Molière, Le bourgeois gentilhomme

  • View
    111

  • Download
    5

Embed Size (px)

Text of Molière, Le bourgeois gentilhomme

Molire, Le bourgeois gentilhomme

{

Molire : sa vie ; Le thtre , la comdie ; Rsum : Le bourgeois gentilhomme

Molire, JeanBaptiste Poquelin

{

crivain (15/01/1622 - 17/02/1673)

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molire, a marqu lhistoire du thtre et de la comdie franaise. Auteur le plus jou encore lheure daujourdhui, Molire sest distingu par des pices qui mlent le comique, le pathtique et la critique. Il faisait du rire une arme pour combattre les murs et les contraintes de son poque.

Sur le chemin de la gloire

Fils dun tapissier, il renonce reprendre laffaire familiale qui le destinait une vie bourgeoise et se tourne vers le thtre. Il fonde en 1643 lIllustre Thtre et se fixe comme objectif de faire rire les honntes gens . Il rencontre cette anne-l Madeleine Bjart dont il tombe amoureux. La troupe connat des dbuts difficiles. Elle parcourt la province de 1646 1658. Durant cette priode, il apprend le mtier dacteur et commence crire ses premires comdies (Ltourdi et Le Dpit Amoureux). En 1658, il joue le Docteur Amoureux devant le roi Louis XIV et gagne sa protection. Le roi installe la troupe au Thtre du Petit-Bourbon. Molire crit les Prcieuses ridicules en 1659. Cette satire burlesque est le premier de ses grands succs. En 1662, Molire pouse Armande Bjart, pour certains la sur de Madeleine et pour dautres sa fille, dont il aura un fils.

A lheure du succs

Comdien, chef de troupe et auteur , il crit des rles sur mesure pour les membres de sa troupe. Mme si Molire cre des pices mifarce mi-critique de la socit, il conserve le soutien du roi. Il reoit mme une pension du souverain, ce qui attise la jalousie de ses ennemis. LEcole des femmes, La Critique de lcole des femmes, Tartuffe qui pointe du doigt lhypocrisie religieuse et qui fut interdite de reprsentation pendant 5 ans, et Don Juan le hissent au rang du plus grand artiste de son poque. Sa collaboration avec Lully se traduit par lapparition dun nouveau genre, la comdie-ballet. Sa troupe est nomme en 1665 la Troupe du Roy . Molire tombe malade en 1666. Gravement affaibli, il parvient nanmoins crire deux pices, le Mdecin malgr lui et le Misanthrope. Il tente de relancer Tartuffe sous un autre nom mais la pice est de nouveau interdite. Il faut attendre 1669 pour quelle soit joue et acclame par le public.

Sa dernire sance

Aprs Amphitryon et LAvare, Molire signe sa dernire pice, Le malade imaginaire. Au cours de sa quatrime reprsentation, il tombe sur scne et meurt quelques heures plus tard le 17 fvrier 1673. Nayant pas abjur sa profession de comdien (juge immorale par lEglise), il chappe de justesse la fosse commune sur lintervention du roi.

Thtre

{

Dfinitions

Le thtre est un genre littraire qui expose une action dramatique sous forme de dialogue entre les personnages. Le thtre est crit pour tre reprsent, plutt que pour tre lu. Il suppose des acteurs, des costumes, des dcors, un public. La prsence du public au thtre peut impliquer une situation d'nonciation particulire : un personnage cens s'adresser un autre personnage sur la scne, peut en fait dans le mme temps s'adresser au public (principe de la double nonciation).

Thtre comiqueLe thtre antique : 1. La comdie grecque comme la tragdie, s'inscrivait dans le culte de Dionysos. D'intention nettement satirique l'origine, elle met en cause les affaires et les hommes publics, puis, avec la suppression de la libert politique, la satire se fait moins virulente et moins personnelle, pour s'attaquer aux dfauts de l'homme en gnral. 2. La comdie latine drive en grande partie de la comdie grecque, avec, toutefois, une forme originale, les atellanes, farces populaires aux personnages traditionnels, qui sont peut-tre l'origine de la commedia dell'arte.

La farce

Les farces taient des intermdes comiques dont on "farcissait" les spectacles dramatiques au Moyen ge. La farce tait devenue une pice part entire ds le XVe sicle. D'un comique primaire, souvent grossier, base de gestes ou de jeux de mots, elle a t joue avec des masques jusqu'au XVIIIe sicle.

La sotie

Genre du Moyen ge, la sotie est une farce satirique joue par des acteurs portant le costume des bouffons (le peuple de sots). Elle s'attaque principalement la socit du temps.

La commedia dell'arte

Ne Naples au XVIe sicle, la commedia dell'arte est une forme de thtre fonde sur l'improvisation et mettant en scne des situations et des personnages conventionnels. Ce genre de thtre influencera considrablement les comdies des XVIIe et XVIIIe sicles dans toute l'Europe.

La comdie de murs

A l'origine la comdie tait une pice de thtre au dnouement heureux qui mettait en scne des personnages de condition moyenne ou modeste. Par la suite s'ajouta le souci de faire rire. La comdie de murs, qui ne cesse de se dvelopper depuis le XVIIe sicle, utilise le rire pour rformer les murs, en tournant en ridicule tel trait de caractre ou telle figure de la socit. La part accorde au comique est trs variable selon les uvres.

La comdie-ballet

Trs en vogue au XVIIe sicle, la comdie-ballet inclut un ou plusieurs ballets la fin de la pice, aux entractes, ou durant l'intrigue elle-mme.

Le vaudeville

On appelle vaudeville aux XVIIe et XVIIIe sicles, les pices de thtre qui incluent chansons et ballets. Au XIXe sicle, grande priode du vaudeville, on donne ce nom une comdie lgre intrigue qui accumule les quiproquos et les coups de thtre.

Le Bourgeois Gentilhomme

{

Rsum

Le Bourgeois gentilhomme est une comdie-ballet en cinq actes en prose de Molire, reprsente pour la premire fois le 14 octobre 1670, devant la cour de Louis XIV, au chteau de Chambord par la troupe de Molire.

Cette pice incarne le genre de la comdie-ballet la perfection et reste mme l'un des seuls chefs-d'uvre du genre en regroupant les meilleurs comdiens et musiciens du temps. Elle rpondait au got de l'poque pour ce qui tait nomm les turqueries, l'Empire ottoman tant alors un sujet de proccupation universel dans les esprits, et que l'on cherchait apprivoiser. L'origine de l'uvre est lie au scandale provoqu par l'ambassadeur turc Suleyman Aga qui, lors de sa visite la cour de Louis XIV en 1669, avait affirm la supriorit de la cour ottomane sur celle du Roi-Soleil.