of 8 /8
e regroupement de Saint-Louis et de Lariboisère, Fernand-Widal est lancé : une équipe de direction commune a été mise en place dès le début de l’année 2010. Toutes les directions fonctionnelles ont défini leurs organigrammes, qui sont maintenant opérationnels. La gouvernance médico–administrative permet la construction progressive de notre Groupe dans une dynamique constructive et partagée. Concrètement, tous les projets du GH sont abordés tous les quinze jours, avec les chefs de pôles à Saint-Louis, avec le Conseil Exécutif local de Lariboisière, et lors de réunions communes tenues avec le Doyen et les présidents de CCM. Un exemple concret du résultat de cette gouvernance a été donné lors du classement des postes hospitalo- universitaires : notre GH a présenté un classement unique des candidats, en cohérence avec les axes forts du projet médical du groupe hospitalier. La démarche rigoureuse qui a été engagée sur la reconfiguration des pôles est également le reflet de cette volonté de construire progressivement un « esprit GH » étape par étape. Les différents articles de ce numéro 2 de Passerelles vous donneront un éclairage sur les avancées concrètes de notre groupe. Nous attendons les arbitrages définitifs sur les opérations d’investissement que nous avons présentées dans le cadre du plan stratégique 2010- 2014 de l’AP-HP. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des résultats de ces arbitrages, qui sont évidemment majeurs pour la dynamique de notre GH. Philippe Sudreau, Directeur de Saint-Louis, responsable du Groupe Hospitalier / Christian Nicolas, Directeur de Lariboisière, Fernand-Widal / Daniel Séréni, président du CCM de Saint-Louis / Rémy Nizard, président du CCM de Lariboisère, Fernand-Widal L Passerelles édito Sommaire Regroupement de l’hématologie ............ P.2 Un exemple de complémentarité .......... P.3 Vers un centre intégré en cancérologie .... P.4 Projet de Soins .......................................... P.5 Certification-Démarche Q u a l i t é ......... P.6 Un GH attractif .......................................... P.6 La reconfiguration des pôles ................ P.7 Projet social et professionnel ................. P.8 Agenda – Initiatives communes ........... P.8 es hôpitaux Saint-Louis, Fernand-Widal et Lariboisière se sont résolument engagés dans la constitution du groupe hospitalier. Les enjeux qui sont devant nous sont considérables. Ils concernent tous les métiers de l'hôpital. La gouvernance medico- administrative du groupe hospitalier et l'ensemble du corps médical a, je le crois, intégré cette nouvelle donne et la conçoit avec dynamisme comme une triple opportunité. Tout d'abord offrir à nos patients une offre de soin recomposée et coordonnée sur chacun des sites ayant ses domaines privilégiés d'excellence. La première opération de recompo- sition concernait l'ORL, elle comportait de nombreux écueils. Elle a été conduite avec succès. Nul doute que d'autres réorganisations encore plus difficiles seront nécessaires, elles se feront toujours dans le souci du meilleur service rendu au patient en tenant compte des acteurs de soin de terrain. La deuxième opportunité concerne l'enseigne- ment ; la constitution de pôles cohérents et forts est susceptible d'offrir à nos étudiants médecins, soignants, administratifs un enseignement intégré permettant une meilleure compréhension globale. La troisième opportunité, et non des moindres, est de constituer un ensemble universitaire de taille critique suffisante pour nous permettre de nous inscrire dans la compétition internationale. Nous avons déjà fait beaucoup en très peu de temps pour le rapprochement de nos deux communautés. Il nous reste encore beaucoup à faire, c'est précisément ce qui est enthousiasmant. Rémy Nizard L Le point de vue du nouveau président du CCM de Lariboisière, Fernand-Widal Le GH : une triple opportunité pour les patients et les équipes 1 Passerelles Juillet 2010 Saint-Louis I Lariboisière I Fernand-Widal juillet 2010 [N°2] APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 1

Passerelles n°2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Le journal interne du GH

Citation preview

Page 1: Passerelles n°2

e regroupement de Saint-Louis et de Lariboisère, Fernand-Widal

est lancé : une équipe de direction commune a été mise en place dès le début de l’année 2010. Toutes les directions fonctionnelles ont défini leurs organigrammes, qui sont maintenant opérationnels.La gouvernance médico–administrativepermet la construction progressive de notre Groupe dans une dynamiqueconstructive et partagée.Concrètement, tous les projets du GHsont abordés tous les quinze jours,avec les chefs de pôles à Saint-Louis,avec le Conseil Exécutif local deLariboisière, et lors de réunions communes tenues avec le Doyen et les présidents de CCM. Un exemple concret du résultat decette gouvernance a été donné lors du classement des postes hospitalo-universitaires : notre GH a présenté un classement unique des candidats,en cohérence avec les axes forts duprojet médical du groupe hospitalier.La démarche rigoureuse qui a étéengagée sur la reconfiguration despôles est également le reflet de cettevolonté de construire progressivementun « esprit GH » étape par étape. Les différents articles de ce numéro 2de Passerelles vous donneront un éclairage sur les avancées concrètes de notre groupe. Nous attendons les arbitrages définitifssur les opérations d’investissement quenous avons présentées dans le cadre duplan stratégique 2010- 2014 de l’AP-HP.Nous ne manquerons pas de vous tenirinformés des résultats de ces arbitrages,qui sont évidemment majeurs pour la dynamique de notre GH.

Philippe Sudreau, Directeur de Saint-Louis, responsable du GroupeHospitalier / Christian Nicolas, Directeurde Lariboisière, Fernand-Widal / DanielSéréni, président du CCM de Saint-Louis /Rémy Nizard, président du CCM deLariboisère, Fernand-Widal

L

Passerelles

édito

SommaireRegroupement de l’hématologie ............ P.2

Un exemple de complémentarité .......... P.3

Vers un centre intégré en cancérologie .... P.4

Projet de Soins ..........................................P.5

Certification-Démarche Qual i té ......... P.6

Un GH attractif .......................................... P.6

La reconfiguration des pôles ................ P.7

Projet social et professionnel ................. P.8

Agenda – Initiatives communes ........... P.8

es hôpitaux Saint-Louis, Fernand-Widal et Lariboisière se sont résolument engagésdans la constitution du groupe hospitalier. Les enjeux qui sont devant nous sontconsidérables. Ils concernent tous les métiers de l'hôpital. La gouvernance medico-

administrative du groupe hospitalier et l'ensemble du corps médical a, je le crois, intégrécette nouvelle donne et la conçoit avec dynamisme comme une triple opportunité. Toutd'abord offrir à nos patients une offre de soin recomposée et coordonnée sur chacun dessites ayant ses domaines privilégiés d'excellence. La première opération de recompo-sition concernait l'ORL, elle comportait de nombreux écueils. Elle a été conduite avecsuccès. Nul doute que d'autres réorganisations encore plus difficiles seront nécessaires,elles se feront toujours dans le souci du meilleur service rendu au patient en tenantcompte des acteurs de soin de terrain. La deuxième opportunité concerne l'enseigne-ment ; la constitution de pôles cohérents et forts est susceptible d'offrir à nos étudiantsmédecins, soignants, administratifs un enseignement intégré permettant une meilleurecompréhension globale. La troisième opportunité, et non des moindres, est de constituerun ensemble universitaire de taille critique suffisante pour nous permettre de nousinscrire dans la compétition internationale. Nous avons déjà fait beaucoup en très peu detemps pour le rapprochement de nos deux communautés. Il nous reste encore beaucoupà faire, c'est précisément ce qui est enthousiasmant.

Rémy Nizard

L

Le point de vue du nouveauprésident du CCM deLariboisière, Fernand-Widal

Le GH : une triple opportunité pour les patients et les équipes

1Passerelles • Juillet 2010

Saint-Louis I Lariboisière I Fernand-Widal juillet 2010 [N°2]

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 1

Page 2: Passerelles n°2

Regroupement de l’activité hématologiqueclinique sur l’hôpital Saint-Louis

A l’hôpital Saint-Louis, la prise en charge des patients atteints d’hé-mopathies est organisée par diagnostic, dans les différents servicesdu pôle HIC, qui dérivent du service initialement créé par le ProfesseurJean Bernard (schéma).

L’arrivée de l’activité hématologique de Lariboisière a été l’occasionde réorganiser la prise en charge ambulatoire au sein du pôle en lesregroupant à terme dans une même structure d’hôpital de jour,libérant ainsi des lits dans les unités de soins conventionnelles.

Cette structure est subdivisée en : 29 places de jour

> 17 places hémopathie lymphoïdes (lymphomes, myélomes, LLC…)> 6 places leucémies aiguës et hémopathies myéloïdes> 6 places suivi des allogreffes de moelle

A Lariboisière, sur les cinq mille consultations annuelles, deux millecontinuent à être prises en charge par le laboratoire d’hématologie,en lien avec le service de médecine interne de Lariboisière. Il s’agitde patients atteints de troubles de l’hémostase ou de thromboses.Les patients suivis pour drépanocytose ont été orientés vers lesstructures spécialisées à Henri-Mondor, Necker, Tenon, ainsi queceux suivis pour hémochromatose.

Les patients ont été bien renseignés sur les conséquences decette fermeture et les nouvelles possibilités de suivi. Le changementd’établissement s’est effectué sans problème majeur. Les patientssusceptibles de regretter la structure familiale de Lariboisière depar sa taille, sont maintenant accueillis dans un environnement créépour l’hématologie, très professionnel, où toutes les solutions sontapportées en un lieu unique.

Un travail de fond a été nécessaire pour organiser ce transfert,tout en maintenant l’activité jusqu’en mars 2010. Les cadres ontdu organiser et programmer le transfert des dossiers de patientset adapter le système d’archivages au fonctionnement de celuide l’hôpital Saint-Louis. Les personnels du service ont du sepositionner : certains paramédicaux ont préféré rester à l’hôpitalLariboisière, d’autres ont choisi de quitter l’établissement. Lapériode de transition a été un moment un peu difficile et désta-bilisant pour les équipes ; les points de vue et les priorités étantévidemment différents pour les équipes qui partent et pour cellesqui accueillent.

Le Dr Zini, praticien hospitalier, et deux chefs de clinique ontrejoint les équipes médicales de Saint-Louis. La collaborationmédicale entre les équipes des deux hôpitaux était déjà trèssoutenue. Le regroupement permet maintenant aux praticiensde développer leur activité dans un environnement reconnunationalement et internationalement pour son expertise dans lesleucémies aiguës et chroniques, les lymphomes, et le myélomemultiple.

Entretien avec le Dr Jean-Marc Zini

e service d’Hématologie de l’hôpital Lariboisière, qui comprenait neuf lits conventionnels et trois places d’hôpital de

jour destinés à la prise en charge des patients atteints d’hémopathies, a été transféré à l’hôpital Saint-Louis en avril

2010. Ce transfert s’inscrit dans la restructuration des hôpitaux de l’AP-HP en groupes hospitaliers et a coïncidé avec le

départ du Professeur Gérard Tobelem, chef de service à Lariboisière, pour d’autres missions. Il a permis d’augmenter la

« masse critique » d’hématologie à l’hôpital Saint-Louis tout en rapprochant les patients suivis à Lariboisière d’un environ-

nement plus approprié à la prise en charge des hémopathies malignes.

L

2 Passerelles • Juillet 2010

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 2

Page 3: Passerelles n°2

Un exemple de complémentarité au sein du groupe

a collaboration entre les services d’hépato-gastro-enté-

rologie du groupe hospitalier Saint-Louis, Lariboisière,

Fernand-Widal : un exemple réussi de complémentarité.

Le groupe hospitalier Saint-Louis-Lariboisière (GH) n’est plus qu’un.Le regroupement et/ou la rationalisation de l’offre de soins estdonc plus que jamais à l’ordre du jour. L’existence de deux servicesd’hépato-gastro-entérologie (HGE) pose fort justement la questiond’une nécessaire complémentarité. La collaboration est anciennecomme en témoigne l’existence depuis de nombreuses annéesd’un staff universitaire mensuel commun. Il s’est progressivementétabli une distribution précise des missions de chacun.

La cancérologie digestive Le service d’HGE de Saint-Louis a une activité croissante en onco-logie digestive (300 nouveaux patients par an) et une expertisedésormais reconnue dans ce domaine. Il absorbe notammentl’intégralité de l’activité de chimiothérapie du GH (hors radiochi-miothérapie) dans le domaine du digestif. Le transfert de l’activité dechimiothérapie de Lariboisière vers Saint-Louis est rendu possiblepar la présence lors de la réunion de concertation pluridiscipli-naire hebdomadaire de cancérologie de Lariboisière du réferent enoncologie digestive de Saint-Louis. Le service d’HGE de Lariboisière

joue un role fondamental dansla gestion oncologique de cespatients car son plateau tech-nique d’endoscopie interven-tionnelle (non disponible àSaint-Louis) permet de com-pléter le bilan d’extension(écho-endoscopie) et de gérer

les fréquentes complications obstructives présentées par ce type demalades (pose de prothèse digestive, cathétérisme biliaire). L’activitéde recherche clinique et fondamentale en cancérologie au sein du GHest commune. L’hôpital Saint-Louis est actuellement le deuxièmecentre inclueur de l’AP-HP auprès de la fédération francaise de can-cérologie digestive (patients des deux sites). L’hôpital Lariboisièrea développé une activité centrée sur la prise en charge de la carci-nose péritonéale (chimiohyperthermie intra-péritonéale per-opéra-toire, recherche sur modèles animaux).

L’endoscopie digestive L’activité d’endoscopie interventionnelle et d’urgence de Lariboisières’étend bien au-delà du patient cancéreux. Elle s’inscrit en par-faite adéquation avec le projet de soins centré sur le SAU définipar leur hôpital. Cela explique également que la pathologie diges-tive de proximité est fréquemment prise en charge sur leur site.L’activité endoscopique de Saint-Louis trouve sa spécifité dans laprise en charge des ingestions de caustique (bilan lésionnel,dilatation endoscopique) et des patients atteints de maladies inflam-matoires chroniques intestinales (MICI). L’échange et la complé-mentarité des deux unités d’endoscopie constitue un atout majeurpour le GH. Cela a déjà abouti à l’organisation commune du congrèsnational des infirmières en endoscopie sur les deux sites en 2009.Le développement d’une activité de recherche fondamentale enendoscopie sur l’animal applicable à terme chez l’homme (techni-que NOTES) est un axe innovant mené par le Dr Dray à Lariboisière.

Les maladies inflammatoires chroniques intestinales Les MICI constituent également un axe majeur de recherche avecle positionnement actuel à Saint-Louis du GETAID (groupementd’étude du traitement des affections inflammatoires intestina-les), groupe d’envergure européenne avec de nombreux essaismulticentriques randomisés en cours. La cohorte de patients desdeux sites du GH (plus de 4000 patients référencés à Saint-louis)participe activement aux inclusions. Une activité de recherche fon-damentale sur l’immunologie des MICI sur le site de Saint-Louiset sur la flore intestinale des MICI sur le site de Lariboisière estégalement effective.

Les deux services d’HGE de Saint-Louis et de Lariboisière ont doncdes missions différentes et des axes de collaboration et de recherchecommuns qui permettent une complémentarité apte à satisfaire lesbesoins du GH ainsi qu’assurer un travail universitaire de qualité.

JM Gornet, X Dray, M Allez, M Lemann, P Marteau

L

Pour la première fois, une action d'information sur le dépistage du cancer colorectal a été menée, à l'initiative du comité de Paris de la ligue contre le cancer, à Lariboisière et Saint-Louis

3Passerelles • Juillet 2010

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 3

Page 4: Passerelles n°2

Vers un centre intégré en cancérologie

Les organisations au sein des centres intégrés doivent permettre :• de faciliter le parcours du patient• d’améliorer la qualité des soins pour atteindre un niveau d’excel-lence• de développer la dynamique de recherche.

Compte tenu de la taille du centre, une double gouvernance médicalesera créée : le Professeur Culine coordonnera l’oncologie du GH, etl’activité hématologique sera sous la responsabilité médicale duProfesseur Hervé Dombret, avec le soutien administratif de ChristianNicolas.

L’intégration et le fusionnement du 3C (Centre de coordination encancérologie) est effective depuis mai 2010.

Les membres du 3C commun : Pr Barranger, Pr Brice, Pr Culine,R.Goudinoux, Pr Hennequin, Dr Madelaine, Pr Pocard et Dr Zini.

Au sein de ce centre intégré, trois centres experts de

haut niveau d’excellence se démarquent en onco-der-

matologie, hématologie et cancer du sein.

Le centre intégré est par ailleurs centre de référencessur six autres thématiques en cancérologie : digestif,

gynécologique, urologie, orl maxillo-facial ; thyroïde,

thoracique.

Les grands projets du centre intégré en cancérologie

• La création d’un plateau unique de consultation etd’imagerie du sein, accompagnés d’un hôpital de jourdes maladies du sein (la Breast Unit, qui pourrait appa-

raître en 2012).• Une plateforme commune des hôpitaux de jour.• L’achèvement du déploiement de la centralisation de la prépara-tion des cytotoxiques au sein de l’UPAC (Unité de préparation desanticancéreux).• Le renforcement des cellules de recherche clinique en oncologiesolide et en hématologie.• La mise en place d’une infirmière pivot pour établir un lien pourle patient entre ville.

L’accent sera mis également sur les soins de support et les partena-riats à construire avec l’onco-gériatrie et les unités mobiles de soinspalliatifs.

Propos recueillis auprès du Professeur Hennequin

e centre intégré en cancérologie du groupement Saint-

Louis, Lariboisière, Fernand-Widal sera effectif avant

la fin de l’année 2010, répondant à la nouvelle stratégie

menée par l’APHP pour fédérer les équipes sur le modèle

d’organisation des centres de lutte contre le cancer (CLCC).

4 Passerelles • Juillet 2010

1 554 lits de plus de 24H108 places de jour5 500 personnels non médicaux 1 171 personnels médicaux10 618 journées en psychiatrie37 788 journées de Soins de Longue Durée

Chiffres clés du GH 2009

126 363 séjours MCO :57 554 en Hospitalisation Conventionnelle (HC) 68 809 en Hospitalisation Partielle (HP)

34 604 journées de SSR en HC et 6 060 en HP105 000 passages aux urgences

LL’Unité de Préparation des Anti-Cancéreux (UPAC), à Saint-louis

Phot

o O

wen

Fra

nken

, St L

ouis

Atelier de maquillage "La vie de plus belle"

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 4

Page 5: Passerelles n°2

Belle mobilisation des soignants

le 12 mai 2010 à l’occasion de la

journée internationaledes infirmières.

Le thème choisi par le groupe de travail

du Groupe était « Infirmières d’hier,

d’aujourd’hui et de demain »

4questions àDanielle Cadet

Coordinatrice des soins à Lariboisière, Fernand-Widal

Comment avez-vous préparé la mise en place du projet de soins ?

Danielle Cadet : « Dès 2009, avec la mise en place du regroupe-ment de nos trois sites, le moment s’est avéré opportun pourque la direction des soins s’interroge sur ses pratiques et puissedéfinir ses principaux angles d’études concernant le projet desoins. Dans un premier temps nous avons demandé à un groupede cadres transversaux une évaluation des projets de soinsantérieurs et de proposer quelques orientations pour le plan2010-2014. »

Comment a évolué le projet par la suite ?

DC : « Les directrices des soins ont examiné ces propositions etcinq axes principaux ont été déterminés : la qualité, la gestion desrisques, le management des équipes, le développement des com-pétences et de la recherche, et les restructurations et évolutionsinstitutionnelles. En parallèle de cela, le développement durable aaussi pris une place importante, s’inscrivant dans la logique d’uneimpulsion de la recherche en soin. Le moment de la conférencebudgétaire institutionnelle a été également une bonne occasionde présenter le préambule du projet de soins, ses valeurs, sa poli-tique volontariste d’intégrer la recherche en soins de santé commeun élément essentiel de la démarche.Mais une politique et des axes ont peu de sens s’ils ne sont paspartagés et déclinés en actions concrètes par le plus grand nombre.La direction des soins a opté pour une large concertation avec lesacteurs de terrain. »

Comment ces groupes de travail ont-ils été mis en place ?

DC : « Les axes ont besoin d’être constamment alimentés, c’estpourquoi leur gestion a été confiée à des binômes de cadres issus

de Lariboisière, Fernand-Widal et de Saint-Louis. Un appel à can-didatures a ensuite été lancé, pour permettre au personnel desanté de contribuer à l’enrichissement de la réflexion des groupesde travail ; 380 professionnels ont répondu présents. Les plansd’actions sont maintenant définis et doivent être approfondis selonleurs champs : action transversale (sur l’hôpital) ou à développerau sein du pôle. Par exemple, l’accompagnement de l’informatisa-tion du dossier patient facilitant le meilleur partage d’informationentre paramédicaux et médecins est un objectif transversal. Acontrario, informer le patient du déroulement de son examen etmettre en place des règles d’accueil pour la réalisation des actesinterventionnels sont des actions à mettre en place au sein dupôle ou du service. C’est l’addition de ces plans qui forment le pro-jet de soins. »

Quel est le ressenti face à l’élaboration de ce projet de soins ?

DC : « Tous les acteurs du projet se sont investis et chacun acontribué personnellement à l’élaboration du projet. Le travail aété productif, certains groupes, comme celui du projet d’éducationthérapeutique, poursuivent leurs travaux. Les remontées sontpositives, à l’unanimité, les participants ont apprécié la qualitédes échanges inter professionnels. La mise en place de ces groupesa permis aux acteurs de mieux se connaître et d’enclencher unedynamique participative au sein du groupe hospitalier.

Par la suite, le 14 juin 2010 nous avons mis en commun les travauxdes cinq groupes et nous avons défini les axes transversaux etde pôles. En septembre nous souhaitons présenter le projet auxcadres paramédicaux de pôle pour recueillir leurs avis et procédersi nécessaire à quelques ajustements. En janvier 2011, le projet desoins et ses plans d’actions seront mis en place sur la totalité dugroupe hospitalier. »

Interview par Claire Thomas

stagiaire en communication

5Passerelles • Juillet 2010

L’élaboration du projet de soins

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 5

Page 6: Passerelles n°2

Certification - Démarche Qualité

a nouvelle certification HAS : un cadre qui structure et

priorise nos actions.

Forte de quatre années d’expérience de certification, La HauteAutorité de Santé (HAS) a amélioré les exigences et le cadre de lacertification désormais applicable à partir de 2010 :

• 13 thèmes que l’HAS nomme les pratiques exigibles prioritaires

(PEP) qui feront l’objet d’exigences importantes.

• Une auto-évaluation adressée à la HAS allégée dans la forme :85 critères au lieu de 215 en V2, à laquelle nous devrons répondreselon 4 niveaux de cotation :

A : tous les secteurs d’activité de l’hôpitalB : la plupart des secteurs satisfont aux exigencesC : quelques secteurs seulement D : aucun secteur

• la visite des experts-visiteurs a pour but de confirmer ou d’infirmerla cotation proposée par l’observation très fine et approfondie au seindes secteurs d’activité, près des professionnels et des malades(l’observation sur le terrain constitue 90% du programme de la visite).

L’observation (grille QCM) centrée sur les pratiques professionnelles

est à l’échelle de « l’unité d’activité » que constitue une unité desoins, une consultation, un bloc opératoire.

Nous devons alors nous attacher à obtenir une qualité satisfaisante

dans l’espace et dans le temps : chacune des unité de soins, consul-tations, admissions… le jour, la nuit, la semaine et le week-end.

Par ailleurs, et régulièrement, la HAS prend en compte en lienavec l’ARS :• notre positionnement face aux rapports d’inspections des dif-férents organismes (Préfecture de police – AFSSAPS – Agence desureté nucléaire – Inspection du travail)• nos certifications et labellisations de certains secteurs d’activité :maladies rares – certification ou labellisation d’activité (soins –laboratoires)• notre implication dans les nouvelles certifications : laboratoirespar exemple.

Une sécurité et une qualité de prise en charge satisfaisante pour lesmalades , quelque soit le moment et quelque soit le secteur d’acti-vité, doit être notre guide, en particulier sur les treize priorités citéesauxquelles les représentants des usagers de l’APHP ont ajouté laqualité de l’accueil.

Il sera alors aisé d’en faire état lors de notre auto-évaluation en mars2012 et d’en apporter la preuve lors de la visite en octobre 2012.

Danielle Gaultier

Directrice de la Qualité et de la Gestion des Risques

L

a venue récente et prochaine de nouveaux praticiens dans dif-férentes spécialités met en évidence les aspects attractifs des

activités développées dans les hôpitaux de notre groupe hospitalierSaint-Louis, Lariboisière, Fernand-Widal.Le pôle neurosciences de l’hôpital Lariboisière constitue avec sesdifférentes composantes, ophtalmologie, ORL, neurologie et neuro-chirurgie, un ensemble unique à l’AP-HP. Ce pôle va être encoreprochainement renforcé par le recrutement d’un neurochirurgienspécialisé dans la chirurgie de la base du crâne en parfaite adéqua-tion avec les axes forts du site.Le profil cancérologique de l’hôpital Saint-Louis, prochainementaffirmé par la création d’un centre intégré en oncologie, constitueavec son environnement de Recherche clinique et fondamentale unélément évident d’intérêt médical et scientifique. L’arrivée pro-chaine d’un nouveau chef de service va consolider là encore ladynamique et l’attractivité de ce pôle d’activité.L’axe « peau » s’est également vu conforté par l’arrivée de nouvel-les équipes médicales à l’hôpital Saint-Louis, avec la nomination duProfesseur Martine Bagot comme chef de service de dermatologie,

et le transfert du service de chirurgie plastique et réparatrice duProfesseur Maurice Mimoun de l’hôpital Rothschild. Le centrede traitement des Brûlés, dont l’ouverture prochaine prévoit deregrouper en un seul lieu les activités actuellement développéesdans les hôpitaux Saint-Antoine et Cochin, associera judicieuse-ment les compétences des équipes de chirurgie plastique et cellesdu département d’anesthésie-réanimation. Autre exemple, le servicede médecine interne de Saint-Louis va se renforcer en septembre2010 avec l’arrivée d’un nouveau praticien hospitalier de haut niveauqui apportera en outre un nouveau centre de référence des maladiesrares sur notre GH.

Dans un contexte général de réflexions sur la restructuration dusecteur public hospitalier, la dynamique engagée de consolidationdes secteurs d’excellence de notre groupe hospitalier constitue unsigne fort.

Dr Marc Benbunan Pr Daniel Sereni

Vice-Président du CCM de Saint-Louis Président du CCM de Saint-Louis

L

6 Passerelles • Juillet 2010

Un groupe hospitalier très attractif

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 6

Page 7: Passerelles n°2

La reconfigurationdes pôles

l'initiative de Philippe Sudreau, Daniel Sereni, Christian

Nicolas et Rémy Nizard, il a été constitué un quadrige

formé de professionnels (Pierre Faure, Laetitia Flender,

Marinette Olivier-Thomas, Philippe Orcel) chargé d'animer

une réflexion sur une reconfiguration des pôles dans le

cadre de la gouvernance du Groupe Hospitalier Saint-Louis,

Lariboisière, Fernand-Widal. Celle-ci doit être opération-

nelle en 2011.

Pour cela, un groupe d'appui composé de vingt-deux personnesassociant les communautés médicales, soignantes et adminis-tratives de Saint-Louis, de Lariboisière et de Fernand-Widal a étéconstitué.

L’objectif du groupe d’appui est de proposer un redécoupage despôles du Groupe Hospitalier. Ces derniers devront être cohérents,en synergie interprofessionnelle et garants d’une organisationopérationnelle et efficiente dans la prise en charge coordonnéedes patients. Cette réflexion doit être menée d’ici fin septembre 2010.

Un certain nombre de principesguideront son travail

• lisibilité du groupe hospitalier sur le territoire de santé : projetmédical et identification des axes forts du GH, cohérence avec leschéma régional d’organisation sanitaire et des missions universi-taires, d’enseignement et de recherche,

• logique de « parcours patient » : accueil, orientation et fluiditédes séjours,• cohésion du Groupe Hospitalier par la présence de passerellesintersite,• pertinence fonctionnelle en termes de masse critique, d’organi-sation des soins et de mutualisation.

En termes de méthodologie, le groupe d’appui a pour missiond’enrichir la réflexion à partir de retours d'expériences intra ouextra AP-HP sous forme d'auditions. Sa mission se fera en lien avecla Direction de la Politique Médicale de l’AP-HP.

Le groupe s’est réuni une première fois jeudi 20 mai à Lariboisière etse réunira tous les jeudis de 17h à 19h alternativement à Lariboisièreet Saint-Louis.

A l'issue de la conclusion des travaux, une communication très largesera engagée.

Pierre Bosser

Elève Directeur

A

Christiane AKNOUCHE CPP pôle med aval des urgences

Anne-Elisabeth ALBA CSS psychiatrie

Emmanuel BARRANGER Chef de service gynéco-obstétrique

Pierre BOSSER Eleve directeur d’hôpital

Marie-Claude BOURGOIN Responsable aff médicales

Nadia CHABANI CSS oncologie médicale et radiothérapie

Sylvie CHEVRET Responsable du département d’information médicale à Saint-Louis

Brigitte CONILLEAU CAP pôle PLIP

Eric DE KERVILER PU-PH Imagerie

Cécile DE VALANCE CS néphrologie

Antoine ESPIE CAP pôle HIC, PARMUR et blocs

Martine FINOT CS DMC pathologies digestives

Patrick HENRY Chef de pôle Urgences

Florence KANIA Directeur des soins

Pascale MASSIN PU-PH Ophtalmologie

Alexandre MEBAZAA Président commission effectifs

Claudie MICOUD CPP pôle PREVI

Jean-Michel MOLINA Président commission structures et effectifs

Patrice MOREL Chef de pôle Peau-ORL-Plastie-Stomatologie

Christophe SEGOUIN Responsable du département d’information médicale à Lariboisière

Dominique VITOUX Responsable de la plateforme Diagnostic Automatisée de Biologie

Alain YELNIK Chef de service MPR

7Passerelles • Juillet 2010

Entrée du service de Gériatrie à Fernand-Widal

Composition du groupe d’appui sur l'organisation en pôles :

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 7

Page 8: Passerelles n°2

INITIATIVES COMMUNES

ne réflexion à propos de la prévention des risques psy-

chosociaux est lancée sur le Groupe Hospitalier.

Un comité de pilotage a été créé. Il est composé à part égale de repré-sentants des trois hôpitaux, notamment de la psychologue du person-nel (Mme Isabelle Fretigny), de la conseillère en ressources humaines,d'une infirmière en médecine du travail et du médecin du travail, desassistantes sociales du personnel, des chargés des conditions detravail, des représentants de la direction des soins, de représentantsdu personnel des deux CHSCT, de représentants du corps médical etde la directrice des ressources humaines. Ce comité s’est réuni pourla première fois le 8 juin. Son premier objectif est de former lesmembres du groupe aux risques psychosociaux. Des sous groupesde travail thématiques se mettront ensuite en place au sein de chaqueétablissement. Ils auront notamment pour mission d’élaborer des outilsde communication à l'égard des personnels sur le sujet (sensibilisa-tion à la notion de risques psychosociaux, numéro des interlocuteursprivilégiés sur le groupe, réseau de prise en charge en interne etc.) etde définir un plan de prévention pour le groupe hospitalier.

Pierre Bosser

Le projet socialet professionnel

U • Portes ouvertes à Lariboisière,Fernand-Widal le 16 septembre

pour les étudiants en soins infirmiers

• Semaine de l’encadrement du 20 au 25 septembre

• Octobre Rose le 18 octobre

• Salon infirmierdu 3 au 5 novembre 2010

à la porte de Versailles : stand commun pour le GH

Agenda

Amphithéâtre comblepour cette première

conférence qui nous encourage à

renouveler ce type d’événement

Ont participé à l’élaboration de ce numéro : Matthieu Allez, Marc Benbunan, Pierre Bosser, Didier Bruneau, Danielle Cadet, Xavier Dray, Pierre Faure, Laetitia Flender, Danielle Gaultier, Jean-Marc Gornet, Christophe Hennequin, Julie Laigre, Bénédicte Lehner, Marc Lemann, Philippe Marteau, Erwan Meriadec, Christian Nicolas, Rémy Nizard, Marinette Olivier-Thomas, Philippe Orcel, Fabienne Salembien, Daniel Sereni, Philippe Sudreau, Claire Thomas, Martine Trincali, Jean-Marc Zini.Secrétaire de rédaction : Claire ThomasConception / Réalisation : Gwen RouvilloisPhotos : Services communication de Lariboisière,Fernand-Widal et Saint-LouisImpression : Galaxy Imprimeurs

Première conférence scientifique du GH «Alimentation et santé : vraies et fausses idées »,le 15 mars 2010, ouverte aux professionnels et aux associations ; avec les médecins et diététiciens de Lariboisière et Saint-Louis :S.Calvet, F.Desgrandchamps, M.Espié, P.Henry,P.Marteau, G.Picard, C.Roos, et P.Vexiau

Réflexions et organisations communes pour les journées

thématiques « Hygiène des mains » et la « Journée sans tabac »

APHP • Passerelles N°2 1/07/10 13:31 Page 8