances, synthtis ainsi :

    Etant donn que la mobilisation des comptences est le poste principal de dpenses de lingnierie de co-construction, il est essentiel de rflchir la structuration de la richesse humaine mobilise au service de cette dynamique. En effet, selon que limplication est assure par des bnvoles, des volontaires, le recours des salaris ou du mcnat de comptences, le modle conomique ne se structure absolument pas de la mme manire. Il convient de souligner que le choix de la richesse humaine mobiliser ne se fait pas en fonction de son cot, mais bien de sa qualification. Le rle dun bnvole nest pas celui dun salari, et inversement. Il ne sagit donc pas de dfinir son modle en fonction dune optimisation financire des dpenses, mais bien dune maximisation de la valeur ajoute produite en choisissant la nature du capital humain la plus adapte au projet. Second axe socio-conomique, la stratgie dalliances des porteurs de lingnierie de co-construction impacte significativement le modle conomique de cette dernire. Leur capacit raliser leurs actions en synergie avec dautres, voire mutualiser des moyens, a en effet une influence trs forte sur leurs besoins et la manire dont ils captent les ressources ncessaires pour atteindre leurs objectifs. La stratgie des cots vits et de la valorisation des apports est au cur du modle conomique de la co-construction territoriale. Ce qui peut avoir un cot important pour lun peut tre marginal pour lautre. Par exemple, la mise disposition dun local ou le transport dun matriel peuvent faire lobjet dun apport sans que cela ne pnalise fortement celui qui en est lorigine. Loptimisation des synergies est ainsi lun des leviers essentiels du modle socio-conomique des alliances.

    Les 3 leviers du modle socio-conomique

    Financement AlliancesRichesses Humaines

    Salaris

    Bnvoles

    Services civiques

    Stagiaires

    Mcnat de comptences

    Subventionnement (subventionpublique, mcnat, crowdfunding)

    Investissement socital(partenariats stratgiques)

    Revenus dactivit (commandepublique, pay what you can,

    formation, vente de conseil auprs

    du territoire et/ou des organisations)

    De positionnement

    De production / diffusion

    De moyens

    Quelles comptences

    mobiliser ?

    Quels leviers de

    financement activer ?

    Quelles synergies

    territoriales crer ?

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 23

    Enfin, laxe financier recouvre une diversit de leviers. Le graphique ci-contre expose les leviers que les pionniers de lanimation des alliances en territoires considrent susceptibles dtre mobiliss afin de financer lingnierie de co-construction territoriale29. Ces diffrents leviers sont structurs en 3 catgories :

    Le subventionnement, public et/ou priv,

    Linvestissement partenarial30, notamment dans une dynamique de R&D socitale,

    Les revenus dactivits, sous forme de prestation et/ou de manire plus innovante comme les

    contributions volontaires de type pay what you can .

    Concernant la temporalit de la co-construction territoriale, il convient de distinguer deux modles socio-conomiques :

    le modle socio-conomique exprimental : il permet de soutenir les premires exprimentations

    de lingnierie de co-construction du territoire. Il repose sur des subventions publiques ou des

    contributions prives permettant de donner le temps de faire la preuve de concept de la

    dmarche avant de stabiliser un modle prenne.

    le modle socio-conomique de dploiement : il doit permettre une solution prenne de lingnierie

    de co-construction qui ne peut perdurer grce au modle initial de subventionnement qui nest plus

    adapt. Ce modle conomique de dploiement ncessite linvention dun modle hybride adapt. Il

    repose souvent sur la rgle des 4 tiers : subventionnement, financement dinvestissement, revenus

    dactivit et valorisation du bnvolat. Larticulation de ces 4 composantes relve de proportions

    adaptes au contexte du territoire, limplication de ses acteurs et la valeur des dynamiques mises

    en uvre.

    Si les modles conomiques exprimentaux ont souvent t trouvs, ce sont les modles socio-conomiques hybrides de dploiement qui restent aujourdhui largement inventer. Une cl de voute pour y parvenir est lvaluation de lutilit socitale de la co-construction pour le territoire et ses partenaires. Elle permet en effet de valoriser les diffrentes formes de contribution et de lgitimer les investissements ncessaires (cf. infra partie 2). 29 Op.cit, Etude sur ltat des lieux de la co-construction en territoire, pour Le RAMEAU (Isabelle GULPHE-LACHAUD, 2016) 30 Rfrentiel modle dinvestisseur socital (Le RAMEAU, 2015)

    Base : 34

    Quels leviers financiers peuvent tre activs pour financer

    lanimation de la co-construction en territoire ?

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 24

    Les travaux de recherche du RAMEAU qualifient les impacts pour les territoires autour de 3 natures de rsultats :

    Linnovation socitale et territoriale, levier de rduction des fragilits et moteur de croissance et demplois,

    La performance des organisations, tant des associations et des entreprises que des Collectivits Territoriales,

    La confiance dans notre capacit collective relever les dfis du XXIme sicle, ncessaire pour mobiliser les nergies et lengagement.

    4. Le dispositif de lingnierie de la co-construction en territoire Une fois le modle innovant qualifi autour dune solution pertinente, dune chaine de valeur efficiente et dun modle conomique permettant la viabilit de la dynamique, la dernire question instruire est celle du dispositif. Il est noter quen France, cette question est souvent pose en amont dune preuve de concept fiable. Pourtant, il est prfrable de ne la traiter quen aval afin que les dbats quelle suscite, et parfois mme les tensions quelle peut crer entre acteurs du territoire, ne viennent pas se substituer la force de la preuve fonde sur un principe de ralit. Ce sont les rsultats dune exprimentation russie qui peuvent aider lever les inerties, et ne pas tomber dans les travers des postures initiales dans lesquelles chacun des acteurs impliqus se trouve avant de sengager dans une dmarche collective de progrs o chacun doit pouvoir trouver sa juste place. La culture de lalliance ntant pas une caractristique en France, reporter les questions concernant le dispositif cible et sa gouvernance est donc une preuve de sagesse. Pour autant, les dispositifs locaux responsables de crer des synergies et de grer de manire positive les interdpendances entre acteurs territoriaux sont nombreux. Leur nombre et leur diversit se sont accentus ces dernires annes. Le RAMEAU a tabli un tat des lieux de ces diffrents dispositifs de co-construction territoriale31. Lobjectif de ce benchmark tait davoir un panorama des principaux dispositifs locaux runissant des acteurs de natures diverses en vue danimer la co-construction territoriale. Ceci permet de mettre en lumire les diffrents modles dorganisation et de gouvernance qui ont t choisis pour mener bien leurs missions. La comparaison et lanalyse de ces choix permet den comprendre leur complmentarit. 31 Benchmark des dispositifs de co-construction territoriale (Le RAMEAU, 2016)

    Illustrations des 3 impacts de la co-construction pour les territoires

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 25

    Dans lobjectif de rendre cette comparaison la plus claire possible, Le RAMEAU a utilis une approche systmique, centre sur lorganisation qui anime le dispositif : Pouvoirs publics, universits, entreprises ou organisations but non lucratif. De la mme faon pour faciliter sa comprhension, ce benchmark sest dclin autour de critres communs qui sont les suivants : historique & dfinition, missions & comptences et composition, fonctionnement & gouvernance. 8 dispositifs ont t particulirement tudis :

    3 dispositifs prdominance publique : Conseil Economique Social et Environnemental Rgional, Conseil de Quartier et Agence de dveloppement conomique.

    1 dispositif prdominance acadmique : Communauts dUniversits et dEtablissements (COMUES).

    4 dispositifs prdominance prive : Dialogue social territorial, Ples de comptitivit, Ple Territoriale de Coopration Economique (PTCE) et Fondations Territoriale.

    Ce benchmark a confirm quil existe une forte diversit de dispositifs danimation de la co-construction territoriale, mais aussi que cette volont nest pas nouvelle. Ds les annes 50, les Agences de Dveloppement se sont donn cet objectif. Depuis, de nombreux autres dispositifs ont aussi cette ambition comme moteur daction. Chacun des dispositifs est n linitiative dun acteur, public ou priv, invitant les autres acteurs du territoire travailler ensemble. De par son rle de pilote des acteurs mobiliss dans le dispositif, cet acteur invitant marque de fait le travail de co-construction ralis par sa sphre dappartenance (Pouvoirs publics, entreprises, ESS, intrt gnral, universits,). Le panorama de lcosystme actuel des territoires peut tre schmatis de la faon suivante :

    Ce panorama permet de constater que les diffrents dispositifs existants mobilisent souvent sur les territoires les mmes acteurs pour rpondre des dfis communs. Dans ce contexte, une question structurante se pose en fonction de la ralit de chaque territoire : Face au mouvement de co-construction qui saccroit, faut-il :

    Articuler les dispositifs existants, en y intgrant la question des alliances multi-acteurs ?

    Crer des dispositifs ad hoc ?

    Intgrer cette mission dans une organisation existante du territoire ?

    Choisir une gouvernance informelle pour favoriser le dialogue sans ncessairement le structurer ?

    Principaux dispositifs de co-construction territoriale

    Monde acadmique(Universits, Grandes coles)

    ESS(associations, mutuelles,

    coopratives)

    SIG (associations, fondations)

    Pouvoirs Publics(Etat, CT, CL)

    Etudiant

    Agence de

    Dveloppement

    Entreprises(TPE, PME, GE)

    Personne

    Enseignant

    Contributeur

    Consommateur

    SalariBnficiaire

    Bnvole

    Amis - famille

    Citoyen

    UsagerConseil de

    quartier

    CESER

    Fondation

    territoriale

    PTCE

    COMUES

    Ples de

    comptitivit

    Partenaires

    sociaux

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 26

    Ncessairement diffrente dun territoire lautre, cette question est nanmoins au cur des stratgies de dploiement des solutions pour faciliter le dialogue, les relations et la co-invention entre les acteurs riches de leurs diffrences. Ltude mene auprs des pionniers de lanimation des alliances en territoire dj cite32 montre que 77% pensent que la question majeure est de savoir mieux mettre en synergie les dispositifs dj existant sur les territoires. Coordonner les solutions existantes plutt que den crer de nouvelles, tel est donc le dfi de nombreux territoires. Une fois le dispositif choisi et la gouvernance cible identifie, une dernire srie de questions se pose ; celle du cadre technique adapt aux actions et missions conduire dans le cadre de lingnierie de co-construction territoriale :

    Quel est le cadre juridique le plus adapt pour lingnierie de co-construction ?

    Quel cadre fiscal doit-on choisir ?

    Dans quel cadre social est-il pertinent de faire voluer cette ingnierie ?

    Comment peut-on recourir aux outils financiers existants ?

    Le schma ci-aprs prsente 12 questions33 instruire afin de pouvoir choisir un cadre technique en accord avec lingnierie de co-construction souhait et en tenant compte de la diversit des statuts des acteurs territoriaux contributeurs. La difficult tient en effet ce que la nature des partenaires - publics, privs lucratifs et privs non lucratifs rend complexe le choix dun cadre technique adapt ces alliances territoriales. Il est ncessaire didentifier et de conjurer un certain nombre de risques lis cette activit dingnierie atypique34.

    32 Op.cit, Etude sur ltat des lieux de la co-construction en territoire, pour Le RAMEAU (Isabelle GULPHE-LACHAUD, 2016) 33 Travaux de recherche acadmique en partenariat avec Le RAMEAU : Mmoire dAugustin GILLE sur les alliances et le changement dchelle de linnovation socitale (ICP, 2014), Mmoire de Grado GIL sur le cadre technique des alliances (ICP, 2015) et Projet de thse doctorale de Grardo GIL (Audencia IAE de Nantes, 2016) 34 Note sur les dfis du cadre technique (Le RAMEAU, publication prvue au 1er semestre 2016)

    Base : 34

    Les 12 dfis du cadre technique des alliances

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 27

    Les travaux de recherche du RAMEAU font ressortir les difficults rencontres sur chacune des 4 natures. Par exemple :

    Au niveau juridique, il nexiste de convention adapte aux partenariats tudis,

    Sur le plan social, il peut exister un risque de requalification URSSAF du bnvolat,

    Dun point de vue fiscal, il subsiste une incertitude sur linterprtation de la nature de la relation en

    matire dintrt gnral,

    Enfin, pour exemple, en matire financire, la directive Solvency 2 35 pnalise les investisseurs qui

    assument un rendement moindre et un risque plus lev. Elle impose de surcroit une mobilisation

    supplmentaire de 59% du capital pour garantir linvestissement sil ny a pas de participation la

    gouvernance ou de 21% sinon.

    Cest lors dexprimentations innovantes que la prise de risque des partenaires est la plus forte. Il est ncessaire de scuriser les dmarches de co-construction novatrices. Deux solutions complmentaires sont possibles :

    - Technique : Mettre en place une convention de R&D socitale sur la base de ce qui existe dj entre

    les entreprises et le monde acadmique. Celle-ci permettrait de co-crer des solutions innovantes

    dans un cadre juridique scuris prservant le statut de chacun, sous rserve daccepter de mettre

    les rsultats en open source post exprimentation,

    - Politique : Crer un droit lexprimentation partenariale sur la base dune dclinaison de celui sur

    lexprimentation territoriale36. Agrment en forme de reconnaissance pour les partenaires,

    lavantage pour la Puissance publique est de recenser les projets en phase de test et de capitaliser

    lvaluation de leurs rsultats.

    Le RAMEAU milite pour que cette situation soit analyse et prise en compte la hauteur des enjeux quelle adresse. Cest notamment sur les territoires que les illustrations sur les limites actuelles du cadre technique sont les plus visibles.

    35 Directive Solvency 2 du 25 novembre 2009 sur laccs aux activits de lassurance et de la rassurance et leur exercice, transpose en droit franais par lordonnance 2 avril 2015. Elle oblige ces entreprises allouer les capitaux ncessaires leurs fonds propres pour couvrir les risques lis leur activit. 36 Droit dexprimentation territoriale introduit par la loi constitutionnelle du 28 mars 2003 aux articles 37-1 et 72 alina 4 de la constitution et en matire rglementaire par la loi organique du 1er aot 2003 aux articles L.O. 1113-1 L.O. 1113-7 du Code Gnral des Collectivits Territoriales.

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 28

    En conclusion Les trois dernires tudes de lObservatoire des partenariats sur les fragilits et la co-construction en territoire offrent un regard prcis sur les convictions des citoyens, des associations et des entreprises. Nous pouvons retenir 3 bonnes nouvelles : 1re bonne nouvelle : Il existe aujourdhui un vritable devoir dalliances pour inventer ensemble des solutions concrtes de proximit face aux fragilits des Hommes et des territoires : 84% des Franais pensent quil est urgent que les associations et les entreprises travaillent ensemble pour rsoudre les problmes de socit. 2me bonne nouvelle : Ce devoir dalliances nest pas dabord une contrainte rglementaire de responsabilit, ni mme une injonction morale dempathie, mais bien une opportunit dinnovation : 69% des citoyens, 86% des dirigeants associatifs et 81% des chefs dentreprise dclarent que les partenariats sont sources dinnovation pour rduire les fragilits et disposer de nouveaux moteurs de croissance conomique et demplois. 3me bonne nouvelle : Le mouvement est dj en marche sur les territoires : 37% des entreprises et 53% des associations employeuses sont dj engages dans une dynamique dalliances. Cest respectivement 9 et 6 points de plus quil y a 5 ans. De plus, les efforts soutenus des 200 pionniers de lanimation des alliances en territoire dmontrent quil y a aujourdhui une vritable volont de rpondre de manire collective et innovante laccroissement des dfis conomiques, sociaux, environnementaux ou socitaux. Or, ils considrent 63% que leur territoire a dj impuls un mouvement de co-construction. Notre responsabilit collective est donc de consolider et de dvelopper les initiatives territoriales qui vont dans ce sens. Au niveau territorial, il est ncessaire de soutenir lingnierie indispensable la cration dun cosystme favorable la co-construction. Au niveau national, il est urgent de rpondre au devoir dalliances rclam par les citoyens, les associations et les entreprises au travers dun droit lexprimentation partenariale permettant aux organisations dexprimenter de nouvelles solutions pour rpondre aux fragilits prsentes sur leurs territoires sans prendre le risque que ces innovations ne se retournent contre elles. Les nouvelles formes de coopration exigent de prendre le temps de les observer, de les analyser, de les valuer et de dployer celles qui ont dmontr leur efficacit. Le mouvement de co-construction est en marche sur nos territoires, mais si nous voulons quil puisse se prenniser et produire pleinement le fruit de son potentiel, nous nous devons den prendre soin. Soutenons donc collectivement cette dynamique et tous ceux qui sy engagent au service de la co-construction du bien commun pour un XXIme sicle plus solidaire, quitable et conomiquement durable.

  • Association Le RAMEAU 1, alle Charles V 94300 Vincennes Tl 01-53-66-99-70 - www.lerameau.fr 29

    ANNEXE - Kit pratique sur la co-construction en territoire

    Afin daider les territoires mettre en place des dmarches de co-construction, Le RAMEAU met disposition en open source le fruit de ses travaux de recherche au travers dun kit pratique. Dj disponible, il sera progressivement complt dici juin 2016, date de la publication dun rfrentiel sur la co-construction en territoire.

    Ce kit pratique est structur autour de 4 axes :

    - Des publications de rfrence pour comprendre les enjeux, les dfinitions et ltat de lart de la co-construction territoriale,

    - Des illustrations pour partager les retours dexprience dorganisations pionnires et les bonnes pratiques,

    - Des mthodes pour dfinir sa propre stratgie territoriale et mettre en uvre une dmarche adapte ses besoins,

    - Une boite outils pour agir efficacement grce 4 types de fiches : contexte, connaissance, pratiques et outils.

    - Etat des lieux de la co-construction en territoire :

    - Etude regard crois - associations, entreprises, citoyens - sur les fragilits et la co-construction en territoire (Programme PHARE de lObservatoire des partenariats),

    - Etude du regard des pionniers des alliances en territoire sur la dynamique de co-construction.

    - Enjeux de la co-construction en territoire : - Rapport Intrt gnral, nouveaux enjeux, nouvelles

    alliances, nouvelle gouvernance (rapport collectif), - Note prospective sur les enjeux des territoires ruraux,

    en partenariat avec le Celavar.

    - Modlisation de la co-construction en territoire :

    - Note prospective sur les modles danimation des alliances en territoire (note ci-jointe),

    - Benchmark sur les dispositifs de co-construction territoriale.

    Retrouvez ces publications ainsi que laccs au site des pionniers des alliances en territoire sur le site du RAMEAU (www.lerameau.fr)

    Nouvelles publications disponibles dbut 2016

    A PARAITRE

    Mai : Guide pratique sur

    lengagement associatif des

    salaris

    -

    Juin : Rfrentiel sur la co-

    construction en territoire

    -

    Septembre : MOOC ESSEC

    Le RAMEAU sur la co-

    construction en territoire

    http://www.lerameau.fr/