Les grandes guerres

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Les grandes guerres

  • 1. 1914-1945 Les grandes guerres
  • 2. Introduc)on Ce1e priode correspond a une srie de ds majeurs pour une na:on qui semble perdre peu a peu la capacit a maitriser seule son propre des:n. La dmographie stagne la France reste encore un pays a dominante rurale jusquen 1931. Mais le pays connat aussi une p r i o d e d i n n o v a : o n s industrielles dans lautomobile ou laronau:que, de progrs scien:ques qui touchent aussi bien la physique atomique que lhistoriographie. Ce1e nouvelle guerre de Trente ans fut la dernire squence guerrire de lhistoire de France ou les combats se droulrent sur le territoire mtropolitain. Apres 1945, les guerres seront d s o r m a i s c o l o n i a l e s e t lointaines.
  • 3. La France en 1914: la puissance par la Rpublique En 1918, la paix est certes ngocie mais seulement entre les puissances allies. Sur le plan intrieur, le modle rpublicain semble sor:r renforce du conit: larme des citoyens de la Rpublique a vaincu larme des sujets de lempereur dAllemagne. Le prix de la victoire est trs lev et chaque Franais a, dune manire ou dune autre, du le payer. Alors que la France clbre sa victoire en 1918 puis en 1919, les Franais ressentent que celle-ci est endeuille et que le pays ne peut plus vivre que dans la han:se du dclin. Une puissance retrouve et rarme: Pour profond que fut le changement de rgime, la Rpublique tait aussi, nolens volens, une hri:re. Elle prota ainsi, par exemple, de la dynamique de la modernisa:on urbaine et conomique et des conqutes coloniales entreprises sous le Second Empire. La France de 1914 tait prsente sur tous les con:nents, comptant plus de 55,5 millions dhabitants hors de la Mtropole, et stendant sur plus de 10,5 millions kilomtres carres.
  • 4. La France en 1914: la puissance par la Rpublique Et la France dirigeait le deuxime empire colonial du monde. Lisolement diploma:que rompu: En rupture avec la realpoli:k de Bismarck, inquitante pour les Russes, les Britanniques, voire les Italiens, la`tude de Guillaume II favorisa des rapprochements avec une France rpublicaine longtemps tenue en suspicion et a lcart. Ache publicitaire de l'exposi4on coloniale de Marseille en 1906. Elle fut la premire a tre exclusivement consacre aux colonies. Chacune des colonies franaises y tait reprsente par un pavillon qui entendait dmontrer les bienfaits et les bnces de luvre coloniale franaise. Les frre Lumire, inventeurs du cinmatographe en 1895, avaient dj eu lide denvoyer leurs operateurs a travers le monde pour en rapporter des images documentaires. Palais de llectricit de lexposi4on universelle de 1900. Elle aJra 50 millions de visiteurs. Boite a musique illustrant lalliance franco-russe. Bismarck avait soigneusement veille a maintenir lisolement diplomaNque de la France aprs sa dfaite. Son renvoi en 1890 par le jeune empereur Guillaume II, qui mne alors une poliNque trangre agressive, permet a la France de mulNplier les iniNaNves diplomaNques brisant son isolement: cest tout dabord vers la Russie quelle se tourne. Lempire tsariste tait galement a la recherche dun allie europen, au moment ou ses rivaux en Europe centrale, lAllemagne et lAutriche Hongrie resserraient leurs liens. Une convenNon militaire secrte avec la Russie fut signe des 1892.
  • 5. La France en 1914: la puissance par la Rpublique Une arme de citoyens: Apres la conqute dni:ve du pouvoir en 1877-1879, les rpublicains semployrent a rpublicaniser ce1e arme rnove. Le :rage au sort fut dni:vement aboli ainsi que les dispenses, la dure du service ramene a deux ans pour tous. En 1913, suite a dintenses dbats, le service fut a nouveau porte a 3 ans. Revue du 14 juillet 1909. Le dl militaire du 14 juillet est une invenNon de la IIIme Rpublique. Le premier dl a Longchamp eut lieu le 29 juin 1871, alors que la France venait dtre vaincue. Dans les annes 1900-1914, il devint un vritable spectacle, comprenant des scnographies de combat. Une rpublique implante, prospre: La France tait alors la quatrime puissance industrielle et mondiale. En 1914, lindustrie automobile franaise tait la premire dEurope et la deuxime mondiale aprs celle des Etats-Unis. Les capitaux franais reprsentaient 20% des capitaux inves:s dans le monde a ce1e poque, loin sans doute derrire la Grande Bretagne (44%), mais en deuxime place, devant lAllemagne et les Etats-Unis. Panneau mural pour la classe civilisa4on contemporaine. Lavisse: La France est le condense de lEurope.
  • 6. Le grand basculement de 1914 Pcher par impuissance: La France joua son rle dans lengrenage du conit, notamment par lassurance que le prsident Poincar donna la la Russie de son sou:en sans faille dans la crise de lt 1914. En 1911, les jeunes Etats balkaniques, la Bulgarie, la Serbie, la Grce et le Montngro, jeunes tats eux-mmes issus des territoires occidentaux perdus par lhomme malade de lEurope, protent de loccasion (dclara:on de guerre de lItalie a la Turquie) pour sagrandir au dtriment de leur ancien maitre. Soutenus par la Russie, allie avec la France, ils se ligurent et dclarrent a leur tour la guerre a la Sublime Porte. Malgr ses eorts diploma:ques, la France choua a maintenir la paix. Le 28 juin 1914, un groupe de jeunes na:onalistes bosniaques emmens par Gavrilo Princip, chappa au contrle de la Main Noire, organisa:on secrte na:onaliste serbe, et perptra la1entat de Sarajevo qui causa la mort de larchiduc Franois Ferdinand, hri:er du trne imprial La double monarchie bnciait dun prtexte, du sou:en de son opinion publique et de len:er appui de lAllemagne en cas descalade pour iniger une leon a la Serbie a la faveur dun conit rapide et localise. Quand Poincar arriva en France, de retour de sa visite ocielle en Russie, sa marge de manuvre tait troite en raison du traite qui liait la France a la Russie. De surcroit, pour Poincar, lAllemagne tait fondamentalement de mauvaise foi et voulait la guerre, de toute faon et quoi quon fasse.
  • 7. Le grand basculement de 1914 Rsolus: Si lhos:lit a lAllemagne pouvait se rveiller lors des crises marocaines de 1905-1906 et de 1911 et si le souvenir de la dfaite de 1871 et de lamputa:on de lAlsace-Lorraine restait vif, la France confronte a la crise de 1914 ntait pas un pays revanchard et agressif. La mort de Jean Jaurs, assassine le 31 juillet 1914 par Raoul Villain fut perue autant comme un vnement de poli:que intrieure que comme dcoulant de la crise interna:onale en cours Jaurs et ses amis se trouvaient bloques entre leur hos:lit fondamentale a la Russie tsariste qui reprsentait tout ce quils abhorraient leur volont de paix et leur sou:en au gouvernement. Le 1er aout, lAllemagne dclara la guerre a la Russie, allie de la France qui, elle, mobilisa. Le lendemain, les troupes allemandes entraient dj au Luxembourg et le Reich lanait un ul:matum a la Belgique, la sommant de laisser passer ses troupes sans comba1re. On comprend alors que, une fois la guerre dclare, le sen:ment dominant fut la surprise. Elle fut accentue, par le fait que, dans un France majoritairement rurale, la proccupa:on premire et fondamentale en ce1e priode tait lurgence de la moisson. Cest globalement la rsolu:on a dfendre le pays qui sinstalla et non un enthousiasme dlirant. Le clbre discours du secrtaire gnral de la CGT, Lon Jouhaux, prononce lors des obsques de Jaurs le 4 aout 1914, en a1este: Accules a la lu1e