Click here to load reader

HEBDO DES MARCHES - Banque Rothschild/Hebdo-des... · PDF file 2019-01-25 · accorder un poids plus important aux initiatives prises actuellement par certains pays. En Chine par

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of HEBDO DES MARCHES - Banque Rothschild/Hebdo-des... · PDF file 2019-01-25 ·...

  • BANQUE PRIVEE

    EDMOND DE ROTHSCHILD 1/15

    HEBDO DES MARCHES VISION ENCORE TROUBLE, MAIS TEINTEE DE ROSE

    LE 21 JANVIER 2019

    SUR LES MARCHES

    Les marchés ont poursuivi cette semaine leur ascension en dépit des signaux de ralentissement et de la persistance du risque politique lié au Brexit.

    Tant en Chine qu’aux Etats-Unis, les marqueurs du ralentissement économique se confirment. Le Beige Book de la Fed pointe des signes d’essoufflement de l’économie américaine tout en rappelant la croissance modérée de certaines régions. Selon cette étude, les perspectives sont globalement moins optimistes en raison de la baisse des marchés actions, de la hausse des taux directeurs et des incertitudes entourant le commerce. Les secteurs manufacturiers et de l’énergie ont progressé à un rythme plus faible dans la plupart des régions selon cette enquête. S’ajoute à ces préoccupations, celle liée au shutdown qui entre dans une période record.

    En Chine, la situation commerciale continue de se dégrader tandis que les prévisions de croissance tendent à se réduire : sur les 31 provinces, 12 ont déjà publié leurs prévisions de croissance pour 2019 et huit d’entre elles ont réduit leurs perspectives.

    En dépit de la longue liste de signes de ralentissement et de risques politiques en grande partie intégrés dans les prix des actifs financiers, les investisseurs semblent accorder un poids plus important aux initiatives prises actuellement par certains pays.

    En Chine par exemple, le gouvernement œuvre pour relancer l’économie domestique. Les injections de liquidités dans le système et les baisses répétées des taux de réserves obligatoires des banques sont de nature à rassurer les investisseurs. Bien que l'objectif principal soit de remédier à une pénurie de financement avant le Nouvel An chinois, cela témoigne également d'une priorité politique de la PBOC : fournir aux banques des financements moins coûteux pour leur permettre de prêter à des taux inférieurs aux entreprises. Concernant les négociations commerciales, les pourparlers continuent et

  • BANQUE PRIVEE

    EDMOND DE ROTHSCHILD 2/15

    laissent entrevoir une issue positive à une résolution – même partielle - du différend sino-américain.

    Ce contexte nous conduit à rester favorables aux actions, en anticipant une inflexion haussière de la conjoncture chinoise suite au plan de relance et en tablant sur une poursuite du cycle de profits des entreprises européennes et américaines.

    ACTIONS EUROPEENNES

    Indice Stoxx 600 : Evolution sur 5 jours

    Source : Bloomberg

    Accueillant finalement favorablement le vote britannique, et portés par les mesures de soutien monétaire et à l’économie réelle en Chine, les marchés européens ont continué d’être bien orientés. Automobile, technologie et financières tirent ainsi la hausse en début de semaine et le marché italien se démarque après un beau succès obligataire avec 10 milliards d’euros placés sur du 16 ans pour 35 milliards d’euros de demande.

    Les évolutions sur le front des tensions commerciales rattrapent les marchés en fin de semaine : la mise en accusation de Huawei concernant des vols de secrets commerciaux à des entreprises américaines sert ainsi de catalyseur à des

    prises de bénéfices, avant que des informations sur une possible levée partielle ou totale des droits de douane américains sur les importations chinoises ne soulagent les marchés. Notons que Berlin songerait à imposer des conditions de sécurité que le géant chinois des équipements télécoms ne serait pas en mesure d’assurer pour le déploiement de la 5G.

    Les nouvelles sont contrastées au niveau des entreprises. Société Générale a ainsi émis un avertissement sur ses bénéfices compte tenu d'une baisse de 20% de ses revenus dans ses activités de marché au quatrième trimestre en raison de la forte volatilité sur les marchés financiers, remettant la pression sur le secteur après les bonnes performances récentes. Continental fournit des chiffres préliminaires 2018 en ligne avec les attentes (après deux avertissements sur résultats l’an dernier), mais les premières indications pour 2019 sont ressorties inférieures aux anticipations (~8-10%). Toutefois, le consensus était en retard dans la révision en baisse des estimations et le message semble proche des récentes déclarations du directeur financier, ce qui explique la stabilité du cours au moment de l’annonce. Renault et Peugeot ont annoncé un bilan commercial 2018 record. Pour ce dernier, sans prendre en compte Opel, les ventes

  • BANQUE PRIVEE

    EDMOND DE ROTHSCHILD 3/15

    sont en réalité en baisse, mais de meilleure qualité grâce à un repositionnement réussi sur les SUV. La publication du chiffre d’affaires de Casino au quatrième trimestre, en ligne avec les attentes malgré le mouvement des Gilets Jaunes, permet au secteur de rebondir. Ryanair a annoncé une deuxième révision à la baisse de son objectif de bénéfice annuel en quatre mois, la compagnie aérienne à bas coûts évoquant cette fois un recul plus marqué que prévu des tarifs de la saison hivernale.

    Alstom publie un chiffre d’affaires et des niveaux de commandes toujours aussi dynamiques, bien meilleurs qu’anticipé (commandes 38% au-dessus du consensus à 3.4 milliards d’euros ! ratio par rapport aux ventes : 1.7x), soulignant la solidité des fondamentaux, du groupe et de l’industrie ferroviaire. La préoccupation majeure reste néanmoins de savoir si la fusion avec Siemens Mobility obtiendra finalement le feu vert des autorités européennes après que les deux entités aient soumis de multiples concessions. Malgré ces efforts, de nombreuses fuites et remarques de diverses sources proches des organes de décision semblent indiquer que la transaction devrait être rejetée lors de l’échéance du 18 février. L’abandon du rapprochement serait clairement plus dommageable pour le titre Alstom que pour Siemens, puisque l’essentiel du potentiel haussier dépend de la prime de contrôle de l’allemand et des synergies. Pour Siemens, il s’agirait avant tout d’une opportunité manquée dans le déploiement de sa stratégie « Vision 2020 », alors que d’autres alternatives pourraient s’offrir à lui. Pour le champion français de l’équipement ferroviaire, il lui faudra prouver qu’il a

    d’autres atouts dans sa manche pour faire face aux menaces de concurrence chinoises, qui pour l’heure restent sous contrôle. Dans ce contexte, nous maintenons notre recommandation de Réduire les positions Alstom, alors que Siemens demeure recommandé à l’Achat.

    Du côté des télécoms françaises, le segment des entreprises, en progression contrairement à celui des particuliers, et dominé par Orange (70% de parts de marché), attise la convoitise d’Iliad et de Bouygues Télécom. Le premier nommé annonce ce 21 janvier avoir acquis la société Jaguar Network, un opérateur spécialisé dans les offres d’entreprises en matière de fibre optique, de cloud et de téléphonie. Free est encore peu présent dans ce domaine et reste surtout connu pour sa box à destination des particuliers. Il veut désormais s’imposer dans l’entreprise et cette acquisition lui donne accès à un carnet de clients comme France Telecom, Amazon, l’Opéra de Paris, UGC, etc…

    Orange (Réduire) a démenti les rumeurs d’acquisition de la société espagnole Euskaltel, un opérateur présent en Galice offrant des services dans le mobile et le câble.

    Casino annonce le 21 janvier avoir céder 26 magasins (13 Géants, 3 Hyper Casino et 10 Casino) afin de se désendetter. Cette opération vient après celle des 55 Monoprix vendus pour 565 millions d’euros.

    Côté transformations d’entreprises, Panalpina a reçu une offre inamicale avec une prime de 24% de la part du logisticien danois DSV qui avait été éconduit par

  • BANQUE PRIVEE

    EDMOND DE ROTHSCHILD 4/15

    Ceva Logistics. Les sociétés de paiement européennes Wirecard ou Worldline ont profité de la consolidation du secteur avec le rachat de First Data par Fiserv qui crée un leader mondial. Le régulateur européen et la BaFin seraient en faveur d’une opération transfrontalière pour Deutsche Bank, plutôt que d’un rapprochement avec Commerzbank.

    ACTIONS SUISSES

    Indice SPI : Evolution sur 5 jours

    Source : Bloomberg

    L’élan d’optimisme s’est poursuivi au cours de cette troisième semaine de l’année, les développements de politique internationale étant pris positivement, malgré l’incertitude entourant la nature du Brexit. Dans le même temps, les premiers chiffres préliminaires concernant plusieurs sociétés phares mettent en évidence des fortunes diverses (bonne surprise pour Geberit, moins bonne pour Lindt), mais sans catastrophe notoire. Les publications définitives donneront toutefois les éléments essentiels, en particulier en matière de perspectives pour 2019.

    Dans ce contexte de plus grande mansuétude, les cycliques ont dominé le tableau des performances hebdomadaires, en particulier les bancaires. Julius Baer (+5.5%), Credit Suisse (+4.9%) et UBS (+4.4%) entrent dans le top 6, emmené par l’un des acteurs les plus sensibles à la conjoncture, LafargeHolcim (+7.1%). Le sentiment pour les acteurs de la construction a pris une all