Click here to load reader

Extrait "L'Association"

  • View
    220

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Extrait de "L'Association, une utopie éditoriale et esthétique", publié aux éditions Les Impressions Nouvelles en novembre 2011

Text of Extrait "L'Association"

  • extrait

  • Rflexions faites Pratique et Thorie

    Rflexions faites part de la conviction que la pratique et la thorie ont toujours besoin lune de lautre, aussi bien en littrature quen dautres domaines. la rflexion ne tue pas la cration, elle la prpare, la renforce, la relance.

    Refusant les cloisonnements et les ghettos, cette collection est ouverte tous les champs de la vie artistique et des sciences humaines.

    ouvrage publi avec le soutien de la fdration Wallonie-Bruxelles et avec le concours du Centre national du livre.

    Conception graphique : tanguy Habrand

    les impressions nouvelles [email protected]com

  • LES IMPRESSIONS NOUVELLES

    Groupe Acme

    Une Utopie ditoriale et esthtiqUe

    sous la direction derwin Dejasse, tanguy Habrand et Gert Meesters

  • Locaux de LAssociation (rue de la Pierre Leve Paris), par Jean-Yves Duhoo.

  • 5INTRODUCTION

    Bjrn-olav dozo tangUy haBrand MaUd hagelstein

    Depuis 1990, lassociation anime vigoureusement la scne contemporaine de la bande dessine francophone. insti-gatrice majeure du mouvement des diteurs indpendants et/ou alternatifs, la maison ddition a transform en profondeur les conditions de production de bandes dessi-nes. fonde par un collectif dauteurs, lassociation a dabord impos une structure conomique originale, pour laquelle le profit ne constitue pas lob-jectif premier. Contournant les politiques traditionnelles de la chane du livre, en privant les libraires dun droit de retour des invendus ou en se passant de service de presse, et alors que certains ne lui prtaient pas davenir, elle a russi devenir viable en une dizaine dannes peine, avant de connatre le succs avec la publication du best-seller Persepolis.

    avec une constance remarquable, lassociation a galement construit un catalogue novateur, offrant la part belle des ovnis ditoriaux et ouvert des expriences indites, non dnues de risques pour sa stabilit financire. Cette politique ditoriale a permis une nouvelle gnration dauteurs de voir le jour (lewis trondheim, Joann sfar, David B., emmanuel Guibert, franois ayroles, Vincent Vanoli ou aristophane), cependant quune deuxime gnration mrit dj son tour au sein de la structure. Plate-forme dexpression favorisant la varit des styles, la maison propose des collections et des revues pouvant accueillir diffrents formats de narration, des plus courts (la collection Patte de Mouche ) aux plus longs (les collections Ctelette ou Ciboulette ). elle peut ainsi assurer une transition en douceur du fanzinat au professionna-lisme, en adaptant ses collections et revues aux besoins de ses auteurs, tout en gardant une grande cohrence ditoriale.

  • 6enfin, la maison a su laborer un discours critique singulier et militant, qui lui a permis de prendre rapidement position au sein du microcosme de la bande dessine et doccuper une place de leader parmi les indpendants. large-ment endoss par Jean-Christophe Menu, ce discours critique a connu des rceptions diverses, mais a surtout russi diffuser largement, par-del le cercle des spcialistes et amateurs clairs, une remise en question des conceptions traditionnelles de la bande dessine.

    Riche, varie, aux dimensions multiples, lassociation constitue un objet danalyse de premier choix en mme temps quil appelle, du fait de ses rsis-tances, un regard pluriel. aussi nous est-elle apparue particulirement indique pour mettre lpreuve la dynamique du groupe acme, n de la rencontre lUniversit de lige de plusieurs chercheurs intresss par la bande dessine et convaincus de lapport potentiel de la recherche universitaire dans ce domaine. les critiques spcialiss et les auteurs de bandes dessines ont pu par le pass reprocher aux universitaires le rapport, de distance et dobjectivit mles, quils entretenaient cet objet. et pour cause : la bande dessine luniversit a frquemment servi de prtexte lillustration de thories hgmoniques, plus soucieuses de leur puissance dexplication que de lapprofondissement des dimensions multiples dune pratique. nous partons quant nous du principe que la bande dessine est un sujet digne dtre tudi en soi, au mme titre que les autres productions culturelles et artistiques.

    le nom du groupe fait explicitement rfrence au projet Acme Novelty Library de Chris Ware, dont le caractre inventif illustre sa manire la volont novatrice du projet. le groupe sinspire galement dun modle ponyme, lusine des cartoons de la Warner, la devise reste clbre : A company that makes everything . Plus quun clin dil, cette dernire rfrence est laffirmation dune vise rsolument pluridisciplinaire. acme rassemble dans cet esprit des chercheurs dhorizons divers, mobilisant des approches varies : sociologique, institutionnelle, esthtique, historique, conomique, formaliste, smiotique... Dans une logique de complmentarit, aucune de ces approches ne prend le pas sur les autres, mais toutes proposent une analyse propre de lassociation, en vue dclairer tour tour lune des multiples faces de lHydre associative. Par la confrontation, le lecteur pourra ainsi reconstituer une vue problmatique de la maison.

  • 7le plan de ce volume repose sur une structure en entonnoir : dun plan large (une mise en perspective socio-conomique de lassociation), le lecteur est amen saisir des plans de plus en plus resserrs (les collections, les genres, les styles, les auteurs et les albums), jusqu lanalyse dtaille dune planche, puis dune planche-case dalbums du catalogue. Ce parcours de lecture saccompagne de contributions encyclopdiques, quil sagisse daborder des aspects cls de la maison ou son histoire.

    fruit de deux annes dchange, dcriture et de recherche collective, ce volume ne prtend ni lexhaustivit des approches, ni lpuisement de lobjet. il se voudrait bien au contraire une invitation dautres regards encore. et parce quil nous semblait inconcevable, sinon irrecevable, dtudier la bande dessine sans la montrer, une attention toute particulire a t porte la slection et la mise en scne de nombreux documents.

    nous remercions les fondateurs de lassociation (David B., Killoffer, Mattt Konture, Jean-Christophe Menu, Moket, stanislas et lewis trondheim), Carmela Chegui pour son aide prcieuse ainsi que Charles Berberian, Jean-louis Gautthey, Pascal tassel et Thierry Van Hasselt.

  • 9De la MaRge la PUlPeUNe TRajeCTOIRe DITORIale

    tangUy haBrand

    la question de savoir quel aura t lapport majeur de la gnration de lassociation au monde de la bande dessine, edmond Baudoin, publi tant chez futuropolis qu lassociation, rpondait en 2003 Thierry Groensteen: tu as raison de parler de gnration, parce quil ne faudrait pas en rester la seule association (...). les fondateurs de lassociation taient un peu les enfants spirituels de futuropolis. et des individualits trs fortes.(...)ils ont permis la continuation de quelque chose dintelligent dans ldition de bande dessine au moment de la disparition de futuropolis1. Quand on a dit a, on a tout dit. la dmythification de lassociation comme seul acteur de la bande dessine des annes 1990 tout dabord mais quel acteur. le travail de continuation opr dune gnration lautre ensuite, des ditions futuropolis lassociation en particulier. Une filiation revendique par florence Cestac, fondatrice avec tienne Robial de futuropolis: lassociation est vraiment la continuit de futuro. Cest la mme mentalit: mettre lauteur en avant2 . et lon multiplierait assez facilement les manifestations de reconnaissance entre les deux parties. Pour Cestac et Robial, le paradigme de la parent est une faon daffirmer que leurs efforts nont pas t vains. Pour Menu, la tenue dune entreprise avec la bndiction dune grande figure tutlaire. le lien est avr. sa mention, significative. ltape suivante consiste se demander en quoi cet hritage a pu se montrer structurant.

  • 10

    tanGUy HaBranD

    fondes en 1974 par tienne Robial et florence Cestac, les ditions futuropolis appartiennent de plain-pied la gnration des pionniers dune autre bande dessine avec les revues Pilote (1959), Hara-Kiri (1960), Charlie Hebdo (1970), lcho des Savanes (1972) et Fluide Glacial (1975) ou, du ct des maisons ddition, avec les initiatives dric losfeld ds les annes 1960, des ditions du fromage et du square (1972), daudie et des Humanodes associs (1975) ou encore d'artefact (1977). Monts Paris aprs une formation aux Beaux-arts, sans autre connaissance de la bande dessine quune grande curiosit, Robial et Cestac fonctionnent au rythme de linsouciance et rachtent une librairie sur un coup de tte, futuropolis, un dnomm Robert Roquemartine qui les initie au mtier. leur pratique rompt nettement avec les modles en place : les apprentis affichent une politique

    radicale, nhsitant pas refouler ou rediriger les clients en qute de productions quils jugent trop commerciales.

    le passage ldition vient ensuite et sur le modle frquent dune librairie qui dveloppe une activit ditoriale. Mme combat dans ce domaine : plutt quune demande suppose du public, futuropolis satisfait ses propres exigences en ne sinquitant qu rebours et moiti des faibles ventes. Multipliant russites et coups dessai dans une double logique de rhabilita-tion du Patrimoine et de dcouverte de jeunes auteurs, le tout au sein de collections liden-tit graphique clairement identifie, la maison traverse les annes 1970 en toute indpendance mais doit renoncer, au cours de la dcennie suivante, une auto-diffusion que lexpansion de la maison a rendue ingrable. Pour florence Cestac, cet abandon marque le dbut de la fin. en passant chez un diffuseur professionnel, les diteurs sont embringus dans une espce de grosse machine laquelle il faut donner de la matire tous les mois3 . le nouveau rgime ne sera jamais support par la maison qui, aprs un srieux ralentissement de ses acti