Une anomalie g£©ographique : La Chaux-de-Fonds, ville ... La Chaux-de-Fonds. Quartier des Gentianes

  • View
    2

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Une anomalie g£©ographique : La Chaux-de-Fonds, ville ... La Chaux-de-Fonds. Quartier des...

  • UNE ANOMALIE GEOGRAPHIQUE: LA CHAUX-DE-FONDS, VILLE NORDIQUE

    EN SUISSE l

    Maurice-Ed. Perret

    Dans une haute vallee du Jura suisse, au milieu de forets de sapins et de päturages, la Chaux-de-Fonds, metropole de l'horlogerie, groupe des maisons sur un plan regu¬ lier. C'est la ville la plus haute de l'Europe, cependant eile est peu visitee, car eile n'est

    pas situee dans une region touristique et eile est ä l'ecart des principales voies de com¬ munication du pays, seuls des trains locaux la relient aux grandes lignes et des routes cantonales aux routes nationales; eile a un aerodrome civil, mais les lignes commerciales n'y fönt pas escale.

    Le noyau de la localite, la vieille ville, est au debouche d'une cluse bordant la vallee au sud-est; il comprend plusieurs rues et places, en particulier la place de I'hotel-de- ville et la place du marche, bordees de maisons datant du siecle passe. De ce noyau part une large avenue rectiligne et plane en direction du sud-ouest. C'est l'artere centrale de l'agglomeration; on y rencontre les principaux magasins, les principaux hötels et les principaux edifices publics (prefecture, poste principale, chambre de l'horlogerie, theätre municipal, salle de musique) ; c'est par eile que passent toutes les lignes de trolleybus et d'autobus ainsi que le gros de la circulation automobile entre les quartiers. La plus grande partie de la ville est formee de longues rangees de maisons qui s'alignent parallelement ä cette avenue centrale, en gradins, sur les pentes de la montagne qui borde la vallee au nord-ouest et qui jouissent ainsi d'un maximum d'ensoleillement. A intervalles reguliers, ces files sont coupees ä angle droit par des rues transversales. Au sud-ouest, la topographie moins reguliere a impose quelques deviations ä la symetrie des

    rues. Les constructions sont presque toutes des maisons rectangulaires avec des toits ä deux pans recouverts de tuiles ou parfois d'ardoise, les fagades sont percees de nom- breuses fenetres mais presentent peu de balcons, de terrasses, d'ornements; elles ont en general de trois ä six etages de hauteur, gä et lä se dressent des bätiments plus ele-

    ves, certains fönt figure de tours dont la plus haute ne compte pas moins de vingt-deux etages. Presque toutes les maisons d'habitation ont la meme orientation et ä l'interieur une disposition similaire: deux ou trois appartements par etage, une fagade ensoleillee et une fagade a l'ombre; du cote du soleil les principales pieces d'habitation, de l'autre cöte les cuisines, les salles de bain, les cages d'escalier. Comme l'espace entre les rangees de maisons est assez large, les etages inferieurs meme ont du soleil. On ne voit de mai¬ sons plus serrees, avec parfois des cours interieures que dans quelques constructions du centre et tout particulierement dans la vieille ville. A part une brasserie, une minoterie, une usine ä gaz et une usine electrique, on ne remarque pas de bätiments industriels, pourtant la Chaux-de-Fonds est une ville essentiellement industrielle, mais l'horlogerie regne en maitresse, les fabriques d'horlogerie sont dispersees entre les maisons d'habi¬ tation et elles ressemblent plus ä des hopitaux ou des ecoles qu'ä des usines. II y a des fabriques dans tous les quartiers de la ville, mais c'est dans le quartier de l'ouest que sont les plus grandes. Un ou deux quartiers de la peripherie, etablis recemment, fönt exception au plan general, on y voit, au milieu de jardins, de petites maisons oü n'ha- bitent qu'une ou deux familles. De tous les cötes, la ville s'arrete brusquement, les rues se terminent au milieu des champs ou ä la lisiere des forets. II n'existe pas de banlieue.

    La Chaux-de-Fonds compte actuellement 39 081 habitants (recensement federal de 1960). Cette population est formee d'elements divers: anciennes familles fixees dans

    1 Communication presentee au XIXe Congres International de Geographie, Stockholm, aoüt 1960. Cf. »XIXe Congres International de Geographie, Norden i960. Abstracts of Papers, p. 230-231».

  • V -¦

    *r i*i

    La Chaux-de-Fonds. Vue generale prise de l'Est. Les quartiers modernes sont au Sud et au Sud-ouest. Photo M. Perret.

    la localite depuis deux ou trois siecles auxquelles se sont joints des immigrants attires par les periodes de prosperite de l'horlogerie, immigrants venus de regions variees: campagnes et villages jurassiens voisins, regions montagneuses du canton de Berne, villages et campagnes de presque toutes les parties de la Suisse, mais aussi des princi¬ pales villes; d'autres immigrants sont venus de France, d'Allemagne, d'Italie ou meme de plus loin. Au debut du siecle passe, la Chaux-de-Fonds a ete l'une des premieres localites de Suisse ä accorder droit d'etablissement aux israelites etrangers, diverses fa¬ milles, surtout d'Alsace en ont profite. II n'y a pas d'aristocratie et l'on ne trouve pas non plus de bourgeoisie traditionnelle-et fermee. II y a tres peu d'entreprises industriel¬ les ou commerciales qui restent plusieurs generations entre les mains d'une meme fa¬ mille, les principales exceptions sont des fabriques d'horlogerie ou des maisons de com¬ merce dont les proprietaires actuels sont des israelites descendants des fondateurs. De

    meme, parmi les medecins, les professeurs, les avocats, les directeurs de banques ou de fabriques, les architectes, il n'en est pas beaucoup qui soient nes ä la Chaux-de- Fonds et parmi ces derniers, il en est tres peu dont le pere avait la meme profession. On pourrait imaginer que les Chaux-de-Fonniers ne fönt pas d'etudes superieures; il n'en est rien, mais comme la Chaux-de-Fonds n'a ni universite, ni ecole d'ingenieurs, les jeunes gens qui desirent faire des etudes superieures doivent partir pour des villes universitaires et la plupart ne reviennent pas se fixer dans leur ville natale. Malgre la diversite d'origine et peut-etre en raison meme de cette diversite, la population de la Chaux-de-Fonds forme un tout qui presente des traits marques: ardeur au travail, pro- bite, curiosite universelle que ce soit pour la nature, les sciences, la technique, les arts ou la litterature. La Chaux-de-Fonds n'ayant qu'un hinterland tres restreint, ne peut guere compter que sur ses propres habitants pour assister ä ses spectacles et auditions, eile n'en a pas moins un theätre oü chaque hiver se succedent les representations don¬ nees par des troupes venues de Paris ou d'ailleurs, une salle de musique oü les musi- ciens de renommee viennent se faire entendre, de nombreux cinemas et plusieurs autres salles de spectacle. Les ouvriers horlogers ont un travail sedentaire et absorbant. Ils ont besoin, en compensation, de grand air et de mouvement. Le dimanche, nombreux sont

  • La Chaux-de-Fonds. Quartier des Gentianes. Photo M. Perret.

    fl

    rj f

    i c

    £i- ¦ a a A4t

  • ¦n in

    ^iS^E-i *»*£ir*¦ *ß 1^ *

  • La Chaux-de-Fonds. Au premier plan: College des Forges. Photo M. Perret.

    : I

    R - - - «¦ffrrr ¦TT

    f i i»¦!Ä i»lSI l

    I .* i

    ¦

    '

    :di:!li i .f il':;

    d'horlogerie, la Chaux-de-Fonds maintient sa position et actuellement, c'est d'elle que partent pres de la moitie des exportations horlogeres du pays.

    Les montres fabriquees en Suisse sont exportees dans le monde entier et pendant longtemps, la production suisse depassait celle du reste du monde; d'autres pays se sont mis ä fabriquer des montres en grandes quantites mais l'industrie suisse garde une po¬ sition de choix. Dependant ainsi du marche international, l'horlogerie a ainsi passe par de nombreuses crises qui ont eu de graves consequences pour la Chaux-de-Fonds: chomage, marasme general des affaires, faillites, miseres de la population. Pour eviter que toute la ville ne soit paralysee en cas de crise horlogere, on a cherche ä y introduire d'autres industries, si possible des industries moins affectees par les fluctuations de la politique, mais, ä part une fabrique d'appareils de radio dependant de l'etranger, au- cune industrie nouvelle importante n'a pu s'etablir d'une maniere permanente; les en- treprises qu'on avait tente d'acclimater ou bien ont fait faillite, ou bien ont quitte la localite pour aller se fixer ailleurs. Le fait n'est pas surprenant, car les entreprises etablies ä la Chaux-de-Fonds doivent compter sur des frais generaux plus eleves qu' ailleurs. Tout d'abord, la Chaux-de-Fonds etant ä l'ecart des grandes lignes, les frais de transport des matieres premieres et les frais d'expedition des produits finis sont plus eleves que dans des fabriques situees plus pres des grandes villes. Ensuite, en raison du climat, en particulier en raison du froid et de la neige, les constructions doivent etre plus solides et mieux bäties qu'ailleurs et les frais de chauffage sont considerables. Puis les ouvriers doivent etre mieux payes, car eux-memes depensent plus pour leurs vetements (les manteaux, les sous-vetements chauds, les gros souliers sont indispen¬ sables) et ont besoin de logements plus confortables et mieux chauffes que s'ils habi- taient d'autres regions; en outre, sous de meilleurs climats, les ouvriers ont des jardins qui leur fournissent tous les legumes et les fruits dont ils ont besoin, ce qui n'est pas possible ä la Chaux-de-Fonds. Enfin les impöts sont forcement plus eleves qu'ailleurs car la municipalite doit faire face ä des depenses plus fortes que si la localite etait mieux situee, ce sont en particulier les frais de chauffage de tous les bätiments publics (bätiments administratifs, ecoles, hopitaux, etc.), les frais de deblaiement de la neige en hiver (en 1953, la municipalite a ainsi paye 588 000 francs pour ce Service, sans compter les frais de materiel, c'etait une annee oü les chutes de neige