Landerneau : Inventaire du patrimoine architectural

  • View
    227

  • Download
    4

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Landerneau : Inventaire du patrimoine architectural

  • INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LANDERNEAU

    DECEMBRE

    2012TRAME / LMA

    INVENTAIRE DU

    PATRIMOINEARCHITECTURAL

  • INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LANDERNEAU

    DECEMBRE

    2012TRAME / LMA

    sommaire

    PREAMBULE

    I : APPREHENSION CONTEXTUELLE

    1. Contexte territorial2. Contexte patrimonial3. Morphogense 4. Caractristiques urbaines de la ville5. Structure rurale du territoire

    II : APPREHENSION OBJECTUELLE

    1. Typologies architecturales2. Synthse gnrale > carto

    III : FICHIER PATRIMONIAL

    1. Inventaire patrimoine architectural urbain2. Inventaire patrimoine architectural, commercial, industriel et artisanal3. Inventaire patrimoine architectural rural4. Inventaire ouvrages dart5. Itinraire Landerneau (inventaire Premire ZPPAUP)

  • INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LANDERNEAU

    DECEMBRE

    2012TRAME / LMA

    PREAMBULE

    La notion de patrimoine ne cesse dvoluer au fil du temps. Le patrimoine est un hritage qui tisse un lien entre les gnrations passes et venir. Ainsi le patrimoine est-il facteur didentit, lchelle dun pays, dune rgion, dune communaut. Dabord troite, la notion de patrimoine ne cesse de stendre, en patrimoine archologique, naturel, paysager... A partir des annes 1960, la notion de patrimoine connait une extension considrable. Les mutations de la socit franaise rvlent un patrimoine rural et industriel menacs. Les objets quotidiens et les uvres du XX me deviennent aussi progressivement patrimoine.

    Lobjet est donc considr comme patrimonial pour sa valeur intrinsque, sa valeur reprsentative, et sa contribution lidentit de la Ville en tant que : Architecture Trame urbaine Paysage Histoire Archologie

    Cette tude dInventaire accompagne une dmarche de transformation de la ZPPAUP de Landerneau en AVAP. De fait, elle sinscrit dans une dmarche dynamique ayant pour objectif :

    - dapprhender le patrimoine dans sa richesse et sa diversit : de Patrimoine remarquable : styles, datation, dcor, valeur dexemple, dunicit, de tmoignage de Patrimoine dintrt urbain : squences homognes, collection... de Patrimoine modeste : tmoignage de lvolution de la ville, dun savoir-faire local de Patrimoine industriel : tmoignage de lactivit industrielle (briquetterie, filature,...) de Patrimoine rural : tmoignage de lactivit linire....

    - de mettre en place un outil de connaissance, pdagogique et didactique : un intrt cognitif un intrt pdagogique un intrt oprationnel

    LTUDE COMPREND AINSI PLUSIEURS VOLETS :

    > Reconnaissance cartographique des typologies patrimoniales (information limmeuble) et des squences urbaines> Mise en place de fiches typologiques prsentation des familles patrimoniales> Mise en place dun fichier patrimonial qui recense lensemble des btiments reprs comme prsentant un intrt particulier - lensemble des squences urbaines dintrt, les ensembles architecturaux prsentant un caractre particulier et les difices prsentant un caratre remarquable> Slection de 100 difices - ou squences - ou ensembles - faisant lobjet dune fiche> Fichier petit patrimoine , calvaires, lucarnes, statuaire...

    NOTA : Les difices classs ou inscrits au titre des Monuments Historiques - les difices reprs et faisant lobjet dune plaque dans la ville, feront lobjet dun fichier fantme en sus de la liste prcdente

  • INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LANDERNEAU

    DECEMBRE

    2012TRAME / LMA

    PATRIMOINE

    (daprs Franoise Choay, Dictionnaire de lUrbanisme, 1992)

    Du latin patrimonium, bien dhritage qui descend, suivant la loi, des pres et des mres leurs enfants (Littr). Par extension, ce terme en est venu dsigner les biens de lEglise, les biens de la couronne puis, au XVIIIe sicle, les biens de signification et valeur nationales dune part, universelles de lautre (patrimoine scientifique, patrimoine, vgtal et zoologique, etc.).Sous la double pousse de lhistoricisme croissant et surtout de la prise de conscience des dangers et menaces engendrs par lindustrialisation, lurbanisation et les nuisances qui en sont solidaires, ce terme en est venu dsigner la totalit des biens hrits du pass (du plus lointain au plus proche :- soit dordre culturel (du tableau ou du livre au paysage organis par] homme) ;- soit d ordre naturel (ressources, sites ou monuments naturels).Parmi les biens culturels, une volution, constante depuis la fin du XJXe sicle, a fait attribuer une valeur historique, esthtique, scientifique... universelle ou nationale, comparable celle des monuments dits historiques, une srie dobjets construits et despaces qui se prtent mal la dsignation de monument et quon prfre subsumer sous la notion de patrimoine.

    On distingue ainsi, en particulier :- Le patrimoine architectural qui, outre Iarchitecture populaire, comprend dsormais larchitecture vernaculaire ainsi que larchitecture et les ensembles ruraux, dabord reconnus et protgs par les pays scandinaves qui, ds les annes 1920, crrent cet effet les premiers muses de plein air. En France, ce patrimoine commence tre bien repr et connu grce aux travaux de lethnographie rurale. En revanche, et lencontre du patrimoine urbain, cet hritage rural demeure peu valoris et, sauf sous une forme musographique, dailleurs peu dveloppe, il est insuffisamment protg bien que les procdures relatives aux abords et aux sites puissent le concerner, et se trouve aujourdhui menac dadultration ou de disparition. En outre, dans de nombreux pays europens, se fait jour la volont dinclure dans le patrimoine Iarchitecture du xx- sicle, Mais la protection et la conservation de celle-ci posent de difficiles problmes quant aux, critres de choix des difices retenus (intrt typologique, technique, esthtique) et quant aux cots de leur restauration ou de leur rutilisation.

  • INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LANDERNEAU

    DECEMBRE

    2012TRAME / LMA

    - Le patrimoine urbain qui comprend les tissus, prestigieux ou non, des villes et ensembles traditionnels prindustriels et du XJXe sicle, et tend englober de faon plus gnrale tous les tissus urbains fortement structurs. La notion de patrimoine urbain a t propose pour la premire fois par G, Giovannoni en1931). En France, sa reconnaissance tardive a t impose avec difficult par la loi Malraux sur les secteurs sauvegards, qui fut, au premier chef, une raction contre les rnovations massives des centres urbains entreprises partir des annes 1950, conformment la doctrine des ClAM.

    Schmatiquement, la reconnaissance du patrimoine urbain a t prpare et ralise an cours de trois tapes qui se sont droules successivement dans trois pays diffrents, la Grande-Bretagne, lAutriche et lItalie et quon peut lier aux trois noms symboliques de Ruskin, Sitte et Giovannoni.

    Tout dabord, ds les annes 1840, Ruskin dcouvre la valeur mmoriale de larchitecture domestique laquelle il accorde le mme prix qu larchitecture monumentale. Cest ce titre quil est le premier slever contre les destructions opres, sous limpact de la lvolution industrielle, dans les tissustraditionnels des villes europennes. Pour lui, la conservation, de ces tissus est exige par la pit due au travail des gnrations passes. ll nadmet pas la transformation de la ville europenne.

    Ensuite, Camillo Sitte(1889), sensible, au contraire, la ncessaire mutation des espaces traditionnels, conoit, le premier, la ville et les quartiers anciens comme des ensembles historiques dont lusage est prim et qui, pour la vie moderne, nont plus dintrt que pour lart et le savoir. Son tude minutieuse des tissus anciens est essentiellement motive par lespoir de dcouvrir des rgles dorganisation esthtique de lespace, transposables aux crations de lurbanisme contemporain. Lobjectif propre de Sitte ntait pas la prservation des espaces traditionnels. Cependant, ses analyses sont lorigine dune conservation musale des villes historiques que traduit en partie la notion de ville dart et dhistoire.

    Enfin, Giovannoni assimile, en les dpassant, les deux dmarches opposes de Ruskin et de Sitte. Ds 1913, dans-un article qui anticipe son livre majeur de 1931, il substitue au concept darchitecture domestique celui, plus gnral, darchitecture mineure, fait de la ville historique un monument en soi, irrductible la somme de ses parties, et surtout labore une thorie qui rintroduit les tissus anciens dans la vie contemporaine en les intgrant dans les plans directeurs durbanisme et en les rservant des usages adapts leur morphologie spcifique. Giovannoni a galement dvelopp une mthode de curetage (diradamento) des ensembles anciens et il est lorigine de la loi italienne du 29 juin 1939 sur les ensembles historiques.

    La notion de patrimoine tend aujourdhui, non seulement englober celle de monument historique, mais sy substituer partiellement, dans la mesure o la conservation intgre concurrence la conversation de type musal.Les patrimoines culturel et naturel font lobjet dune lgislation spcifique, volutive, de mme type que celle des monuments historiques.En matire de patrimoine culturel, cette lgislation consacre la mme inflation, donne lieu aux mmes difficults (critres de slection, par exemple), soulve les mmes questionnements. Pour ce qui est du patrimoine naturel, elle doit, en revanche, rpondre dautres problmatiques, notamment scientifique, conomique et politique (cf. les conflits entre les intrts divergents de lcologie et du tourisme local que soulve, par exemple, la protection de la montagne ou du littoral).

    Franoise Choay, Dictionnaire de lurbanisme

  • INVENTAIRE DU PATRIMOINE DE LANDERNEAU

    DECEMBRE

    2012TRAME / LMA

    I APPRHENSION CONTEXTUELLE

    1. CONTEXTE TERRITORIAL

    Situe dans le Finistre, lest de Brest, lembou-chure de lElorn, Landerneau est