Click here to load reader

la civilisation gallo-romaine dans le jura territoires et cultes

  • View
    218

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of la civilisation gallo-romaine dans le jura territoires et cultes

  • LLLAAA CCCIIIVVVIIILLLIIISSSAAATTTIIIOOONNN GGGAAALLLLLLOOO---RRROOOMMMAAAIIINNNEEE DDDAAANNNSSS LLLEEE JJJUUURRRAAA

    TTTEEERRRRRRIIITTTOOOIIIRRREEESSS EEETTT CCCUUULLLTTTEEESSS

    Muse dArchologie du Jura - Lons le Saunier Service ducatif, Responsable S. David

    Centre Jurassien du Patrimoine, P. Dumetz-Poux

    Des

    sin

    Ber

    nard

    Lab

    et

  • PRESENTATION

    Le service ducatif du Muse darchologie du Jura (Serge DAVID) et le Centre Jurassien

    du Patrimoine (Pascale DUMETZ) vous prsentent une nouvelle mallette pdagogique

    consacre la civilisation gallo-romaine dans le Jura.

    Comme les prcdentes, elle a pour ambition de permettre aux enseignants de traiter les

    programmes partir dune documentation locale riche et souvent mconnue.

    Le nouveau programme des collges prvoit de consacrer un quart de lhoraire annuel

    ltude de Rome (partie III). Il retient deux thmes : Des origines la fin de la

    Rpublique et Lempire : lempereur, la ville, la romanisation .

    Cest ltude de ce deuxime thme que la mallette veut contribuer. Aprs ltude du

    territoire des Squanes, elle prsente le temple de tradition celtique, le sanctuaire de

    Villards-dHria, les divinits et les pratiques funraires. Le fil conducteur est la

    romanisation, dont ltude a t profondment renouvele par les dcouvertes et les

    tudes rcentes. Lextraordinaire plaque de Tutillus, grce laquelle on dcouvre un

    notable squane romanis faisant don dune statue de grande valeur un dieu dorigine

    gauloise, et le complexe cultuel de Villards-dHria, sanctuaire officiel des Squanes o

    survivent des traces du pass celtique, sont deux exemples parmi dautres.

    Comme les prcdentes, cette mallette comprend un document daccompagnement, dont

    toutes les figures sont disponibles sur transparents, et des propositions dactivits

    pdagogiques. On y trouve galement les moulages de trois statuettes de divinits

    (romaine, orientale et gauloise), un fac-simil de cramique sigille, la maquette dun

    temple de tradition celtique, ainsi que des restitutions indites de Villards-dHria

    reproduites sur bches pour tre accroches dans les classes. La mallette est complte

    par le DVD Vesontio Besanon la ville sexpose .

  • LISTE DES AUTEURS

    Serge DAVID, professeur responsable du service ducatif du Muse

    dArchologie du Jura

    Pascale DUMETZ-POUX, charge de mission au Centre Jurassien du

    Patrimoine

    Lydie JOAN, archologue lInstitut national de recherches archologiques

    prventives (Inrap)

    Franois LENG, archologue, responsable des fouilles du Mont Rivel

    Pierre NOUVEL, matre de confrences lUniversit de Franche-Comt

    Marie SPICHER, doctorante lUniversit de Franche-Comt

    Ont galement contribu cette mallette :

    Bernard LABET, Muse dArchologie du Jura (restitutions laquarelle)

    Pascal PERNAUDET, services techniques de la Ville de Lons-le-Saunier

    (maquette de fanum)

    Georges TIROLOGOS, ingnieur dtudes lInstitut des Sciences et

    Techniques de lAntiquit, Universit de Franche-Comt (DVD sur Vesontio)

  • SOMMAIRE 1re Partie : les Squanes p. 1

    I. LE TERRITOIRE DES SEQUANES ET SON ORGANISATION p. 4 1) Lextension du territoire squane p. 4 2) La Squanie de la conqute lAntiquit tardive p. 8 3) Lorganisation du territoire Squane p. 12

    II. LES INSTITUTIONS POLITIQUES DES SEQUANES p. 13

    1) Avant la Rforme dAuguste et dAgrippa p. 13 2) Sous la domination romaine p. 16

    III. VILLES, BOURGS ET INFRASTRUCTURES p. 18

    1) Le rseau urbain p. 20 2) Les infrastructures routires p. 30

    IV. LES CAMPAGNES p. 33

    1) La Centuriation romaine p. 33 2) La villa rurale ou lhabitat comme indicateur de romanisation p. 35 3) La rsidence urbaine p. 42

    MPLE DE LA CERAM p. 43

    p. 43 2) La romanisation travers la production de cramiques p. 44

    2me Partie : Sanctuaires et cultes p. 56

    I. LE TEMPLE DE TRADITION CELTIQUE p. 57 1) Les lments constitutifs du temple p.59 2) Les temples de tradition celtique dans le Jura p. 61 3) Le temple du Mont Rivel p. 63

    II. LES DIVINITES GALLO-ROMAINES DANS LE JURA p. 67

    1) Divinits de type grco-romain et divinits orientales p. 67 2) Divinits dorigine gauloise p. 71

    AIRE DE ILLARDS D ERIA p. 75 1) Le sanctuaire infrieur (sanctuaire du Pont des Arches) p. 77 2) Le sanctuaire suprieur (les vestiges du lac dAntre) p. 81 3) Un sanctuaire public des Squanes p. 83

    IV. LES PRATIQUES FUNERAIRES p. 85

    1) Les ncropoles dans le paysage antique p. 85 2) Organisation interne des ncropoles p. 89 3) Les rites et pratiques funraires p. 101

    FICHES PRATIQUES ET DEXERCICES p. 109

    BIBLIOGRAPHIE p.134

    LISTE DES FIGURES p.135

    V. LES PRODUCTIONS ARTISANALES : LEXE IQUE 1) Prsentation et mthodologie

    III. SANCTU V - H

  • Muse dArchologie du Jura - Lons le Saunier

    1

    1ERE PARTIE : LES SEQUANES

    PIERRE NOUVEL PASCALE DUMETZ-POUX MARIE SPICHER

  • Muse dArchologie du Jura - Lons le Saunier

    2

    Les Squanes, peuple gaulois de la Celtique, apparaissent pour la premire fois dans les textes la fin du IIme sicle avant n.-. Plutarque rapporte en effet que vers 102 avant n.-., ils se lirent amitis avec les Romains, en capturant les Teutons (peuple germain) qui avaient chapp la dfaite que leur avait inflig le consul Caus Marius (Plutarque, Vie de Marius, XXIV, 7). Prcdemment, les Romains avaient cependant t en contact avec cette population, une date indtermine, et avait eu en subir les attaques (Strabon, Gographie, IV, 3,2). En effet, cest une coalition de Bituriges, de Snons, de Cnomans, de Lingons et de Squanes qui envahit le nord de lItalie au dbut du IVme sicle avant notre re et poussa des incursions jusquen Latium (prise de Rome en 392 av. n.-.).

    Le nom mme de Squane a t lobjet de maintes conjectures. Plusieurs rudits ont voulu le rapprocher du nom ancien de la Seine (Sequani et Sequanas) et croire que ce peuple stait, une poque plus ancienne, implante plus louest, sur les berges de ce fleuve. Cette hypothse repose essentiellement sur la confusion que fait Strabon, un auteur de gographie du Ier sicle de notre re, dans la description de cette rgion : Quant aux peuples qui succdent aux Segosiavii en direction du Rhin [Segusiave, peuple de louest Lyonnais, en fait louest de la Sane et non lest], ils ont pour leurs servir de limite, les uns le Doubs, les autres lAra [Sane], deux rivires qui descendent des Alpes et se jettent dans le Rhne []. Mais il y a encore un autre fleuve, le Sequanas [Seine], qui prend sa source dans les Alpes et va se jeter dans lOcan, aprs avoir coul paralllement au Rhin et avoir travers tout le territoire dun peuple du mme nom [les Squanes] compris entre le Rhin lest et lArar [Sane] louest. Cest de ce peuple que provient le meilleur porc sal quon expdie Rome. Entre le Doubs et lArar [Sane], ce sont les Eduens qui habitent : la ville de Cabyllinum sur lArar [Chalon-sur-Sane] et la place forte de Bibracte leur appartiennent [ils sont en ralit louest de la Sane] . On voit clairement que ce texte est un tissu dapproximations grossires : lassimilation Squanes / Seine ntant probablement, sous sa plume, quun jeu de mot facile.

    Les renseignements fournis par louvrage de Csar, De Bello Gallico, qui relate la

    conqute de la Gaule septentrionale, fournissent des lments plus consistants. Ils permettent de prciser, ds cette date ancienne, lextension et lorganisation politique des territoires qui composent aujourdhui lactuelle Franche-Comt (fig. 1).

    Selon Csar, le territoire gaulois tait divis, de longue date son arrive, en

    une srie de nations autonomes, correspondant au territoire des principaux peuples gaulois. Dans lest de la Gaule, Csar prcise quelles rassemblent souvent, sous un mme gouvernement, une fdration de peuples sous la direction du plus puissant dentre eux. Ces nations disposent dun territoire prcisment dlimit, dun corps civique (les hommes libres formant une sorte daristocratie) et dun gouvernement autonome. Cest ainsi que le pouvoir excutif est aux mains de magistrats et le pouvoir lgislatif dans celles dune assemble de notables que Csar nomme snat. Les peuples gaulois sont donc loin de ltat de barbarie dans lequel on les tient parfois. Leur organisation politique et administrative est finalement assez proche de celles adoptes par les Romains, ce qui facilitera leur assimilation au sein de la Romanit.

    La conqute romaine ne bouleversa donc pas cet agencement : elle

    correspond en effet au mode dorganisation politique du monde grec et romain, fonds sur des units autonomes, les cits (polis en grec, civitas en latin). Lempire romain est form de la juxtaposition de ces cits, toutes dpendantes, travers des traits et des liens damitis, du peuple romain.

  • Chacun des territoires gaulois va donc tre intgr cette organisation

    particulire. Les Squanes vont ainsi conserver leur autonomie, leur gouvernement, leur territoire et leur particularit, sous la dpendance et la protection du peuple romain. Ils deviendront la civitas sequanorum, la cit (ou nation) des Squanes. Durant lAntiquit tardive, les bouleversements politiques et surtout administratifs vont dfinitivement gommer les particularismes locaux et faire disp