Sainte-Beuve - Port Royal Tome 4

  • Published on
    08-Aug-2015

  • View
    120

  • Download
    34

Embed Size (px)

Transcript

Port-Royal (3e d.) par C.-A. Sainte-BeuveSource gallica.bnf.fr / Bibliothque nationale de France

Sainte-Beuve, Charles-Augustin (1804-1869). Port-Royal (3e d.) par C.-A. Sainte-Beuve. 1867.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits labors ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sans l'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation.

4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle. 5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateur de vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter reutilisation@bnf.fr.

PORT-ROYALPAR

C.-A.

SAINTE-BEUVE

TROISIME

DITION

TOME

QUATRIME

PARISLIBRAIRIEBOULEVARD

DE L. HACHETTESAINT-GERMAIN, N

ET Cie77

1867

Tous

droits

rservs

PORT-ROYAL

IMPRIMERIE

GENERALE Rue de Fleurus,

DE

CH.

LAHURE

9, Paris

Le tome

quatrime,

ainsi publi, en 1859, la prface

que

le cinquime, 1.

portait

suivante

qu'un trs-court tte de ces deux derniers cuser du retard

Je n'ai

avertissement volumes.

placer en S'il fallait m'ex-

que j'ai mis les le tome troije dirais que quand je donnais publier, sime en 1848, je ne prvoyais pas que les vne crire ma vie, me conduiraient ments, en drangeant sur toutes sorbientt quatorze volumes d critique tes de sujets sur Virgile) (treize de Causeries du Lundi et l'tude ce me semble, c'est l une parenthse, tout.

involontaire

qui explique Comme pourt3nt

je ne cessais dans les rares interde prs valles, et en chaque rencontre qui y touchait ou de loin, de songer au sujet qui m'tait cher, et au canevas dj tout dress qui me rclamait, je

1.

Je

ferai des

observer tomes la tre et en

la division premire lire ne contient tion

ici, comme ne tombant place qu'aprs tte du c'est--dire naturelle le livre

je l'ai fait prcdemment, exactement comme plus de livre l'Avertissement IVe dont

que dans la

dition, devrait la lin,

va qu'on le volume actuel gnra107.IV 1

Ve intitul plus loin,

La seconde

de Port-Royal

la page

2

recueillais blais

chemin

m'carter,

faisant, bien des

et mme notes

lorsque je semet des indications

mes dossiers nouvelles; je grossissais port-royalistes de l deux volumes, au lieu d'un seul que j'avais promis. Je n'ai rien eu changer,.d'ailleurs, l'ordonnance premire du sujet, tel que je l'avais tabli en 1838: la distribution grand mesure en plus mot) et l'architecture sont restes qu'on remplies. avance, (si je puis employer ce les mmes les chambres seulement, y sont de plus

Septembre

1858.

LIVRE QUATRIME COLES DE PORT-ROYAL (SUITE)

vType du tion. Beauvais. terre de lve parfait Ce que c'est Retour Tillemont. d'me par Gibbon. et M. de Tillemont. que les orages au de de Son enfance; sa vocaSjour sa

sa jeunesse. des

Paris; Rgime sensibilit. Encore

vallon vie.

Champs Traits distinctifs. leur caractre. L'tude

Tendresse loge tienne.

Ses De

crits;

Maistre.

chr-

Pour qui

revenir non

aux

le sont

qui les caractrise, constante leurs matres, leur laisse, l'attache ducation du monde, les dispersions orageuses et, mme travers la foi. Quiconque avait pass le cble de retour par instituteurs les mains de ces excellents revenait 'eux et leur lement atteint, en vieillissant. Celui qui s'carta et avait t reldu moins d'clat esprit, avec le plus

de Port-Royal, ceux mais en ligne ce directe, par raccroc, c'est la' marque que cette profonde

vrais

lves

est

Racine est le plus et l'on sait quels repentirs Racine comme mais ces cit des lves de Port-Royal, gloire; de lui que depuis saconne parlrent Messieurs jamais ne- lenomnient mme pas, Du Foss et Fontaine version. si j'ai bonne mmoire. Il est rable au milieu de Port-Royal beaucoup qu'on considmoins et ne se le figure,

6

PORT-ROYAL.

qu'il

ne le devint

tout

la fin'.

Aussi

n'est-ce

pas

Racine

comme le modle offrir du parfait lve que je choisirai il selon nos matres. Et puis il a trop de gnie naturel, a trop d'art il en a eu sans et malgr Port-Royal, bien Nous avons une autre admiPort-Royal. figure, rable de graver sa manire, tcher et que je voudrais ct de celles de dans l'esprit de ceux qui me lisent, de M. de Saci, de M. Le Matre, de M. de Lancelot, en attendant celles de M. Hamon et de Saint-Cyran, Du Guet c'est M. de Tillemont. Voil l'lve son de Portdans toute sa puret, Royal tout trouv, illustre aussi d'ailleurs sa constance mais (Sancle mme goire port comme surtout l'lve en droiture, sancte vixit, dit et intgrit par ses travaux, et qui n'a pas dvi son pitaphe) celui Graura assis ne et de es-

educatus, dont on peut dire jusqu'au avec saint bout, Un jeune cit par Coustel homme, qui le joug du Seigneur, ds sa jeunesse sera dans une

agrable solitude, parce qu'il ressentira tumultueuse de ses cupidits pas l'agitation de ses passions 2. . M. prs, de Tillemont, il nous en dira voil plus notre mile. et Considr sur leur sur les coles

1. En y regardant de prs, ce qui me frappe, c'est comme Racine tient peu de place dans le Port-Royal proprementdit. On le trouve peine nomm. Je cherche en vain quelque mention de lui dans manuscrites. Voici pourtant grand'toutes ces correspondances dans une lettre crite de l'ab-. peine un mot de M. de Pontchteau, baye d'Orval mademoiselle Galier, le 25 septembre 1685 Au reste il faut que je devienne un peu bte, et que je perde le got des belles choses; car les vers de M. Racine ne m'ont point plu (il s'agit de l'Idylle sur la Paix), et j'y ai trouv quelque chose qui me semble assez profane. On y parle d'un Dieu qui a renvoy la Discorde aux Enfers, et ce Dieu est le Roi. Je vous assure que je ne me mets pas trop en peine de n'aimer plus tout cela. Vanit des Ce n'est qu'au dix-huitime vanits, et tuut n'est que vanit. sicle que le Jansnisme est devenu si fier de Racine. 2. Les Rgles de l'ducation des Enfants, par Coustel, tome I, page 13.

LIVRE

QUATRIME,

7

et qui semble peut-tre prit que tout ce qui prcde, o assez abondant; mais dans ces choses de Port-Royal, des traits rien ne brille, nous avons affaire qui n'ont toute signification Le Nain Sbastien leur que quand de Tillemont, et de dame 1637. tait on y repasse fils de Jean Marie souvent. Le Nain, naLe Ragois,

matre quit culier

des Requtes, Paris le 30 novembre de M. de Bernires,

Son pre, ami particomme lui un serviteur

on les avait zl de Port-Royal et, au fort de la Fronde, deet protger vus tous. deux en robe de palais conduire leur des religieuses, vant le peuple la propession depuis dans la rue sortie du faubourg Saint-Jacques jusque Saint-Andr-des-Arcs, s'abriter'. Ds l'ge mont fut mis avec trappiste) particulire Du Foss, aux Petites o elles de neuf son frre allaient ou dix ans, pour un temps le jeune Tilledepuis amiti

coles; et aussi avec avec le fils de M. de Bernires, qui parle de lui comme d'un frre.

Le Nain, (Pierre une il y contracta

a Je l'ai connu lorsqu'il toit encore enfant, nous dit Fonil avoit dans ici avec bonheur taine que nous retrouvons ses tendres annes l'innocence qu'on peut se figurer que lui mais cette la maison d'un pre chrtien; avoit conserve et une sagesse qui surpreinnocence il joignoit une gravit croissoit en ge sous nos yeux et notre noient. Lorsqu'il alors il apprenoit les langues, qui lui donnoient conduite, des jeux innocens. Pendant que les autres enl'loignement fants qui toient avec lui donnoient quelque relche leur esprit, aux jours destins cela, et se livroient tout entiers leurs petits divertissements, il s'enfermoit lui seul dans sa il rduisoit et la gographie, chambre. par Voyant l'histoire On a de M. Le Nain une tome II, page 307. 1. Prcdemment, lettre Arnauld, du 16 mars 1663, pour lui exprimer vivement combien il lui donne tort dans son refus de se prter l'accommodement ngoci par l'vque de Comminges. Cette lettre respire la franchise du cur et le dsir de la paix. (OEuvres d'Arnauld, in-4, tome 1, page 309.)

8

PORT-ROYAL.

et jetoit dans une carte, alphabets tous les noms marqus de cette ainsi, ds l'ge de neuf dix ans, les fondemens science historique, o il a fait voir son extrme pntration et son incroyable exactitude. Il est aussi question, les jeux checs, qui variaient certain jeu de cartes parmi tels que billard, les rcrations on

dames, tric-trac, au Chesnai, d'un avaitrenferm tout

sur ces cartes

des six prece qui concerne l'histoire le lieu et le temps miers sicles, c'est--dire se auquel sont tenus les principaux ont vcu les Conciles auquel Papes, les profanes. ces choses un l'aurait Entre jeu Empereurs, Nos coliers, dans l'esprit. les auteurs Saints, grands tout en jouant, s'imprimaient Si M. de Tillemont joua jamais ce fut celui-l; et au besoin il latins, Tite-Live fut celui qui lui les

d'colier, invent. les auteurs

Et dj, dans ces tables plut davantage. mthodiques, dans ces alphabets de noms qu'on a vu dresser l'enfant, nous avons retrouv comme les barres et les ronds de Pascal. classer L'annaliste, ses objets. le chronologiste naissant s'essaye Les Dcades furent son Euclide; ce et Charicle taient ce qu'apour Racine Montaigne enfantles Mtamorphoses lire moins d'un chaque fois qu'il d'Olivre l'a-

que Thagne vaient t pour vide.

A peine pouvait-il se rsoudre du grand entier historien romain, vait ouvert 1. J'aime saisir

le premier veil d'une vocation, le, dchiffrement de l'instinct. Il y en a qui ont ni ce jeu de Mon ami sir Josu la facult premire dit Reynolds, Gibbon (dont le nom se lie par plus d'un rapport celui de Tillemont), Reynolds, d'aprs son oracle. I. l.a Vie et l'Esprit de M. de Tillemont, par M. Tronchai cet excellent volume sans en j'emprunterai continuellement avertir.

LIVRE

QUATRIME.

9

le docteur nie qu'il existe un gnie prtendu Johnson, naturel, une disposition de la nature reue de l'esprit pour un art ou une science plutt que pour une autre. Sans dans une dispute ou m'engager mtaphysique de mots, je sais par exprience plutt que, ds ma la qualit d'historien. premire jeunesse, j'aspirai Comment un critique-biographe comme Johnson, et un de portraits comme peintre Reynolds, cette diversit originelle qui dsigne marquant, et qui est l'me de chaque ont-ils chaque pu nier individu

physionomie? l'hisMalebranche, qui avait commenc par s'appliquer toire ecclsiastique, et qui n'y avait que du dgot, ouvre un jour par hasard le livre de l'Homme de Descartes, et ne le quitte plus le voil mtaphysicien pour la vie. Il se peut concevoir de tour inverse de celui de Malebranche lemont. Un trs-fin de la physique, savant biographe, qui savait en tout compte faire l'loge d'un t tenir ne de gnie plus nettement de Tilque la vocation

jansniste caractre singulier seule fait quelquefois

Fontenelle, ayant dont la vie avait

d'un empreinte a dit La d'uniformit, religion des conversions mais surprenantes, et uniforme, si elle Cette remarque de la vie de Tillefrontispice. Tout le de ces na-

elle ne fait gure toute une vie gale n'est ente sur un naturel philosophe1. doit nous tre prsente ds le seuil elle pourrait s'inscrire mont contraire des Le Matre et des turels n'en face Caus, blables, penchant ardents, sort plus. de l'Ilisloire dans posment Il lui est chapp des il met au

Pontchteau, le pied dans de dire, Nous

sa voie, et dans sa prdans semle de

Nron, ce que nous que

Empereurs dans Commode, serions

voyons et dans leurs

la cupidit

n'arrtoit tous, si Dieu nous donne toutes sortes

1. loge de Des Billettes.

10 crimes.

PORT-ROYAL.

luiainsi, Tillemont parlant s'exagrait mme cette malice n'eut jamais. Sans nier certes qu'il tout ce qu'il cette suite dut de prcieux et d'accompli d'heureuses et. cette seconde nature qui inspirations la Grce, on sent foncirement et primitives'appelle ment a affaire qu'on Comme ses matres en lui un naturel ne suivaient des pas ne se servir que de dictes et tout d'abord aux sources, et lui chez philosophe1. la mthode

En

Collges, de cahiers, firent grands dans l'Art environ lui fit

qui consistait ils le mirent

tudier

l'loquence orateurs anciens. de penser,

deux mois, lire ensuite

Cicron et les Quintilien, Il apprit de mme la logique durant que M. Nicole lui expliqua une heure seulement par jour.-On

sur modernes, Cette habitude sienne. nius, nait de les tt un tique barrass

des philosophes quelques ouvrages il faisait des rflexions. lesquels rflchie tait tout naturellement la des Annales ecclsiastiques de Baro-

La lecture qu'il commena lieu d'adresser Celui-ci

ds ses premires lui donannes, tous les jours mille questions crut dans

M, Nicole. rpondre instances

le principe qu'il suffisait en deux mots, un colier; mais comme de M. de Tillemont lui montrrent bienchose de plus pour en histoire instruit satisfaire ecclsiasfois emqu'il ne

fallait qu'il quelque si solide esprit. Tout qu'tait Nicole, et il disait venir de annes M.

il s'y trouva plus d'une lui-mme agrablement de en Tillemont, de se trouver les choses

voyait point sans trembler pourvu. Bien des

crainte

ce temps-l, au...