Anthologie Provencale - Poesies Choisies Des Troubadours

Embed Size (px)

Text of Anthologie Provencale - Poesies Choisies Des Troubadours

xxxxxxxx

ANTHOLOGIE PROVENALE

ANTHOLOGIE PROVENALE

POSIES CHOISIESDES TROUBADOURSDUX

AU

XVe SICLE

AVEC LA TRADUCTION LITTRAIRE EN REGARDPRCDES D'UN ABRG DE GRiUMAiRE PROVN(UE

L'ABBAVECUiNE

A.la

BAYLEFacult de Thologie d'Aix

Professeur d'loquence Sacre

NOTICE SURJ.-B.

L' AUTEUR

PAR

SARDOU

AIXA.

MAKAIRE, IMPRIMEUR-LIBRAIRE, RUE THIERS

,

2

LEIPZIG OTTO HARRASSOWITZ BUCHHANDLUNG,

30,

QUERSTRASSE'4879

30

PC

NOTICE SUR I/ABB BAYLE

L'abb Marc-Antoine Bayle naquit Marseille le 24 mai 1825. Il puisa de bonne heure, au sein d'une famille chrtienne et plus tard auprs d'un saint prtre, frre de sa mre, qui l'initia aux premires notions de la latinit, le got et la pratique de la vertu. Sa vocation se dessina ds ses plus jeunes ans et se dveloppa au Petit-Sminaire de Marseille, dont cet enfant de bndiction devint bientt la gloire et l'honneur. Un rare talent pour la posie l'y dsigna au choix de ses condisciples pour prsider et diriger les travaux d'une jeune Acadmie dans cet, tablissiement. L'acadmicien en a enrichi les archives^ de plus d'un fable charmante et de plus d'un pome qui prsageaient une brillante carrire littraire. On peut en juger par les morceaux publis en 1841 dans le 1" volume des Souvenirs du Petit-Sminaire de Marseille. L'Universit exigeait alors pour l'obtention du grade de bachelier que les candidats fissent leurs tudes de rhtorique et de philosophie dans un collge de l'Etat. C'est ce qui amena le jeune Bayle au Lyce de Marseille, oii il remporta le prix d'honneur en philosophie, le3i aot 1842. Aprs avoir pass quelque temps dans le monde, afin d'prouver sa vocation, en 1843, il entra au Grand-Sminaire de Marseille pour y faire ses tues thcologiques.

VIII

M. Freppel, aujourd'hui vque d'Angers, le plus jeune des concurrents. Parmi les juges de ce concours (1) se trouvait l'abb Sibour, vicaire gnral, prsident du jury; il fut le premier sanctionnerqu'il tait avec

de son suffrage le talent naissant de l'abb Bayle. Prfrant le sjour de sa ville natale celui de Paris, l'abb Bayle donna, au bout d'un an, sa dmission de chapelain de Sainte-Genevive et fut nomm second aumnier du Lyce de Marseille, par arrt ministriel du 2 novembre 1853. Il devint premier aumnier par arrt du 5 octobre 1855, en remplacement de l'abb Gautier, dmissionnaire. En septembre 1864, il fut promu la premire classe de son titre par le ministre de l'instruction publique.octobre 1859, l'abb Bayle fut reu docteur en thologie la Sorbonne. 11 subit ses actes et soutint sa thse avec clat. Le sujet de cette thse tait une tude sur Prudence, pote chrtien du iv sicle, considrtour tour au point de vue littraire, thologique et archologique. Les confrences de Saint-Franois-Xavier, fondes en

En

1847 par

par la tobre 1856 sous

Tabb Julien, longtemps interrompues force des circonstances, furent reprises le 26 ocfeula direction

de l'abb Bayle.

de Marseille ont connu cet orateur toujours disert, jamais vulgaire, souvent loquent il excellait surtout dans ce genre oratoire qu'on appelle

Toutes

les chaires

;

MM. Eautain , Les autres membres du jury taient DeLecourtier, archiprlre de Notre-Dame guerry, cur de la Madeleine lamon, cur de Sainl-Sulpice le Pre Flix, jsuite Duquesle Pre Souail lard, dominicain nay, chanoine, doyen de Sainte-Genevive.(1):

vicaire-gnral

;

;

,

;

;

;

IXles

sermons de circonstances. L se dveloppait l'aise son talent aussi fertile dans l'invention qu'ingnieux dans ses moyens. Le 21 novembre 1861, le Pre Lacordaire mourait Sorrze.

Unen

service funbre fut clbr Marseille

,

le 1

9 d-

cembreeffet,

suivant, dans l'glise de Saint-Joseph. C'est l,

que,

le

10 janvier 1848,

le

clbre dominicain

avait parl en faveur des pauvres visits par les confrences de Saint-Vincent-de-Paul, l'unique fois qu'il ft donn Marseille d'entendre cette voix loquente.

L'abb Bayle fut choisi pour prononcer l'oraison funbre du pre Lacordaire. Il s'en acquitta d'une manire remarquable la satisfaction de l'immense auditoire qui s'tait empress d'assister cette crmonie. Le 23 juillet 1863, l'abb Bayle prononait, dansl'glise

de

la

Trs-Sainte-Trinit,

un sermon de

charit

pour

les blesss polonais.il

En 1863,tropolitaine.

prcha le carme Aix dans l'glise mL'Echo des Bouches-du- Rhne s'expri:

mait ainsi sur notre compatriote ne se

Le style de ce jeune orateur est d'une puret qui dment jamais, et d'une simplicit pleine de charme; il ne s'lve et ne s'meut que lorsque la pense s'meut et s'lve d'elle-mme. La forme, tout agrable qu'elle est, laisse an fond toute la saillieet tout le relief qui convient

au solide enseignement de la doctrine chrtienne. La morale de Jsus-Christ est assez belle par elle-mme pour n'avoir pas besoin de ces ornements d'loquence humaine, de ces gestes expressifs, de ces clats de voix, de ces apostrophes violentes qu'on chercherait en vain dans le sermon sur la montagne, o la parole du Sauveur est la

fois douce comme la charit et persuasive raison divine.

comme

la

Les sermons de l'abb Bayle sont plutt des conf renes que des discours. Tantt il dveloppe, dans une homlie touchante, le saint Evangile du jour;

tantt il dgage le sens mystique d'une parabole, mais toujours sa parole instruit et touche la fois. .

.

Son loquence tait populaire a dit un de ceux qui l'ont le mieux connu (I), c'est dire qu'elle tait,

minemment chrtienne, et on croyait entendre avec lui saint Jean Chrysostme, ou saint Augustin. Mais, l'exemple de ces deux grands orateurs, il tait litt raire, et sa phrase tait soigne, mme dans ses allo cutions familires. Ce n'tait pas l'imptuosit de Bossuet, mais le charme, la douceur et le got ex quis de Massillon. Il nous reste de lui des homlies qu'il n'a faites qu'une fois, mais que d'autres ont pr-

ches avec fruit pour l'dification des mes. Un jour, il entra dans une cathdrale au moment o le prdi cateur tait en chaire. A son grand tonnement, c' tait une de ses homlies que l'on prchait. Aprs le sermon,il alla baiser l'anneau de l'vque qui avait prsid l'office. En voyant l'abb Bayle, l'vque sou rit et lui dit Mon ami, ce n'est pas la premire fois qu'on prche ici vos homlies; quand je n'ai pas le plaisir de vous voir, j'ai celui de vous entendre. Marseille, Aix, Arles, Paris, entendirent ses prdi calions. Mais il ne ddaignait pas les plus humbles:

villages qu'il tait heureux d'vangliser.

En 1867,

le

ministre crait la Facult de thologie

(1)

L'abb Magnan

,

Le Citoyen

,

24 mars iSll.

XI

d'Aix une chaire d'loquence sacre. L'abb Bayle, d'abord charg de cours, en devint le titulaire par dcret du 5 dcembre 1869. 11 n'en continua pas moins de rsider Marseille o Mgr Place, juste apprciateur du

minent professeur, le nomma chanoine honoraire aux applaudissements des nombreux amis et des admirateurs non moins nombreux du savant ecclsiastique. Son installation eut lieu le 7 novembre 1869. Au 28 janvier de la mme anne, l'abb Bayle avaittalent de cet

ouvert la Facult des sciences de Marseille un cours annexe d'loquence sacre rcemment institu par arrt ministriel. Ce cours n'a cess d'tre suivi avec une sympathie croissante par un public d'lite. La salle tait chaque fois trop troite pour contenir l'auditoireavide d'entendre la parole loquente

du professeur.

L'abb Bayle, malgr une maladie qui le minait deet, disons-le, malgr certaines contradictions auxquelles le vrai mrite est souvent enpuis quelque temps,butte, tenait

beaucoup

faire ce cours.

8 janvier 1 877, il nous donnait sa dernire leon au milieu d'une foule mue de son zle et enthousiaste de son talent. 11 eut de la peine rentrer chez lui et ne

Le

1

sortit plus.

Ce bon prtre ne pouvait se consoler d'tre priv de clbrer la sainte Messe. 11 ne cessa qu'avec la vie de rciter son cher brviaire. Le 17 mars suivant, l'abb Bayle rendait son me Dieu. Sji mort, qui a t une perte des plus sensibles pour l'Eglise et pour les belleslettres, excita les

o

plus vifs regrets Marseille et Aix, pas perdu le souvenir de ses doctes leons. Ses obsques eurent lieu le 19 au milieu d'un grand concours d'amis.l'on

n'a

XII

Voici la

liste

des ouvrages publis par l'abb Bayle

:

Les Chants de r Adolescence, recueil de posies religieuses. Marseille, Chauffard, 1846, 1 vol. in-8. Ce livre, publi sous le pseudonyme de Thoti me tait ddi Louis Veuillot. Le Conseiller catholique, du 15 juin 1850 au 15 juin 1 852. Marseille, Chauffard, deux annes, 4 vol. in-8^ Petites Fleurs de Posie, hymnes et cantiques pour le mois de mai. Marseille, Chauffard, 1853, 1 vol. in-

,

.

18.tor,

Anonyme.

Vies des Saints de l'Eglise d Marseille, saint Vicsaint Srnus. Marseille, Chauffard, 1855, 2 vol.

in-18.

Vie de saint1

Vincentla

F errier.jeune

Paris, Bray, 1855,

vol. in-8.

Marie au Cur del'italien,

Fille, ouvrage traduit

prcd d'une introduction. Marseille de Le mme, 2 dition Chauffard, 1855, 1 vol. in-32!. revue, 1861, Paris, Bray. Vie de saint Philippe de Neri. Paris, Bray, 1 859, 1 vol. in-8^

du Cathemericon, traCet duit et annot. Paris, Bray, 1860, 1 vol. in-8". ouvrage est ddi Mgr de Mazenod. Oraison funbre du