ENTRETIEN ET NETTOYAGE

  • View
    221

  • Download
    4

Embed Size (px)

Text of ENTRETIEN ET NETTOYAGE

ENTRETIEN ET NETTOYAGE

CEMEA Groupe National Gestion Accueil

ENTRETIEN ET

NETTOYAGE

Le problme de lentretien, quelque soit la nature de lobjet concern, btiment ou matriel, est complexe et imparfaitement dfini.

Il est complexe, mme dans les seuls domaines du btiment, en raison de lusage de linstallation considre et de la technique quil est ncessaire dappliquer.

La complexit est encore augmente parce que les constructions sont de technique, dge et dtat diffrents.

Ses limites sont aussi imparfaitement dfinies

On parle dentretien loccasion du balayage journalier des locaux comme pour la remise en tat dun btiment.

Les entreprises industrielles font appel des socits spcialises et leurs techniciens.

Dans les structures daccueil, aux moyens plus modestes, le gestionnaire gre cette dimension technique. Cette fonction aura un impact sur lhygine, la qualit de laccueil, la prservation du patrimoine.

Ce dossier, avec ses dfinitions, ses descriptions, ses prsentations est une aide.

Il sert aussi de dossier denseignement pour les formations gestion / conomat.

Betty MICHEL

Danile MONTAGNE

ENTRETIEN ET NETTOYAGE

DEFINITIONS:

Biocontamination:Cest la contamination dune surface inerte par des micro organismes qui tendent sy dvelopper

Nettoyer:Cest rendre un matriau propre, le dbarrasser de ses souillures, le prparer recevoir dans de bonnes conditions un produit dentretien. Cest le rendre propre visuellement.

Entretenir:Cest tenir en bon tat. Cest donner au matriau une prsentation agrable et une protection contre lusure, les salissures, les poussires, lhumidit

Lessiver:Cest laction de laver des surfaces verticales ou des plafonds

Dcontaminer Action au rsultat momentan. Eliminer, tuer ou inhiber des micro organismes

Dsinfecter:Cest liminer ou tuer des micro organismes dangereux et/ou inactiver les virus prsents au moment de lopration sur un matriau. Cest une action au rsultat momentan. La dsinfection na lieu que sur un matriau pralablement nettoy.

Striliser:Cest une dsinfection au rsultat durable. Cest liminer toute vie microbienne, y compris les virus sur un milieu inerte par des procds physiques ou chimiques (ex.: strilisation de matriels). Lobjet ou le produit trait est emball et ainsi protg de toute nouvelle contamination (dfinition de lAFNOR*).

Bio-nettoyage:Cest un procd de nettoyage destin rduire la bio-contamination dune surface laide dun produit dtergent-dsinfectant ou dun dsinfectant. Le rsultat est momentan.

Fongicide:Cest un produit ayant la proprit de tuer les champignons y compris leurs spores (norme NF T 72 102**)

Virucide:Cest un produit ayant la proprit dinactiver les virus (norme NF T 72 102)

* AFNOR: Association Franaise de Normalisation

**La rfrence aux normes doit tre contrle sur les tiquettes de produits dentretien

Pour toute opration, il faut connatre :

la nature des souillures

les diffrents procds dentretien

la nature des supports

1 - La nature des souillures :

les poussires :

dorigine organique : dbris de laine, poils danimaux, cheveux, dbris alimentaires....

dorigine minrale : sable, terre, craie, cendres

dorigine mtallique : dbris de mtaux

Les poussires sont vhicules :

par le vent, lair, les courants dair : fumes, vapeurs grasses. Elles souillent alors les surfaces : noircissement des peintures, encrassement des vitres, altration des mtaux,....

par le brouillard et/ou par la pluie : les poussires sont alors retenues par les fines gouttelettes deau dans lair.

Les poussires servent de moyen de transport pour les bactries : 1 gramme de poussire peut contenir environ 1,5 millions de bactries / cm3

Il est donc ncessaire de les liminer.

Les poussires forment un dpt plus ou moins adhrent :

selon la nature du support : lisse ou rugueux

selon le degr dhumidit : les salissures restent colles aprs vaporation de leau ou des vapeurs grasses

selon ltat lectrique : attraction lectrostatique de certains supports.

Les taches :

Ce sont des souillures dorigine accidentelle, plus ou moins imprgnes dans le support, parfois difficile identifier. Elles sont classes suivant leur nature :

taches grasses : huile, rouge lvres...

taches maigres :

origine protidique : sang, uf....

origine glucidique : sirop, confiture...

taches vgtales : herbe, vin, caf...

taches chimiques : mercurochrome, iode...

taches complexes : caf au lait, sauce....

les oxydations mtalliques :

Les souillures font alors partie de lobjet lui-mme : rouille, vert de gris....

2 - Les diffrents procds dentretien :

Ils sont classs en fonction de la nature de laction exerce :

Action mcanique :

Elle ne dtermine aucune modification de la nature ni de ltat de la souillure.

essuyage

brossage

abrasion

aspiration

Action physique :

Elle ne dtermine pas une modification de la nature de la souillure mais un changement dtat physique :

dissolution

fusion

Action chimique :

Elle dtermine une modification de la nature de la souillure :

oxydation

rduction

Le plus souvent, dans une action de nettoyage, plusieurs procds sont utiliss conjointement.

3 La nature des supports:

Types de supportRisque

BoisAbm par les produits chlors

Revtements textilesFragiles, difficiles dentretien: ils absorbent les poussires et les micro salissures

Mtaux et alliages:

aluminium

acier doux

acier inoxydableSensible aux produits trs alcalins. Se raye.

Rouille surtout en prsence deau de Javel.

Bleuit en cas de surchauffe. Se raye facilement.

Matires plastiquesTrs sensibles la chaleur et aux rayures.

Marbre et pierres marbrires (comblanchien, travertin,)Revtements naturellement poreux et sensibles aux rayures. Chers lachat.

VerreSensible aux rayures. Fragile.

Produits cramiques:

terre cuite

terre cuite maille et faence

grsPoreuse.

Impermables mais sensibles aux rayures.

Aucun risque majeur: matriau trs rsistant et impermable.

Peintures et papiers peintsRisques variables selon les matriaux:

Ex.: une peinture mate est plus fragile quune peinture satine.

un papier peint lessivable supporte mieux leau quun papier peint pongeable.

PERIODICITE DE L'ENTRETIEN

Il faut distinguer 3 types d'entretien :

L'entretien courant ou journalier :

Il s'effectue chaque jour et correspond au nettoyage des surfaces horizontales (meubles et surfaces de travail, sol) et des appareils sanitaires (lavabos, douches, W.C., poignes de portes).

Dans certains cas, il faut procder des entretiens pluri-journaliers : salles manger, cuisine, par exemple, o l'entretien est ncessairement ralis aprs chaque utilisation.

L'entretien hebdomadaire :

Il s'effectue une fois par semaine. C'est un entretien plus approfondi. Il complte l'entretien journalier. On y ajoute alors les vitres, les radiateurs, les surfaces horizontales hors de porte habituelle (dessus d'armoires...).

Lentretien mensuel ou trimestriel ou annuel :

Il est fait en dbut et fin de sjour de centres de vacances, ou mensuellement, en moyenne, dans le cadre de structures permanentes.

C'est un entretien en profondeur de l'ensemble des matriaux constituant un local : mobiliers et quipements (intrieur et extrieur), fentres compltes (vitres et encadrements, intrieur et extrieur), clairages, radiateurs, surfaces verticales (murs, portes, plinthes), sol.

LES TECHNIQUES DE NETTOYAGE

1 Le dpoussirage

Il consiste liminer les poussires superficielles.

Le dpoussirage sec est interdit en collectivit. Il doit ncessairement seffectuer par lintermdiaire dun milieu humide.

meubles et quipements:Il faut utiliser un chiffon de coton imprgn dun produit agglutinant ou lgrement humidifi leau OU une gaze jetable prte lemploi (dj imprgne dun produit agglutinant mais cest un peu cher).

La technique consiste essuyer le support dans le sens du matriau, en faisant des bandes parallles.

sol:

Le balayage sec est interdit. Un balayage ordinaire avec un balai en coco ou en soie donne le rsultat suivant:

1/3 des poussires est pouss lavant

1/3 des poussires repasse derrire le balai (peu hyginique dans des collectivits denfants o ceux-ci jouent et respirent souvent au ras du sol)

1/3 des poussires est remis en suspension dans lair (un dpoussirage ne les enlvera pas ncessairement car certaines poussires mettent jusqu 48 heures pour se redposer).

Rappelons quen moyenne 1 cm3 dair contient environ 1,5 millions de bactries.

Aprs un balayage sec, elles sont encore environ 85 000 / cm3.

Le balayage humide vite 99 % de ces inconvnients. Aprs un balayage humide, il ny a plus que 8 000 bactries / cm3.

Sur un sol lisse: dalles thermoplastiques, parquets cirs ou vitrifis

Le balai trapze: sa forme particulire permet daccder tous les recoins. Il sutilise avec une gaze en coton, rutilisable, humecte avant emploi ou avec une gaze usage unique pr-imprgne.

Sa technique demploi est:

au "pouss" : en poussant le balai devant soi, pour les pices dgages de tout mobilier, couloir par exemple.

la "godille" : en reculant, faire des "S" pour ramasser toutes les salissures, pour les pices encombres de tables, chaises, armoires,

le balai franges : il est compos de frang