Les monuments aux morts de la Grande Guerre .Si Lodève a un monument étonnant, à connotation antimilitariste, page 1
Les monuments aux morts de la Grande Guerre .Si Lodève a un monument étonnant, à connotation antimilitariste, page 2
Les monuments aux morts de la Grande Guerre .Si Lodève a un monument étonnant, à connotation antimilitariste, page 3
Les monuments aux morts de la Grande Guerre .Si Lodève a un monument étonnant, à connotation antimilitariste, page 4
Les monuments aux morts de la Grande Guerre .Si Lodève a un monument étonnant, à connotation antimilitariste, page 5

Les monuments aux morts de la Grande Guerre .Si Lodève a un monument étonnant, à connotation antimilitariste,

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Les monuments aux morts de la Grande Guerre .Si Lodève a un monument étonnant, à connotation...

  • Les monuments aux morts de la Grande Guerre

    La grande guerre 14-18 a laiss de lourdes traces en France.

    Cette guerre a mobilis 8 millions dhommes dont 5 millions ont combattu.1,5 million de ces hommes sont morts (27 % des effectifs engags), soit10,5 % de la population active masculine, sans compter les 3,4 millions deblesss et mutils.

    Pour se souvenir de leurs compagnons tombs dans les terribles tranches ,ceux qui sont revenus vont tre lorigine dun formidable engouement pourla mmoire des morts, pour se souvenir de ceux qui sont morts pour la France.

    Les communes vont alors lever des stles, apposer des plaques, riger des oblisques pour rendre hommage ces hommes morts pour la France.

    S'appuyant sur l'esprit de la loi du 25 octobre 1919, un usage s'est impos, depuis la Premire Guerremondiale, comme rfrence pour les dcisions municipales en la matire : l'inscription d'un nom se justifiepleinement lorsque le dfunt, dcd au cours d'une guerre ou d'oprations assimiles des campagnes deguerre, est titulaire de la mention Mort pour la France , et est n ou domicili lgalement en dernier lieudans la commune considre.

    N'oublions pas que 17 % des morts sont en fait des "disparus". De nombreux corps ont t dclars"inconnus" tant ils taient mconnaissables. L'incertitude est une blessure supplmentaire pour bien desfamilles. Pour reprsenter tous ces hommes, un corps est choisi Verdun et inhum le 11 novembre 1920place de l'toile Paris. Les vainqueurs ont chacun leur "inconnu".

    A lorigine, la fonction de ces difices a t de rassembler la population autour du souvenir de ceux qui nereviendront plus vivre dans la cit, faisant ainsi participer la commune au travail de deuil des familles. Parailleurs, graver les noms des morts revenait donner ceux-ci un peu de cette gloire dont taient alors parsceux qui staient sacrifis pour la victoire des armes franaises.

    Ainsi, plus de 36 000 monuments aux morts furent rigs en France entre 1918 et 1926.

    Leur situation dans l'espace communal n'est jamais innocente : proximit de la mairie, de l'cole, del'glise, du cimetire, au milieu de la place publique.

    Il y a diffrents types de monuments mais beaucoup se ressemblent avec les mmes symboles :

    -Les palmes de la victoire en mtal ou graves dans la pierre rappellent le got pour lantique de cette poque.Elles sont aussi le symbole du martyre.-La couronne de lauriers symbolise la victoire.-Le rameau dolivier est un symbole de paix et de gloire.-Le rameau de chne est le symbole universel de force et de puissance. Les feuilles de chne peuventreprsenter aussi la dure, lternit de lhommage adress aux soldats-Le bl o la gerbe reprsente la jeunesse fauche.-La croix de guerre, mdaille cre pour la guerre en 1915, est certes une dcoration, un honneur officiel maispeut indirectement rappeler la croix chrtienne -Le coq rappelle le mythe du peuple gaulois.-Le poilu, quil soit en bronze, de pierre, de marbre ou de fonte est arm du fusil quil brandit victorieusement ousur lequel il sappuie mlancoliquement.-Les obus qui entouraient initialement chaque monument taient des signes de mort mais galement le souvenirmilitaire de cette guerre qui tait une guerre dartillerie. Depuis la seconde moiti du XX e sicle, ces ornementsont t enlevs de la plupart des monuments.

    -Les femmes sont souvent moins reprsentes comme des veuves plores que comme les symboles fminins de lavictoire, de la libert et de la Rpublique.

  • Analyse comparative de deux monuments aux morts du dpartement de lHrault

    LHrault a un got marqu pour les monuments aux morts insolites de la guerre 14-18 .

    Si Lodve a un monument tonnant, connotation antimilitariste, de Paul Dard , Camplong de sonct peut senorgueillir dun autre monument, d un tailleur de pierre et sculpteur autodidacte, DenisBousquet.

    A l'aide des textes ci-dessous ,compltez le tableau.Certaines informations ne figurant pas dans lestextes doivent tre recherches sur internet.

    Monument aux morts deLodve

    Monument aux morts deCamplong

    Date d'inauguration du monumentNom du sculpteur (biographie sommaire)FinancementLieu o est situ le monument (devant la mairie, l'glise, la cathdrale,dans le cimetire...)Description gnrale du monument (dcrire l'environnement,l'allure gnrale,les formes des diffrentes parties,les dimensions,les matriaux utiliss)Description dtaille du monument(attitude du ou des personnages,prsence d'objets,d'animaux,de symboles)Inscription (autre que les nomsdes soldats ) et interprtation decelle-ci .Nombre de noms inscrits( prciser dates de naissance et de dcs,calculer l'ge du dcs,l'anne o le nombre de tus a t le plus important) D'autres guerres et d'autres noms de victimes sont-elles inscrites sur ce monument?Comment qualifieriez-vous ce monument ?(imposant,sobre,patriotique, mouvant,pacifiste,tonnant...)

  • Monuments aux morts de Camplong : Il se trouve dans le cimetire de Camplong. Il porte les noms des 24 tus lors de laguerre de 14-18. Prciser quavant celle-ci le village comptait 546 habitants cestrappeler combien le monde rural a fourni un fort contingent de chair canon .

    Luvre est due un maon de Camplong, Denis Bousquet, que lon appelait LeBousquetou.

    Il faut dire que ctait un homme de petite taille : 1 m 55. De petite taille mais degrand talent. Il avait construit de ses mains un aqueduc trois arches pour conduireleau jusqu un petit lopin de terre quil possdait. Parmi ses sculptures il faut citeraussi le caveau familial.Le Bousquetou avait perdu un fils la guerre : Lon Bousquet, tu lennemi le 10 octobre 1916 Chaulnes dans la Somme. Il avait 20 ans. Le Bousquetou a, plus tard en 1944, perdu un petit-fils, fusill par les Allemands Lyon. Celui-ci aussi avait 20 ans !

    Le Monument aux Morts de Camplong,haut de plus de 4 mtres, est surmont dun canon de 75 entourde quatre drapeaux sculpts dans la pierre. Quatre poilus, leur barda sur le dos, veillent sur le socle enbton qui crase laigle imprial empal sur un casque pointe. Au dessous une mre agenouille pleureses enfants.Sur une plaque en marbre se trouve l'inscription suivante : Aux enfants de Camplong,mortspour la France .Cette plaque, au dessus de laquelle figure une croix de guerre sculpte, est dcore d'unefeuille de laurier ,symbole de la victoire. Il est noter qu'une seconde plaque est appuye sur lesocle,y figurent les noms des 7 tus de la seconde guerre mondiale et d'une victime de la guerre d'Algrie.

    Un souscription publique pour lrection du Monument avait permis de recueillir 4000 F. Le Bousquetouproposa au Maire qui avait lanc ladjudication de raliser louvrage. Il avait pos une condition : enavoir la libert d'excution, sans plan .Le monument a t inaugur en

    Illustration 1: Monument aux morts de Camplong

  • Le monument aux morts de Lodve

    Ce monument se situe dans le jardin public, ancien parc des vques de Lodve (Hrault) proximit de lacathdrale .Cette uvre du sculpteur Paul Dard, dpasse le cadre du simple monument aux morts, par sonoriginalit et la force de l'ensemble architectural et la mise en scne. Le sculpteur Paul Dard, qui se disait lui-mme tailleur de pierre, est rest toute sa vie fidle sa rgion natale. N en 1888 Olmet, il disait Jesculpterai non pas pour ce monde puant et civilis, mais pour les solitudes O ? Vous le savez : je travaillerai, l'avenir, pour le Larzac. . Ses uvres se trouvent principalement au muse de Lodve. Paul Dard, qui reut leprix national des arts en 1920, demeure l'artiste emblmatique du Larzac mridional.

    Le pacifisme de Paul Dard, ancien poilu et qui a perdu un de ses fils lors de la guerre, s'exprime en particulier dans les monuments aux morts qu'il a ralis dans sa rgion .La ralisation de celui de Lodve,qui commence en 1921 ,est en pierre de Lens (Gard) patine aux acides. Cette patine modifie la pierre trop blanche et lui donne une belle couleur rouille. Dard signe l'uvre inaugure en juin 1930. Le style allie symbolisme et ralisme. Lantimilitarisme du sculpteur transparat dans la reprsentation des dsastres de la guerre qui frappent indiffremment toutes les classes sociales.

    Il reprsente quatre femmes debout en ligne la tte du gisant, graves, peu expressives, symboliseraient le tempset les saisons par leurs vtements la mode des annes 1920, traits avec un raffinement de dtail(passementeries, matires ) : l't est figur par l'pouse du sculpteur Alice, en simple caraco lger. Une autrefemme, la veuve, qu'on ne voit que de dos, s'effondre sur le corps du poilu gisant tal sur le sol, jambes cartes,le ct gauche dcharn au ralisme caractristique de l'poque. Deux coliers (le pauvre et le riche) debout auxpieds portent les branches de laurier de la victoire, seule la veuve exprime le mouvement, les autres sont figs.Depart et d'autre, des massifs de pierres aux angles marqus de masques aux yeux clos, portent les plaques de nomsde dfunts (150 au total); les deux fontaines portent des masques hilares exprimant la vie (un autoportrait).

    Illustration 2: Monument aux morts de Lodve

  • Les monuments aux morts de la Grande Guerre