Click here to load reader

Prolifération spatiale versus dissémination en matière spatiale : des enjeux sémantiques aux enjeux politiques

  • View
    219

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La question des relations entre capacitésspatiales et balistiques revient à intervallesréguliers dans les forums traitant de lasécurité internationale, notamment lorsqu’ils’agit de l’Iran et de la Corée du nord. Leterme de prolifération spatiale est ainsi fréquemmentutilisé résultant d’une analogiefacile avec la prolifération nucléaire. Pourautant, est ce pertinent ? Au-delà des aspectssémantiques, ce glissement opéré recèle desenjeux politiques que cette note proposed’examiner. L’étude des « postulats » enmatière d’analyse de la prolifération nucléaireet balistique et de leur utilisation en matièrespatiale permettra de mettre en lumièreapproximations et présupposés, ne serait-ceque dans l’amalgame des capacités entrefusées-sondes, lanceurs et missiles, afin d’entirer des enseignements pour le futur...

Text of Prolifération spatiale versus dissémination en matière spatiale : des enjeux...

  • note n18/2015

    F l o r e n c e G a i l l a r d -

    S b o r o w s k y

    Charge de recherche, Fondation pour la recherche stratgique

    Prolifration spatiale versus

    dissmination en matire

    spatiale : des enjeux smantiques

    aux enjeux politiques*

    Rsum

    La question des relations entre capacits spatiales et balistiques revient intervalles rguliers dans les forums traitant de la scurit internationale, notamment lorsquil sagit de lIran et de la Core du nord. Le terme de prolifration spatiale est ainsi fr-quemment utilis rsultant dune analogie facile avec la prolifration nuclaire. Pour autant, est ce pertinent ? Au-del des aspects smantiques, ce glissement opr recle des enjeux politiques que cette note propose dexaminer. Ltude des postulats en matire danalyse de la prolifration nuclaire et balistique et de leur utilisation en matire spatiale permettra de mettre en lumire approximations et prsupposs, ne serait-ce que dans lamalgame des capacits entre fuses-sondes, lanceurs et missiles, afin den tirer des enseignements pour le futur...

    Abstract

    The space and ballistic capabilities relation-ships are regularly revisited in forums on international security, in particular about Iran and North Korea cases. The term "space proliferation" is commonly used by analogy with nuclear proliferation. However, is this analogy relevant? Beyond the semantic aspects, this shift raises political issues that this paper will consider. The study of the assumptions regarding the analysis of nuclear and missile proliferation and their space counterparts will highlight some approximations and presuppositions, such as

    22 septembre 2015

    * Cette note de recherche est issue dune tude effectue pour le CSFRS entre 2012 et 2014.

    Avec les contributions dIsabelle Sourbs-Verger, Gographe, chercheur au CNRS et de Stphane Delory, Charg de recherche la FRS

  • 2

    the amalgam between sounding rockets, launchers and missiles technologies, in order to suggest new thinkings of these sensitive issues

    Mi septembre 2015, les effets d'annonce dun lancement de satellite par la Core du Nord et la raction hostile de la Core du sud voyant ce tir ventuel comme une atteinte la scurit internationale posent clairement toutes les donnes du problme1. Depuis les lancements russis par l'Iran et la Core du nord2, la question des relations entre capacits spatiales et balistiques revient intervalles rguliers sur le devant de la scne mdiatique dans la presse gnraliste comme spcialise puis reprise par de multiples experts aux avis plus ou moins nuancs en fonction de leur natio-nalit d'origine et de leur grille personnelle d'analyse de la scurit internationale. La rela-tion entre balistique et nuclaire est un l-ment crucial dans les tudes sur les politiques spatiales, dans la continuit des approches des premiers temps de la conqute spatiale l'heure de la Guerre froide. La rsurgence de cette problmatique ne doit pas pour autant masquer les diffrences profondes qui existent en ce dbut du XXIme sicle.

    En premier lieu, l'espace a aujourdhui plus de cinquante-cinq ans de vie autonome et si les caractristiques fondamentales de la propul-sion demeurent, posant clairement la question de la proximit technique entre missile et lan-ceur3, dautres ont volu avec le dveloppe-ment de petits satellites et de petits lanceurs, l'usage croissant et de plus en plus souple des applications civiles, la diffusion des compten-ces au travers de la littrature, des formations et de la coopration En second lieu, les con-ditions de la vie internationale ont profon-

    dment chang avec la fin du duopole et l'mergence d'un monde plus multipolaire ou apolaire favorisant des alliances se recon-figurant selon des logiques parfois complexes s'inscrivant souvent dans des perspectives plus rgionales que globales. Cette note de recherche propose, aprs une description des postulats en matire danalyse de la proli-fration nuclaire et balistique, lanalyse critique dun article rcent pris comme cas d'tude afin de mettre en lumire approxi-mations et pr-supposs, ne serait-ce que dans lamalgame des capacits entre fuses-sondes, lanceurs et missiles.

    Comment penser la prolifration spatiale ? L'hypothse selon laquelle il existerait une prolifration spatiale, entendue comme une utilisation du dveloppement de lanceur spatial aux fins de dveloppement de capacits balistiques notamment IRBM et ICBM, se doit d'tre examine l'aune d'une part des ensei-gnements de l'histoire des liens entre lanceurs de satellite et missiles balistiques et d'autre part des thories sur la prolifration.

    En effet, ds l'apparition de la notion de prolifration nuclaire et dans le cadre d'une vertu anticipatrice, les thoriciens de la proli-fration se sont intresss aux facteurs pou-vant favoriser l'acquisition des vecteurs des armes de destruction massive. Les proccu-pations lies aux filiations possibles entre vhicules lanceurs de satellites et missiles balistiques ont alors merg avec la crainte que, sous couvert de programme spatial, un pays ne se dote en ralit d'une capacit balis-tique de longue porte donnant naissance par glissement smantique la notion de prolif-ration spatiale. L'objectif de cette partie est d'interroger la pertinence et d'valuer l'effi-cacit de la notion de prolifration dans le champ spatial en regardant l'articulation de la thorie avec la ralit de la scne interna-tionale.

    Sur le plan thorique : de la prolif-ration nuclaire la prolifration spatiale Les rflexions sur le dveloppement, les usages et les consquences de la technologie ont toujours accompagn les tudes en relations internationales. Mais, la notion de prolifration nuclaire s'est impose comme un thme essentiel et occupe une position dominante. Cela s'explique en grande partie par la place importante qu'occupe le courant

    1 . h t t p : / / w w w . l e m o n d e . f r / i n t e r n a t i o n a l /article/2015/09/15/la-coree-du-nord-evoque-le-l a n c e m e n t - d - u n - s a t e l l i t e - s e o u l -condamne_4757271_3210.html

    2. Pour rappel, lIran a russi des lancements en 2009 (lancement du satellite OMID (exprimental, tlcommunication) par une Safir-SLV depuis Semnan, premier satellite iranien lanc par un lanceur national), 2011 (lancement du satellite Rasad par Safir), 2012 (mise en orbite du satellite NAVID par Safir), et 2015 (lancement dun satellite d'observation Fajr par Safir 1-B). Quant la Core du nord cest en 2012 (lancement russi fuse Unha-3).

    3. Le terme lanceur est ici utilis pour dsigner un lanceur spatial, c'est--dire un engin capable d'atteindre une vitesse d'injection suffisante pour que l'objet lanc (le satellite) effectue au moins une orbite autour de la Terre.

  • 3

    raliste et no-raliste dans les International Relations Studies. En effet, ce courant n'a trait de la technologie qu'en la rapportant presque exclusivement au nuclaire.

    Certes, ce terme de prolifration nuclaire, repris par les principales coles du champ, donne un cadre de comprhension mais comme lont soulign des membres de la com-munaut eux-mmes, il masque mal le peu deffort conceptuel sy rapportant. Les travaux son sujet ont souvent t rduits des analyses technologiques ou gopolitiques tout fait classiques4. Ainsi, la plupart des analyses se donnent pour objet dune part les menaces de prolifration incluant les questions de transfert de technologies, les cooprations, la dualit possible de certains matriels, les consquences sur la scurit internationale (bien souvent entendu comme la scurit des pays occidentaux) et, dautre part, la faon dont on peut contrler, rguler, prvenir cette menace (particulirement par llaboration de normes)5.

    Cette approche reste majoritaire encore aujourd'hui. Cependant, depuis quelques annes, certains chercheurs rflchissent sur ce que vhicule l'emploi du terme prolifra-tion. Mtaphore issue de la biologie, applique l'arme nuclaire et sa multiplication, elle fut introduite par Albert Wohlstetter, en 19616. Or qu'est-ce qu'une prolifration en biologie ? C'est une division incontrle et excessive de cellules chappant au contrle de l'organisme. Cette conception transpose au fait nuclaire n'est pas neutre et engendre des reprsen-tations opinitres , inscrivant toute analyse dans un cadre amont de prconceptions globales que l'on peut rsumer comme suit7 :

    le fatalisme : le sens de l'histoire irait vers une augmentation toujours plus im-portante des prolifrants que l'on pourrait appeler loi de laugmentation

    du nombre dacteurs dots (fatalit de l'augmentation du nombre d'Etats dots) ;

    une automatisation du processus dcoule de ce fatalisme qui peut amener alors soit ne pas tenir compte des objectifs des prolifrants , soit leur en attribuer un d'office8 ;

    une approche souvent plus quantitative que qualitative du phnomne ;

    une incertitude se transformant automa-tiquement en soupon.

    Cette dconstruction de l'emploi du terme prolifration avertit des limites et dangers conceptuels et met en garde sur les impli-cations politiques quune telle reprsentation engendre. Elle invite rflchir sur les effets du paradigme sur les analyses des experts et les tudes des thoriciens.

    Or, il n'existe toujours pas de modle ou tho-rie permettant d'expliciter de manire satis-faisante le fait nuclaire dans son ensemble.

    Pour autant, la puissance symbolique de la mtaphore a t telle qu'il s'est opr tout naturellement un glissement smantique vers le champ balistique ds la prise de conscience de l'importance des technologies balistiques pour la mise au point d'armes nuclaires oprationnelles. En effet, ce qui est apparu vritablement significatif sur le plan militaire, ce n'est pas tant la dtention de l'arme nuclaire seule que la possession du couple complet vecteur-charge.

    Partant de ce constat, les tats-Unis convai

Search related