LA LETTRE - ?· de cette lettre, de vous redessiner ... Je me souviens des machines à écrire. ...…

Embed Size (px)

Text of LA LETTRE - ?· de cette lettre, de vous redessiner ... Je me souviens des machines à écrire....

  • LA LETTREN48 - MAI 2016 DU SFCC

    HEUREUX ANNIVERSAIRE

    NOS PRIX ONT 70 ANS

  • SOMMAIRE

    2

    Le Syndicat franais de la critique de cinma et des films de tlvision17, rue des Jeneurs 75002 Paris. Tl : 01 45 08 81 53. E-mail : contact@semainedelacritique.com m.dubois@semainedelacritique.com

    www.syndicatdelacritique.com

    Directrice de la publicationIsabelle Danel.Rdacteur en chefGrard Lenne.Comit de rdactionChristian Bossno, Isabelle Danel, Grard Lenne, Nadia Meflah, Jean Rabinovici, Chlo Rolland, Charles Tesson. Correcteur Patrick Flouriot.Conseiller la rdaction Lucien Logette.PhotosAurlie Lamachre, Grard Lenne.MaquetteAllison Lenne.Imprimerie Grafik Plus (Rosny-sous-Bois).

    Notre couvertureValria Bruni Tedeschi, ralisatrice pour Arte des Trois soeurs, prix de la meilleure fiction TV.

    12 304

    UN APPEL DES FICHES

    16

    Chres consurs et chers confrres,Il serait sans doute inutile, pour lancer lappel laide qui fait lobjet de cette lettre, de vous redessiner les

    contours dune crise que vous ne connaissez que trop bien, de vous rappeler que la mcanique de cration et de diffusion des films voit ses rouages se gripper de jour en jour, et que la logique mercantile qui prside au financement du cinma se rpercute sur chaque tage de la pyramide, jusqu

    sinsinuer parfois, malgr et contre nous, dans le contenu-mme de nos colonnes.Notre association Les Fiches du cinma tente, depuis 1934, de maintenir ouvertes les fentres de la cinphilie, travers un ouvrage encyclopdique et patrimonial unique en France : lAnnuel du cinma. Depuis quatre-vingts ans, ce sont plus de trente mille films qui ont t analyss par notre comit de rdaction, chacun faisant lobjet dune fiche du mme format : le rsum intgral du scnario, le gnrique complet et une analyse critique. Cela nous permet de loger la mme enseigne les films de Steven Spielberg et ceux de Sylvain George, et de mettre ainsi en lumire le cinma dans toute sa diversit.Nos rdacteurs sont entirement bnvoles et notre revue ne contient aucune publicit:

    cest le prix dune indpendance qui ne va jamais, vous le savez assez, sans son lot de difficults.

    Aujourdhui, le fragile quilibre financier de notre association est menac. Nous avons besoin de votre aide pour soutenir la plus ancienne revue de cinma franaise. Cette aide peut prendre plusieurs formes : ladhsion notre association, la participation lappel financement que nous lanons au mois davril et, dans vos journaux respectifs, le relais de la parution de ldition 2016 de lAnnuel du cinma.

    Merci au Syndicat de la Critique et sa prsidente, Isabelle Danel, pour son soutien. Et, surtout, merci vous tous pour votre collaboration.

    DITO DE LA PRSIDENTE

    3

    Par Isabelle Danel

    SOUVIENSJE ME

    Je me souviens de ce mtier de critique de cinma.Je me souviens de ce rve dadolescence, devenu concret.

    Je me souviens des machines crire.Je me souviens des rdactions avec tagres de dictionnaires et de livres de cinma perte de vue, des archives papiers et photographiques, du

    plaisir daller chercher ou vrifier des informations dans ces cavernes dAli Baba.Je me souviens des feuillets calibrs, qui taient une sorte de brillante invention permettant de ne pas compter son nombre de signes chaque page.Je me souviens du blanco.

    Je me souviens des journaux et magazines nombreux, florissants, dans lesquels on crivait des critiques de cinq ou six feuillets, des interviews de dix feuillets.Je me souviens des salles de projection o lon fumait (et je me souviens de lexaspration de Grard Lenne, que jai d, dailleurs, rencontrer loccasion dune querelle autour dune cigarette).Je me souviens quen voyant six ou sept films par semaine en projection, on voyait 98 % de ce qui sortait en salles.

    Je me souviens des projections qui commenaient lheure, dont personne ne sortait avant la fin, et o jamais personne ne lisait ses mails ou ses textos, pour la bonne raison que nos tlphones taient rests sur nos bureaux, accrochs la prise par leur fil torsad.Je me souviens de Michel Prez, de Michel Mardore et de Serge Daney.Je me souviens du Festival de Cannes, o une carte daccrditation jaune permettait dentrer partout, de voir tous les films, et de faire peine la queue.Je me souviens de Louisette Fargette.

    Je me souviens des rames de mtro remplies de lecteurs de journaux, presse quotidienne et magazines, et je me souviens davoir parfois, en souriant, observ les mouvements du visage dun passager lisant mon journal la page de mon article.Je me souviens des articles, taps la machine en double exemplaire (grce au papier carbone), quil fallait porter aux rdactions.Je me souviens des confrences de rdaction o lon parlait cinma. Ctait joyeux, foutraque, violent parfois, mais jamais ennuyeux, car on dcidait ensemble, sous la houlette du rdacteur en chef ou du chef de rubrique, dun

    contenu qui nous appartenait tous.Je me souviens du jour o jai port ma premire disquette au journal, elle tait bleue, elle ne sest jamais ouverte.Je me souviens du jour o jai envoy par mail mon premier papier en pice jointe. Ctait magique.Je me souviens de cette poque o, certes, on perdait des piges, des journaux sarrtaient, des rubriques cinma diminuaient leur pagination, mais je me souviens que nous trouvions quand mme, toujours, de quoi rebondir et recommencer ailleurs.

    Je ne me souviens pas exactement du jour o, au lieu de me convier en runion, on ma conseill denvoyer un mail rcapitulatif. Mais je me souviens de mon sentiment de gain de temps inestimable, vite contrebalanc par la certitude que plus jamais nous ne parlerions cinma, ni contenu, dans certaines rdactions.Je ne me souviens pas exactement du jour o jai compris que la carte daccrditation bleue au Festival de Cannes permettait seulement dentrer la caftria du Palais sans faire la queue. Mais mme a, a na pas dur.Je ne me souviens pas exactement du jour o, sortant dune projection, jai reu un SMS me demandant combien je mettais dtoiles au film que je venais de voir.

    Je ne me souviens pas exactement du jour o je pourrais situer le dbut de la fin, mais je sais quil faut continuer nous battre, inventer, renouveler cet exercice critique qui est le ntre et le dfendre bec et ongles.

    IL FAUT CONTINUER NOUS BATTRE,

    INVENTER, RENOUVELER

    CET EXERCICE CRITIQUEQUI EST LE NTRE.

    CRISEFranois Barge-Prieur (prsident des Fiches du cinma)

    P.2

    P.3

    P.4/7

    P.8/11

    P.12/13

    P.14/15

    P.16/17

    P.18/19

    P. 20/21

    P. 22/23

    P.24

    P.25/29

    P.30/31

    P.32

    Crise : Les Fiches du cinma - Franois Barge-Prieur

    dito de la prsidente - Isabelle Danel

    Soire des prix - Jean-Philippe Guerand

    Semaine 2016 Charles Tesson, Ava Cahen, Sandrine Marques, Nicolas Schaller, Marie-Pauline Mollaret

    Nos grands anciens : Serge Daney - Bernard Gnin

    Internet : Cinetek - Marie-Pauline Mollaret

    Rencontre : Benot Jacquot - Nadia Meflah

    Conseil syndical - Chlo Rolland

    Fous de cinoche : Derek Woolfenden - Grard Lenne

    Les oublis de la critique - Pascal-Manuel Heu

    La tlvision aussi : TlObs - Christian Bossno

    Repres bibliographiques - Claude Gauteur, Philippe Rouyer, Lucien Logette, Grard Lenne, Isabelle Danel

    Disparitions par Grard Lenne, Patrice Carr, Isabelle Danel

    Mtier - Nathalie Chifflet

  • 4

    DE L'EXIGENCE

    NOS PRIX ANNUELS

    LES PRIXPar Jean-Philippe Guerand

    1 / Julie Sibony, traductrice mrite de Gilliamesque, les mmoires pr-posthumes de Terry Gilliam.

    2 / Grard Lenne, prsident dhonneur, rend hommage Jean-Jacques Bernard.

    3 / Claude Gauteur dcerne le prix du meilleur essai ex-aequo attribu Christian Viviani, sous lil bienveillant dEithne ONeil

    4 / Claude Ventura, laurat du prix du meilleur documentaire, encadr des producteurs des Garons de Rollin, Jean-Franois Lepetit et Karina Si Ahmed.

    5 / Notre hte, Frdric Bonnaud, nouveau directeur de la Cinmathque franaise.

    6 / Autour de Michel Robin, une partie de lquipe des Trois soeurs de Valeria Bruni Tedeschi, prix de la meilleure fiction TV.

    6

    4

    2

    5

    Cest la prsidente, Isabelle Da-nel, que revient lhonneur redou-table de prononcer le discours douverture de la distribution

    des prix, clbre pour la troisime fois la Cinmathque franaise. Et, comme un heureux vnement arrive rarement seul, cette soire du 1er fvrier concide aussi avec la prise de fonction du nouveau matre des lieux, Frdric Bonnaud, lui-mme issu des rangs de la critique, via France Inter et Les Inrockuptibles. Une occasion pour le directeur, frais moulu, dadresser un mes-sage de bienvenue cordial une assem-ble au sein de laquelle il reconnat moult confrres, mais aussi bon nombre damis de longue date.

    Ctait quoi cette anne 2015? Quel est le scnariste qui a crit un truc pareil? Cest dsesprer du genre humain, de la libert, des politiques, de la mto et du destin Dans son discours inaugural, Isabelle Danel traduit en quelques mots cet tat de sidration que nous avons tous partag lan dernier, en soulignant quel point le cinma reste ce gisement dutopie qui nous aide comprendre lautre et lailleurs, ici et l-bas, hier, aujourdhui et demain, rinventer le monde, lapprivoiser ou le changer Plusieurs fois par jour, chaque jour de la semaine, cest notre posologie nous, critiques de cinma et, mme si ce mtier ressemble de moins en moins un mtier davenir, nous sommes nombreux croire que les films nous sauvent et nous sauveront toujours. Parce que les films sont notre boussole . Le ton est donn. La crmonie peut commencer.

    tout seigneur, tout honneur : un hommage touchant est rendu lex-

    prsident du SFCC, Jean-Jacques Bernard, foudroy brusquement le 12