Interd©pendances N°85

  • View
    215

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Magazine Interdépendances N°85

Text of Interd©pendances N°85

  • Prix au numro : 5 - ISSN : 1155-2859

    avril-mai-juin 2012 N85

    en indeun toit pour tous

    SAnTDEs Hros trs DisCrEts

    pArcourSdenTrepreneur SociAljEan-louis KiEHl, ContrE lE surrEnDEttEmEntrDaCtEur En CHEf invit

    BILL DRAYTON, fONDATeuR eT DIRecTeuR DAshOkA

    DOSSIER

    Quelle cole pour le xxie sicle ?

  • 3avril-mai-juin 2012 | Interdpendances n 85

    DItO

    bIll draytoN, rdacteur eN chef INvIt

    Le changement acclre, le nombre dacteurs de changement est en augmentation exponentielle, de mme que les combinaisons et combinaisons de combinaisons de ces personnes et de leurs initiatives.

    Ces trois faits, qui videmment se renforcent mutuellement, constituent la force centrale et historique de notre poque. Chaque aspect de nos vies est concern : les comptences dont nous avons besoin, notre faon de communiquer, la faon dont nous nous organisons et comment nous devenons toujours plus cratifs et inter-dpendants. De plus, ces changements sont contagieux : chacun dclenche plus de changements encore dans dautres secteurs de notre systme social.

    Le changement amne le changement. Voil le nouveau principe dorganisation autour duquel la socit se restructure.

    Pendant notre prhistoire volutionnaire et jusqu trs rcemment, la vie humaine sest organise autour dun principe totalement oppos : la rptition. Les morceaux simbriquaient les uns aux autres car chacun restait stable. Pour bien grandir, il fallait matriser un ensemble de savoirs et les rgles qui y taient associes, et lon sattachait ensuite les rpter sa vie durant, que lon soit boulanger ou banquier. Les institu-tions sont conues pour permettre une rptition efficace, dans un cabinet davocats comme sur une chane de montage. Un petit nombre de personnes organise ou donne des directives ; le systme nerveux est limit et se droule principalement de haut en bas ; et la vie est segmente par de nombreux murs.

    Bien que ce monde de rptition confortable soit encore un peu prsent dans nos esprits et organisations, il est en train de mourir.

    Dans un monde o tout change, et o chaque changement cre plus de change-ment encore, linstitution est en train dtre remplace par le fonctionnement ouvert et fluide de lquipe dquipes. Un fonctionnement de plus en plus rpandu parmi les eco-systmes sociaux et conomiques succs des Jsuites la Silicon Valley ou Bangalore. Quel est le facteur cl du succs dans ce nouvel environnement ? Cest dattirer et de retenir les acteurs de changement du plus haut niveau essentielle-ment en leur permettant de travailler ensemble de la manire la plus ouverte et la plus fluide qui soit. Une quipe ne peut exister que si tous ses membres sont acteurs. Et, dans un monde de plus en plus dfini par un courant de changements inter- connects et en dveloppement, lon a peu de chances dtre un acteur de valeur, si lon ne contribue pas soi-mme au changement.

    tOuS actEuRSDu changEmEnt

    lo

    uis

    E bar

    tlEt

    t

    Bill Drayton est prsident fondateur dashoka, le plus grand rseau dentrepreneurs sociaux dans le monde (3 000 dans 70 pays, sur tous les continents). aprs avoir tudi Yale, oxford et Harvard, il a t consultant chez mc Kinsey, professeur la Harvard Kennedy school et stanford, puis il a fait partie de la direction de lagence amricaine de lenvironnement o il a cr notamment le march des missions de Co2. Cest en inde quil a lanc ashoka et slectionn les premiers entrepreneurs sociaux innovants (fellows) en 1981. Depuis, sous son impulsion, cette organisation indpendante, laque et sans but lucratif a dvelopp une panoplie complte de programmes destins soutenir lexpansion du secteur de lentrepreneuriat social (concours en ligne Changemakers, Youthventure pour les 12-24 ans, ashoka academy, Globalizer, etc.) et inciter chaque citoyen du monde se faire acteur de changement face aux dfis que connat la socit. bill Drayton est aujourdhui largement reconnu pour son action (dernires rcompenses : le prix prince des asturies, en juin 2011, et tout rcemment un prix de la Harvard Kennedy school) et la presse amricaine le place parmi les 50 leaders les plus respects du pays.

  • DItO

    4 avril-mai-juin 2012 | Interdpendances n 85

    Quelles sont les comptences requises dans ce nouveau jeu ? La premire et la plus importante est un haut niveau dempathie. Dans un monde en cours de change-ment rapide, les rgles priment de moins en moins. Quiconque nayant pas de capa-cit dempathie peut tre blessant avec des personnes et perturber des groupes. Il ou elle risque ainsi dtre mis lcart, peu importent ses connaissances en informatique ou tout autre domaine. Il est essentiel que les jeunes de 12 20 ans, pratiquent lem-pathie et le travail dquipe, (la nouvelle forme de) leadership, et le changement. Nous savons quel point cest important, car quasiment tous les entrepreneurs sociaux fellows soutenus par Ashoka (plus de la moiti ont, dans les cinq ans aprs leur slec-tion, contribu des changements lchelle de leur pays) ont lanc leur premier pro-jet durant ladolescence.

    Quest-ce que cela peut signifier pour chacun dentre nous, et pour nos entourages, les groupes qui nous sont proches ?

    Il faut dabord, nous-mmes, dvelopper quatre comptences cl empathie, travail dquipe, (le nouveau type de) leadership, et laptitude contribuer au changement. Et ensuite :

    Aider nos amis les dvelopper aussi. Aider les enfants auxquels nous tenons pratiquer lempa-

    thie. Aider les jeunes que nous ctoyons avoir des rves et provoquer un impact positif durable. Les encourager, sans faire leur place, sattaquer tout problme quils peroivent. Les aider comprendre quel point ces comptences sont essen-tielles pour lavenir.

    Aider notre entourage et tous les groupes dont nous som-mes proches effectuer la transition dune quipe conue pour la rptition une quipe dquipes dacteurs de changement ?

    Il y a deux ans, une jeune femme noire de 15 ans de Philadel-phie est intervenue aprs un dner durant un sommet du pro-

    gramme Ashoka Youth Venture. Je comprends maintenant : ce nest ni le genre ni la couleur de peau qui comptent, cest le fait dtre ou non un acteur de changement qui dtermine notre capacit russir ou non dans la vie. Les lecteurs du magazine Inter-dpendances font partie de ces personnes qui ont les comptences et la confiance pour tre acteurs de changement. De ces personnes qui aiment les dfis, car ils permettent de se montrer cratif et gnreux.

    Que dire des personnes qui nont pas ces comptences ? Qui se voient dpasses ? Imaginez ce que peut tre ce monde de changement croissant pour eux : cest terri-fiant. Toute ville ou tout pays qui chouerait aujourdhui faire de ses habitants des acteurs de changement prendrait un billet sans retour pour lchec. Et cela concer-nerait la totalit de ses habitants (mme les quelques trop rares acteurs de change-ment). Comment une entreprise (ou tout autre groupe de cette socit) peut-elle tre concurrentielle si elle na pas la possibilit dembaucher des acteurs de changement, alors que cest prcisment la cl du succs ?

    Nous devons tous nous engager faire le maximum pour assurer que chacun soit en mesure dtre acteur de changement. d

    La premire comptence est un haut niveau

    dempathie

  • 85Nwww.interdependances.org avril-mai-juin 2012

    est une publication trimestrielle de Presscode pour Insertion et Alternatives / Groupe SOS - e-mail : contact@interdependances.org. En ligne : www.interdependances.org Directeur de la publication : Jean-Marc Borello (jmb@groupe-sos.org). Editeur : Gilles Dumoulin (gd@groupe-sos.org). Comit dorientation : Johanne Azous, Julien Bayou, Rmi Camy-Peyret, Eve Chiapello, Stphane Coste, Vincent David, Hichem Demortier, Herv Defalvard, Alain Dtolle, Myriam Faivre, Tarik Ghezali, Matthieu Grosset, Olivier Joviado, Eric Larpin, Jean-Marie Legrand, Franois Longrinas, Philippe Merlant, Jean-Philippe Milsy, Pierre Rabhi, Florence Rizzo, Patrick Viveret, Laura Winn. Directeur de la rdaction : Nicolas Froissard (nicolas.froissard@interdependances.org). Rdacteurs en chef : Bill Drayton, Louise Bartlett (louise.bartlett@interdependances.org) Secrtariat de rdaction : Magali Jourdan (magali.jourdan@interdependances.org), Marie-Line Lybrecht. Ont collabor ce numro : Christelle Destombes, Rjane Ereau, Alain Le Bacquer, Augustin Le Gall, Catherine Leroy-Jay, Alyssa Boente, Emilie Drugeon, La Navette, Guillaume Guitton, Thibaut Ring, Florence Rizzo, Thomas Roure, Magali Sennane, Louise Swistek, Tendance Floue. Direction artistique : Franois Bgnez (franois.begnez@presscode.fr) Maquettiste : Blandine Ollivier (www.presscode.fr). Illustrations : Franois Bgnez, Sbastien Chevalier, Charlotte Moreau. Impression : Graph 2000 - 61203 Argentan (imprimerie certifie PEFC et Imprimvert). Dpt lgal : parution. Commission paritaire : 1011 G 83337. Numro ISSN : 1155-2859. La reproduction, mme partielle, darticles ou de documents parus dans Interdpendances est soumise notre autorisation pralable. Ple mdia du Groupe SOS : Guillaume Guitton (guillaume.guitton@groupe-sos.org). SOS Insertion et Alternatives est une association loi de 1901. Sige social et dlgation gnrale Groupe SOS : 102, rue Amelot, 75011 Paris - Tl. : 01 58 30 55 55 - Fax : 01 58 30 55 79 - www.groupe-sos.org Entreprise sociale, le Groupe SOS dveloppe des activits qui concilient efficacit conomique et intrt gnral. Cr il y a 28 ans, il rpond aux besoins fondamentaux de la socit : ducation, sant, insertion, logement, emploi Le Groupe SOS compte aujourdhui prs de 10 000 salaris au sein de 283 tablissements et services prsents en France mtropolitaine, en Guyane, Mayotte et la Runion. Gestion des abonns : Philippe Morlhon, France Hennique. Tl. : 04 96 11 05 89 (abonnements@interdependances.org). Edition : Presscode - 27, rue Vacon - 13001 Marseille - Tl. : 04 96 11 05 80 - Fax : 04 96 1