of 52 /52
1 Synthèsè dès Alèas naturèls èn vallèè d’Authiè èt Pays du Tèrnois Ecault Lucile – Avril 2012

Synthèse aléas Authie Ternois

Embed Size (px)

Text of Synthèse aléas Authie Ternois

Synths ds Alas naturls n vall dAuthi t Pays du Trnois

Ecault Lucile Avril 2012

1

SOMMAIRE Rappel du contexte de ltude ....................................................................................................................................... 3 Les alas naturels en valle dAuthie et Pays du Ternois................................................................................................. 4 Dfinition des alas inondations et typologie .................................................................................................................................................................... 4 Les inondations par dbordement de cours deau ............................................................................................................................................................. 6 Les inondations par remontes de nappes souterraines .................................................................................................................................................. 15 Les inondations par ruissellements et coules de boues ................................................................................................................................................. 20 Les inondations par submersion marine........................................................................................................................................................................... 23 Lvaluation prliminaire du risque inondation sur le bassin Artois -Picardie (EPRI) ........................................................................................................ 28 Dfinition des alas mouvement de terrain et typologie ................................................................................................................................................. 30 Le retrait-gonflement des argiles ..................................................................................................................................................................................... 31 Les mouvements de terrains indiffrencis ...................................................................................................................................................................... 32 Les affaissements et effondrements de cavits souterraines ........................................................................................................................................... 35

Synthse des communes retenues partir de la base de donnes GASPAR ....................................................................40 Alas recenss dans les arrts CATNAT .......................................................................................................................................................................... 40 Autres communes interroger......................................................................................................................................................................................... 45

Bibliographie................................................................................................................................................................49

2

Rappel du contexte de ltudeLa synthse prsente ici sinscrit dans le cadre dune mission de service civique de 6 mois effectue au Centre Permanent dInitiatives pour lEnvironnement du Val dAuthie portant sur les enjeux de linformation et la sensibilisati on aux risques naturels sur le territoire dans une perspective de dveloppement de la culture du risque auprs de la population. Le bassin versant de l Authie reprsente le territoire historique dinterventi on du CPIE tandis que le Pays du Ternois qui recoupe en partie la valle dAuthie reprsente lextension actuelle de son domaine de comptence. Cette synthse des alas naturels a permis dans un premier temps de la dmarche didentifier les communes prsentant un intrt quant la thmatique et avec lesquelles nous avons pu travailler par la suite.

3

Les alas naturels en valle dAuthie et Pays du Ternois Dfinition des alas inondations et typologieLa dfinition retenue pour le territoire provient de lEvaluation Prliminaire du Risque I nondation du Bassin Artois-Picardie. Il est rappel dans ce document que lorigine des inondations provient, en hiver, de la prsence de perturbations pluvieuses dorigine atlantique provoquant des dbordements de cours deau ou des remonte de nappes souterraines et en t, du dveloppement de fronts orageux mobiles localiss engendrant des crues rapides dans les affluents, accompagnes de ruissellement sur les bassins versants en pente ou de ruissellement pluvial en zone urbaine. Cette typologie distingue ainsi : - Les inondations par remonte des nappes phratiques : elles se caractrisent par leur forte inertie, durant de plusieurs semaines plusieurs mois. Celles-ci se produisent la suite dune succession dannes pluviomtrie excdentaire ou aprs plusieurs mois pluvieux. Les territoires concerns en majorit sont les fonds de valle faible pente. Lorsque le niveau de la nappe dpasse le niveau du sol, une inondation va se produire sur parfois de vastes superficies. - Les inondations par ruissellement : elles se produisent lors dune circulation deau sur les bassins versants en dehors du rseau hydrographique , lors dun vnement pluvieux dintensit suffisante. Le ruissellement apparat lorsque les eaux de pluie ne peuvent plus s'infiltrer dans le sol ou lorsque lintensit pluviomtrique est trop importante, avec pour rsultat des coulements plus ou moins importants. Ces situations peuvent se produire dans un contexte de saturation des sols en eau en priode humide, avec de forts cumuls horaires qui se superposent. La deuxime possibilit est celle dorages violents, sans contexte pralable particulier, avec une intensit remarquable sur quelques dizaines de minutes ou seulement quelques heures. Les zones concernes par ce type de phnomnes se situent en gnral en amont des bassins versants ou sur les coteaux. Lrosion des sols peut provoquer localement des coules de boue qui accompagnent ce ruissellement, lurbanisation du territoire pouvant de plus tre un facteur aggravant du fait de limpermabilisation des surfaces. - Les inondations lentes par dbordement dun cours deau : elles se produisent suite des priodes pluvieuses prolonges pouvant durer plusieurs semaines sur le bassin versant, dans un contexte de prcipitations excdentaires les mois prcdents. On les trouve entr e les mois doctobre et davril en priode humide. Elles se dclenchent gnralement dans un contexte de saturation des sols en eau qui va favoriser le ruissellement de surface sur le bassin versant, celui-ci se dirigeant ainsi vers un exutoire naturel. Le temps de monte de la crue est lent de mme que la dure de la dcrue, les points bas pouvant re ster inonds plusieurs semaines aprs la fin des prcipitations.

4

Illustration d'une inondation par dbordement de cours d'eau

- Les inondations rapides par dbordement de cours deau (2 cas) : Soit linondation se produit dans un contexte de fort saturation des sols en eau suite une situation mtorologique similaire au cas prcdent mais avec des cumuls de pluie supplmentaires importants sur une ou deux journes. Les sols ne peuvent plus absorber et la totalit des prcipitations va ruisseler sur le bassin versant, provoquant une monte rapide des eaux dans les cours deau (quelques heures).

5

Soit linondation se produit dans un contexte de prcipitations intenses sur une dure plus courte et est lie au dveloppeme nt de fronts orageux estivaux. Les crues concernent les affluents au temps de concentration plus courts, surprenant les habitants par la vitesse de monte des eaux et du courant. - Linondation par submersion marine : cest la conjugaison de trois principaux paramtres : une mare haute astronomique, une surcote marine dorigine mtorologique, plus leffet de la houle qui va permettre la mer de se propager lintrieur des terres. Ce phnomne qui possde une cintique rapide peut reprsenter un danger, notamment en cas de rupture des ouvrages de protection ou de lrosion du cordon dunaire . * Il est par ailleurs prcis dans le document quun mme cours deau peut faire lobjet de crues lentes, rapides ou dune crue lie a nappe en fonction des conditions hydromtorologies pralables et que sur un mme bassin versant plusieurs types dinondations peuvent coexister .

Les inondations par dbordement de cours deauLes inondations par dbordement de cours deau sinscrivent, linverse du ruissellement pluvial, dans un rseau hydrographi que identifi naturel et dbit permanent. Le territoire de la valle dAuthie et du Pays du Ternois recoupe ainsi 2 principaux cours deau affects par des crues. Prsentation des valles de la Canche et de lAuthie : - La valle de lAuthie dune longueur de 95 km et dune largeur comprise entre 9 et 24 km, prend sa source 100m daltitude Coigneux pour se jeter dans la Manche. A partir de ses altitudes, on peut dfinir 4 parties : la haute valle de la source Occoches, la moyenne valle dOccoches Dompierre, la basse valle de Dompierre Colline-Beaumont et les bas-champs littoraux, lensemble recoupant des caractristiques morphologiques diffrentes. Les deux versants de lAuthie sont dissymtriques, la rive g auche tant plus escarpe que la rive droite qui possde un rseau hydrographique plus dvelopp. On y trouve deux principales valles affluentes : la Grouche et la Quilienne situes en amont. En rive gauche, le principal affluent est la Gzaincourtoise. - la valle de la Canche parallle la valle de lAuthie dune longueur de 88 km environ, prend sa source une altitude de 1 32m Gouy-en-Ternois pour se jeter dans la Manche. Tout comme lAuthie, ses flancs prsentent une dissymtrie nord/sud et lon note la prsence dun seul affluent en rive gauche : la Grande Tringue. La rive droite, en pente plus douce, est plus largement dveloppe et parcourue de longs affluents qui drainent le Haut Boulonnais ainsi que le Haut Artois. Ces principaux affluents sont ainsi : la Ternoise, la Planquette et la Course. Au total, la Canche possde 14 affluents rfrencs.

6

* Le Pays du Ternois recoupe une partie de la Haute valle de la Canche ainsi que la moiti du linaire de la Ternoise. La partie nord du Pays du Ternois est quant elle comprise dans le bassin versant de la Lys et lon y retrouve une partie de la Lys elle-mme avec les affluents de la Nave et de la Clarence. Caractristiques hydrologiques et formation des crues : La Canche et lAuthie sont deux fleuves ctiers rgime pluvial ocanique possdant une bonne rgularit inter mensuelle de leur dbit moyens : le module interannuel de la Canche est de 12 m/s Brimeux (bassin versant de 894km) et celui de lAuthie est de 7,7 m/s Dompierre -sur-Authie (bassin versant de 784 km). Cette relative stabilit des dbits sexplique par une alimentation soutenue de la nappe de craie. La Ternoise qui se jette dans la Canche au niveau de Marconne possde quand elle un dbit moyen mensuel de 4,4 m/s. Les priodes de hautes eaux se situent de novembre mai et celles de basses eaux de juin octobre avec un minimum en septembre pour les deux fleuves ctiers. De faon gnrale, les priodes de crues comme les tiages sont limits, le rapport entre le dbit moyen mensuel le plus lev au dbit moyen mensuel le plus faible tant seulement de 1,5 (Canche). Par rapport lAuthie, la Canche prsente un module abondant et son dbit spcifique est lev (13,5 l/s/km contre 10 l/s/km pour celui de lAuthie). Concernant les profils en long, celui de la Canche est un peu plus relev (pente moyenne de 1,5) que celui de lAuthie (pente moyenne de 1). Les deux cours deau sont sujets aux crues bien que celles -ci soient relativement peu frquentes. Elles trouvent leur origine dans les pisodes pluvieux hivernaux de longue dure qui peuvent staler sur plusieurs semaines. Plus rarement, celles-ci peuvent avoir lieu au printemps. La saturation des sols joue galement un rle important dans la formation des crues. En effet, la nappe sous jacente en alimentant le cours deau va accr oitre son dbit de base et ces apports deaux souterraines ont pour consquen ce une dure des crues de plusieurs semaines. Ainsi, les inondations que vont connaitre ces cours deau sont grandement imputables aux apports constants de la nappe de craie qui va maintenir de hauts dbits aprs larrt des prc ipitations. Par ailleurs, les deux fleuves ctiers subissent linfluence des mares qui remontent de lestuaire dans la valle ce qui va contribuer aggraver les crues. En priode de crue, les coulements la mer peuvent ainsi tre perturbs par le cycle des mares. En termes din ondation, les deux valles ne prsentent pas la mme vulnrabilit, les inondations de la Canche tant plus particulirement dommageables que celles de lAuthie en raison dune urbanisation plu s importante en basse valle. Les zones inondables de la valle dAuthie prsentent une superficie de 22 km stendant des bas champs la basse valle de lAuthie tandis que les zones inondables de la Canche recouvrent une superficie de 20 km touchant de nombreuses communes se rpartissant de Cucq Aubin-Saint-Vaast.

7

8

9

Linventaire des zones inondables : Un inventaire des zones inondables a t effectu pour chacune des deux valles de lAuthie (2006) et de la Canche (1997) afin de porter connaissance, pour tous, la cartographie des risques dinondation. Cette dmarche pilote par la DIREN du Nord-Pas-de-Calais a permis de cartographier et dlimiter par unit hydrographique cohrente, les informations sur les inondations de rfrences connues ce jour : inondations dcennales et centennales (calcules par modlisation des cours deau) et contours des inondations historiques. En fonction de la hauteur de submersion, de la vitesse dcoulement et de la dure de submersion, une cartographie de lala comportant 4 niveaux a t dfinie lintrieur du primtre de la crue centennale ou des plus hautes eaux connues. Une cartographie des zones dexpansion des crues a aussi t tablie afin dindiquer les zones de stockage des eaux et les zones dco ulement qui doivent tre maintenues. Latlas des zones inondables de la Canche, ancien, pour crue historique celle de 1995 et celui de lAuthie la crue exceptionnelle de 2001. Ces atlas ne concernent que les valles principales des grands bassins versant s lchelle du 1/25 000 et ne prennent donc pas en compte les autres petits cours deau qui peuvent tre galement sujets dbordement comme par exemple la Ternoise, la Grouche ou encore la Quilienne. Par consquent, il parait intressant de pouvoir largir lillustration de cet ala aux communes traverses par des cours deau naturels permanents dordre 1, 2 ou 3.

10

11

12

13

14

Les inondations par remontes de nappes souterrainesParmi les diffrents types dinondation, les inondations par remontes de nappes souterraines constituent un enjeu important dans le Pas-de-Calais avec plus dune centaine de communes ayant fait une dclaration ou plus darrts de catastrophe naturelle. Les principales inondations par remonte de nappe ont eu lieu ces dernires annes en 1988, 199 5, 2000 et 2001 (inondations de la Somme durant plusieurs mois de la fin de lhiver au printemps). Ce phnomne complexe se produit lorsque le niveau de la nappe atteint la surface du sol, dpassant celui des caves et des excavations. Il peut se produire seul ou en complmentarit dautres types dinondations par une crue dun cours deau, ruissellement pluvial ou de surface sur le bassin versant. Ainsi, dans le cas de formations peu permables comme les dives par exemple, il peut se produire une augmentation du dbit des sources prennes ou temporaires du fait de la remonte de la nappe et la distinction entre ruissellement et dbordement de la nappe lamont peut tre difficile. On va re ncontrer deux principaux types de nappes libres sur le territoire de la valle dAuthie et du Pays du Ternois : - La nappe libre de la craie, la plus importante en superficie, est contenue dans les formations crayeuses du Crtac suprieur. Elle prsente une profondeur moyenne allant de quelques mtres en valle humide plusieurs plusieurs dizaines de mtres au cur des plateaux. Laquifr e calcaire possde une faible porosit dinterstices mais une plus importante porosit de fissures (diaclases et fractures) qui permet lcoulement et la circulation de leau dans la roche. - Les nappes des terrains quaternaires que lon rencontre sur les cours deau permanents de lAuthie et de la Canche , sous les alluvions et les dpts marins ctiers de la basse pleine littorale. Ces nappes peu profondes sont quasiment subaffleurantes au niveau des Bas-Champs littoraux. Les inondations par remonte de nappes se distinguent par leur dure qui peut varier de plusieurs semaines plusieurs mois, leur priodicit qui intervient en hiver ou dbut de printemps la fin de la recharge de laquifre, linondation de caves leur frquence, leur surface et leur localisation. Dans le cadre de sa mission, le BRGM a t charg par la DDE du Pas-de-Calais de hirarchiser les communes concernes par des arrts de catastrophe naturelle pour remonte de nappes phratique, afin de mieux caractriser ce phnomne. LE BRGM a ainsi pu distinguer 4 types dinondations par remonte de nappes et esquisser les contours des bassins risques. La collecte des donnes recenses sur 111 communes identifies a permis de retenir 90 communes aprs une premire analyse qui sont ou seraient effectivement concernes pour inondations par remonte de nappes seules ou accompagnes de ruissellement de surface et de coules de boue. Ainsi, sur les communes de la valle de lAuthie et du pays du Ternois, (dpartement du Pas-de-Calais) laffectation par des remontes de nappes souterraines concerne potentiellement 10 communes se rpartissant comme suit :

15

CODE INSEE 62109 62182 62233 62390 62451 62616 62686 62717 62732 62779 62791 62795 62824 62838

NOM COMMUNE BERGUENEUSE BUIRE-AU-BOIS CONCHIL-LE-TEMPLE GROFFLIERS HEUCHIN NOEUX-LES-AUXI RAMECOURT ROELLCOURT SACHIN SARTON SERICOURT SIBIVILLE TORTEFONTAINE VAULX

Remonte de nappe valide

Remonte de nappes + ruissell. valid

Ruissellement valid

Sans objet

Remonte de nappes probable

Remonte de nappe + ruissell. probable

Ruissellement de surface probable

16

17

18

19

Les inondations par ruissellements et coules de bouesLa complexit des phnomnes dinondations par ruissellement a conduit le MEDD/DPPR dfinir cet ala et la gestion du risque dans les collectivits au travers llaboration dun guide technique. Le ruissellement pluvial induit des phnomnes physiques de nature diffrente sel on quil se produit en milieu rural, priurbain ou urbain et recoupe des vnements locaux, de caractre soudain, de courte dure et avec des consquences varies en termes de gravit. Desbordes cite la dfinition suivante : une inondation par ruissellement est provoque par les seules prcipitations tombant sur lagglomration, et (ou) sur des bassins priphriques naturels ou ruraux de faible taille, dont les ruissellements empruntent un rseau hydrographique naturel (ou artificiel) dbit non permanent, ou dbit permanent trs faible, et qui sont ensuite vacus par le systme dassainissement de lagglomration [ou par la voirie]. Il ne s agit donc pas dinondation due au dbordement dun cours deau permanent, traversant lagglomration, et dans lequel se rejettent les rseaux pluviaux. Les inondations par ruissellement sont caractrises par : - leur localisation dans lespace/temps li au dveloppement spatiotemporel de cellules orageuses sur des bassins versants de f aibles superficies (~10 km). - leur inscription dans un rseau hydrographique non assimilable un cours deau : le ruissellement se produit dans des parties de bassin versant sans coulements permanents : thalweg, vallons secs, fosss, etc. - une origine pluviomtrique dintensit excep tionnelle suite un orage ou une longue priode de prcipitations. - une amplification par dautres types dinondations : crues des cours deau, submersions marines ou encore remonte des nappes phratiques . Ainsi, la formation dune inondation par ruissellement dpend de la capacit dinfiltration des eaux de pluie dans le sol en amont, lorsque lintensit de lvnement pluvieux est suprieure cette capacit dinfiltration (saturation pralable des sols en eau => capacit rduite de rtention de leau). Leau va se concentrer en ruissellement, roder le sol en se chargeant en particules solides et dvaler les pentes des versants jusqu son exutoire, causant des dgts plus ou moins importants la sortie du bassin versant. De nombreuses caractristiques du bassin versant vont influencer le ruissellement : sa morphologie, sa topographie, sa pdologie, son hydraulique ou sa gologie. Limpermabilisation du sol, sa nature et son tat sont galeme nt dterminants, la formation dune crote de battance favorisant le ruissellement. La modification de lespace par les activits humaines, notamment lagriculture peut localement aggraver limpermabilisation des sols, conduisant une acclration des vitesses et des volumes ruissels. Les dommages sont alors importants en amont pour les agriculteurs et vers laval pour les routes, les ouvrages darts ou encore les habitations. Indirectement le ruissellement peut entraner la pollution des eaux

20

superficielles et souterraines du fait de la forte turbidit des eaux suite lentranement des polluants du sol. En milieu urbain, lurbanisation constitue un facteur aggravant du fait de limpermabilisation des surfaces et la diminution de la capacit de stockage des excdents deau ; entranant une augmentation des volumes, des dbits et des vitesses dcoul ement. Par ailleurs, les infrastructures urbaines peuvent faire obstacle au bon coulement des eaux. Le ruissellement associ aux coules de boues reprsente lala le plus prsent sur le territoire avec lensemble , semble til, des 241 communes concernes par ce risque majeur. Celles-ci ont fait lobjet en moyenne d1,8 arrt de catastrophe naturelle pour dbordement de cours deau et ruissellement s associs. Ce phnomne affecte des communes recoupant des ralits diffrentes quant la configuration topographique de leur(s) bassin(s) versant(s) ou en termes denjeux touchs. Il existe ainsi pour certaines communes du territoire concernes par un ala rosif fort, un risque drosion hydrique important des sols qui entraine une perte progressive des terres arables, ces communes devant en consquent lutter contrer les phnomnes de ruissellement et drosion des sols. Les communes les plus touches se rpartissent essentiellement en basse valle dAuthie mais galement en moyenne valle (commune dAuxi-le-Chateau). Dans le Pays du Ternois, on peut galement identifier plusieurs bassins de risque : autour des communauts de communes du Saint-Polois, du Pernois et du pays dHeuchin. Il parait ds lors intressant de bien distinguer afin dillustrer la diversit de cette problmatique : - les phnomnes de ruissellement se produisant en zone rurale qui concernent des problmatiques spcifiques lies lrosion des sols . Ce phnomne est accentu par limpermabilisation des sols due en partie aux pratiques agricoles qui renforcent le phnomne de battance. - les phnomnes de ruissellement se produisant en zone priurbaine et pour lequel le danger provient des cours deau affluents (cours deau temporaires, vallons secs, canaux et fosss dcoulement) qui convergent vers lagglomration provoquant des dbordements localiss. - les phnomnes de ruissellement se produisant en zone urbaine stricto census, o le rseau dvacuation et dassainissement est pris en dfaut et ne peut vacuer leau prcipite. Ce phnomne est accentu par limpermabilisation des surfaces due lurbanisation. Sur les communes traverses par un ou des cours deau permanents importants, il est assez difficile de distinguer le ruissellement pluvial de la crue, les deux phnomnes pouvant de plus tre conjugus. Par aill eurs, le ruissellement va provoquer de lro sion, des coules de boues et galement des mouvements de terrains ou phnomnes classs comme tels dans les arrts de catastrophe naturels lorsque les volumes de sols entrains sont importants. On peut ainsi considrer ces mouvements de terrains comme une consquence directe du ruissellement. Ceux-ci tant systmatiquement associs une inondation dans les arrts de catastrophe naturelle, on retrouve les mmes communes affectes par les deux phnomnes inondation et mouvements de terrains conjugus avec une recrudescence pour les petites communes rurales (EPS, Vaux, Ramecourt). De faon plus surprenante, on peut retrouver des arrts CATNAT pour mouvements de terrains associs aux inondations dans des communes situes en basse valle dAuthie, l ou la pente hydraulique va tre quasi nulle.

21

22

Les inondations par submersion marineLes submersions marines se produisent lors de la conjugaison dune mare haute astronomique de fort coefficient avec une surcote mtorologique et une forte houle ; la mer se propageant ds lors lintrieur des terres suite la dfaillance des ouvrages de protection, de leur franchissement exceptionnel ou de lrosion du cordon dunaire. Ce phnomne possde une cintique rapide, notamment en cas de rupture des digues et/ou de la formation de brches. Dans lestuaire de lAuthie, la volont ancienne de se protger contre les mares et/ou les crues conduit la construction de hautes digues dans les bas-champs appeles rencltures. Dans lestuaire de la Canche, on retrouve de mme des endiguements par casiers. Le cycle des mares perturbe le bon coulement des eaux et peut ainsi contribuer aggraver les phnomnes dinondation par dbordement de cours deau et/ou remonte de nappes souterraines. Lun des derniers vnements majeurs de submersion marine remonte lors des temptes de lhiver 1990 qui ont touch le littoral franais et particulirement la mer du nord et le littoral Picard, de Groffliers Wissant. Les ouvrages de dfense de la mer ont t impacts Hardelot, Ambleteuse et au Touquet. Le cordon dunaire a galement t rod sur plusieurs communes comme Cucq ou Portel avec un recul du trait de cte prononc suite la formation dune brche dans la dune de Wissant qui a entrain la submersion partielle du marais de Tardhinghem. 200 hectares de terrains furent inonds dans les champs de Merlimont sur la commune de Saint-Josse. Enfin, la station balnaire de Wimereux subit dimportantes dgradations durant ces temptes. Dans la rgion Nord-Pas-de-Calais, une dmarche de connaissance des risques naturels littoraux a t engage en 2006 par les services de lEtat au travers dun programme dtudes sur la caractrisation des alas naturels ctiers intgrant les consquences du changement climatique, dans lobjectif damliorer linformation, la prvention, la protection et la gestion en cas de crise. La cartographie de lala submersion marine prsente elle lala dfini pour une priode de retour dcennale, centennale et millnale en distinguant 4 niveaux dintensit, issus dun croisement entre le couple vitesse et hauteur de submersion maximales instant donn ; la vitesse ntant ainsi pas constante sur toute la dure de submersion. Des bandes de 100m en ala rouge trs fort ont t ajoutes derrire les ouvrages de protection soumis une rupture potentielle et une mme bande rouge a galement t ajoute pour les sites soumis des phnomnes de franchissement. Cette cartographie est prcise au 1/25 000.

23

24

25

26

27

Lvaluation prliminaire du risque inondation sur le bassin Artois-Picardie (EPRI)La directive 2007/60/CE relative lvaluation et la gestion du risque inondation a pour objectif lamlioration de la gestion du risque inondation lchelle communautaire en permettant de donner un cadre de gestion commun tous ses Etats membres qui doivent adopter une stratgie de planification long terme afin de prvenir et limiter les inondations et leurs consquences ngative s lchelle des grands bassins hydrographiques.

La premire tape dvaluation des risques inondation (EPRI) t ralise fin 2011 dans le bassin Artois-Picardie pour les diffrentes units gographiques, dont lunit Canche-Authie-Boulonnais qui comprend les bassins versants de lAuthie, de la Canche, de la Liane, du Slack et du Wimereux. Les deux tapes suivantes, en cours de ralisation, et prvues respectivement pour 2013 et 2015 comprennent la cartographie du risque inondation partir des Territoires Risques Importants identifis suivie de la production de plans de gestion des risques inondations. LEPRI est une synthse constitue de plusieurs documents qui comprennent une prsentation des six districts inclus dans le bassin, une prsentation de la mthodologie mise en uvre, une synthse par district des

28

inondations historiques et potentielles, une prsentation par unit des vnements historiques marquants ainsi que lvaluation des impacts potentiels des inondations futures. Cette premire tape de lEPRI a donn lieu la construction dune base de donnes des inondations historiques ayant occasionnes des dgts ainsi qu lestimation des consquences dinondations potentielles au travers de la construction dune enveloppe approche de ces inondations potentielles (EAIP). LEAIP est ainsi une enveloppe majorante, utilisant diffrentes approches combines pour dfinir ltendue des zones susceptibles dtre inondes (par dbordement de cours deau, par submersion marine et par remonte de nappes phratiques). - Pour la valle de lAuthie, il est mentionn dans la base de donnes 2 inondations passes : linondation de 1999 ayant provoque lvacuation de plus de 800 personnes Doullens (Haute-valle de lAuthie) et linondation de 2001 ayant occasionne une submersion de plus de 15 jours de certaines zones , plus quelques dgts aux habitations dans le secteur de Quend (Bas-Champs). Cette inondation est par ailleurs la crue de rfrence de lAuthie dans lAZI. - Pour la valle de la Canche, les informations sur les inondations historiques passes sont recenses dans la base de donnes au travers 10 vnements dommageables, dont le plus ancien connu remonte 1392 et le plus rcent remonte 1999. La crue de 1995 qui est la crue de rfrence dans lAZI est la plus forte crue connue du 20me sicle (selon lAZI). Elle a t catastrophique sur le plan conomique avec des zones submerges pendant parfois plus de 3 mois, avec des dgts causs aux habitations sur les secteurs de la Calotterie et de Brimeux. - Pour la valle de la Ternoise, renseigne galement dans la base de donnes, lvnement historique connu de rfrence est linondation de 1999 qui est une succession de 3 crues et vu linondation de Pesnes en Artois ? Toutefois si lon regarde les donnes de la banque hydro, on constate que lvnement hydrologique de rfrence est le 4 juillet 2005 avec un dbit instantan maximal de 28 m/s et une hauteur instantane de 191 cm ( Huby-saint-Leu). Il est galement renseign, part dans la base de donnes, des vnements de submersion marine, nombreux sur le territoire (> 20) avec entre autres des submersions marines historiques sur les communes de Berck et de Grofflier s pour la valle de lAuthie. Pour la valle de la Canche, la submersion marine de 1984 fait valeur de rfrence dans lAZI avec des ruptures de digues et de vas tes hectares de terres inondes. Les vnements plus rcents concernent les communes de Wissant et Wimereux situs au nord de Boulogne avec notamment la submersion marine de forte intensit de 1990 qui est la rfrence. Enfin, il est renseign dans la base de donnes historique des inondations passes, 6 vnements de ruissellements, dintensit limite moyenne, en 1994, 1998, 2001 et 2006 et dont les informations proviennent soit de la DIREN (rapports sur les crues de 1998 et 2006) ou soit de la thse de J.Douvinet sur les bassins versants sensibles aux crues rapides dans le Bassin Parisien qui comporte de nombreuses photographies et cartes. Tout comme les inondations par dbordement et submersion marine, ces vnements ne sont pas exhaustifs et sont de plus spatialement mal rfrencs dans la base de donnes.

29

Dfinition des alas mouvement de terrain et typologieLes mouvements de terrain regroupent lensemble des phnomnes gravitaires divers et complexes impliquant le plus souvent une rupture et un dplacement de matriaux avec des volumes en jeu de lordre de quelques m plusieurs millions de m. Ces phnomnes sont soit l origine dune volution discr te, lente et continue ou au contraire provoquer des dpla cements en masse ou remanis plus ou moins brutaux. Les mouvements de terrain de grande ampleur peuvent galement provoquer des phnomnes induits ou associs catastrophiques . Selon la vitesse et le rythme des dformations, on peut schmatiquement classer ces mouvements de terrain en deux grandes familles : Les mouvements lents et continus : Les tassements diffrentiels proviennent de lalternance de 2 processus ; un retrait suivi du gonflement de certains matriaux argileux suite des changements dhumidit . Ils se produisent surtout en priode de scheresse. La perte de volume en eau va provoquer verticalement un tassement diffrentiel et horizontalement lapparition de fissures de dessiccation. Le tassement peu aussi tre d la compression de certains sols sous leffet dune charge applique (vase, tourbe, marne) . Les affaissements sont conscutifs lvolution lente et progressive des cavits souterraines naturelles ou artificielles. Ils se traduisent par la formation dune dpression topog raphique sans rupture apparente de la surface. Le fluage de matriaux plastiques sur faible pente (solifluxion, reptation). Le tassement de versants rocheux et fracturs par dilatance, fauchage des couches ou poinonnement. Les glissements qui concernent des dplacements en masse de sols cohrents le long dune surface de rupture qui peut tre plane, courbe ou complexe. On va distinguer les glissements circulaires (rotationnels), des glissements plans (translationnels) ou encore mixtes (complexes).

-

Les mouvements rapides et discontinus : Les effondrements par rupture brutale du toit dune cavit souterraine artificielle ou naturelle (par dissolution karstique ou suffosion). On va observer un abaissement la fois violent et spontan de la surface , tout le terrain au dessus de la cavit seffondrant dun coup. Les boulements (chutes de pierres et de blocs) proviennent de lvolution mcanique descarpements plus ou moins abrupts, trs facturs et altrs sous laction de la gravit . Les lments rocheux mobiliss sont plus ou moins homognes avec peu de dformations pralables . Les croulements proviennent de la chute soudaine dune masse rocheuse par pans entier selon un pan de discontinuits prexistants. La masse rocheuse qui se dtache dune paroi ou dun versant trs raide va se dsorganiser en tombant . Les volumes mobiliss sont >1 dm.

Propagation en masse

30

Propagation remanie

Les coules de dbris proviennent du transport de matriaux sous forme visqueuse et sur de fortes pentes (appeles laves torrentielles dans les rgions montagneuses) ou proviennent de lvolution du front des glissements argileux par dgnrescence. Les vitesses de transport sont Les coules boueuses plus ou moins fluides sont composes d importantes quantits deau et de m atriaux sans cohsion. Elles constituent le type le plu s liquide des glissements de terrains et sont composs au minimum de 30% deau et 50% de vases, limons et autres matriaux argileux. Elles se forment sur des versants et se constituent en cours deau rgime torrentiel avec un fort potentiel destructeur. Le cas de lrosion littorale : Ce phnomne affecte aussi bien les ctes rocheuses par glissements et effondrements que les ctes sableuses galement soumises lrosion par les diffrents agents naturels que sont les houles, les vagues et les courants marins. Lrosion provoque un recul du trait de cte plus ou moins prononc. On distingue lrosion continue de lrosion brutale, due des temptes ponctuelles qui provoquent le franchissement soudain ou la rupture du perr ou du cordon dunaire. Les amnagements sur le littoral peuvent galement contribuer amplifier ce phnomne naturel en modifiant le transit sdimentaire.

-

Le retrait-gonflement des argilesLes tassements de sols argileux par retrait gonflement concernent un type particulier de mouvements de terrain lis au changement dhumidit des sols fins argileux et se produisant particulirement dans les priodes de fortes scheresses. Dans le cas des tassements par retrait, on observe 2 processus alterns : un retrait lors de la priode de scheresse suivi dun gonflement des sols argileux lors de leur rhydratation. Ce phnomne se produit de faon gnrale lors dun changement dhumidit dans les sols, faisant varier leur teneur et leur saturation en eau (par vaporation), provoquant ainsi leur tassement diffrentiel. Dans le dpartement du Pas-de-Calais, une centaine de communes ont fait lobjet au moins une fois dun arrt de catastrophe naturelle pour ce type de sinistres imputs la scheresse (dernire en date de 2003). Dans le cadre de sa mission de service public sur les risques naturels, le BRGM a ralis la cartographie de cet ala afin de dfinir les zones les plus exposes au phnomne. Il existe au total 22 formations argileuses susceptibles de tassements diffrentiels qui ont t classifies et hirarchises vis--vis du risque selon trois critres lithologiques, minralogiques et gotechniques. Les rsultats de ltablissement de la carte de susceptibilit des formations gologiques distinguent 4 niveaux dala : fort, moyen, faible ou nul (correspondant aux formations priori non argileuses). Sur lensemble du dpartement, 2% de la superficie seulement se situe en zone dala fort. Les formations qui sont moyennement susceptibles recoupent 22% de la superficie et les formations faiblement susceptibles concernant quant elles 55% du territoire du dpartement.

31

Ainsi, la partie sud ouest du dpartement na pas t concerne ces dernires annes par des arrts de catastrophe naturelle au titre de mouvements de terrains diffrentiels conscutifs aux scheresses et la rhydratation des sols. La valle dAuthie et le Pays du Ternois sont situs sur des formations argilomarneuses du crtac suprieur : La craie blanche du Turonien suprieur au Santonien et les dives et craies argilo marneuses du Cnomanien infrieur au Turonien moyen, auxquels on peut localement ajouter la prsence de placages ponctuels de formations Cnozoques tertiaires principalement sabloargileuses (prsentes sous la forme de buttes tmoins sur le plateau crayeux). Parmi les formations superficielles du quaternaire, prsentes sous la forme de lambeaux localiss ou de couvertures plus paisses, on peut trouver principalement des limons des plateaux et limons argileux silex, des dives (marnes argilo-crayeuses impermables constituant le mur de la nappe de craie), des colluvions et alluvions de lHolocne et des formations tourbeuses suprieures. Sur le bassin versant de lAuthie, la commune de Colline-Beaumont se trouve en zone dala fort, situe sur des formations susceptibles dtre affectes par des phnomnes de tassement diffrentiel. Les communes de Conchy-le-Temple et Wailly-Beaucamp sont galement potentiellement plutt favorable au phnomne de retrait gonflement des matriaux argileux ou tourbeux (zone dala moyen). A lexception des Bas-Champs, les autres communes de la valle de lAuthie ou/et du Pays du Ternois se situent en zone dala faible. Du ct de la Somme, la cartographie de cet ala montre une zone dala moyen sur les communes de Fort-Mahon et de Quend au niveau des dpts marins de lHolocne, alluvions fluviatiles rcentes co mprenant sables, vases et tourbe. La tourbe apparat ainsi comme un matriau sensible aux variations de la teneur en eau environnante.

Les mouvements de terrains indiffrencisLes mouvements de terrains recenss dans les arrts de catastrophe naturelle peuvent tre potentiellement de diffrente nature : Soit des coules de boues gnres par la mise en mouvement sur les versants de matriaux sans cohsion, mlangs une importante quantit deau . Soit des glissements de terrain correspondant des dplacements en masse de matriaux cohrents le long dune surface de rupture. Soit des inondations boueuses (non assimilables des mouvements de terrain) qui rsultent dune accumulation de ruissellement gnr au niveau de terres agricoles et qui emporte au passage des particules de terres quil transporte comme matire en suspension ou charge de fond. Ces inondations boueuses constituent un processus de pente et ne doivent pas tre confondues avec les coules de boues qui sont dues des mouvements de transport en masse. Les inondations boueuses engendrent des dgts aux infrastructures routires, par dpts de couches de boue sur les routes.

Toutefois, les mouvements de terrains tant renseigns dans les arrts de catastrophe naturelle en mme temps que les inondations par ruissellement et coules de boues, il parait alors fort probable que ces mouvements de terrain nen sont pas en soi et concernent m ajoritairement des inondations boueuses.

32

33

34

Les affaissements et effondrements de cavits souterrainesTypologie des cavits souterraines - Les cavits naturelles : La prsence de ces cavit est due la dissolution de carbonates (calcaires, dolomies, craies) ou de sulfate (gypse) par la circulation des eaux de surface. Les formations gologiques susceptibles de renfermer des cavits naturelles sont principalement les craies du crtac suprieur. - Les cavits anthropiques : Cette catgorie regroupe lensemble des cavits creuses par lhomme diffrentes fins. On va pouvoir ainsi distinguer : Les carrires souterraines : les carrires ont t creuses dans la craie des fins conomiques et exploites pour la production de pierres de taille, de chaux, de ciment ou encore les amendements en agriculture. Dune profondeur pouvant aller jusqu 30m, on les classifie selon leur mode dexploitation : catiches (ou puits en bouteille), chambres et piliers, chambres et galeries, crayres et marnires, galeries filantes, hagues et bourrages ou encore puits et galeries. Laccessibilit aux carrires se fait soit par un puit ou descenderie pour celles se s ituant sur le plateau, ou soit directement par cavage depuis les fonds de valles ou depuis un front de taille. Les caves : Ce sont des cavits anthropiques utilises hors fins dextraction. Elles ont t creuses, soit dans un but industriel, soit dans un but agricole (champignonnire) ou encore des fins de stockage. On les trouve sous la forme de salles et galeries creuses partir du sous-sol des btiments. Les ouvrages civils : Ces cavits regroupent plusieurs sous catgories selon leur nature et leur gomtrie : les aqueducs, les tunnels ferroviaires et routiers, les cryptes et les catacombes, les souterrains de fondations et de remparts et enfin les souterrains refuges abandonns. Ces souterrains refuges galement appels muches dans le Pas-de-Calais sont parfois amnags dans danciennes carrires souterraines de craie ou danciennes caves qui ont t relies par des couloirs pour crer un rseau de refuge tendu, reliant ainsi les lieux stratgiques pour la population. Les ouvrages militaires : Les ouvrages militaires concernent les tranches ou sapes de guerres. On les trouve de part et dautre des lignes d e front selon un axe nord/sud, ayant servi principalement miner les positions ennemies, stocker du matriel ou sabriter. Elles sont creuses dans les limons du quaternaire, les craies du crtac ou danciennes carrires souterraines relies entre elles par un vaste rseau de galer ies. On peut les classer selon leur gomtrie, linaire ou surfacique. Il existe en parallle un risque environnemental li aux squelles de guerre avec le dpt de munitions non exploses pouvant provoquer, outre le risque dexplosion, un risque de pollution des cosystmes (notamment pour les armes chimiques).

35

Le risque associ ces cavits souterraines : La prsence de cavits souterraines abandonnes peut entraner diffrents types de dsordres la surface lorsque celles-ci ne sont plus surveilles ni confortes. Les types dinstabilit rencontrs sont principalement : - Les affaissements : ce sont des mouvements lents et progressifs correspondant une dformation souple de la surface du sol sans rupture et se traduisant par une dpression topographique en forme de cuvette. Il s'agit souvent d'un phnomne symptomatique des carrires souterraines, soit mal remblayes soit, lorsqu'elles sont profondes, recouvertes par des formations souples, correspondant lauto colmatage du vide par le rarrangement et la dcompression des terrains sus-jacents. Les dgts possibles sont sur les constructions uniquement. Les affaissements ne sont pas des prcurseurs des effondrements. - Les effondrements correspondent un abaissement violent et spontan de la surface dune cavit sur parfois plusieurs hectares et plusieurs mtres de profondeur. La zone deffondrement est dlimite par un cratre bordures subverticales. Les effondrements sont spcifiques des mines et carrires exploites par des chambres, piliers et catiches. Ils sont initis par une rupture en chane des piliers de lexploitation se rpercutant instantanment en surface par un abaissement violent de la surface, le toit (plafond) descendant en masse. Les dgts engendrs sont considrables pour les constructions et la rapidit et la violence du phnomne peut occasionner des victimes. - Les fontis correspondent un effondrement brutal et localis du toit dune cavit ou dune galerie souterraine se manifestant sous la forme dun entonnoir ou cratre. La rupture est progressive, la cloche remontant plus ou moins lentement la surface jusquau dveloppement du crat re. La gomtrie des fontis est pseudo circulaire, diamtre et profondeur du cne pouvant aller jusqu' plusieurs mtres. Les dgts gnrs aux infrastructures peuvent tre importants et engendrer des victimes. Il faut galement ajouter pour les cavits naturelles, les phnomnes de suffosion qui consiste en une rosion interne affectant les sables et les limons, la formation de dolines en domaine calcaire ainsi que le phnomne de dbourrage correspondent l'entranement gravitaire, le plus souvent provoqu par des circulations d'eau massive, du matriau de comblement d'une cavit (poche d'argile dans une chemine ou une fissure karstique, bouchon remblay d'un puits de marnire ou de carrire ). Ce sont les phnomnes risque qui touchent le plus les rseaux naturels dvelopps dans les massifs calcaires. Toutefois ces derniers types de dsordres ne sont pas recenss dans le Pas-de-Calais du fait de la gologie et du climat peu propices. Linventaire des cavits souterraines :

36

Cet inventaire, actuellement en cours, est ralis par le BRGM dans le cadre dune convention avec la DREAL. Il existait pralablement un premier inventaire partiel des cavits souterraines, ralis entre 1999 et 2004 et portant sur 320 communes du dpartement qui avait permis dal imenter la base de donne nationale bdcavit pour 103 communes. Dans le cadre dune mise jour de cet inventaire et de son extension sur lensemble du Pas-de-Calais, une nouvelle convention avec la DREAL a t passe et divise en plusieurs tapes de travail. La premire tape de clture du projet porte sur lexploitation des donnes darchives du Service Gologique Rgional, du Service Interdpartemental dInspection des Carrires Souterraines et autres ou vrages bibliographiques. Ltape suivante concerne une consultation des divers organismes techniques susceptibles de dtenir des informations permettant de valider ou complter la premire phase de saisie. La troisime phase par questionnaires, adresss aux maires des communes, permettra denrichir et de complter les donnes avec la rencontre de tmoins locaux et la visite de cavits. La dernire tape de restitution des rsultats permettra la synthse du projet dans un rapport final ainsi que la mise en ligne de la base de donnes finale bdcavit. Lobjectif de cet inventaire porte sur une connaissance exhaustive des cavits souterraines du Nord-Pas-de-Calais afin de conserver leur mmoire et ainsi permettre aux acteurs locaux en charge de la prvention et de la gestion du ri sque de disposer de lensemble des donnes dtenues au SGR/NPC. La valorisation des donnes se fait essentiellement au travers dune base de donnes unique et fdrative gorfrence : bdcavit. Cette base de donnes va donc permettre de faciliter les politiques dinformation et de prvention des risques par une diffusion la plus large possible de cette connaissance. En parallle, il existe une base de donnes locale oprationnelle disponible au SGR/NPC sous format papier et numrique (dossier synthtique de la cavit) ; la consultation de ces dossiers se faisant au SGR/NPC Lezennes (59). Il existe au total et ce jour, 222 cavits souterraines renseignes dans la base de donnes bdcavit pour le territoire du Pays du Ternois et de la valle de lAuthie. 92 communes possdent au minimum une cavit souterraine sur leur territoire, ce qui reprsente une couverture de prs de 38%. Plus de la moiti des cavits en prsence sont des ouvrages civils dont on suppose une large part de muches ou souterrains-refuges. Il existe en comparaison seulement 3 cavits de formation naturelle, une quarantaine de carrires ainsi quune vingtaine de cavits dorigine militaire. Une quarantaine de cavits sont quand elles de nature indtermine, ce qui reprsente 16% de lensemble des cavits souterraines. Ceci sexp lique par la difficult de retrouver la nature exacte de la cavit dans les documents darchives. On trouve enfin et de faon anecdotique la prsence danciennes caves abandonnes. Par ailleurs, 2 communes qui ne sont pas inclues dans le primtre du Pays du Ternois et de la valle de lAuthie stricto census possdent des potentialits intressantes pour notre travail : la commune de Domqueur dans la Somme marque un rseau de muches trs dvelopp et la commune d Ecuires, situe au nord de Boisjean, recense 22 cavits souterraines sur son territoire auxquelles sont associes des effondrements localiss. De faon gnrale, la prsence et le nombre de cavits souterraines sur une commune ne prjugent pas de leur dangerosit associe et il semble intressant de sadresser au SGR/PDC pour accder aux dossiers et fiches compltes des cavits souterraines. Enfin, il convient de garder lesprit que ces donnes ne sont pas exhaustives.

37

38

39

Synthse des communes retenues partir de la base de donnes GASPAR Alas recenss dans les arrts CATNATLa base de donnes GASPAR (Gestion Assiste des Procdures Administratives relatives aux Risques naturels et technologiques) provient de la DGPR (Direction Gnrale pour la Prvention des Risques). Mise jour rgulirement par les services instructeurs dpartementaux de lEtat, elle comprend des informations sur les documents dinformation prventive sur les risques naturels ou porte rglementaires. On va y trouver les informations sur la procdure de reconnaissance de ltat catastrophe naturelle (arrts CATNAT), renseigne au sein de tables attributaires. Il existe lintrieur, une classification des alas prenant en compte distinctement lorigine du phnomne, selon 81 catgories spcifiques. Sur la Valle dAuthie et du Pays du Ternois, 9 types dalas ont pu tre identifis, que lon a regroup comme suit :Inondation par dbordement de cours deau Inondation par ruissellement et coules de boues associes Inondation par remonte de nappes souterraines Inondation par submersion marine Affaissement de cavits souterraines Glissement de terrain Effondrement de cavits souterraines Eboulements et chutes de blocs Mouvement de terrain indiffrenci

Si les 241 communes du territoire de la valle dAuthie et du Pays du Ternois ont fait lobjet dau moins un arrt de catast rophe naturelle depuis 1982, toutes ne sont pas impactes par les mmes risques naturels la mme frquence ni la mme intensit. Ainsi, notre prslection des communes sur la base de cette information, sest faite partir du croisement entre le nombre total darrts CATNAT ( 5) et la diversit des alas recenss dans la procdure. Au total, 30 communes ont t pralablement slectionnes pour illustrer la problmatique des risques naturels sur le territoire. En moyenne, depuis lexistence de la procdure, les communes ont fait lobjet de deux arrts de catastrophe naturelle pour inondations et coules de boue et dun arrt pour mouvement de terrain. Au maximum, il existe 8 arrts CATNAT et 6 alas diffrents recenss pour une mme commune du territoire.

40

41

42

43

CODE INSEE62368 80333 62060 62824 80201 80244 62150 62767 62109 62553 62652 62717 62763 62768 62795 62815 80109 62390 62732 80806 62108 62231 62233 80580 80649 62299 62838 62686 80815 62222

NOM COMMUNEGAUDIEMPRE FORT-MAHON-PLAGE AUXI-LE-CHATEAU TORTEFONTAINE COIGNEUX DOMINOIS BOISJEAN SAINT-POL-SUR-TERNOISE BERGUENEUSE MAREST PERNES ROELLECOURT SAINT-MICHEL-SUR-TERNOISE SAINT-REMY-AU-BOIS SIBIVILLE TIGNY-NOYELLE LE BOISLE GROFFLIERS SACHIN VILLERS-SUR-AUTHIE BERCK COLLINE-BEAUMONT CONCHIL-LE TEMPLE NAMPONT QUEND EPS VAULX RAMECOURT VRON CHERIENNES

Nombre darrts CATNAT4 3 5 4 4 4 5 5 5 6 6 5 6 5 4 6 5 6 6 5 7 7 6 6 5 6 7 8 4 2

Nombre dalas6 5 3 4 4 4 3 6 4 3 3 4 3 4 4 5 4 4 4 4 4 5 6 4 6 3 4 4 4 4

Origine des alas

44

Autres communes interrogerSi les 30 communes prslectionnes assurent une bonne reprsentativit en termes de diversit des catastrophes naturelles passes sur le territoire, cette slection nest par ailleurs par perfectible car base sur cette seule information. En effet, la procdure de reconnaissance de ltat de catastrophe naturelle nexiste que depuis 30 ans (Loi n82-600 du 13 juillet 1982 modifie relative lindemnisation des victimes de catastrophes naturelles) . Par ailleurs, en termes denjeux affects, les communes prslectionnes recoupent la fois de toutes petites communes rurales, infrieures 200 habitants et des units urbaines, suprieures 2 000 habitants. De plus, cette slection nest pas toujours spatialement reprsentative des communes du territoire avec une surreprsentation de celles situes en basse valle de lAuthie. Egalement, un certain nombre dunits urbaines suprieures 2 000 habitants nont pas t prises en compte. Si lon croise ces units urbaines avec le nombre darrts de catastroph e naturelle, on peut constater que certaines dentre elles ont fait lobjet de 3 arrts ou plus de catastrophe naturelle : VERTON, RANG-DU-FLIERS, CAMPAGNE-LES-HESDIN, FREVENT, PAS-EN-ARTOIS et FLORINGHEM. Enfin, si la ville de DOULLENS na fait lobjet que de 2 arrts de catastrophe naturelle , lon sait par lEPRI que celle-ci t trs touche par linondation de 1999, avec plus de 800 personnes vacues. Ainsi, ces 7 communes peuvent tre rajoutes notre slection initiale, ce qui porte 37 le chiffre des communes interroger.

CODE INSEE62204 80253 62340 62361 62649 62688 68849

NOM COMMUNECAMPAGNE-LES-HESDIN DOULLENS FLORINGHEM FREVENT PAS-EN-ARTOIS RANG-DU-FLIERS

Nombre darrts CATNAT3 2 4 3 3 3 4

Nombre dalas3 3 3 3 3 3 3

Origine des alas

VERTON

Il faut galement ajouter ces 37 communes, dautres communes potentielles concernes par un ala inondation fort par dbordement de cours deau et dsignes dans lAtlas des Zones Inondables ou par ala submersion marine fort ainsi que les communes concernes par des inondations par des remontes de nappes phratiques valides dans le dpartement du Pas-de-Calais par ltude du BRGM. Concernant le risque li la prsence de cavits souterraines, la slection des communes interroger seffectuera sur la base de leur nombre et aprs consultation des dossiers des cavits auprs du SGR. Enfin, pour le risque de ruissellement et coules de boues, il sagira de privilgier les communes situes en zone dala rosif fort ou sur de fortes pentes (daprs les donnes existantes ce sujet). En dfinitive, lensemble des informations contenues dans cette synthse constitue un appui dcisionnel dans notre travail.

45

46

47

48

BibliographieOrganismeMEDDTL

Sourcehttp://macommune.prim.net/gaspar/

PhnomnesRisques naturels et technologiques

Anne2012

FormatBD Access 2000

Nom fichierBD GASPAR.zip

TerritoireFrance entire

Contenu spcifiqueProcdures PPR Arrts CAT NAT Information prventive : (AZI, PCS, TIM, DICRIM) Procdures PPR Arrts CAT NAT Information prventive : (AZI, PCS, TIM, DICRIM) Caractristiques hydrologiques, inondations, crues, gestion des risques Caractristiques hydrologiques, inondations, crues, gestion des risques Cartographie des zones inondables par commune Atlas cartographique des inondations sur lAuthie en 2001 par photo-interprtation Synthse bibliographique de la DREAL visant caractriser les alas littoraux (submersion marine) Etat des lieux du SAGE de lAuthie Atlas cartographique de ltat des lieux du SAGE de lAuthie

MEDDTL

http://macommune.prim.net/ http://www.donnees.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/article.php3?id_arti cle=612 http://www.donnees.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/article.php3?id_arti cle=612 http://dde80.free.fr/htmldoc/azi_aut hie.html http://www.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/?Inondation-Authiedu-12-04-2001 http://www.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/IMG/pdf/Synthesebibliographique-DIREN-NPDC.pdf http://www.eptbauthie.fr/public/?code=etat-deslieuxhttp://www.eptbauthie.fr/public/?code=etat-deslieux-

Risques naturels et technologiques

2012

Texte

NA

France entire

DREAL

inondations

1997

Texte (pdf)

AZI_Canche.pdf

BV Canche

DREAL

inondations

2006

Texte (pdf)

AZI_Authie.pdf Nom com_AZI.pdf Atlas inond 2001_Authie.pdf

BV Authie BV Authie : Somme BV Authie

DDE 80

inondations inondations du 12 avril 2001

2006

Cartes (pdf)

DREAL

2003

Cartes (pdf)

DREAL

Alas naturels ctiers Inondations, ruissellement, rosion Inondations, ruissellement, rosion

2007

Texte (pdf)

Synthse biblio NPDC.pdf Etat des lieux sage_Authie.pdf Atlas carto sage_Authie.pdf

Littoral : NordPas-de-Calais

EPTB Authie

2010

Texte (pdf)

BV Authie

EPTB Authie

2010

Cartes (pdf)

BV Authie

49

Prfecture 62

Prfecture 80

http://www.pas-decalais.equipement.gouv.fr/Eau_Env ironnement_Risques/IAL/DDRMde c2004.pdf http://www.somme.pref.gouv.fr/med ias/ddrm_%20mai09/DDRM%2020 09.pdf http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp http://www.brgm.fr/publication/rapp ortpublic.jsp

Risques naturels et technologiques Risques naturels et technologiques Cavits souterraines Cavits souterraines Cavits souterraines Retrait-gonflement des argiles Retrait-gonflement des argiles Retrait-gonflement des argiles Remontes de nappes Remontes de nappes Remontes de nappes Remontes de nappes

2004

Texte + Cartes (pdf) Texte + Cartes (pdf) Texte + Cartes (pdf) Texte + Cartes (pdf) Texte + Cartes (pdf) Texte + Cartes (pdf) Texte + Cartes (pdf) Texte + Cartes (pdf) Texte + Carte (pdf) Texte + photos Texte (pdf)

DDRM_62.pdf

Pas de Calais

Dossier Dpartemental des Risques Majeurs : communes concernes et cartographie Dossier Dpartemental des Risques Majeurs : communes concernes et cartographie Inventaire des cavits souterraines : rapport intermdiaire de la phase 3 Inventaire des cavits souterraines : rapport re intermdiaire de la 1 tape Inventaire des cavits souterraines de la Somme: rapport final du BRGM Rapport final et cartographie de lala retrait-gonflement des argiles Rapport final et cartographie de lala retrait-gonflement des argiles Mthodologie pour ltablissement de PPR retrait-gonflement Rapport final et cartographie des inondations par remonte de nappes Constat des remontes exceptionnelles des nappes phratiques en 1995 Constat des remontes exceptionnelles des nappes phratiques en 2001 Constat des remontes exceptionnelles des nappes phratiques en 2000 et 2001

2009

DDRM_80.pdf Inventaire cavits 62_2003.pdf Inventaire cavits 62_2011.pdf Inventaire cavits_80.pdf Ala retrait gonflement 62.pdf Ala retrait gonflement 80.pdf PPR retraitgonflement_80.p df Remonte nappes_62.pdf Constat nappes 1995.pdf Constat nappes 2001.pdf Constat nappes 2000 2001.pdf

Somme

BRGM

2003

Pas de Calais

BRGM

2011

Pas de Calais

BRGM

2011

Somme

BRGM

2006

Pas de Calais

BRGM

2010

Somme

BRGM

2011

Somme

BRGM

2008

Pas de Calais

BRGM

1995

Somme

BRGM

2001

Somme

BRGM

2002

Texte (pdf)

Pas de Calais

50

Agence de leau Artois Picardie Banque HYDRO

http://donnees.eau-artoispicardie.fr/ http://www.hydro.eaufrance.fr/selec tion.php http://www.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/?Evaluationpreliminaire-des http://www.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/?-Profilenvironnementalhttp://www.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/?-Photothequehttp://www.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/?-Bulletinhydrologiquehttp://www.nord-pas-decalais.developpementdurable.gouv.fr/?Etudes-analyseset-simulations-des http://carmen.developpementdurable.gouv.fr/24/risque_zi.map http://carmen.developpementdurable.gouv.fr/24/eau.map http://cartorisque.prim.net/

Crues

1963 2012 1982 2012

Graphique + Texte Graphiques + textes Texte (pdf) + donnes Excel Texte + cartes (pdf)

Hydro Authie.pdf Hydro Authie.bmp NA

Crues

Station de Dompierre-surAuthie Station de Dompierre-surAuthie Bassin Artois Picardie

DREAL

Inondations

2011

Dossier EPRI

Donnes hydrologiques de synthse de lAuthie Dompierre-sur-Authie Donnes hydrologiques de lAuthie la station hydro de Dompierre-sur-Authie re 1 tape de la Directive inondation relative lvaluation et la gestion des risques dinondation Profil environnemental du Nord-Pas-de-Calais : enjeux rgionaux et territoires Photothque issue de la DREAL : inondations Authie 12/04/2001 (77 photos) Bulletin de situation hydrologique mensuel du bassin Artois Picardie : synthse des donnes Caractrisation de lala submersion marine en intgrant les consquences du changement climatique Site de diffusion environnementale de donnes cartographiques du MEDDTL Site de diffusion cartographique de donnes sur les risques provenant des divers services de lEtat

DREAL

Risques naturels et technologiques

2008

Profil environnemental npdc.pdf NA

Nord Pas de Calais Nord Pas de Calais Bassin Artois Picardie

DREAL

Inondations

1970 2012 2002 2012

Photos

DREAL Pilotage DREAL et assistance CETMEF MEDDTL

Crues

Textes + Cartes (pdf) Textes (pdf) Cartographie interactive Visualiseur de Cartes & donnes sig Visualiseur de Cartes Systme dinformation sur lEau

NA

Submersion marine

En cours

NA

Nord pas de Calais

Risques naturels et technologiques

2012

NA

France entire

MEDDTL

Risques naturels et technologiques

2012

NA

France entire

OIE

http://sandre.eaufrance.fr

cours deau

2012

NA

Bassins et tronons hydro graphiques

Site du ServicedAdministration National des Donnes et Rfrentiels sur lEau (Sandre)

51

BRGM

http://infoterre.brgm.fr/

Risques dorigine gophysique Effondrement/ affaissement de cavits naturelles Mouvements de terrain Inondations : remontes nappes Retrait gonflement des argiles Hydrogologie

2012 En cours Effectu

BRGM

http://www.bdcavite.net/

BRGM

http://www.bdmvt.net/

BRGM

http://www.inondationsnappes.fr/

Effectu

BRGM BRGM

http://www.argiles.fr www.brgm.fr

Effectu 2002

Visualiseur de Cartes & donnes sig BD des cavits & visualiseur BD des mouvements & visualiseur Donnes sig & visualiseur de cartes Rapport sur les argiles & donnes sig Rapport crit

NA

France entire

Portail gomatique daccs aux donnes goscientifiques du BRGM (OGC) Base de donnes recensant les cavits souterraines Base de donnes recensant les mouvements de terrain Cartographie de la sensibilit la remonte des nappes Cartographie de la susceptibilit au retrait gonflement des argiles Synthse hydrogologique du bassin versant de lAuthie

NA

France entire

NA

France entire

NA

France entire

NA Hydrogologie_ Authie

France entire BV Authie

52