Roussillon Juifs en Languedoc Roussillon - ?· Montpellier et ses Juifs: c’est une longue histoire…

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • LanguedocRoussillon

    2006Juifs en

    LanguedocRoussillon

    Juifs en

    LanguedocRoussillon

    traces, transmission,

    itinraire

    traces, transmission,

    itinraire

  • Le Chateau de PougetChemin des Brus - 34400 Vrargues

    Tl. 04 67 86 08 82 - 06 88 22 40 66Fax 04 67 86 30 75

    le.pouget@wanadoo.frwww.chateau-de-pouget.com

    entre Montpellier et Nmes,le Chteau de Pouget (12e etfin 18e) vous offre authen-ticit, atmosphre et l-gance pour que vos ftes

    soient inoubliables.

    Dans ce cadre prestigieux,nous ralisons toutessortes dvnements : smi-naires, mariages, congrs,

    galas

    Nous rpondrons au mieux vos attentes en vousoffrant notre site : le parc(1,4ha), ses arbres tricen-tenaires et ses alles debuis pour vos apritifs, lasalle des Templiers, voteen pierre, de 430 m2 , lasalle Vieux Languedoc,450m2, ouverte sur la cour

    du chteau.

  • Direction de la publication : Hubert Allouche

    Direction ditoriale : Hellen Kaufmann

    Relations ditoriales : Perla Danan

    dition du Crif Languedoc-Roussillon18, rue Ferdinand Fabre

    34090 Montpellier - FranceTl. 04 67 79 29 88 - Fax 04 67 72 82 43

    Mail : crif34@wanadoo.fr

    Juin 2006

    Graphisme, ralisation : Bernard Lhoumeau

    SommaireLivret

    Juifs en Languedoc-Roussillon

    avant-propos p. 2

    Juifs sfarades et provenaux p. 3

    expulsion des Juifs par Philippe le Bel p. 7

    itinraire en Languedoc-Roussillon p. 8

    Juifs en Languedoc-Roussillon p. 10

    quelques grandes figures p. 12

    quelques ouvrages de rfrence p. 14

    vocabulaire p. 16

    Livret

    Crif Languedoc-Roussillon 2006

    les principales missions du Crif

    le Crif Languedoc-Roussillon

    les actions du Crif Languedoc-Roussillon

    vivre ensemble en Languedoc-Roussillon

    les tudes du Crif

    le judasme

    Alain Kleinmann, n Paris le 18 juin1953, a le don exceptionnel de faire surgirles images poignantes, simples et dfiniti-ves du souvenir travers la stratificationde notre mmoire. Peintre, sculpteur, ilexpose depuis 1976 dans des galeries pres-tigieuses mais aussi dans les muses denombreux pays (France, Europe, tats-Unis, Isral, Chine, Singapour, Chili), sonparcours tant ponctu de prix prestigieux.www.alain-kleinmann.com

    En contemplant les uvres d'Alain Klein-mann, c'est devant notre profondeur que nousnous trouvons, c'est un des chemins par les-quels nous regagnons notre lumire intrieure.

    Louis Aragon

    livres

  • Montpellier et ses Juifs : cest une longue histoire

    Les Juifs du Midi constituent les assises les plus anciennes

    du judasme franais . Ils sont signals trs tt en Languedoc,

    ds le Haut Moyen ge. Montpellier ( Ir ha Ar ou Ir ha

    qodesh , la ville du mont ou la ville sainte en hbreu),

    les Juifs sont cits ds 1121 dans le testament de Guilhem V,

    leur prsence pouvant remonter la fondation de la ville (985).

    Durant la priode mdivale, les Juifs y possdent un quartier,

    dont il subsiste aujourdhui un bain rituel (mikv),

    et une synagogue qui savre tre lune des plus anciennes

    et des mieux conserves dEurope. Ces Juifs montpellirains

    de souche ibrique (fuyant les perscutions des Almohades

    au XIIe s.) ont trouv refuge dans la petite Cordoue ,

    et contribueront par leur intellectualisme au rayonnement

    de la cit de la tolrance aux cts de leurs frres chrtiens.

    La Dynastie des Tibbonides, des Kimhi ou encore

    des mdecins Isaac Ben Abraham, Meshulam, Shem Tov Ben

    Isaac, dont les noms pour ces derniers ornent le fronton de la

    facult de Mdecine, rappellent le souvenir de cette Jrusalem

    du Languedoc . La tolrance na jamais t dmentie jusque

    pendant la Shoah Cest sans nul doute ce riche pass dont se sont

    souvenu les professeurs de mdecine Balms et Giraud, lorsque

    sept sicles plus tard et pendant la Shoah, contournant le numerus

    clausus de Vichy, ils permirent des tudiants juifs, de devenir

    mdecins. Dautres vnements historiques tels que lchec partiel

    de la rafle des Juifs de lHrault du 26 aot 1942, ou encore

    le nombre lev de Justes parmi les Nations dans la rgion,

    accentuent cette tradition de tolrance et dhumanisme.

    2

    avant-propos

  • 3

    la transmission de lhritage andalouJuifs sfarades et provenaux,

    livre fermAlain Kleinmann

    Du XIIe au XVe sicle, de nomb-reux lments prcisent les rapportstroits nous entre les communautsjuives catalanes et ibriques de Sefa-rad, et les collectivits surs du midide la France (Provencia).

    Des migrations dans les deuxsens, conscutives la croisade desalbigeois et aux exils frappant le juda-sme franais (1306, 1322), se pour-suivent jusquen 1391, date fatidiquepour les Juifs catalans.

    Proximit gographique et troi-tes relations spirituelles, intellectuel-les, familiales et commercialesexpliquent cette interpntration etcette homognit des judasmes delespace occitano-catalan. Cest unmme monde socioculturel quianime les communauts de Sefaradet de Provencia.

    Plus tard au XVe sicle, les implan-tations juives du midi de la Francesubsistant dans laire provenalehritent du riche pass languedo-cien qui avait t tant nourri etfcond par le judasme catalan etibrique. Du bannissement des JuifsdEspagne (1492), des anciens com-ts de Roussillon et de Cerdagne(1493), aux expulsions locales (Arles1493, Tarascon 1496), puis gnralesaffectant la Provence (1500-1501), lesimbrications sont troites. Au dbutdu XVIe sicle enfin, lorsque seretrouvent Marseille ou Aix-en-Provence des convertis doriginescatalane et ibrique, les neofiti ounouveaux chrtiens de Provence,frapps en 1512 par un nouvelimpt sur les nophytes , seront leur tour accuss de judaser, lins-tar du modle fourni outre-Pyr-nes.

    En fuite devant les perscutionsdes Almohades ; des JuifsAndalous en Languedoc (milieu XIIe sicle)

    Premire donne notoire et clas-sique, que cette installation dans leLanguedoc dmigrs juifs du sud dela Pninsule en fuite devant les enva-hisseurs almohades. Des familleszles fuyant les perscutions par-

    vinrent ainsi en France mridionale,vhiculant avec elles de lAndalousienatale un savoir ibrique dexpres-sion arabe.

    Le premier lignage, issu deJoseph Kimhi, sinstalla Narbonneet sattela surtout des travaux dephilologie et dexgse biblique ; lefils David deviendra le Prince desgrammairiens et son fameux ou-vrage de lexicographie, le Shorashimou Livre des racines, fera autorit.

    La deuxime parent, celle desibn Tibbon, allait offrir au judasmelanguedocien quatre gnrations delettrs, savants et traducteurs de la-rabe en hbreu.

    Cest ce climat fbrile dintenseactivit spirituelle qui allait faire lad-miration dun visiteur clbre : Benja-min de Tudle.

    Le carnet de route de Benjamin de Tudle

    Ce rabbin voyageur, venu deNavarre, visita dans les annes 1160-1165 les communauts du midi de laFrance et laissa par crit ses impres-sions. Sa relation de voyage constituepour lhistorien un repre utile etdfinit un sicle, le XIIe, dessor co-nomique, de prosprit sociale etintellectuelle.

    Les communauts languedocien-nes quil dcrit dans son carnet deroute semblent trs paisibles et abri-tent nombre de savants juifs ; il yfleurit des coles talmudiques clb-res la frquentation choisie et par-fois lointaine.

    Ce sont tour tour Narbonne, ville ancienne de la Torah ovivent de grands lettrs ; Bziers o les sages abondent ; Montpel-lier, la ville du volcan ou dumont , o exercent les plus grandslettrs de notre temps avec, parmieux, des hommes riches et charita-bles .

    Quant Lunel et Posquires, cescits aujourdhui de moindre impor-tance, elles auraient compt autrefoisdes collectivits juives glorieuses,

    Par-del les perscutions, les Juifs du Midi ont jou un rle majeur de transmetteurs des richesses culturelles du monde ibrique.

  • 4

    rputes et hospitalires pour lestudiants itinrants ou trangers.

    Pour la Provence, Benjamin rap-porte qu Marseille, ville des geo-nim et des savants , existaient deux communauts distinctes ,avec cole talmudique et hauts per-sonnages ; dArles, il voque le col-lge rabbinique rput.

    Si Benjamin a cit les commu-nauts les plus prestigieuses, il fautsavoir quau XIIe sicle lhabitat juifsgrne et fleurit sur tout lespacemridional, aussi bien dans lesvilles que dans les villages ; essai-mage de la population qui traduitencore une certaine quitude ettranquillit. Un tel contexte, sereinet ouvert, favorable aux dons delesprit, offrit au judasme mridio-nal du XIIIe sicle un vritable gedor. Les potentialitsandalouses spanouirentet dcuplrent en terrainlanguedocien, qui devintun foyer exceptionnel depense et de science jui-ves, dchanges spirituelsstimuls autant par lavaste entreprise de traduc-tions que par lclosioncroissante de crationsoriginales.

    De clbres controver-ses et polmiques sy gref-frent, tmoignant delextrme effervescencequi rgnait au sein de cesjuiveries du Midi.

    Dans le Midi, les intellectuels deLunel et de Montpellier trouvrentauprs des matres andalous desrponses aux questions quils seposaient et auxquelles le Nord,conservateur, navait su rpondre.Finalement, ce sont les commu-nauts juives languedociennes quifurent les vritables hritires de lapense mamonidienne, consti-tuant un terrain original, fertile,sorte de trait dunion ou de passe-relle entre les tsarfatim de France etles sefaradim de lIbrie.

    Paralllement au mouvementrationaliste et philosophique, daut-res expressions du judasme langue-docien mdival sotrisme etmysticisme Posquires avec Isaaclaveugle surnomm le pre de laKabbale fleuriront et trouveront

    un prolongement en Catalogneavec le centre kabbalistique en trainde se former Grone. En avancesur leur temps, les Juifs du Langue-doc connurent dans des