L’Afrique en litt©rature

  • View
    225

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of L’Afrique en litt©rature

  • 8/3/2019 LAfrique en littrature

    1/22

    1

    Mdiathque Municipale des Mesnils-PasteurUne mdiathque du rseau urbain de Dole

    LAfrique en littratureBibliographie

    N1- La littrature francophone du Maghreb

    N1- La littrature francophone du Maghreb

  • 8/3/2019 LAfrique en littrature

    2/22

    2

    La littrature francophone du Maghreb voit le jour au lendemain de laSeconde Guerre mondiale. Elle favorisa les prises de conscience nationale, tout encohabitant avec la littrature en arabe classique.Nourris de culture franaise, les crivains maghrbins utilisent, alors, la languefranaise pour affirmer leur volont dexister.

    Elle privilgie largement la forme romanesque, sans doute la plus apte tmoigner des difficults, dnoncer les injustices, faire tat desrevendications. Si elle noublie pas la posie, ou lessai, elle nglige en revanche laforme thtrale.

    Les thmes sont souvent la critique de la famille et de la socit, les misressociales, la guerre, une revendication identitaire.

    La violence que lon rencontre dans de nombreux romans nest passeulement verbale : nombreux auteurs sont morts assassins : citons entre autresMouloud Feraoun, en 1962, Tahar Djaout et Youcef Sebti en 1993.

    Daprs J . Noiray auteur de Littratures francophones (Tome 1) LeMaghreb, Paris, 1996, on peut tenter un classement des diffrentes poques decette littrature.

    Les fondateurs: Albert Memmi (n en 1920) pour la Tunisie ; MouloudFeraoun (1913-1962), Mohammed Dib (n en 1920), Malek Haddad (1927-1978),Kateb Yacine (1929-1989) pour lAlgrie et Ahmed Sefrioui (n en 1913), DrissChrabi (n en 1926) pour le Maroc.

    Vient ensuite la gnration de 1970, qui traite des mmes thmes que leursans, consicence identitaire, rflexion sociale, mais avec une violence accrue.Parmi les auteurs marquants citons pour lAlgrie : Assia Djebar (ne en 1936),Mourad Bourdoune (n en 1938), Nabile Fares (n en 1940), Rachid Boudjedra (nen 1941) ; pour le Maroc : Abdelkebir Khatibi (n en 1938), Mohammed Khar-Eddine (1941-1995), Abdellatif Labi (n en 1942 et Tahar Ben Jelloun (n en

    1944).

    Enfin La troisime gnration, lcriture plus traditionnelle, mais lengagement social et politique plus affirm.

    On retiendra principalement pour : la Tunisie : Abdelwahab Meddeb (n en1946) ; pour lAlgrie : Rachid Mimouni (1945-1995), Rabah Belamri (1946-1995),Boualem Sansal (n en 1948), Yasmina Khadra (n en 1955) et pour le MarocAbdelhak Serhane (n en 1950), Fouad Laouri (n en 1958).

    * * * * * * * * * * * * * * *

  • 8/3/2019 LAfrique en littrature

    3/22

    3

    Depuis les annes 80, on assiste lmergence de la littrature beur ,dont les auteurs dorigine maghrbine ont russi simposer dans le paysagelittraire franais.

    Le premier exister est Medhi Charef, algrien n en 1954, vivant en France

    depuis 1962, avec le th au harem dArchi Ahmed. Vinrent ensuite Akli Tadjer ouencore Azouz Begag.A la fin des annes 90, certains auteurs ont de beaux succs la fois

    critiques et commerciaux comme Paul Smal, Mehdi Belhad Kacem, Lakdar Beladou Rachid Djadani.

    Les auteurs fminins (dsol mais je ne peux me rsoudre utiliser ce termesi laid dcrivaine) sont aussi prsents sur la scne nationale. Il en est ainsi de NinaBouraoui, ne dun pre algrien et dune mre bretonne. Son premier livre, en1991, La voyageuse interdite, reoit le prix du Livre Inter. En 2005, elle obtient lePrix Renaudot pour Mes mauvaises penses.

    Parmi les autres gloires de la littrature fminine, citons Malika Mokeddem,ne 1949 dans le dsert algrien, vivant Montpellier. En 1985, elle abandonne sacarrire de mdecin pour se consacrer la littrature. Son uvre est couronnepar de nombreux prix.La dernire ne de cette ligne est Faza Gune, surnomme la Sagan desbanlieues lors de la sortie de son trs remarqu : Kiffe Kiffe demain publi en2004.

    Bon voyage au pays de la littrature francophone maghrbine.

    R.B.

  • 8/3/2019 LAfrique en littrature

    4/22

    4

    Bibliographie

  • 8/3/2019 LAfrique en littrature

    5/22

    5

    BEGAG, Azouz. Bni ou le paradis priv. Paris, 1989.

    Les profs trouvent qu'il s'en sort bien pour un tranger , lespoliciers s'adressent lui en petit-ngre. Lui, il s'est choisi un drle de nom,qu'il aime parce que l, on voit pas que je suis arabe. Pas comme Ben

    Abdallah que je suis oblig de porter comme une djellaba toute la journeen classe. Bni est franais. Ses parents algriens. Et la socit, complique. Alorsquand on lui demande d'o il vient, il rpond qu'il est d'origine humaine ,

    pour rire...Dans les annes 70, lorsque les cits ne sont pas encore des tci , un adolescentapprend ravaler la honte et la colre pour laisser libre cours sa rage de vivrecommunicative.

    BEGAG, Azouz. Les chiens aussi. Paris, 1996.

    C'est une famille de chiens. Le matin, les travailleurs mlespartent l'usine pour faire tourner la roue. Le soir, ils rejoignent leursproches, dorment la niche et mangent la gamelle. Chaque jour, ilssubissent les brimades, les humiliations, le racisme ordinaire de leursmatres. Et quand l'un d'entre eux crve dans la poussire, personne nes'en meut. Personne sauf Csar, le chiot qui n'a pas sa langue dans sapoche. Lui, rve d'un jour o les chiens cesseront de faire les chiens, o ils pourront vivrelibres au pays du Bonheur... Peu peu, grce Csar, les chiens apprennent s'unir et s'organiser pour faire valoir leurs droits. Une fable sociale pleine d'humour et de tendresse.

    BEGAG, Azouz. Le gone du Chaba. Paris, 1986.

    Le Chaba, c'est le petit bidonville de la banlieue lyonnaise o lauteur a pass sonenfance. Dans ce hameau de tle et de bois cohabitent des familles originaires du villaged'El-Ouricia, en Algrie. Nous sommes en 1965, Azouz a neuf ans et a dcid d'tre lepremier de sa classe. Il y parvient, la satisfaction de son pre et au grand dam decertains de ses copains qui remettent en question son identit sarrasine: T'es pas unArabe. Si t'en tais un, tu serais dernier de la classe comme nous! Ce qui ne l'empchepas de se joindre aux jeux des gamins du Chaba: de la fouille des camions poubelles laprotection fructueuse des dames franaises qui tapinent en bas du bidonville.

    BEGAG, Azouz. LIlet-aux-Vents. Paris, 1992.

    Sur lIlet-aux-vents, il fait soleil puis il pleut verse : le ciellargue des grilles, sur terre. Tout est mouill. Les gens courent pourchapper au filet et on nentend plus que le martlement des lourdesgouttes sur les chausses vides et les toits des cases.Deux minutes plus tard, le soleil se rallume. .. .

    BEGAG, Azouz. - Le marteau pique-coeur. - Paris, 2005.

    Il ny a pas si longtemps, des bidonvilles se dressaient sur les bergesdu Rhne. Il nen reste plus trace. Ceux qui ont vcu l, les pionniers delimmigration algrienne, vieillissent et seffacent en silence.Lenfant du quartier, le gone du Chaba, lui, est devenu romancier et

    sociologue. Sa plante est dsormais celle des ides et des mots, desaroports et des salles de congrs quil traverse au pas de course. Cest un

  • 8/3/2019 LAfrique en littrature

    6/22

    6

    homme du nord, un occidental press, en mme temps quun Arabe aux motions fleurde peau. Certains jours, il ne sait plus do il est.Quelque part Lyon, dans un hpital anonyme, son pre, vieil immigr aux mains cimentes,

    steint comme il a vcu : sans dranger. La smala se retrouve autour de ce vide. Des mots,

    des gestes, des odeurs, des prires ressurgissent. Une mmoire venue de loin, de cette autre

    rive de la Mditerrane, devenue lgende, o lcrivain et sa fille conduiront ensemble lecorps du pre au cours dun tonnant voyage rebours de leur histoire

    BEGAG, Azouz. Zenzela. Paris, 1997.

    L'histoire d'un dracinement que se raconte un jeune Algrien superstitieux malgrlui.

    BEN JELLOUN, Tahar. Cette aveuglante absence de lumire. Paris, 2001.

    Juillet 1971, le narrateur participe au coup d'tat foment contrele roi Hassan II. chec cinglant, direction le bagne de Tazmamart et sesconditions d'incarcration inhumaines. Cinquante-huit soldats sont ainsicondamns la mort lente. Commencent alors dix-huit annesd'humiliations quotidiennes pour les candidats la survie : faim,obscurit, odeurs nausabondes, dchance physique, folie, souffrancesindicibles, les dtenus malgr tout tentent de s'organiser, profitantnotamment de l'enterrement de l'un des leurs pour jouir quelques minutes

    de la lumire du jour.

    BEN JELLOUN, Tahar. Lcrivain public. Paris, 1983.

    Les confidences d'un scribe qui ne sait plus s'il invente ou s'il transcrit les lettres deses clients. Evocation douce-amre de la vie arabe dans le dsert nord-africain.

    BEN JELLOUN, Tahar. Lenfant de sable. Paris,1985.

    Sur la place Jama-El-Fn de Marrakech, Salem le conteur branditun manuscrit : les mmoires d'Ahmed, l'homme-femme. Ahmed est enralit Zahra, la huitime fille de Hadj Ahmed le potier, qui, humili den'avoir engendr aucun hritier, hurle dans tout le pays ce mensonge

    fou : un fils, non une fille, lui est n. La nuit, Ahmed, intelligent etpote, se dbarrasse de sa souffrance dans un grand cahier. Le jour, il choisit la vie etl'aventure et dcide de jouir de cette imposture, privilge qui lui pargne la soumission etl'humiliation rserve aux femmes. Passe l'preuve suprme de l'adolescence qui signel'avortement de sa fminit naissante il se rebelle en accomplissant jusqu'au bout laperversion de son pre : il demande une femme en mariage.

    BEN JELLOUN, Tahar. LHomme rompu. Paris, 1994.

    Vertueux dans un monde corrompu, consciencieux sans que l'onreconnaisse ses mrites, Mourad a toujours rsist aux tentations. Safemme, sa belle-mre lui reprochent d'tre rest pauvre. Au bureau, onironise sur son train de vie minable. Mais les fonctionnaires comme lui nesont-ils pas les derniers remparts protgeant l'Etat ? Un jour cependant,