Click here to load reader

ICSHA VERSION 2 - solidarites-sante.gouv.frsolidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_sur_l_evolution_d_ICSHA... · PDF fileICSHA VERSION 2 Propositions d’évolution Rapport Final

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of ICSHA VERSION 2 -...

  • ICSHA

    VERSION 2

    Propositions dvolution

    Rapport Final Stella LAPORAL, Pierre PARNEIX, Muriel PEFAU et Anne-Galle VENIER

  • - 2 -

    LINDICATEUR ICSHA Contexte :

    Il sagit de lindicateur phare du tableau de bord de par son originalit de conception, lintrt que lui accordent les usagers et la dynamique damlioration de lusage des solutions hydro-alcooliques et de lobservance de lhygine des mains quil a suscite et accompagne. Les exigences en termes de rfrentiel de friction par patient et par jour ont t dfinies comme minimales pour accompagner la dynamique initiale et juges comme telles par la plupart. Objectif :

    Permettre de poursuivre lamlioration des pratiques via un indicateur aux exigences revues la hausse au vu des diffrents travaux mens sur le sujet depuis la parution de lindicateur. La dose de rfrence :

    Choisie 3 ml conformment aux rfrentiels normatifs et techniques cette dose est apparue probablement plus leve que la moyenne dusage et donc de nature sous estimer la performance relle. La dose de 2 ml paratrait plus proche de la dose moyenne utile comme lont montr les travaux du groupe ICSHA. Toutefois le consensus scientifique sur le sujet na pas t trouv et la proposition de dfinir une dose par produit nest pas oprationnelle ce jour et complexe grer dans un indicateur national. Par ailleurs une dose moyenne surestime peut couvrir une partie des pertes en produits (coulement au sol, fonds de contenant ou prims limins, produit utilis par les usagers. De plus un changement de la dose de rfrence pourrait apparatre comme une faon artificielle de contrebalancer une augmentation des exigences en termes dopportunits par patient jour. Enfin le choix de la dose na pas dimpact sur laptitude de lindicateur proposer un classement relatif diffrentiel des performances des tablissements, la rgle tant la mme pour tous.

    Proposition : Garder la dose de rfrence 3 ml. Ne pas abandonner la rflexion sur loptimisation de la dose utilise en vue de la V3.

    Lvolution des consommations (voir aussi Annexe 1) :

    Les tableaux 1 et 2 montent lvolution annuelle en pourcentage du volume dclar sur lensemble de la cohorte des tablissements de sant Franais et sur les seuls tablissements ayant atteint la classe A ou B en 2006.

    Tableau 1 : Evolution de la consommation de SHA entre 2005 et 2008 par type d'tablissement (N=2737 ou N=2699 si on enlve l'ambulatoire) Evolution Type 2005-2006 2006-2007 2007-2008 CHR-CHU +38,7% +25,1% +44,2% CH-CHG +37,4% +44,7% +29,8% PSY +48,4% +41,0% +33,0% LOC +18,2% +50,9% +78,9% MCO +57,7% +53,2% +37,8% SSR-SLD +55,3% +44,8% +50,2% CLCC +29,3% +47,1% +26,6% HAD +91,5% +102,5% +26,3% HEMO +57,5% +71,2% +49,6% AMBU +74,2% +42,2% +30,1% Total +41,3% +39,9% +38,3%

  • - 3 -

    Tableau 2 : Evolution de la consommation de SHA pour les tablissements classs en A ou B en 2006 (N=291) (N=290 si on enlve l'ambulatoire) Volume de SHA (en litres) Evolution Type 2006 2007 2008 2006-2007 2007-2008 CHR-CHU 236 721,6 273 671,7 318 209,2 +15,6% +16,3% CH-CHG 97 094,6 114 056,9 175 530,9 +17,5% +53,9% PSY 3 882,6 2 896,7 2 989,2 -25,4% +3,2% LOC 6 157,9 6 314,8 7 328,8 +2,5% +16,1% MCO 34 797,0 37 178,9 43 115,1 +6,8% +16,0% SSR-SLD 15 885,1 16 951,9 19 825,0 +6,7% +16,9% CLCC 8 770,6 11 282,2 13 602,0 +28,6% +20,6% HAD 4 182,8 6 724,3 7 222,6 +60,8% +7,4% HEMO 2 213,7 3 013,4 2 916,5 +36,1% -3,2% AMBU 183,5 34,0 34,0 -81,5% 0,0%

    Total 409 889,4 472 124,6 590 773,3 +15,2% +25,1% En tablant sur le fait que fin 2009 la trs grande majorit des structures seront en A ou B et que la politique daccompagnement de lusage des SHA a t trs dynamique ces trois dernires annes on peut penser que le dernier tableau dcrit mieux le potentiel dvolution annuel des structures dans le futur. Il faut aussi se dire que 2009 sera une anne peut tre optimiste en terme dICSHA avec le passage de la pandmie grippale qui a induit dans nombre dtablissements un usage titre priv des produits mis disposition au sein des tablissements. De plus certains ont fait des stocks considrables en fin danne qui vont les pnaliser en 2010. De ce fait 2010 pourrait tre une anne trs faible progression ou sans progression du tout. Dans le futur il faudrait minima un inventaire de fin danne du stock si lon ne peut aller vers la quantit dlivre au service. Sans aller dans cette consommation fiction on peut dire, au vu du pass, quune progression moyenne de 15% par an parait un objectif dj ambitieux et peut tre dj difficile pour certaines catgories (Etablissements psychiatriques, HAD, Hmodialyse). Sur une priode de 4 ans (2010-2013) on peut donc tabler en prenant 2008 en rfrence sur une croissance de 75% (1,15 puissance 4) si on maintient la dynamique damlioration de la performance de ces dernires annes. Lamplitude de lvolution est aussi modulable selon les disciplines et le niveau des objectifs actuels.

    Proposition : Rester pragmatique dans le choix des objectifs de la V2 car la modlisation de lvolution de la hausse est dlicate raliser. Profiter de la V2 pour passer un dclaratif des quantits dlivres et non achetes. Gnraliser le suivi de la consommation par secteur dactivit pour tendre ensuite en V3 vers une dclaration de produits effectivement consomms.

    Pertinence de lindicateur (voir aussi Mmoire de S. Laporal) :

    Si la mise en place de lindicateur ICSHA au sein du tableau de bord a t lvidence un lment moteur fort de limplantation de la friction dans les tablissements de sant le reflet de lobservance via lindicateur a parfois t un dbat que diffrents travaux commencent clarifier. Nous avons profit de ce travail pour mener en parallle avec une tudiante de Master une tude sur les liens entre observance de la friction et indicateur ICSHA sur la base des audits mens en 2005 et 2008 par le CCLIN SO. Sans avoir vocation de clturer le sujet ce travail montre une corrlation positive significative entre lobservance par friction et lindicateur ICSHA en 2005 et en 2008 ainsi quentre lvolution des ces deux indicateurs entres 2005 et 2008. Aussi ces lments confortent la pertinence de lusage de lindicateur ICSHA pur reflter et mesurer lobservance de lhygine des mains par friction et son volution.

    Par ailleurs une autre finalit de ce travail tait de voir, au-del de la corrlation entre les deux, si les modalits de calcul de lICSHA actuel permettaient une estimation proche de la ralit de lobservance ou, si comme certains le pensent, il surestime lapprciation de la performance.

  • - 4 -

    Ce sentiment sappui le plus souvent sur le rfrentiel dopportunit utilis ce jour et jug par tous comme minimal comme la montr ltude OHM commandite par le Ministre. Ltude du rapport entre ICSHA et lobservance par friction audite donne les rsultats suivants : Tableau 3 : Description du ratio ICSHA/Observance de lhygine des mains par friction hydro-alcooliques par type dtablissements. Etude de cohorte, inter-rgion du Sud-Ouest de la France, 2005 et 2008

    ICSHA/Observance HDM par FHA en 2005

    ICSHA/Observance HDM par FHA en 2008 Type d'tablissement

    (effectif) moyenne min max mdiane moyenne min max mdiane CHU (n=3) 1,9 0,6 3,6 1,5 1,6 1,1 1,9 1,8 CH dont HIA (n=30) 1,3 0,5 4,1 1,1 1,2 0,7 2,0 1,2 Hpitaux locaux (n=3) 1,0 0,1 1,5 1,5 0,7 0,4 1,1 0,5 Cliniques MCO (n=30) 0,9 0,1 2,7 0,9 1,2 0,6 1,9 1,3 SSR/SLD (n=3) 1,1 0,4 1,8 1,2 1,5 0,6 3,0 1,1 CLCC (n=2) 5,2 3,4 7,1 2,3 1,9 1,6 2,1 1,9 Pour lHAD : en 2005 : 0,71 en 2008 : 1,45 Pour lhmodialyse : en 2005 : 0,35 en 2008 : 1,96 Pour ltablissement psychiatrique : en 2005 : 0,46 et en 2008 : 0,93 Les effectifs de ltude sont videmment limits mais les rsultats montrent que le ratio varie entre 1 et 2 pour lensemble des catgories dtablissements soulignant que lindicateur surestime la performance relle mais de faon limite. Cela tend aller vers une revalorisation raisonnable du barme des opportunits et linclusion des secteurs non pris en compte ce jour et qui sont consommateurs de SHA (bloc, ambulatoire..). Seul le rsultat des hpitaux locaux est tonnant car cest le seul secteur de notre tude o lobservance sest accrue de faon trs significative alors que lICSHA a lui stagn entre 2005 et 2008 amenant un ratio infrieur 1 difficile expliquer. Un seul tablissement psychiatrique a particip et a t inclus avec un rsultat proche de 1 en 2008 laissant penser que lindicateur en ltat est suffisamment pertinent.

    Proposition : Garder lide que le concept de la pertinence de lICSHA ne peut se rsumer la simple manire de dfinir le nombre dopportunits de rfrence. Communiquer sur le fait que lindicateur est un quilibre entre diffrents paramtres quil approche et qu lvidence dans sa forme actuelle il a dj une pertinence notable. Poursuivre les tudes sur le ratio ICSHA sur observance de la friction.

    Le nombre dopportunits (voir aussi Annexe 2 et 3) :

    Une concertation a eu lieu avec la DGS et la DGOS pour essayer de dfinir une base de simulation de limpact dune rvision des opportunits en prenant en compte les diffrentes analyses des annexes 1 et 2. Continuer raisonner sur la base des actes invasifs et septiques en prenant en compte les rsultats de ltude OHM et des tudes sectorielles menes la demande de la DGS a sembl le plus rationnel. Cette approche permet de rester dans la continuit de lindicateur et de garantir une approche quilibre de la mesure du risque entres disciplines en sappuyant en plus sur une importante tude dobservation de rfrence. Par ailleurs prendre en compte lactivit des blocs opratoires o la friction sest implante de mme que lactivit ambulatoire, suggestions du prcdent groupe ICSHA, parat aussi logique. Dans cet esprit inclure aussi les sances de chimiothrapie et de transfusion dans le calcul de lindicateur a t reconnu la fois ncessaire et pdagogique ce stade de limplantation de la frictio

Search related