Sujet Histoire Géo Bac ST2S 2016

  • View
    1.585

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Sujet Histoire Géo Bac ST2S 2016

  • 16HG2SMLR1

    1/11

    Session 2016

    *******

    HISTOIRE GOGRAPHIE

    PREUVE DU JEUDI 16 JUIN 2016

    Srie : Sciences et technologies de la sant et du social

    Dure : 2 heures 30 Coefficient : 2

    Les calculatrices ne sont pas autorises

    Le candidat doit rpondre toutes les questions de la 1re partie.

    10 points

    Le candidat traitera au choix un seul des quatre ex ercices de la 2nde partie.

    10 points

    Ce sujet comporte 11 pages numrotes de 1 11.

    Lannexe page 11/11 est rendre avec la copie dexamen.

    BACCALAURAT TECHNOLOGIQUE

  • 16HG2SMLR1

    2/11

    PREMIRE PARTIE

    Questions dhistoire

    1. Compltez la carte de lEurope et sa lgende fournies en annexe. (2 points)

    2. Choisissez, parmi les dfinitions suivantes, celle qui sapplique la notion de

    Tiers Monde : (1 point)

    a) Expression propose pour qualifier les pays de lhmisphre sud.

    b) Expression apparue dans les annes 1950 pour dsigner les pays en

    dveloppement qui souhaitent saffirmer face aux deux superpuissances.

    c) Expression qui dsigne les territoires peupls par un tiers de la population

    mondiale.

    3. Pourquoi 1981 est-elle une date cl de la Ve Rpublique ? Justifiez votre rponse.

    (2 points)

    Questions de gographie

    4. Justifiez laffirmation qui suit en proposant deux arguments :

    Les villes mondiales sont des centres dimpulsion de lconomie mondiale . (2 points)

    5. Dfinissez la notion de division internationale du travail (DIT). (2 points)

    6. Citez deux lments du rayonnement culturel de la France dans le monde. (1 point)

  • 16HG2SMLR1

    3/11

    SECONDE PARTIE

    Le candidat traitera au choix un seul des quatre exercices.

    Exercices portant sur les sujets dtude du programme dhistoire.

    Exercice 1. Sujet dtude : LAlgrie de 1954 196 2. Document 1 : Premire page du journal La Marseillai se du 19 mars 1962.

  • 16HG2SMLR1

    4/11

    Document 2 : Allocution tlvise et radiodiffuse prononce par le gnral de Gaulle le 8 juin 1962 au palais de l'lyse, trois semaines avant le rfrendum d'autodtermination prvu en Algrie le 1er juillet . Dans vingt-trois jours, pour la France, le problme algrien sera rsolu au fond. L'Algrie disposera d'elle-mme. L'Algrie et la France pourront cooprer organiquement et rgulirement. Les Algriens de souche europenne auront les garanties ncessaires pour prendre part en toute libert, en toute galit et en toute fraternit la vie de l'Algrie nouvelle. C'est cela que la France aura voulu et obtenu. Oui, dans vingt-trois jours, le peuple algrien va, par le scrutin d'autodtermination, ratifier les accords d'vian, instituer l'indpendance et consacrer la coopration, comme le peuple franais, par le rfrendum du 8 avril dernier y a souscrit lui-mme pour sa part. Ainsi, par-dessus toutes les crises et toutes les passions, c'est par une libre dcision et un accord raisonn des deux peuples que s'ouvriront une nouvelle phase de leur rapport et un nouveau chapitre de leur histoire. () Depuis cent trente-deux ans que le problme est pos maintes reprises tragiquement et aprs plus de sept annes d'une lutte absurde et lamentable, ce rsultat portera la marque de la justice et de la raison. Mais, pour y aboutir, ce sont de rudes obstacles que la France a d surmonter. Quand en 1958, nous avons pris l'affaire corps corps, nous trouvions, qui a pu l'oublier, les pouvoirs de la Rpublique anantis dans l'impuissance. () Mais, l'tat une fois remis debout et la catastrophe vite, le redressement confirm par l'adoption par le pays des institutions nouvelles une majorit de quatre-vingts pourcent des suffrages, on a pu, pas pas, mettre un terme cette affaire. Oh, non sans mal, assurment, et chacun a vu, d'ailleurs, comment cela s'est pass. Sur place il fallait que notre arme matrist le terrain et les frontires, afin qu' aucun moment et en quoique ce soit, aucun chec ne pt influer sur les volonts de la France. Il fallait que nous prenions carrment comme but politique l'autodtermination et la coopration. () Il fallait qu'au dehors toutes les tentatives d'ingrence et de pression internationale qui se multipliaient l'envi n'eussent aucune prise sur notre politique. Il fallait que fussent briss les complots successifs, affaires et barricades, () tout soulvement qui visait forcer la main au pouvoir, l'branler, le renverser et jeter la France aux abmes. Ce qu'il fallait faire fut fait. Questions : 1. loccasion de quel vnement le document 1 est-il publi ? A laide du document 2,

    expliquez-en les consquences immdiates.

    2. Dans le texte, le gnral de Gaulle fait rfrence lanne 1958. Quelle est la situation en France et en Algrie cette date ?

    3. Prsentez lopposition au processus dautodtermination de lAlgrie dont les deux documents font tat.

    4. Les relations entre lAlgrie indpendante et la France ont-elles volu comme le prvoyait le gnral de Gaulle dans les premires lignes du texte ? Justifiez votre rponse.

  • 16HG2SMLR1

    5/11

    Exercice 2. Sujet dtude : Lopold Sdar Senghor (1906-2001).

    Document 1 : Discours lAssemble nationale du d put Lopold Sdar Senghor en 1957.

    Nous aussi nous sommes pour la communaut franco-africaine. Des dizaines de milliers d'Africains l'ont prouv pendant la guerre et l'Occupation en donnant leur vie ; ils l'ont prouv non pas par des discours, mais par des actes.

    Le territoire que j'ai l'honneur de reprsenter dans cette Assemble se bat pour la France depuis la rvolution de 1789, mais Saint-Louis-du-Sngal envoyait aux tats gnraux un cahier de dolances.

    C'est que la communaut franco-africaine exige, mes chers collgues, comme condition pralable, la communaut africaine.

    Une association prsuppose l'existence de deux tres. O serait notre tre si, nous appelant la communaut franco-africaine, vous commenciez par nous dsintgrer ? () Nous sommes aujourd'hui en 1957, au XXe sicle, l'heure o les tats et les empires les plus forts sont de structure fdrale : USA, URSS, Inde, Canada, Brsil, Allemagne occidentale, Yougoslavie et, plus prs de nous, l'Angleterre qui va donner l'indpendance la Gold Coast1 au sein du Commonwealth2, lequel a cess d'tre britannique.

    Fdrer effraye certains membres de l'Assemble. Mais, mes chers collgues, fdrer n'est pas sparer. Fdrer, au sens tymologique du mot, c'est lier, mais sans touffer, on l'oublie trop souvent ().

    Je vous dis que la France est un arbre vivant ; ce n'est pas du bois mort promis la cogne3 ().

    Quand les enfants ont grandi, du moins en Afrique noire, ils quittent la case des parents et construisent ct une case, leur case, mais dans le mme carr.

    Le carr France, croyez-nous, nous ne voulons pas le quitter. Nous y avons grandi et il y fait bon vivre. Nous voulons simplement, monsieur le Ministre, mes chers collgues, y btir nos propres cases, qui largiront et fortifieront en mme temps le carr familial, ou plutt l'hexagone France .

    Source : www.assemblee-nationale.fr

    1 Gold Coast : colonie anglaise qui deviendra le Ghana. 2 Commonwealth : association qui regroupe le Royaume-Uni et ses anciennes colonies. 3 Cogne : sorte de hache.

  • 16HG2SMLR1

    6/11

    Document 2 : La dcolonisation africaine en 1964.

    Questions :

    1. Aprs avoir prsent en quelques lignes lauteur, prcisez la fonction quil occupe au moment o il prononce ce discours.

    2. partir des documents, dcrivez la situation politique de lAfrique subsaharienne en 1957. Quel projet Lopold Sdar Senghor dfend-il pour lavenir de lAfrique franaise dans ce discours ?

    3. En vous appuyant sur deux exemples tirs du document 1, montrez la double culture de Lopold Sdar Senghor.

    4. Quel sera lavenir du Sngal aprs 1957 ? Justifiez votre rponse laide du document 2 et de vos connaissances.

    DR

    1960

    1958

  • 16HG2SMLR1

    7/11

    Exercices portant sur les sujets dtude du programme de gographie.

    Exercice 3. Sujet dtude : Londres.

    Document 1 : Une ville-monde en mutation . Depuis sept ans quil est install dans son cockpit de la mairie de Londres, Livingstone1

    a vu surgir de lautre ct du fleuve les tours de verre de la haute finance dont le fameux cornichon de Norman Foster, la tour Swiss Re. Et, dans dix ans, celui ou celle qui occupera son fauteuil verra un nouvel horizon hriss de gratte-ciel se dployer lest de Londres le long des mandres de la basse valle de la Lea et vers Canary Wharf (). Les services financiers et commerciaux, ainsi que le tourisme, les arts et laviation civile allaient tre les piliers sur lesquels la Grande-Bretagne btirait son avenir et tous seraient concentrs Londres. Les tendances de lconomie mondiale ont renforc la position de Londres, en Grande-Bretagne comme sur la scne internationale. Face la mobilit croissante des capitaux et de la main-duvre, il est devenu plus difficile pour les gouvernements de canaliser lactivit conomique ailleurs que vers les mtropoles. Londres prsente en outre des avantages non ngligeables : capitale dun pays dot dun gouvernement relativement bon, dune fiscalit modre et dun systme juridique solide, elle est place sur un fuseau horaire idal qui lui permet de dialoguer aussi facilement avec les entreprises dExtrme-Orient (le matin) quavec celles de New York et Toronto (laprs-midi). On y parle anglais. Misant sur son influence, la municipalit de la City de Londres sest faite le VRP2 enthousiaste