Click here to load reader

Fenêtre sur cours

  • View
    219

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Fenêtre sur cours

  • DOSSIER Lenseignant 2.0 en ligne

    HEBDOMADAIRE N41514 SEPTEMBRE 2015ISSN1241-0497

    LISAE 1 200 euros cest maintenant!

    RFUGIS Sur les dunes de Calais

  • dito

    Sont joints ce numro le programme de lUniversit dAutomne 2015, un Questions sur lautorit parentale, un encart publicitaire ADL.

    somm

    aire

    somm

    aire

    somm

    aire

    Nous sommes de la mme huma-nit que ces hommes, ces femmes et ces enfants qui frappent

    notre porte parce quils fuient la guerre, la terreur ou la misre pour ne pas mourir.

    Comment dans ces conditions comprendre les atermoiements, croire en la compas-sion exprime quand on fait si peu? Pour partie responsables des vnements qui poussent sur la route de lexil tant de per-sonnes, lEurope et la France doivent les accueillir. Dignement et dans de bonnes conditions.

    Citoyens, nous devons manifester notre solidarit envers tous ces rfugis. Enseignants et ducateurs, nous avons combattre par les outils de la connaissance toutes ces ides nausabondes et hai-neuses sur lesquelles se btissent murs et barbels.

    Salaris, nous devons aussi nous proccuper de ce qui fait lactua-lit de notre profession. Et parler dabord salaires parce que ce nest plus possible de continuer ainsi. Le gel du point dindice depuis 2010, cest une perte de plus de 7% de notre pouvoir dachat: 195 euros par mois pour un PE au 9me chelon, par exemple. On mesure ainsi clairement la hauteur de ce quil faut lgitimement revendiquer. Cest dans cette bataille que le SNUipp sengage avec la FSU et dautres fdrations de fonctionnaires avec la votation des agents et la journe daction interprofessionnelle du 8 octobre. Mais il y a aussi la ncessit dobtenir le triplement de lISAE tant son montant est faible. Oui, 1200 euros pour tous, exigeons-le dans lunit! Cest la proposition que fait le SNUipp-FSU aux autres orga-nisations syndicales.

    Christian Navarro

    3

    Hebdomadaire du syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des coles et PEGC 128 boulevard Blanqui 75013 Paris Tl. : 01 40 79 50 00E-mail : [email protected]

    Directeur de la publication : Sbastien Sihr Rdaction : Francis Barbe, Aline Becker, Alexis Bisserkine, Laurence Gaiffe, Valrie Kownacki, Pierre Magnetto, Philippe Miquel, Jacques Mucchielli, Christian Navarro, Emmanuelle Roncin, Sbastien Sihr, Virginie Solunto.Conception graphique : Acte L !

    Impression : SIEP Bois-le-Roi Rgie publicit : Mistral Media365 rue Vaugirard 75015 ParisTl. : 01 40 02 99 00 Prix du numro : 1 euro Abonnement : 23 euros ISSN 1241 0497 / CPPAP 0420 S 07284Adhrent du syndicat de la presse sociale

    LA UNE

    LISAE 1 200, cest maintenant

    M

    IRA/NAJA

    Bienvenue!

    5 LENFANT A LCOLE CP: DES FAMILLES TRS IMPLIQUES

    6 ACTUS LISAE 1 200 EUROS, CEST MAINTENANT

    10 GRAND ANGLE SUR LES DUNES DE CALAIS, RVER CEST DJ A

    12 DOSSIER ENSEIGNANT 2.0, EN LIGNE!

    18 MTIER VALUATION MATERNELLE: DU NOUVEAU

    24 RESSOURCES TWITTER EN TRAVAILLANT

    26 AUTOUR DE LCOLE RYTHMES: PEU DE CHANGEMENT DANS LES ORGANISATIONS DU TEMPS SCOLAIRE

    30 GRAND INTERVIEW MARIE DURU-BELLAT

    Dcouvrez la CASDEN sur www.casden.fr ou contactez

    un conseiller au 01 64 80 64 80*

    Loffre CASDEN est disponible dans les Dlgations Dpartementales CASDEN et les agences Banques Populaires.

    Banque cooprative cre par des enseignants, la CASDEN repose sur un systme alternatif et solidaire : la mise en commun de lpargne de tous pour financer les projets de chacun.

    Comme plus dun million de Socitaires, faites confiance la CASDEN !

    CASD

    EN B

    anqu

    e Po

    pula

    ire -

    Soc

    it

    Ano

    nym

    e Co

    opr

    ativ

    e de

    Ban

    que

    Popu

    laire

    c

    apita

    l var

    iabl

    e. S

    ige

    soc

    ial :

    91

    Cour

    s de

    s Ro

    ches

    - 7

    7186

    Noi

    siel

    . Sire

    t n

    784

    275

    778

    0084

    2 -

    RCS

    Mea

    ux. I

    mm

    atric

    ulat

    ion

    ORIA

    S n

    07

    027

    138

    BP

    CE -

    Soc

    it

    ano

    nym

    e

    dire

    ctoi

    re e

    t con

    seil

    de s

    urve

    illan

    ce a

    u ca

    pita

    l de

    155

    742

    320

    . S

    ige

    soc

    ial :

    50

    aven

    ue P

    ierr

    e M

    end

    s Fr

    ance

    - 7

    5201

    Par

    is C

    edex

    13.

    RCS

    PAR

    IS n

    49

    3 45

    5 04

    2. Im

    mat

    ricul

    atio

    n OR

    IAS

    n 0

    804

    510

    0 -

    Illus

    tratio

    n : K

    illof

    fer.

    Accueil tlphonique ouvert du lundi au vendredi de 8h30 18h30 (heure de Paris).

    Appel non surtax. Cot selon votre oprateur.

  • 5

    LenfanT lColE

    en BREF

    Une nouvelle note dinformation de la DEPP portant sur Limplication des parents au cours prparatoire vient dtre publie. Il ressort de cette tude que seuls 5% des parents sont rticents collaborer avec lcole mais que les pratiques sont trs lies au capital culturel de la famille.

    CP: des familles trs impliques

    rgulirement leur enfant et o le contrle des cartables et des cahiers, la rcitation des leons laide aux devoirs touchent prs de neuf coliers sur dix. Trois quarts des familles vont encore plus loin en revoyant avec lenfant les points abords pendant la classe. La prsence des parents la sortie de lcole et le contrle des horaires de coucher sont largement parta-gs par les parents.

    Et toujours le dterminisme culturelLes manires dont les parents simpliquent sont essentiellement dtermines par leur capital culturel. Quand la mre est sans diplme, la per-sonne de rfrence inactive ou encore le nombre de livres au foyer infrieur trente, limplication devient bien moindre. Un constat sans appel dautant que le lien avec les caractristiques propres llve apparat beaucoup plus lche. Si lon exclut les parents qui relcheraient laide au travail scolaire partir du moment o llve tmoigne dune aisance scolaire, les chiffres de ltude suggrent un lien entre russite scolaire et degr dimplication VIRGINIE SOLUNTO

    La DEPP* vient de publier une note sur Limplication des parents au CP. Ltude met en lumire la grande implication des parents dans le dbut de la scolarit de

    leur enfant et seuls 5% dentre eux sont rti-cents collaborer avec lcole. Dans le contact entre lcole et les familles, la DEPP a constat que prs de 9 parents sur 10 assistent aux ru-nions parents-enseignantsquand seulement 3% dentre eux nont jamais rencontr le matre de leur enfant et 2% ne lont rencontr qu la demande de celui-ci. Cet investissement sou-tenu se retrouve aussi dans le suivi du travail scolaire o 86% des parents dclarent aider

    DROITS

    LES ENFANTS ROMS LA PORTE DE LCOLELa majorit des enfants roms vivant dans des bidonvilles, dans des squats et la rue ne seront pas lcole cette rentre dplore le Collectif pour le droit des enfants roms lducation (CDERE) dans un communiqu du 31 aot dernier. Tracasseries administratives injustifies ou tout simplement illgales, expulsions sans solution dhbergement et de relogement pour les familles: Ces enfants sont privs dun droit fondamental: celui daller lcole. Ils seraient environ 9000 en France selon un rapport de lUNICEF publi en juin.

    MIGRAINE

    RENTRE: LA PRISE DE TTESi le nombre de maux de tte est stable tout au long de lanne chez les enfants de 5 18 ans, il augmente de plus de 30% lapproche de la rentre scolaire. Cest ce que montre une tude ralise sur 1300 visites aux urgences pdiatriques dun hpital de lOhio (USA) entre 2010 et 2014. En cause: avant tout le stress du retour lcole et les changements de routines et des heures de sommeil. 5 10% des enfants, filles et garons, sont sujets ces migraines quune bonne hygine de vie permet le plus souvent de combattre, prcisent les auteurs de ltude.

    NUTRITION

    IMPASSE SUR LE PETIT DJEUNEREntre trois et quatre coliers par classe - cinq en ducation prioritaire - arrivent chaque matin lcole sans avoir pris de petit djeuner, selon une enqute ralise au printemps dernier par le Centre de recherche pour ltude et lobservation des conditions de vie (CREDOC) auprs dun chantillon denseignants des coles. Contexte familial et raisons socio-conomiques sont les principales explications donnes par les enseignants interrogs, qui pointent comme consquences cette situation des enfants plus fatigus, moins concentrs et moins participatifs.

    *Direction de lvaluation de la prospective et de la performance

    Des parents trs prsents.

  • 3 Q

    UESTI

    ONS

    Alain Feretti, administrateur de lUNAF* en charge de la petite enfance et des maternelles

    en BREFen BREF

    [FENTRES SUR COURS] N415 - 14 SEPTEMBRE 201566

    Que pensez-vous du

    bilan 2014 du Haut Conseil la Famille concernant laccueil des enfants de moins de 3ans?Il est trs dcevant et on est assez loin des objectifs annoncs par le gouvernement des 275.000 places sur 5 ans, quand les besoins rels se situent autour des 350000 400000 places. Sur les 19 600 places annonces en crche pour 2014, solution la plus demande et la moins on-

    reuse pour les familles, seulement 11300 places ont t cres. Chez les assistantes maternelles, on a perdu 7000 places daccueil, alors que lobjectif tait de 20000 places supplmentaires par an. Le bilan est dcevant aussi car les collectivits territo-riales ne jouent pas le jeu pour la cration dEtablissements pour lAccueil des Jeunes Enfants.

    Quen est-il de la scolarisation des enfants de 2 ans?Lcole maternelle constitue une