of 1/1
Mercredi 20 mai 2009 CHARLIE HEBDO 11 A li Amar, l’auteur de Mohammed VI, le grand malentendu (Calmann- Lévy), pouvait bien visiter tous les kiosques de Casablanca pour acheter le numéro de Charlie dans lequel nous l’in- terviewions il y a deux semaines (n° 881), la Soche- presse (filiale marocaine des NMPP) n’a pas cru bon de le distribuer. Sans doute pour ne pas faire naître chez le lecteur un désir d’achat impossible à satisfaire : la Librairie natio- nale, le diffuseur de livres hégémonique au Maroc, refuse toujours de comman- der des exemplaires à son édi- teur français. Acheté sur Inter- net ou à Roissy par des Marocains en vadrouille entre la France et leur pays, le portrait au vitriol de Mohammed VI réalisé par Ali Amar circule donc dans la monarchie comme un papyrus rare et sul- fureux qu’on se passe sous le manteau. Le citoyen marocain — non, pardon, le sujet de Sa Majesté — est dans une si- tuation assez aberrante : sa presse ne cesse de débattre d’un livre qui fait la grosse actu du moment, alors même qu’il est introuvable. Si l’en- quête au Kärcher, qui fait le bilan des dix années de règne de Mohammed VI, défraie la chronique marocaine et excite les médias, c’est notamment parce que diverses sources du livre, que l’ancien directeur du Journal hebdomadaire a ren- contrées dans l’exercice de son métier pendant dix ans, nient avoir dit ce qu’elles ont dit… Ali Amar rigole de voir comment, même parmi ses collègues journalistes, on lui reproche d’évoquer les propos off qu’il a recueillis, « comme si une enquête sérieuse pouvait se contenter des communiqués offi- ciels ! ». Exemple dérisoire : André Azoulay, un des conseillers du roi, qui avait dit de ce dernier qu’il était «ingénu» à Edwy Plenel (lequel essayait alors d’obtenir une interview de Mohammed VI), demande aujourd’hui à l’an- cien directeur du Monde de démentir cette information rapportée incidemment par Ali Amar. En France, la situation est exactement inverse : on trouve le livre facilement (et il a été réimprimé dès la pre- mière semaine de sa diffu- sion), mais presque personne n’en parle dans la presse, alors qu’il s’agit de la première enquête critique publiée par un journaliste marocain reconnu pour son indépen- dance et son obstination. Ce qui est en soi un événement éditorial qui mérite quelques commentaires. « “Le Maroc est un sujet brûlant, on ne pré- fère pas”, nous ont dit carré- ment les journalistes des radios et des télés, raconte Ali Amar. Et je ne parle pas seulement du TF1 de Bouygues, qui est capable de faire des reportages insensés sur la rénovation du port de Tan- ger sans dire que c’est Bouygues, justement, qui en a obtenu le contrat… » Les raisons d’une telle omerta ? Elles se trouvent en partie dans le livre lui-même, dont un chapitre montre bien comment les communicants et les marketeurs du régime de Mohammed VI parviennent à régulièrement vendre à la presse française des dossiers à la limite du publi-reportage sur « le Maroc en mouvement ». Selon Jean-Pierre Tuquoi (journaliste du Monde, spécia- lisé dans les pays du Maghreb et auteur de plusieurs livres sur la politique marocaine), «en France, on peut écrire ce que l’on veut sur l’Algérie. Mais sur le Maroc, rien du tout ! ». STÉPHANE BOU PROGRÈS GLOBAL MAROC Mohammed VI, notre ami le censeur BIRMANIE Votez junte En théorie, l’assignation à résidence d’Aung San Suu Kyi, qui a passé la majorité de ces vingt dernières années en prison ou bouclée chez elle, devait prendre fin le 27mai. Mais, début mai, un Américain avait gagné à la nage la maison de la dirigeante de la Ligue nationale pour la démocratie et y était resté caché deux jours. La junte a sauté sur l’occasion pour arrêter et inculper de nouveau l’opposante historique au régime. L’issue de son procès ne faisant aucun doute, Aung San Suu Kyi devrait donc de nouveau être, au mieux, condamnée à la détention à domicile. C’est bête, elle ne pourra pas aller voter pour les élections que les militaires, au pouvoir depuis 1962, ont promises pour l’an prochain… ÉTATS-UNIS Dieu en chute Il n’y a pas que des mauvaises nouvelles: même au pays des bigots, les athées prolifèrent. Selon une enquête nationale toute récente, le nombre d’Américains qui se déclarent sans religion a pratiquement doublé en dix-neuf ans : ils sont aujourd’hui 15%, contre 8% en 1990. Et c’est dans les États les plus traditionnellement culs- bénits que le phénomène est le plus sensible. Mieux, les jeunes semblent former le gros du bataillon: en 2003, l’Alliance des étudiants laïques comptait 42bureaux, aujourd’hui, elle en est à 146. Encore un effort et, dans quelques années, la devise américaine imprimée sur le billet vert, «In God we Trust», deviendra «God we Fuck». ITALIE Entrée interdite Le rêve de la Ligue du Nord est enfin réalité: l’Italie est devenue officiellement la concurrente de la France pour décrocher, au niveau européen, le titre de Miss Racisme 2009. Pour parvenir à ce résultat, Berlusconi a dû, lors de l’adoption par la Chambre des députés de la loi dite du «paquet sécurité», avoir recours à trois reprises au vote de confiance. Il existe donc désormais en Italie un délit «d’immigration et de séjour» irrégulier, puni de 5 000 à 10000euros d’amende. Quant à ceux qui hébergeront, même gratuitement, un clandes- tin, ils encourront jusqu’à trois ans de prison. Le jour où Besson se fera licencier du gouvernement Sarkozy, il saura au moins où aller vendre ses talents. GÉRARD BIARD > EN BREF Le livre d’Ali Amar sur le roi: tout le monde en parle, personne ne peut le lire…

Le livre censuré commenté par Charlie Hebdo

  • View
    232

  • Download
    3

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Article de Stéphane Bou dans Charlie Hebdo sur la censure du livre d'Ali Amar au Maroc

Text of Le livre censuré commenté par Charlie Hebdo

  • Mercredi 20 mai 2009 CHARLIE HEBDO 11

    A li Amar, lauteur deMohammed VI, le grandmalentendu (Calmann-Lvy), pouvait bien visiter tousles kiosques de Casablancapour acheter le numro deCharlie dans lequel nous lin-terviewions il y a deuxsemaines (n 881), la Soche-presse (filiale marocaine desNMPP) na pas cru bon de ledistribuer. Sans doute pour nepas faire natre chez le lecteurun dsir dachat impossible satisfaire : la Librairie natio-nale, le diffuseur de livreshgmonique au Maroc,refuse toujours de comman-der des exemplaires son di-teur franais. Achet sur Inter-net ou Roissy par desMarocains en vadrouille entrela France et leur pays, le portraitau vitriol de Mohammed VIralis par Ali Amar circuledonc dans la monarchiecomme un papyrus rare et sul-fureux quon se passe sous lemanteau.

    Le citoyen marocain non, pardon, le sujet de SaMajest est dans une si-tuation assez aberrante : sapresse ne cesse de dbattredun livre qui fait la grosseactu du moment, alors mmequil est introuvable. Si len-qute au Krcher, qui fait lebilan des dix annes de rgnede Mohammed VI, dfraie lachronique marocaine et exciteles mdias, cest notammentparce que diverses sources dulivre, que lancien directeur duJournal hebdomadaire a ren-contres dans lexercice de sonmtier pendant dix ans, nientavoir dit ce quelles ont dit

    Ali Amar rigole de voircomment, mme parmi sescollgues journalistes, on luireproche dvoquer les proposoff quil a recueillis, comme si

    une enqute srieuse pouvait secontenter des communiqus offi-ciels ! . Exemple drisoire :Andr Azoulay, un desconseillers du roi, qui avait ditde ce dernier quil taitingnu Edwy Plenel (lequelessayait alors dobtenir uneinterview de Mohammed VI),demande aujourdhui lan-cien directeur du Monde dedmentir cette informationrapporte incidemment parAli Amar.

    En France, la situationest exactement inverse : ontrouve le livre facilement (et ila t rimprim ds la pre-mire semaine de sa diffu-sion), mais presque personnenen parle dans la presse, alorsquil sagit de la premireenqute critique publie parun journaliste marocainreconnu pour son indpen-dance et son obstination. Cequi est en soi un vnementditorial qui mrite quelquescommentaires. Le Marocest un sujet brlant, on ne pr-

    fre pas, nous ont dit carr-ment les journalistes des radioset des tls, raconte Ali Amar.Et je ne parle pas seulement duTF1 de Bouygues, qui est capablede faire des reportages insensssur la rnovation du port de Tan-ger sans dire que cest Bouygues,justement, qui en a obtenu lecontrat

    Les raisons dune telleomerta ? Elles se trouvent enpartie dans le livre lui-mme,dont un chapitre montre biencomment les communicantset les marketeurs du rgime deMohammed VI parviennent rgulirement vendre lapresse franaise des dossiers la limite du publi-reportagesur le Maroc en mouvement.Selon Jean-Pierre Tuquoi(journaliste du Monde, spcia-lis dans les pays du Maghrebet auteur de plusieurs livressur la politique marocaine),en France, on peut crire ce quelon veut sur lAlgrie. Mais sur leMaroc, rien du tout!.

    STPHANE BOU

    PPRROOGGRRSS GGLLOOBBAALL

    MAROC

    Mohammed VI, notre ami le censeur

    BIRMANIEVotez junteEn thorie, lassignation rsidence dAung San Suu Kyi,qui a pass la majorit de cesvingt dernires annes en prisonou boucle chez elle, devaitprendre fin le 27mai. Mais,dbut mai, un Amricain avaitgagn la nage la maison de ladirigeante de la Ligue nationalepour la dmocratie et y taitrest cach deux jours. La juntea saut sur loccasion pourarrter et inculper de nouveaulopposante historique au rgime.Lissue de son procs ne faisantaucun doute, Aung San Suu Kyidevrait donc de nouveau tre, aumieux, condamne la dtention domicile. Cest bte, elle nepourra pas aller voter pourles lections que les militaires,au pouvoir depuis 1962, ontpromises pour lan prochain

    TATS-UNISDieu en chuteIl ny a pas que des mauvaisesnouvelles: mme au pays desbigots, les athes prolifrent.Selon une enqute nationaletoute rcente, le nombredAmricains qui se dclarentsans religion a pratiquementdoubl en dix-neuf ans: ils sontaujourdhui 15%, contre 8%en 1990. Et cest dans les tatsles plus traditionnellement culs-bnits que le phnomne est leplus sensible. Mieux, les jeunessemblent former le gros dubataillon: en 2003, lAlliancedes tudiants laques comptait42bureaux, aujourdhui, elleen est 146. Encore un effortet, dans quelques annes, ladevise amricaine imprime surle billet vert, In God we Trust,deviendra God we Fuck.

    ITALIEEntre interditeLe rve de la Ligue du Nord estenfin ralit: lItalie est devenueofficiellement la concurrentede la France pour dcrocher,au niveau europen, le titre deMiss Racisme 2009. Pour parvenir ce rsultat, Berlusconi a d, lorsde ladoption par la Chambre desdputs de la loi dite du paquetscurit, avoir recours troisreprises au vote de confiance.Il existe donc dsormaisen Italie un dlit dimmigrationet de sjour irrgulier, punide 5 000 10000euros damende.Quant ceux qui hbergeront,mme gratuitement, un clandes-tin, ils encourront jusqu troisans de prison. Le jour o Bessonse fera licencier du gouvernementSarkozy, il saura au moins o allervendre ses talents.

    GRARD BIARD

    > EN BREF

    Le livre dAli Amar sur le roi : tout le monde en parle, personne ne peut le lire

    10-11-883-Inter 18/05/09 18:02 Page 11