Livret Journée des Réfugiés 2014-2- ?· Je t’aime fort. Ton amie, ... Je me souviens du jour où…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Journe Mondiale des Rfugis 18 juin 2014

    Je me souviens...

    Association dHygine Sociale de Franche-Comt (AHS-FC)

    Dispositif Migrants

    PADA - HUDA CADA CPH - DMIE

  • 3

  • 4

    Mohamed Mdine

    Professeur de franais

    Un dernier mot

    Vous tenez entre les mains le dernier opus que traditionnellement nous

    publions loccasion de la Journe Mondiale des Rfugis.

    Ce livret est le fruit du travail effectu pendant les ateliers dcriture par

    les lves de lcole du Dispositif sous la conduite efficace et implique de

    Justine Rathier, stagiaire en Master de Franais Langue Etrangre.

    Cette anne nous avons dcid de placer ces ateliers sous le malicieux

    patronage de Georges Perec, le dernier des grands oulipiens,

    lpoustouflant acrobate de la langue - de la langue franaise sentend. Les

    lves ont eu produire durant ces sances fonctionnant comme un

    ouvroir littraire instructif, ludique et mnsique - des textes autour de la

    consigne dcriture qui tire sa substance de son fameux Je me souviens. Et

    les lves se sont souvenus.

    Rencontres aprs rencontres, ont surgi des profondeurs de leurs mmoires

    des moments drles, tendres ou graves quils livraient, les affinant

    chaque fois, aux pages de leurs cahiers. Pendant des semaines - une

    vingtaine - ils ont ainsi, mlant fiction et ralit, remis sur le mtier les

    ph(r)ases de leur histoire. Et en artisans soucieux de bien faire, ils les ont

    tisss, coups, cousus pour les modeler la taille de leurs souvenirs.

    Voici donc des clats de vies, des bouts dexistences exhums de la vie de

    ceux et celles qui ont bien voulu se prter lexercice.

    Quelles/ils en soient ici remercis.

    M. M

  • 5

    Justine Rathier

    Stagiaire en Master 2 de Franais Langue Etrangre (FLE)

    Latelier dcriture a, cette anne encore, donn chacun lopportunit et

    mme lenvie de sexprimer, de nous livrer des souvenirs les plus intimes,

    et de partager des expriences uniques.

    Le livret traite du souvenir, thme parfois dlicat aborder avec des

    demandeurs dasile, pour qui il peut sagir dun exercice difficile.

    Cest en partie grce ce recueil de textes que jai appris connaitre,

    travers leurs rcits divers et varis, ces lves au caractre parfois bien

    tremp.

    Comme vous pourrez le ressentir travers ces rcits, chacun a abord le

    sujet sa manire : avec pudeur, humour, discrtion, lgret, parfois

    avec timidit, apprhension, mais toujours avec beaucoup dmotions.

    Au-del dun recueil de textes crits par des demandeuses et demandeurs

    dasile, ce livret est le fruit du travail de femmes et dhommes avides de

    partager des bribes de leur vies, et dsireux de rappeler tous quils ne

    sont pas ici uniquement en position de demandeurs

    Un grand merci Mohamed Mdine pour ses conseils aviss, son soutien,

    sa patience et la confiance quil a eue en moi.

    Et merci tous nos crivains en herbe pour la motivation et lassiduit

    dont ils ont fait preuve ces derniers mois, mme si la mobilisation de toutes

    et tous na pas toujours t aise ! Merci pour ces moments passs

    ensemble, ces clats de rires, mais aussi le partage de souvenirs parfois

    plus douloureux.

    Et enfin, bonne lecture !

    J. R

  • 6

    Gisle Zola

    Gladjola Shera

    Imrane Maksuti

    Anonyme

    Ilir Kajevic

    Zejnepe Bislimi

    Isodoro Marmieri

    Marianna Uzdenova

    Maria Ndembo Miguel

    Dimitri Gavrichenko

    Assatou Diallo

    Donat Mavangu-Diavutukila

  • 3

    Gisle Zola

    Je me souviens du dlestage...

    que chez moi, en Rpublique Dmocratique du Congo, on a le systme

    de dlestage , que je ne subis plus depuis mon arrive en France.

    Le matin, quand je me rveille, je pense souvent aux coupures deau et

    dlectricit, parce ce que chez moi, il y a des jours o on a du courant et

    de leau pendant toute une journe, mais le lendemain matin a sarrte.

    Par exemple, si nous avons du courant le lundi et le mardi, on sait quon

    nen aura pas le jour suivant, mais que cest un autre quartier qui en aura.

    Et si a tombe le jour dun match de foot, on est obligs de donner de

    largent aux agents de la socit qui distribue llectricit, pour pouvoir le

    rtablir et regarder le match.

    Maintenant, le dlestage se retrouve aussi au sein des familles. Il y a des

    familles dans lesquelles les adultes mangent tour de rle sils nont pas

    assez de nourriture pour tous. Les grands mangent un jour mais pas le

    lendemain pour que les plus petits puissent se nourrir tous les jours.

    Ici je nai jamais connu ces coupures deau et dlectricit, et chaque jour

    je mange ma faim. Mme si je nai pas beaucoup dargent, je suis aide

    par les associations qui donnent de la nourriture gratuitement.

    a va bientt faire un an que je suis en France et un an que je ne prononce

    plus le mot dlestage .

    G. Z

  • 4

    Gisle Zola

    Et je garde le souvenir

    de mon sjour aux Glacis, de moments pnibles, trs difficiles

    vivre. Nous devions, car nous tions nombreux, occuper la chambre qui

    nous tait rserve de 20h15 au lendemain 7h45, et ce, quel que soit le

    temps quil faisait : pluie, vent, neige, soleil

    Mais il nous fallait absolument quitter labri de nuit pendant la journe.

    Il y avait des moments o je passais mes journes au parc Micaud et

    quand il pleuvait je me protgeais sous un abri de bus, et mme parfois

    sous un pont.

    Quand une personne passait prs de moi elle me regardait et me faisait un

    grand sourire comme pour me dire courage ! Je souriais aussi en signe

    de reconnaissance.

    Quand je venais mes rendez-vous, lquipe du dispositif me recevait et

    maccueillait toujours avec un beau sourire, mme sils navaient rien

    me proposer. Ce sourire ma normment aide supporter

    linsupportable et ma donn la force de continuer esprer.

    Pour moi le sourire est le plus grand des remdes et peut gurir tous les

    maux. Et heureusement, il ne rpond pas aux rgles du systme de

    dlestage .

    G. Z

  • 5

    Gladjola Shera

    Je me souviens de mon amie Ma chre Alisa, Cela fait six mois que nous sommes installs Besanon, six mois que je ne

    tai pas vue et que je pense souvent toi. Ici jai rencontr des gens trs

    gentils. La culture franaise est diffrente de la culture en Albanaise. Mais

    je me sens trs heureuse et tranquille.

    Tu me manques beaucoup Alisa. Je voudrais pouvoir te parler mais ce

    nest pas possible, tu es trop loin de moi. Je me souviens de nos sorties

    ensemble, elles me manquent tant ! Aller boire un caf, parler pendant des

    heures, partir nous promener, tout a me manque aussi.

    Tu es ma meilleure amie et tu seras toujours dans mon cur. Cest tout ce

    qui importe. Que pourrais-je te dire de plus ? Tu es exceptionnelle et je

    remercie Dieu de tavoir faite entrer dans ma vie.

    Pourtant, je me souviens bien quau dbut on se dtestait, sans vraiment se

    connatre. Mais quand nous nous sommes rencontres pour la premire

    fois, tout a chang. Ctait le 8 mars 2011. Nous avons beaucoup discut et

    nous nous sommes bien entendues. Nous avons tellement de choses en

    commun !

    Comme je te le disais, nous sommes bien installs ici. Nous organisons

    beaucoup dactivits diffrentes. Par exemple nous sommes alls au

    cinma pour voir La Cour de Babel, un documentaire formidable. Ce film

    parle des gens qui sont dorigines et de cultures diffrentes. Toutes ces

    personnes viennent ici en France pour commencer une vie nouvelle et

    diffrente de celle quils avaient dans le pays o ils habitaient. Et la fin

    du mois nous partirons visiter un village qui est vraiment magnifique.

  • 6

    Le plus beau cadeau que Dieu peut me faire est de me laisser rester ici en

    France pour fonder une famille, puisquen Albanie ce nest pas possible.

    Ici je me sens trs heureuse parce que je suis avec lhomme que jaime.

    Jespre que tu vas bien ma belle. Je taime fort.

    Ton amie, Ola.

  • 7

    Imrane Maksuti

    Je me souviens

    Je me souviens que le voyage du Kosovo jusquen France a t pour moi

    une preuve trs difficile. Jai voyag avec ma famille pendant deux jours.

    a a t trs douloureux de quitter ma ville natale pour venir minstaller

    dans un pays o lon ne parle pas ma langue.

    Je me souviens du jour o jai quitt lcole. Mme si jai obtenu mon

    diplme lanne dernire, ce jour a t pour moi le plus difficile de ma vie

    parce que je nai pas pu raliser mon rve denfance, celui de poursuivre

    mes tudes luniversit.

    Quand je suis arrive dans la ville de Besanon jai t bouleverse de me

    retrouver dans un endroit o je ne connaissais personne, o je navais

    personne qui me confier, personne qui parler en cas de besoin, et

    personne pour me guider. Je ne savais pas parler la langue franaise, je ne

    connaissais pas la ville, ni le nom des rues.

    Mais maintenant je suis heureuse de vivre Besanon parce que cest une

    ville ancienne pleine de monuments historiques et de btiments anciens.

    Les gens ici sont polis et aimables. Alors que dans mon pays cest

    malheureusement trs diffrent.

    Depuis mon arrive jai russi apprendre un peu le franais, je sais me

    reprer en ville et reconnatre le nom des rues, grce laide des

    personnes qui travaillent avec