Chroniques d'Explorateurs printemps 2014

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Le magazine de la Fondation Samuel-de-Champlain célèbre les réussites des élèves et des anciens du Centre scolaire-communautaire Samuel-de-Champlain de Saint-Jean, Nouveau-Brunswick. Dossiers sur l’éducation, projets entrepreneuriaux, école orientante, innovation, réussites, portraits d’anciens, reconnaissances pédagogiques et plus encore. Ce magazine trace le parcours de nos explorateurs et bâtisseurs d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Text of Chroniques d'Explorateurs printemps 2014

  • Exp

    lorat

    eurs

    Prin

    tem

    ps 2

    014

    Lucie Mathurin: femme daujourdhuiPortrait de btisseurs: les pionniers de la vallecole communautaire entrepreneuriale: le troisime enseignantCALE 2014

    Printemps 2014 - Vol. 2, numro 1

  • Exp

    lorat

    eurs

    Prin

    tem

    ps 2

    014

  • Exp

    lorat

    eurs

    Prin

    tem

    ps 2

    014

    Le magazine Chroniques dExplorateurs est publi une fois par anne par la Fondation Samuel-de-Champlain du Centre scolaire-communautaire Samuel-de-Champlain. PrSidenCe: Philippe richard ViCe-PrSidenCe: Guy Lger AdMiniSTrATeUrS: Yvonne Babineau, Sylvie Basque, Amlie Bryar, dr Timothy Christie, denis Cormier, Marline Cormier-Boyd, Tho Gagnon, Gatane Lvesque-dupont. reprsentante des lves: Olivia Cull. rdACTiOn, PrOdUCTiOn et PUBLiCiT: eric Kennedy, agent communautaire - eric.kennedy@nbed.nb.ca . AdreSSe POSTALe: 67, ch. ragged Point, Saint-Jean, n.-B., e2K 5C3. Le genre masculin est utilis sans aucune discrimination et seulement dans le but dallger le texte.

    ducation: cole commu-nautaire entrepreneuriale

    2 Prsidence 11 Nouvelles de nos anciens 12 In memoriam 13 Bal des finissants 2013

    Photo de la page couverture: Kathleen Gagnon

    Bal des finissants de 2013: de gauche droite, Sophie Tremblay, daniel LeBlanc, Megan Brun, Alexandre Bouchard, Kiera dolan, Pat-rick Gauthier, delaney Losier, Alex Cull et Marie-Hlne Crowley.

    1

    Portrait : Lucie Mathurin Btisseurs: Michelle Robi-chaud et Marc Mathurin

    5 Cahier CALE 2014

    3 4

    9

  • Exp

    lorat

    eurs

    Prin

    tem

    ps 2

    014

    2

    diTOriAL

    La Fondation Samuel-de-Champlain inc. a t mise sur pied en juillet 2012. en plus doctroyer des bourses postsecondaires et de laide financire aux lves, elle sest donne comme objectif dappuyer lextraordinaire potentiel des lves et des finissants du Centre scolaire Samuel-de-Champlain. Soutenir les projets de dveloppement visant amliorer la qualit de vie et lpanouissement de nos lves est galement au cur des ambitions de lorganisme. La Fondation reconnait limportance pour tous les lves de se sentir appuys dans laboutissement de leurs plus grands rves. Sans oublier bien sr la volont de faire en sorte que les liens tisss entre les finissants du Centre scolaire Samuel-de-Champlain puissent se perptuer travers les annes, et ce, en assurant un espace physique et virtuel aux anciens.

    La prsentation dun gala en lhonneur des lves du secondaire le jeudi 29 mai 2014 est entre autres le premier vnement denvergure organis par la Fondation. Cette soire a pour but de mettre en valeur les succs des lves et de crer un partenariat avec la communaut.

    Au nom de tous les membres de la Fondation, cest avec plaisir que je vous invite vous impliquer au sein de notre organisme, afin de contribuer la russite et au bien-tre collectif de nos lves. ensemble, nous pouvons aller vers de nouveaux horizons !

    Sincrement,

    Philippe RichardPrsident de la Fondation Samuel-de-Champlain

    Redfinir lAcadieUne forme de rvolution tranquille est en train de soprer dans le monde de lducation, grce la technologie, mais surtout en raison dun changement de paradigmes. Finies les chaines de montage! Lcole traditionnelle fait place au 21e sicle. Avec des concepts comme lcole orientante, lcole communautaire entrepreneuriale, lenseignement et le leadership collaboratifs, les lves de la province nauront jamais t aussi outills pour mettre le cap sur leur avenir et surtout, participer la redfinition de notre socit.

    Avec le dcloisonnement qui sopre en ce moment dans nos coles, lapprentissage devient plus efficace, plus spcifique et plus collaboratif. Les lves ont plusieurs opportunits de mieux se connaitre, dinteragir avec leur environnement et dacqurir des comptences que seule la pratique rend possibles. Le programme CALe du secondaire (pages 6 et 7) est un exemple de ces comptences essentielles que nous cherchons dvelopper chez nos jeunes. Bref, les ressources de la communaut sont mises profit plus que jamais et le dicton qui dit quil faut tout un village pour lever un enfant prend alors tout son sens. Cest de ce troisime enseignant dont nous parle nathalie Landry en page 9.

    Lenseignement se tourne maintenant vers le village global. Les meilleures pratiques mondiales sont partages. nos jeunes ont littralement le monde dans leur classe! en ayant accs si facilement de lexpertise et des ressources dans la communaut, nos enseignants peuvent aspirer sans crainte former de futurs leaders qui connaitront les enjeux rgionaux, provinciaux et nationaux. ils formeront des jeunes passionns qui pourront influencer, guider, inspirer et collaborer leur tour. limage de Michelle robichaud et Marc Mathurin, les pionniers de lcole dans la valle, en page 4.

    Au nouveau-Brunswick, les employeurs et partenaires scolaires communautaires qui collaboreront se dmarqueront trs certainement des autres, tout en contribuant notre panouissement collectif.

    EK

    Mot du prsident de la Fondation

  • Exp

    lorat

    eurs

    Prin

    tem

    ps 2

    014

    POrTrAiT

    3

    Femme daujourdhuiLucie Mathurinne Mont-Saint-Hilaire, au Qubec, Lucie Mathurin a trac la route du succs pour les femmes. elle est arrive Saint-Jean en 1985, anne o elle a obtenu son diplme dtudes secondaires au Centre scolaire Samuel-de-Champlain, qui est dailleurs trs fier de la compter parmi ses anciens. Aprs ses tudes luniversit Acadia, elle a obtenu un diplme en droit lUniversit de Moncton. en 2000, elle a fait son barreau avec Matre Colette dentremont et a fait du droit priv avec le cabinet Gorman nason de 2000 2004. Cest lors de sa dernire anne quelle est passe du droit pnal laide juridique. Lanne suivante, elle devenait procureure de la Couronne, dabord Fredericton, puis Saint-Jean.

    Lucie Mathurin a un horaire quotidien charg : rencontre avec les tmoins, lecture des dossiers, tude des preuves; son travail en est un de dtails et dattention constante, ce qui semble satisfaire son caractre combatif. Mme lcole, Lucie a toujours aim relever les dfis tout en conservant des notes suprieures. Son sens du travail bien fait a toujours fait partie de ses priorits : dans sa vie scolaire, mais aussi dans sa vie sportive et dans son travail.

    Matre Mathurin aime relever des dfis au quotidien et aussi dans ses loisirs : elle a fait les Jeux du Canada en 1993 au soccer fminin, elle a t bnvole la Finale des Jeux de lAcadie 2010, elle a jou au soccer dans lquipe du nouveau-Brunswick plusieurs reprises et plus rcemment, elle a march jusquau camp de base du mont everest. elle joue toujours au soccer et au hockey pour tenir la forme. Lucie adore voyager avec un sac dos. elle rve dailleurs de parcourir le monde dans un format actif, cest--dire par lescalade et la randonne. rien de mieux que de sentir la roche sous ses mains ou le sol sous ses pieds.

    Mme Mathurin garde de bons souvenirs de son passage notre cole. elle tait une tudiante implique dans son milieu et dans sa francophonie ce qui, selon elle, ntait pas toujours vident. Prsidente des lves en onzime anne, Lucie savait dj depuis la neuvime anne quelle voulait devenir avocate et ses enseignants en taient convaincus.

    Pour ceux et celles qui seraient tents par le droit, sachez que pour accder son poste de procureure de la Couronne, le candidat doit tre travaillant, doit tre en mesure de bien grer le stress, doit tre prt relever des dfis, et comme elle le dit elle-mme, doit tre trs comptitif. Lucie Mathurin a toutes ces qualits et plus encore, mais ce que je me rappelle le plus delle, cest sa gnrosit et son humanit.

    Gatane Lvesque-dupont

    Lucie reoit un voeu de Bonne route lors de son aventure dans la rgion de Kumbu au Npal (photo: gracieuset).

  • Exp

    lorat

    eurs

    Prin

    tem

    ps 2

    014

    4

    BTiSSeUrS

    Michelle Robichaud et Marc MathurinLes pionniers de la valleen 2008, un groupe de parents visionnaires et dvous sest runi pour lancer des discussions sur une nouvelle cole dans la valle de la Kennebecasis. lpoque, Quispamsis suivait dieppe dans les municipalits de la province qui voyaient leur population francophone augmenter le plus rapidement. et le secteur de la valle navait aucune cole pour accueillir ces nouvelles familles. Michelle robichaud et Marc Mathurin taient du nombre de ces pionniers qui allaient travailler darrache-pied pendant cinq ans pour convaincre des ministres, des politiciens, des conseillers et des rsidents quune nouvelle cole tait une ncessit, afin dattirer et de garder les francophones dans la rgion.

    Le groupe Parents pour une cole francophone dans la valle a rapidement pris de lampleur, russissant rallier plus dune centaine de personnes et dintervenants croyant au projet. Outre nos runions mensuelles, nous avons eu plusieurs sances dinformation publiques et dchanges avec des dcideurs , confie Michelle. et sans compter les nombreux voyages Fredericton ou dieppe pour rencontrer les ministres ou les conseillers du district scolaire francophone , ajoute Marc. Christina Taylor, Jean-Marc Poirier et Michel Cot ont galement apport leur soutien incroyable au niveau du comit excutif.

    il fallait convaincre les intervenants du bien-fond de notre demande. nous devions dmontrer que ce ntait pas seulement un vu de parents, mais une ncessit pour la communaut nous explique Michelle. et prpars, ils ltaient. Statistiques, prvisions, tmoignages et lettres de soutien lappui, le groupe avait un trs bon dossier. il faut dire aussi que le fait que nos jeunes passaient jusqu trois heures par jour dans un autobus pour se rendre Samuel-de-Champlain, qui tait pleine craquer, a a aussi aid notre cas , rvle Michelle.

    Mais le travail n