La CGT : crises et alternatives - .L'importance accordée aux changements politiques dans l'adoption

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of La CGT : crises et alternatives - .L'importance accordée aux changements politiques dans l'adoption

  • LA C.G.T. Crises et alternatives

  • Dans la mme collection

    LA VIE P O L I T I Q U E

    BRECHON Pierre, DERVILLE Jacques, LECOMTE Patrick Les cadres du RPR (1987).

    PONCEYRI Robert

    Le dcoupage lectoral (1988).

    SINEAU Mariette

    Des femmes en politique (1988).

    GROUX Guy, MOURIAUX Ren La C.F.D.T. (1989).

    BIAREZ Sylvie Le pouvoir local (1989).

    PERCHERON Annick, REMOND Ren Age et politique (1991).

  • Col lec t ion La Vie Po l i t i que dirige par Bertrand Badie et Grard Conac

    r Guy GROUX

    Ren

    MOURIAUX

    L A C . G . T . Crises et alternatives

    ECONOMICA

    49, rue Hricart, 75015 Paris

  • Photos de la couverture

    1. V i c t o r GRIFFUELHES, S y n d i c a l i s t e f r ana i s , (1874-1923) @ Harlingue-Viollet

    2. L o n JOUHAUX, S y n d i c a l i s t e f rana i s , (1879-1954) @ Harlingue-Viollet

    3. B e n o t FRACHON e n 1945

    @ Lapi-Viollet

    4. G e o r g e s SEGUY e n 1978 @ Roger-Viollet

    5. H e n r i KRASUCKI e n 1986

    @ Roger-Viollet

    @ Ed. ECONOMICA, 1992

    Tous droits de reproduction, de traduction, d'adaptation et d'excution rservs pour tous les pays.

  • Introduction

    "Pas de distinguo ! hurla le duc en tapant du pied. Tu entends ? Pas de

    distinguos, pas de dialectique, rien de tout cela. Je veux du solide."

    Raymond QUENEAU, Les fleurs bleues, Paris, Gallimard, 1965, p. 40

    Lorsqu'un promeneur , sortant de la bouche du mtro Porte de Montreuil , se dirige vers le priphrique, il aperoit au loin un immeuble de verre dont la faade reflte le ciel. De plus prs, il lit les inscriptions qui lui permettent d'identifier l'difice, le sige de la CGT, inaugur en 1982. Il constate aussi que la construction, rcente, lgante et moderne, est mal entretenue. La fontaine, l 'entre, ne fonctionne pas. L'existence et l 'tat de "la Bourse nationale d u travail", loin d'tre des phnomnes accidentels tra- duisent des problmes de fond. Le projet d 'un "complexe syndical", expression utilise au dpart, rassemblant la Confdrat ion et les fdrations, s'est form au milieu de annes 70, dans le contexte d u p rogramme commun, avec probablement la conviction d 'un succs lectoral de la gauche en 1978 et d 'un mouvement d 'adh- sions qui se produirait comme en 1936 1. Dues, les esprances ont laiss place u n recul de l ' influence cgtiste 2. Les effectifs fondent, la trsorerie s'assche. D'objectif symbolique, Montreuil devient un fardeau difficile porter 3.

    1. L'importance accorde aux changements politiques dans l'adoption de projets qui tablaient sur la progression des effectifs, n'exclut pas la prise en compte par la CGT d'autres facteurs concernant l'volution du tissu social : largissement du salariat au sein de la population active, transformation du travail industriel. Sur l'histoire des locaux de la CGT cf. Sguy Georges et al., La grande maison de la CGT, Paris, La Vie Ouvrire, 1982, 32 p.

    2. L'adjectif "cgtiste" est parfois rcus par les militants de l'organisation. Louis Saillant l'utilise cependant la tribune du congrs de 1946.

    3. Les rfections entreprises durant l't 1991 n'invalident pas ce constat.

  • Pour le sociologue ou l 'historien, le sige de la CGT invite s ' interroger sur les certitudes d 'une poque et sur les retourne- ments de situations. Des acteurs presss de profiter d 'une conjonc- ture ou des publicistes sensibles l'air du temps ne s'embarrassent pas de nuance. L 'effondrement des rgimes communis tes en Europe orientale, les convulsions de l'URSS, le dclin lectoral du PCF, la chute des grves les autorisent proclamer le dpris- sement inluctable du "syndicalisme de lutte de classe" qu'incarne en France la CGT.

    Sans conteste, la centrale de Montreuil subit dans les annes quatre-vingt-quatre-vingt-dix des assauts redoutables. Elle est confronte de multiples dfis stratgiques, idologiques, organi- sationnels, financiers. En dehors des consultations profession- nelles, les reculs numriques de la CGT ne profitent aucune de ses rivales. Bien au contraire, les organisa t ions rformistes souffrent de maux comparables et la rsistance de la premire confdration ouvrire sur le terrain dment les prvisions. Avec un bonheur ingal, elle prend part aux grves de la priode, celles de Peugeot, de Michelin, de la SNECMA, celles des cheminots, des infirmires, des impts. Tout en enregistrant des checs, elle fait bonne figure dans une srie de scrutins, la RATP, la SNCF, la Poste, France TELECOM. Elle russit une importante manifes- tation en faveur de la Scurit sociale le 22 mars 1987.

    Rmission ou chance de survie, voire de redploiement ? Dj, les termes de la question initiale se sont dplacs. Ils se modifient encore avec la prise en compte de la lgitimit historique d u courant "lutte des classes" dans le syndicalisme franais. S'appli- quant comprendre son rayonnement, Henri Dubief met en avant "la tradition", "l'histoire de la sans-culotterie, relaye par 'les trois dfaites du proltariat franais' qui sont : Lyon 1831-1834, juin 1848 Paris et la Commune de 1871" ^Tout en restructurant l'hri-

    tage, la CGTU de l 'entre-deux-guerres et la CGT d'aprs 1944 s'inscrivent dans la continuit. L'absolutisation du syndicalisme est critique mais la reconnaissance de la lutte de classes est salue.

    De nombreux observateurs de la vie politique franaise ont t sensibles l 'originalit de la composante syndicale rvolution- naire. Dans ses Diverses familles spirituelles de la France publies en 1917, Maurice Barres lui consacre quelques pages axes sur le culte d u "normal labeur" 2. Pendan t l 'entre-deux-guerres , u n Pierre Constans est attentif situer la sensibilit attache la

    1. Dubief Henri, Le syndicalisme rvolutionnaire, Paris, Colin, 1969, p. 8. 2. Barres Maurice, Les diverses familles spirituelles de la France, Paris, Emile-

    Paul frres, 1917, pp. 120-133.

  • m o b i l i s a t i o n soc ia l e c t d u s o c i a l i s m e et d u " c o m m u n i s m e

    r u s s e " 1. P l u s p r s d e n o u s , J e a n T o u c h a r d t a i t f r a p p p a r l a p r e n n i t d e s s a c r o - s a i n t s p r i n c i p e s d e la C h a r t e d ' A m i e n s e t d ' u n e c u l t u r e d e c l a s se et d e g r v e 2 . M u l t i p l i e r les c i t a t i o n s a t t e s t e r a i e n t d a v a n t a g e la consc i ence d ' u n e s i n g u l a r i t f r ana i se . En a d m e t t a n t q u ' e l l e a i t ex i s t a u s s i n e t t e m e n t , l ' i n t e r r o g a t i o n d e v i e n t : j u s q u ' q u e l p o i n t le p a s s s ' es t - i l d f a i t ? Q u e l s e n s y -a - t - i l p o u r d e s m i l i t a n t s d ' a u j o u r d ' h u i d e se r f r e r u n e t r a d i t i o n d e s y n d i c a l i s m e d e classe ?

    Le t r ava i l q u e n o u s a v o n s ra l i s n e se fixe p a s p o u r ob jec t i f d ' a p p o r t e r u n e r p o n s e s c i e n t i f i q u e d e s q u e s t i o n s q u i , p o u r p a r t i e , r e l v e n t d e la p r o s p e c t i v e , c ' e s t - - d i r e d ' u n e v o l o n t po l i t i que . N o u s n o u s s o m m e s p r o p o s s d e p r e n d r e d u r e c u l p a r r a p p o r t d e s a p p r o c h e s t r o p i m m d i a t e s , t r o p a d h s i v e s a u x i d e s d u m o m e n t , d o n t la f rag i l i t es t p e r c e p t i b l e t r a v e r s les s u p p o s i t i o n s d ' u n e c r o i s s a n c e s y n d i c a l e d a n s les a n n e s 70 3. Se d g a g e r d e s i m p r e s s i o n s fug i t i ve s , c 'est , e n u n p r e m i e r t e m p s c o n s i d r e r l 'objet "CGT" s u r la l o n g u e p r i o d e , tab l i r u n e a n a l y s e c r i t ique d e s d i v e r s t r a v a u x q u i n o n s e u l e m e n t lui o n t d o n n f o r m e s u r le p l a n d e la c o n n a i s s a n c e m a i s p e u v e n t p a r f o i s i n f l u e n c e r d e s a p p r o c h e s p l u s rcen tes qu i s e r v e n t a u j o u r d ' h u i d e r f rences d a n s les i n t e r p r t a t i o n s e n cou r s . Tou te fo i s , la r e c e n s i o n d e s t r a v a u x c o n s a c r s la C G T n e s a u r a i t se l i m i t e r la m i s e e n re l i e f d e s

    p r o c e s s u s d e p r o d u c t i o n d e s c o n n a i s s a n c e s q u i p e u v e n t b i e n a v o i r ce j o u r a f f ec t l ' o r g a n i s a t i o n d e M o n t r e u i l , m m e si c e t t e d m a r c h e p r s e n t e u n a t t ra i t p i s t m o l o g i q u e i n d n i a b l e . L ' i n v e n - ta i re p e r m e t e n effet d e ce rne r auss i l ' ins tabi l i t d e cet te o r g a n i s a - t i on q u i est al le d e crise e n crise, d e ce rne r a u t a n t q u e faire se p e u t l ' v o l u t i o n d e ses s t r u c t u r e s et d e s effectifs d e 1895 1990. S e r o n t

    a u s s i c o n s i d r s les r s u l t a t s l e c t o r a u x d e la C G T d e p u i s la S e c o n d e G u e r r e m o n d i a l e . A i n s i p e u t - o n e s p r e r r e l a t i v i s e r les v i d e n c e s d e l ' ac tual i t et m i e u x a p p r c i e r les c h a n g e m e n t s .

    Res te u n cons ta t . Les d o c u m e n t s , les d o n n e s s t a t i s t i q u e s , les a n a l y s e s l o i n t a i n e s e t r c e n t e s n e s u f f i s e n t p a s r e n d r e p l e i n e m e n t c o m p t e d e s c o n t o u r s d e la s i t u a t i o n d e la C G T a lo rs qu ' i l s c o n t r i b u e n t les clai