of 7/7
INFORMATION AUX INTERVENANTS BÉNÉVOLES PARTICIPANT À L'ACTIVITÉ AQUATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE I - OBJECTIFS DES ACTIVITÉS AQUATIQUES À L'ÉCOLE 1) GÉNÉRAUX : Développer des capacités et des ressources nécessaires aux conduites motrices. Acquérir des compétences et connaissances utiles pour mieux connaître son corps, le respecter et le garder en bonne santé. 2) SPÉCIFIQUES : Les activités aquatiques à l’école rentrent en priorité dans la compétence « adapter ses déplacements à différents types d’environnements ». se familiariser avec le milieu aquatique, le découvrir, s'y adapter. développer des comportements adaptés et efficaces dans ce milieu inhabituel, au niveau : - de l'équilibre - de la respiration et de l’immersion - du déplacement (propulsion) 3) UTILITAIRES ET PRÉVENTIFS : prendre conscience du risque, assurer sa propre sécurité acquérir une autonomie et une aisance de plus en plus grandes sans se référer à un modèle technique (pas d’apprentissage d’une nage) utiliser dans les cycles suivants ses compétences aquatiques pour : - accéder plus tard au "savoir nager" (= parcourir 15 à 30 mètres en eau profonde, sans appui ni brassière) - s’ouvrir à d'autres pratiques : natation sportive, natation synchronisée, water- polo, plongée, voile, canoë-kayak, aviron Note aux intervenants bénévoles participant à l'activité aquatique – Circonscription de Plaisir 1

I - OBJECTIFS DES ACTIVITÉS AQUATIQUES À L'ÉCOLE

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of I - OBJECTIFS DES ACTIVITÉS AQUATIQUES À L'ÉCOLE

note aux intervenants bénévoles1) GÉNÉRAUX :
• Développer des capacités et des ressources nécessaires aux conduites motrices. • Acquérir des compétences et connaissances utiles pour mieux connaître son corps, le respecter et le garder en bonne santé.
2) SPÉCIFIQUES :
Les activités aquatiques à l’école rentrent en priorité dans la compétence « adapter ses déplacements à différents types d’environnements ».
• se familiariser avec le milieu aquatique, le découvrir, s'y adapter. • développer des comportements adaptés et efficaces dans ce milieu inhabituel, au niveau :
- de l'équilibre - de la respiration et de l’immersion - du déplacement (propulsion)
3) UTILITAIRES ET PRÉVENTIFS :
• prendre conscience du risque, assurer sa propre sécurité • acquérir une autonomie et une aisance de plus en plus grandes sans se référer à un modèle technique (pas d’apprentissage d’une nage) • utiliser dans les cycles suivants ses compétences aquatiques pour :
- accéder plus tard au "savoir nager" (= parcourir 15 à 30 mètres en eau profonde, sans appui ni brassière)
- s’ouvrir à d'autres pratiques : natation sportive, natation synchronisée, water- polo, plongée, voile, canoë-kayak, aviron
Note aux intervenants bénévoles participant à l'activité aquatique – Circonscription de Plaisir 1
II - CONNAISSANCE DE L'ACTIVITE
L'activité natation (passer du terrien à l'homme aquatique) modifie fondamentalement le fonctionnement habituel du terrien et remet en cause trois principes essentiels du comportement humain :
- L'ÉQUILIBRE - LA RESPIRATION - LE MODE DE DÉPLACEMENT
PROBLÈMES POSÉS PAR : LE PASSAGE DU TERRIEN BIPÈDE … AU NAGEUR AQUATIQUE
Activités terrestres Activités aquatiques
N - équilibre vertical - réflexes plantaires - tête verticale - regard horizontal (axe de vision parallèle au déplacement) >>> repères visuels fixes - réflexes labyrinthiques - pesanteur
- équilibre horizontal - réflexes plantaires supprimés - tête horizontale - regard vertical (axe de vision perpendiculaire au déplacement) >>> repères visuels mobiles - sensations labyrinthiques perturbées - poussée d'Archimède
RE S PI
RA T IO
N - respiration réflexe et innée - par le nez - inspiration = expiration - expiration passive - pas de résistance à l'expiration
- volontaire puis automatique (automatisme acquis) - par la bouche - inspiration brève, expiration longue - expiration active - pression de l'eau à vaincre pour l'expiration
PR O PU
N
- jambes motrices - bras équilibrateurs - appuis fixes et solides - résistance de l'air négligeable
- jambes équilibratrices - bras moteurs - appuis fuyants et mouvants - résistance de l'eau effective
Note aux intervenants bénévoles participant à l'activité aquatique – Circonscription de Plaisir 2

- un aménagement induisant des réponses riches et variées, non stéréotypées ;
- une consigne permettant à chacun de s'engager dans l'action avec l'intention de réussir, à partir et au delà de ce qu'il sait déjà ;
- des situations sous forme de jeux, de records à battre… donnant du sens à l’activité.
Le problème posé doit permettre à l'enfant de mobiliser ses savoirs, pour réussir après essais, tâtonnements, efforts.
• Quelques conseils pour les accompagnateurs :
Ne pas manipuler les enfants : La recherche de l’autonomie est un des objectifs de la natation scolaire. Les enfants vont découvrir de nouvelles sensations au travers des activités aquatiques… Ils ne pourront les percevoir si quelqu’un d’autre agit sur eux, s’ils ne sont pas maîtres de leurs essais. Adopter une attitude sécurisante sans être sur-protectrice qui permette à l’enfant d’avoir la sensation à un moment donné d’une réelle prise de risque. Exemple 1 = lors des situations d’entrées dans l’eau (sauter dans l’eau… éventuellement dans un cerceau, glisser sur un toboggan les pieds en avant assis, couché… glisser la tête en avant…) :
- éviter de donner systématiquement la main même si cela est parfois nécessaire au début pour rassurer les enfants : tendre les bras est bien souvent suffisant pour inciter à l’action.
- Laisser les enfants s’immerger brièvement à l’arrivée du toboggan plutôt que de chercher à les attraper dès la sortie de la glissière.
Exemple 2 = lors des situations d’équilibres et de déplacements (se déplacer en surface sur des tapis flottants ; traverser le bassin en prenant appui au bord du bassin avec les mains, en avançant puis en reculant, en s’aidant ensuite d’une ligne d’eau (appuis moins solides) ; se déplacer à l’aide d’une frite ou d’une planche, sur le ventre mais aussi sur le dos (oreilles immergées, regard vers le ciel), réaliser des glissées (à la surface) ou des coulées (sous l’eau) en essayant d’aller le plus loin possible…) :
- Laisser les enfants trouver plusieurs solutions pour se déplacer. Leur faire abandonner progressivement les appuis pédestres au fond du bassin et rechercher l’allongement sur l’eau
- Travailler dans des zones où l’enfant n’a pas pied pour lui montrer l’importance des jambes dans la propulsion.
- Favoriser les équilibres sur le dos (on peut éventuellement placer une 2ème frite sous les genoux en plus de celle qui se trouve sous la nuque pour ceux qui éprouvent des difficultés).
La seule manipulation admissible consiste à prendre dans ses bras un enfant qui manifeste une véritable peur de l’eau, et à descendre tout doucement dans l’eau avec lui.
Encouragez les élèves : De la voix, du regard, par un sourire, un applaudissement… Quelle que soit la manière, ils en ont besoin. De même, soyez toujours positifs dans vos remarques : même si un enfant ne répond pas entièrement à la consigne, mettez en avant ce qu’il a réussi à faire et incitez le à aller plus loin. Exemple 3 = lors des situations d’immersions (rentrer dans la maison-cerceau en essayant de ne pas soulever les murs, aller chercher un objet immergé seul ou bien en descendant le long de la jambe d’un camarade, d’une perche ou de l’échelle…) :
- Aider ceux qui ont du mal à s’immerger totalement en ne leur demandant dans un premier temps de ne cacher que la bouche, le nez, les yeux dans l’eau….
Note aux intervenants bénévoles participant à l'activité aquatique – Circonscription de Plaisir 5
- Pour les enfants qui ont peur d’ouvrir la bouche sous l’eau de peur de se « remplir » ou qui se pincent encore le nez de peur d’inspirer de l’eau : les entraîner à faire les plus grosses bulles possibles dans l’eau par la bouche mais également par le nez, à faire des bruits en ouvrant la bouche dans l’eau, à rester le plus longtemps possible sous l’eau sans se pincer le nez….
- Inciter les enfants à ouvrir les yeux dans l’eau par des consignes appropriées : par exemple, en demandant de remonter un certain type d’objet ou bien un objet d’une certaine couleur.
IV – Organisation des activités et rôle des acteurs
1) Rôles des adultes intervenant à la piscine :
a) Les adultes agréés : Les Maîtres Nageurs Sauveteurs (MNS) ou Brevets d’Etat d’Educateur Sportif des Activités Nautiques (BEESAN) Les Educateurs Territoriaux des Activités Physiques et Sportives (ETAPS)
Ils sont qualifiés. Cette qualification les autorise à prendre en charge des groupes en pleine responsabilité. Ils sont agréés par l’Inspecteur d’Académie.
L’enseignant
Il est le concepteur et le garant institutionnel de la mise en œuvre du projet pédagogique. Il s’assure du bon fonctionnement des séances sur le plan pédagogique et au niveau de la sécurité. Il est impliqué directement dans l’activité et coordonne les actions des différents intervenants.
Les adultes bénévoles agréés
Ils accomplissent des tâches d’enseignement sur le bassin. Ils sont agréés par l’Inspecteur d’Académie après passage d’un test en piscine et information sur les activités. Ils participent à la mise en œuvre des actions pédagogiques définies par l’enseignant et interviennent sous le contrôle de ce dernier. Ils assurent le suivi d’un atelier mis en place par l’enseignant ou le suivi d’un groupe d’enfant selon l’organisation pédagogique mise en place.
Le taux d’encadrement en maternelle est d’au moins 3 adultes agréés en enseignement pour une classe (l’enseignant + 2 adultes agréés qualifiés ou bénévoles). Un MNS ou BEESAN est en plus affecté à la surveillance du bassin et uniquement à cette tâche.
b) Les autres adultes : Des parents ou Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles (ATSEM) peuvent également apporter une aide au déshabillage et à l’habillage et être présents pour conduire les enfants aux toilettes durant les séances. Mais en aucun cas, ils ne sont autorisés à intervenir en enseignement.
2) Recommandations aux adultes bénévoles :
Note aux intervenants bénévoles participant à l'activité aquatique – Circonscription de Plaisir 6
S’engager dans la durée et être régulièrement présents (sur au moins 2 ou séances consécutives) ;
Bien respecter l’organisation mise en place par l’enseignant : rester dans l’atelier prévu, dans l’espace attribué ou avec les enfants dont l’enseignant vous a confié la charge ;
Soyez toujours attentifs : Ayez une position géographique stratégique de façon à avoir facilement tous les enfants dans votre champ visuel ;
S’occuper de chacun sans privilégier son propre enfant ;
Signaler à l’enseignant toute sortie de bassin d’un enfant (toilettes, soins…) ;
Eviter les « papotages » entre adultes ;
Signaler à l’enseignant les manifestations inhabituelles : signes de fatigue, rougeur, pâleur, tremblements, vomissements… ;
Respecter le rythme de chacun, notamment en fin de séance.
L’adulte (les verbes soulignés concernent plus particulièrement l’attitude des bénévoles agréés)
Rôle affectif Rôle d’accompagnement Rôle d’évaluateur Incite Suscite
Encourage Favorise Suggère Rassure Observe
Fait varier Enrichit
Fait répéter renforce