lettre CEMAT n12
lettre CEMAT n12
lettre CEMAT n12
lettre CEMAT n12
lettre CEMAT n12

lettre CEMAT n12

  • View
    218

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of lettre CEMAT n12

  • Retrouvez les vidos de larme de Terre sur

    internet.

    Recrutement de larme de Terre

    Terre Info Magazine

    Etat-major des armes

    Liens utiles:Accdez directement auxsites internet de rfrence

    1

    Le prix littraire de larme de Terre Erwan Bergot 2011

    Le 30 mai 2011, le prix littraire de larme de Terre-Erwan Bergot, a t remis Guillemette de Sairign pour son uvre La Circassienne, chez Robert Laffont.

    Le jury, prsid par le gnral darme Irastorza, chef dEtat- major de larme de Terre (CEMAT), a t conquis par cette biographie de Lela du Luart, une femme au destin dexception qui par son courage physique et moral hors norme, son engagement au service de la France est devenue une hrone de la Seconde Guerre Mondiale.

    Le prix Erwan Bergot rcompense ici une uvre grand public, clbrant un exemple dengagement au service de la France et de ses valeurs essentielles. Il affirme la reconnais-sance dun tat desprit commun la socit et larme de terre : solidarit, dvouement, dpassement de soi, courage et adaptation.

    L E T T R E DINFORMATIONdu chef dtat-major

    de larme de Terre(destine aux associations)

    N12 Juillet 2011

    Congrs annuel des villes marrainesLe vendredi 17 juin 2011, les troupes de mon-

    tagne ont ft la Saint-Bernard et ont accueilli le congrs annuel des villes marraines (AVM) organis cette anne par larme de Terre Grenoble.

    La crmonie de la Saint-Bernard tait prside par le gnral darme Elrick Irastorza, chef dtat-major de larme de Terre (CEMAT). Une prsentation des matriels de larme de Terre a t propose aux lus de lAVM par les mili-taires de la 27e BIM.

    8 units de larme de Terre sont parraines par une ville. Cest une opportunit remar-quable pour les collectivits marraines de manifester leur admiration et leur soutien aux militaires de larme de Terre , Jacques Gau-tier, prsident de lAVM des forces armes.

    Dans le cadre de lopration Harmattan sur le thtre libyen, larme de Terre a rcemment engag un groupe aromo-bile bord du porte-avions Charles De GAULLE et du bti-ment de projection et de commandement (BPC) TONNERRE.

    Lobjectif recherch tait lengagement de moyens plus souples demploi en complment des moyens ariens et navals dj engags par les forces de la coalition. En effet, les hlicoptres dattaque (TIGRE et GAZELLE HOT) et de manuvre (PUMA) augmentent limpact des forces de lOTAN sur les capacits de dfense ad-verses. La dcision politique de mise en place de ce dtachement de larme de Terre prise avec un pravis extrmement court sest immdiatement traduite dans les faits par la mise sur pied dune force oprationnelle constitue dun tat-major et dune vingtaine dhlicoptres accompagns de leurs quipages et de mcaniciens.

    Le premier dfi a consist runir pilotes, mcaniciens et contrleurs ariens. Dans une arme de Terre certes professionnelle, mais constitue 72% de contractuels et donc en per-ptuelle formation, ce nest pas aussi simple quil y parait mais notre habitude de lengagement durgence a permis de mettre ce groupement sur pied en moins de 72h.

    Le second dfi a rsid dans ladaptation de lquipement sa mission, afin que, en termes de disponibilit et de potentiel, il soit apte du-rer dans le temps - nayant pas doprations lour-des subir aprs un premier engagement - et quil dispose dun lot de soutien suffisant pour rpondre aux oprations de maintenance. Grce limplication rsolue de lensemble des units de lALAT et des industriels, de leur ractivit et de leur disponibilit, il a t possible dacclrer la mise en place de certaines pices devenues cruciales pour dbuter lopration.

    Concilier formation initiale, entranement et en-gagement durgence dans la dure sera toujours notre lot. A cet gard, je mesure aujourdhui toute la pertinence du cycle cinq temps que jai dcid de mettre en place dans larme de Terre. Les six premiers mois sont consacrs la prpa-ration oprationnelle adapte un thtre, les six mois suivants lengagement en opration sur ce thtre, puis le troisime temps de six mois est dvolu au recovery , au RETEX et la radaptation, enfin les deux derniers temps de six mois permettent lentranement foncier et la prparation la guerre gnrique. Ces deux derniers temps donnent alors larme de Terre la souplesse et la ractivit ncessaires pour le dclenchement de ce type de mission.

    Bonne lecture

    Gnral darme Elrick IRASTORZA

    http://devenezvousmeme.comhttp://inflexions.fr/http://www.youtube.com/user/armee2terrehttp://www.dailymotion.com/armeedeterrehttp://www.defense.gouv.fr/emahttp://fr.calameo.com/read/00006330284fa65ed3aa2http://www.defense.gouv.fr/terre

  • 2

    Dfil du 14 Juillet 2011Le dfil du 14 Juillet 2011 a mis lhonneur cette anne loutre-

    mer et la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), qui a ft son bicentenaire.

    Ce sont 241 chevaux, 82 motos, 275 vhicules, 54 avions et 30 hlicoptres qui ont dfil aux cts des troupes pied.

    A cette occasion, le gnral

    Bruno Dary, gouverneur militaire de Paris, a reconduit lopration Les Franciliens accueillent leurs soldats , permettant, lissue du dfil, la population et aux mili-taires de se rencontrer et de mieux se connatre.

    Ainsi, sur les Champs-Elyses, sur lesplanade des Invalides, comme dans de nombreux quartiers de Paris et de banlieue, les Parisiens et Franciliens ont pu passer la journe auprs des militaires, changer avec eux sur leurs missions et dcouvrir des matriels quil nest pas habituel dapprocher.

    50 ans du Service militaire adapt (SMA)Mercredi 13 juillet 2011, la veille de la fte nationale, une cr-

    monie a clbr les 50 ans du Service militaire adapt. Grard Longuet a rendu hommage ces units charges de linsertion des jeunes doutre-mer, dans les jardins du ministre de lOutre-mer, en prsence de Marie-Luce Penchard, ministre de lOutre-mer.

    Le SMA permet aux jeunes ultramarins en chec profession-nel et scolaire de reprendre une formation ou de sinsrer dans la vie active. Cr il y a cinquante ans, le dispositif, spcifique aux

    territoires et dparte-ments dOutre-Mer, doit aujourdhui conqurir un espace dinsertion en mtropole. Il a dailleurs t mis lhonneur lors du dfil du 14 juillet plac sous le signe de lOutre-mer : la cr-monie a t ouverte par 300 cadres et vo-lontaires du SMA venus

    de Martinique, de la Runion, de Guadeloupe, Guyane, Nouvelle-Caldonie, Mayotte et de Polynsie.

    Les Centres dAguerrissement en Outre-Mer et lEtranger (CAOME)

    Laguerrissement est un des savoir-faire fondamentaux de notre prparation oprationnelle (PO) qui doit tre considr comme une vritable constante de lentranement de nos hommes et de nos units. Vritable culture, propre au mtier militaire, il requiert pdagogie et facult dadaptation.

    En outre-mer et ltranger, cet aguerrissement est considrer sous langle adaptationau milieu, acquisition dune expertise ter-rain au sens large (gographique, climatologique, humain), afin de se prparer un engagement local, voire rgional.

    Pour mener bien cette instruction spcialise, dispense lors de stages de 2 3 semaines, larme de Terre sappuie sur un dispositif de 6 CAOME1, rattachs organiquement un rgiment. Ils couvrent chacun un grand bassin gographique dans une politique de rationalisation de nos installations, en adquation avec le dispositif OME rsiduel.

    Ainsi, dans le bassin Guyane-Carabes, avec les 3e REI Kourou et 9e RIMa Cayenne, Guyane, nous trouvons le Centre dentrainement en fort quatoriale (CEFE). Nos units y sont confrontes la fort quatoriale (rivire, mangrove, fort profonde).

    Dans le bassin Sud Ocan Indien , avec le 2e RPIMa Pierre-fonds, La Runion, nous trouvons le Cen-tre daguerrissement tropical de La Runion (CATR), o nos units sont confrontes tant au milieu ctier quau milieu montagneux local.

    Dans le bassin Pacifique, avec le RIMaP-NC Plum, Nouvelle-Caldonie, se trouve le Centre dinstruction nautique commando (CINC) o comme son intitul lindique, les units sadaptent aux par-ticularits du milieu avec de la batellerie, du nautisme, des activits en mangrove.

    Dans le bassin Afrique de louest, avec le 6e BIMa Port Gentil, Gabon, nous disposons de 2 centres, le Centre dentrainement nau-tique de Port gentil (CENPG) et le Centre dentrainement commando en fort gabonaise de Libreville (CECFOGA), o les units se prparent agir en fort quatoriale et en milieu lagunaire.

    Dans le bassin Pninsule arabique , avec la 13e DBLE Abou Dhabi, Emirats Arabes Unis (EAU), le Centre dentranement en zone dsertique aux EAU (CENZDEAU), dans un proche ave-nir, prparera nos units agir dans le dsert, offrant aussi une capacit dentrainement en zone urbaine au sein dune zone dsertique.

    Enfin, dans le bassin Afrique de lest , avec le 5e RIAOM Djibouti, la restruc-turation du dispositif permet de disposer du Centre dentrainement au combat et daguerrissement de Djibouti (CECAD), tourn vers ladaptation au dsert et au milieu montagneux local.

    Des structures plus lgres mais uvrant sur les mmes principes que ceux des CAOME, peuvent tre actives sur dautres territoires, comme en Polynsie franaise, Sngal ou encore Martinique.

    ****Laguerrissement est une vritable culture pour le soldat profes-

    sionnel au sein dune arme demploi permanent, qui sentretient sans cesse au quotidien. Le dispositif des CAOME complte parfaitement lentranement du soldat, par une adaptation des savoir-faire et savoir-tre propres au thtre considr et son milieu. Tout cela enrichit en permanence lexprience de nos hommes et de nos units pour des engagements toujours plus pousss, en oprations extrieures (OPEX), comme en Afghanistan par exemple, o laguerrissement est maintenant considr comme un pr-requis indispensable pour raliser une mise en condition avant la projection (MCP) efficiente.

    1 Lappellation commando de certains centres fait rfrence la tradition de rus-ticit et