Doctrine tactique 20 - commander en op© .DOCTRINE TACTIQUE N° 20/OCTOBRE 2010 3 Dans un petit ouvrage

  • View
    217

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of Doctrine tactique 20 - commander en op© .DOCTRINE TACTIQUE N° 20/OCTOBRE 2010 3 Dans un...

  • Revue dtudes gnrales

    n20n20

    2010

    DOCTRINEDOCTRINETAcTIQUE

    COMMANDER COMMANDER EN OPERATIONSEN OPERATIONS

  • Directeur de la publication : Gnral (2S) Claude Koessler

    Rdactriceen chef : Capitaine Gwenalle Denonin : 01 44 42 35 91 - PNIA : 821.753.35.91

    Traductions : Christine Porrot : 01 44 42 47 80 - PNIA : 821.753.47 80Lieutenant-colonel (R) Jean-Franois Palard

    Rvision des Traductions : Commandant Aleksandar Stefanovic : 01 44 42 44 30 - PNIA : 821.753.44 30

    Maquette : Christine Villey : 01 44 42 59 86 - PNIA : 821.753.59.86

    Cration : amarenaCrdits photos : 1re et 4e de couvertures : SIRPA TerreEditorial : ADC Isabelle HELIES/SIRPA TerreImages Centre de MONTIGNY les METZ

    Schmas et montage 4e de couverture :Nanci Fauquet : 01 44 42 81 74 - PNIA : 821.753.81.74

    Diffusion & relations avec les abonns :Major Catherine Brjeon : 01 44 42 43 18 - PNIA : 821.753.35.18Diffusion : tablissement de diffusion,dimpression et darchives du commissariatde larme de Terre de Saint-Etienne

    Impression :Imprimerie BIALEC 95 boulevard dAustrasie BP 10423 - 54001 Nancy cedex

    Tirage : 2 700 exemplaires

    Dpt lgal : parution ISSN : 2110-7386 - Tous droitsde reproduction rservs.

    Revue trimestrielle Conformment la loi informatique et libertsn 78-17 du 6 janvier 1978, le fichier des abonns DOCTRINE Tactique a fait lobjet dunedclaration auprs de la CNIL, enregistre sousle n 732939. Le droit daccs et de rectificationseffectue auprs du CDEF. Centre de DoctrinedEmploi des Forces - 1, place Joffre - Case 53 - 75700 PARIS - SP 07

    Web : www.cdef.terre.defense.gouv.fr Mel : pub-dad.cdef@terre-net.defense.gouv.fr

    DOCTRINE TACTIQUE N

    20/OCTOBRE 2010

    2

    Editorial Commander en oprations : Intelligence de lart et science de la prparation 3/4

    DoctrineLes fondements du commandement : volutions et invariants 7/7Laccompagnement doctrinal de la numrisation de lespace de bataille (NEB) 8/10Les principes du continuum de formation des officiers 11/12Lentranement des commandants dunit aux oprations au CENTAC et au CENZUB 13/14Laguerrissement dans les centres, une ncessit pour lentranement des chefs 15/16La formation tactique des cadres en rgiment 17/22

    TmoignagesLe chef en oprations 23/24Le chef tactique en opration, donneur de sens laction et aux ordres 25/28Commander un SGTIA en Afghanistan 29/32Les valeurs... Une lecture critique pour aller un peu plus loin ! 33/35Quelques rflexions sur le commandement en oprations 36/37

    InternationalLe nouveau visage du commandement sur le champ de bataille

    The changing face of command in war 38/46Fhren mit auftrag / Commandement et mission 47/51

    HistoireLe Marchal Foch et le commandement inter alli 52/53Deux sicles de commandement la franaise 54/56

    RflexionsNoublions pas lALAT en Zone Urbaine 57/58Le conseil juridique : une aide au commandement ! 59/60Hyper influence - La guerre des perceptions et des volonts 61/65

    SommairSommairee

  • DOCTRINE TACTIQUE N

    20/OCTOBRE 2010

    3

    Dans un petit ouvrage publi en 20091, le gnralDominique de la Motte retrace, dune plume alerte etsans fard, sa vie de chef dun commando de partisansengag dans la guerre des postes dans la Cochinchine de1951-1952, celle dun lieutenant tour tour ousimultanment commandant dune unit de combat, chefde village, juge de paix, juge aux armes, prteur sansgages... Jen recommande vivement la lecture nos jeunesofficiers, titre dillustration duvres plus thoriques etdes rglements de doctrine quils doivent imprativementconnatre. Ce tmoignage dintelligence des hommes, duterrain et des situations, ancr dans un socle de convictionsdune rectitude inbranlable me semble emblmatique desdispositions desprit souhaitables pour un chef enoprations, tant galement la finalit de laction mene parle lieutenant de la Motte il y a 60 ans reste dactualit:conqurir et conserver les populations, enjeux et acteursmajeurs des conflits.

    Bien sr, les engagements du 21me sicle se mnent dans

    dautres contextes. Si la ncessit de conduire unemanuvre globale nest pas fondamentalement nouvelle,laction militaire ne pouvant plus elle seule emporter ladcision, le commandement en oprations sexerceaujourdhui dans un environnement dune rare complexit:multiplication du nombre de parties prenantes au rglementdes crises, nature interarmes des oprations, action encoalition avec des rgles dengagement propres chaquethtre voire chaque nation contributrice, prgnancedune communication permanente et instantane,impatience de rsultat, pression judiciaire grandissanteallant dsormais jusqu lintrusion du juge dans laconduite tactique des oprations, pressions mdiatique,socitale et politique.Ces facteurs nombreux et relativement rcents ne doiventpas dtourner lesprit du chef en oprations de donnesimmuables de la guerre qui pourraient lui tre ainsi

    masques. Il ne doit tout dabord jamais dnier ladversaire une intelligence et une volont au moins gales la sienne et mises au service de buts qui lui sont propres.Ensuite, deuxime constante, intangible, la mission primetoujours, mme si lesprit qui lanime simpose de plus enplus sur la lettre qui la formalise strictement. La lettre decette mission doit tre constamment confronte lissuesouhaite de la crise, ce qui peut ne laisser parfois quunemarge de manuvre particulirement troite, comme jai puen faire lexprience comme commandant de la forceLicorne de juin 2005 juin 2006. Enfin, tout commandant enoprations portera toujours labsolue responsabilit deremplir sa mission aprs avoir acquis la certitude, parcequil aura pris toutes les dispositions ncessaires, davoirmesur rigoureusement la part dincertitude inhrente toute action militaire, et davoir rduit jusqulirrprochable lexposition de ses hommes au danger quidemeure un caractre permanent de lengagement arm.

    Assortie de ces donnes immuables ou contextuelles,lapprhension correcte de la mission future exige de lapart du chef dsign et de son tat-major une prparationen amont sans concessions, sur les plans technique,tactique, mental, moral et tout autant physique pour tenirdans la dure en conservant tout le recul indispensable.Elle est tout la fois matrise des gammes du mtier etapprentissage de la partition propre chaque thtredoprations. En effet, une intelligence fonde sur les seulsprincipes dimprovisation gniale ou dapplicationmcanique dun rapport de forces primaire ne peut suffireau vu de la complexit des situations rencontres. Pourdonner sa pleine mesure, lintelligence ncessite un travailsoutenu et une curiosit sans a priori. Elle doit sexercer partir de processus dcisionnels bien huils, duneconnaissance pousse jusqu linstinct des modesopratoires, et de lappropriation des enseignementstirs dexpriences prcdentes.

    Commander enoprations: intelligence

    de lart et science de la prparation

    ditorial du Chef dtat-major de larme de Terreditorial du Chef dtat-major de larme de Terre

  • La conduite des oprations doit tre tout autant raisonneet ne peut saccommoder de raisonnements expdis audoigt mouill ou la louche ni fonctionner la seuleintuition. Pour sen garder, surtout dans lurgence, toutedcision en prparation doit tre passe au crible desprincipes fondamentaux et bien prouvs de la guerre,principes enrichis des proccupations actuelles.

    Conserver sa libert daction reste bien sr la facult derester en situation de pouvoir choisir entre tel ou tel modedaction, cest--dire de disposer dune palette doptionsdont les procds dexcution sont bien matriss. Maiscette libert daction se double aussi dune dimensionthique; elle est tout autant la capacit choisir entre labonne et la mauvaise solution, entre lacceptable etlinacceptable. Dans un contexte o le chef militaire et sessubordonns ont tout de poissons rouges voluant dans unaquarium entour de spectateurs attentifs leur moindresfaits et gestes, conserver intacte la lgitimit de laction estplus que jamais crucial. Cette libert de conscience se forgeau fil du temps, par lacquisition dun socle de rfrences etde convictions personnelles et professionnelles fortes.Dsormais, la lgitimit conditionne lissue de laction encours et engage celles menes par la suite. Nous sommesau Liban ou en Afghanistan depuis des annes, chaqueoption doit donc tre galement examine laune deseffets attendus ou possibles long terme et desconsquences que devra assumer le successeur.

    Economiser ses moyens est un principe bien tabli, tantdans son acception originelle de rpartition et dapplicationjudicieuses des moyens en fonction des objectifs poursuiviset des effets recherchs, que dans son largissement au fildu temps la notion du devoir absolu dun chef de remplirtoute mission au moindre cot de la vie de ses hommes.Mais aujourdhui, il doit galement signifier faire grand casde ressources matrielles toujours comptes, qui plus estlorsque la mission saccomplit loin du territoire national.Enfin, il doit aussi tre principe de prservation et de respectdes populations, de leurs moyens de subsistance, de leurpatrimoine et de leurs coutumes. Il revient donc au chefmilitaire, tche minemment difficile, dvaluer laune desa mission et du but atteindre, non seulement ladistribution la plus approprie de ses moyens aux tches raliser, mais aussi la part des risques que devront prendreses hommes, les dommages potentiels aux populations etaux infrastructures, bref, de porter la plus grande attentionau facteur humain au sens le plus large.

    Enfin, si la concentration des efforts relve toujours delaptitude basculer en temps opportun des moyens poursurclasser ladversaire, obtenir un effet matriel ouimmatriel, ou emporter une dcision quelle quen soit lanature, elle sinscrit dsormais plus encore dans une chellede gradation des effets et de juste suffisance dans lemploide la force. Retenir sa force pour laisser une issue honorable un adversa