Click here to load reader

vêtements, toilette et parure á l'époque gallo-romaine

  • View
    255

  • Download
    4

Embed Size (px)

Text of vêtements, toilette et parure á l'époque gallo-romaine

VTEMENTS, TOILETTE ET PARURE L'POQUE GALLO-ROMAINE

Tiphaine AUCLAIRPascale LAURENT

Saint-Mor - Arcy-sur-CureCamp de Cora

Site d'Alsiacl. F. Lechenet Alsia

Muse de l'Avallonnaiscl. G. Deroude Muse de l'Avallonnais

Muse du Chtillonnaiscl. J.-C. Liger Muse du Chtillonnais

Site d'Escolives-Sainte-Camillecl. J.-C. Liger

Muses de Senscl. J.-P. lie Muses de Sens

Site des Fontaines Salescl. commune de Saint-Pre

Muse d'Art et d'Histoire d'Auxerre

cl. P. Amourette Muses d'Auxerre

TOILETTE, VTEMENTS, PARURE CHEZ LES GALLO-ROMAINS

FICHE ENSEIGNANTIntroduction p. 1

TOILETTE Les thermes p. 2La toilette du matin p. 3La coiffure p. 3Le rasage p. 5Le maquillage et le parfum p. 5

VTEMENTS La fabrication des vtements p. 7Les matires premires p. 7La teinture p. 8 Le filage p. 8Le tissage p. 9La finition p. 9La confection p. 9Les diffrents vtementsLa tunique p. 10Ceinture et bretelles p. 10Les braies p. 11Les manteaux p. 11La toge p. 11Les accessoires p. 11Les chaussures p. 12

PARURE p. 14

Lgendes des illustrations p. 16 Objets manipuler p. 28

POUR EN SAVOIR PLUS p. 29

ANNEXESLe drap de la toge

FICHE ACTIVITVtements et bijoux p. IUn bijou gallo-romain p. II

TOILETTE, VTEMENTS ET PARURE Fiche enseignant

TOILETTE, VTEMENTS ET PARURE CHEZ LES GALLO-ROMAINS

Cest principalement larchologie qui nous fournit des renseignements sur la toilette, lesvtements et la parure des Gaulois, puis des Gallo-romains. Nous possdons trs peu detextes sur ce sujet. De plus, ils sont luvre dauteurs grecs (comme Diodore de Sicile,Ier sicle av. J.-C.) ou romains. Ces textes nous apprennent notamment que les Gauloisutilisaient le savon et se souciaient de leur apparence. Pour la priode gallo-romaine, lepote Ausone, vivant dans la rgion de Bordeaux, nous donne des renseignements sur lavie quotidienne, au IVe sicle.Les Gallo-romains ont rapidement adopt pour leur hygine lune des constructionscaractristiques des Grecs et des Romains : les thermes. Certains textes latins,notamment de Vitruve (Ier sicle av. J.-C.), Martial ou Snque (Ier sicle), nousinstruisent sur larchitecture des thermes romains autant que sur les coutumes en usage lintrieur de ceux-ci.Les sculptures, peintures ou mosaques compltent ce que nous savons par les textes oules dcouvertes archologiques. Les reprsentations figures et les textes sont lesprincipales sources de nos connaissances du vtement. On sait ainsi grce aux textesque certains vtements gaulois taient rputs dans le monde romain.La parure est quant elle connue par larchologie, les textes antiques autant que par liconographie :elle est un sujet de proccupation depuis longtemps !

Le pote romain Ovide (Ier sicle av. J.-C.-Ier sicle ap. J.-C.) consacre tout un livre,Lart daimer, ces sujets, en donnant des conseils aux jeunes gens qui veulent sduire.Il est galement lauteur dun livre sur le maquillage, Les Fards. Pline lAncien (Ier sicleav. J.-C.) dcrit galement la fabrication des parfums dans le livre XIII de son HistoireNaturelle. Le pote Juvnal (Ier sicle) parle quant lui de la vie quotidienne dans laplupart de ses Satires.

1

TOILETTE, VTEMENTS ET PARURE Fiche enseignant

TOILETTE

Lhygine tenait une place importante chezles Gallo-romains. Ds le Ier sicle, lesRomains ont introduit leur architecture enGaule. Les thermes ont ainsi fait leurapparition dans les villes, grandes oupetites, et dans les villae de moyenne ougrande taille.

Les thermesCes bains, quils aient t publics ou privs,taient conus selon un mme modle. Ilstaient frquents non seulement pour selaver, mais aussi pour se distraire ou secultiver. Les thermes taient des endroitsprivilgis pour se rencontrer et parler.Dans les thermes publics, une palestrepermettait de faire du sport (lutte, jeuxde balle, etc.) avant le bain. On pouvaitaussi y couter de la musique, des lecturespubliques ou se faire masser. Certains soinsdu corps pouvaient tre prodigus, en sefaisant enduire dhuiles ou donguents parexemple. On peut voir une partie desthermes publics de Sens dans le Muse, quia t construit ensuite.Les bains publics taient accessibles tous.Toutefois, les services annexes latoilette tant payants, les catgoriessociales les plus modestes devaientrarement en profiter.Seuls les domaines ruraux de moyenne etgrande taille ou les maisons urbaines lesplus riches comportaient des bains privs.Le circuit emprunt pour se laver tait lemme pour tous. Les Gallo-romains sefaisaient dabord transpirer dans ltuve(laconicum ou sudatorium). Un strigile enbois ou en mtal leur permettait ensuite dese gratter la peau pour enlever la sueur etla salet. Le savon, bien que dj utilis parles Gaulois, nest devenu courant qu partirdu IVe sicle. Ensuite, ils se rinaient dans le bain chaud(caldarium), le bain tide (tepidarium) pourfinir dans le bain froid (frigidarium).

Villa : exploitation agricole compose de btimentscomprenant un secteur dhabitation (pars urbana) etun secteur dexploitation (pars rustica), ainsi quunterritoire.

1 - Thermes des Fontaines Sales Saint-Pre

Palestre : partie du gymnase grec ou des thermesromains o se pratiquaient les exercices physiques.

2 - Bote onguentSaint-Pre

3 : Vases huileMuse Alsia

4 - Plan des thermes dEscolives

5 StrigileMuse du Chtillonnais

2

TOILETTE, VTEMENTS ET PARURE Fiche enseignant

Les enfants les plus jeunes frquentaientles bains en mme temps que les femmes.

La toilette du matinToutefois, si les thermes taientfrquents par une majorit en milieuurbain, il en allait sans doute autrementdans les campagnes. Dans les petitesfermes et pour les ouvriers et serviteurstravaillant dans les villae, une toiletterapide dans un seau ou un autre rcipientdevait constituer le quotidien.Cette toilette rapide, avec une ponge,tait galement celle du matin, pour tous,avant lventuelle frquentation des bains.Pour le reste de la toilette, les Gallo-romains utilisaient des objets qui existentencore aujourdhui comme les miroirs ou lespinces piler. Des petits ncessaires detoilette en bronze, parfois dcouverts lorsde fouilles (comme Alsia), comprenaientpince piler, spatule et cure-dents oucure-oreilles.Le peigne tait un accessoire quotidien,utilis par tous. Il servait non seulement se coiffer mais aussi llimination despoux, qui taient frquents cette poque.La plupart des peignes retrouvs sontdoubles, avec un ct comportant des dentsfines et trs serres et un second ct,plus large, servant se coiffer.Un dentifrice tait parfois utilis. Sonmode de fabrication variait. On pouvaitutiliser de la cendre de rat avec du miel etde la racine de fenouil ou de lurine dejeune garon mle de la pierre poncepile. Les deux sappliquaient avec lesdoigts, la brosse dents nexistant pas.

La coiffureLes coiffures tant masculines quefminines taient varies. Si les hommessuivaient la mode romaine, les cheveuxtaient ports trs courts. En revanche, lamode gauloise permettait de porter descheveux un peu plus longs, ce qui a perduraprs la conqute.

SNQUE, Lettre Lucilius, 86,12 On se lavait chaque jour les bras et les jambes, on ne prenait un bain complet que les jours demarch.

AUSONE, Ephm., II, 1-5 Esclave, allons, debout, et donne-moi messouliers et mon vtement de lin. Apporte-moi tousles habi ts prpars par toi, car je sors. Donne-moide leau courante, que je me lave les mains, labouche et les yeux

6 - Pince piler 7 - Miroir en bronzeMuse du Chtillonnais Muses de Sens

8 - Vnus sa toiletteEscolives-Ste-Camille

9 - Ncessaire toiletteMuse Alsia

10 - Peigne en os 11 - Peigne en buis

Escolives-Ste-Camille Escolives-Ste-Camille

12 - Peigne en os triangulaireMuses de Sens

13 - Femme sa toilette Muses de Sens

3

TOILETTE, VTEMENTS ET PARURE Fiche enseignant

Les femmes portaient les cheveux longs etdevaient avoir des coiffures encore plusdiversifies, comme le montrent lesnombreuses statuettes en terre cuiteblanche dcouvertes lors des fouillesarchologiques. Les pingles cheveux, en osou en mtal, font galement partie desobjets courants mis au jour sur les sitesgallo-romains. Ces pingles devaient servirpour la partie visible des coiffures. La partieinterne des coiffures les plus sophistiquesdevait tenir grce une multitude dpingles,probablement en bois, dont nous navons pasde traces archologiques. Il existait aussides perruques ou des nattes postiches.On sait aussi que les Gaulois et les Germainsse dcoloraient parfois les cheveux.Certaines Romaines adoptaient galement lateinture, pour masquer les cheveux blancs.Les Gallo-romaines nont pas manqudutiliser, elles aussi, la teinture.Les coiffures taient plus ou moinscompliques selon le statut social desfemmes. La coiffure de la plupart desfemmes de milieu modeste ou de classemoyenne tait simple. Souvent, les cheveuxtaient ramens en arrire, spars en deuxpar une raie au milieu et runis sur le cou enchignon ou en rouleau. Les cheveux pouvaientaussi tre natts. Dans les classes socialesleves, les coiffures fminines imitaientcelles de la cour impriale romaine. Commeaujourdhui, les coiffures variaient doncselon des modes, souvent lances par la courimpriale. En raison de la distance, les modesromaines et celles des provinciales taient,en gnral, dcales chronologiquement. Les enfants suivaient les modes des adultes

Search related