Géologie simplifi ée des garrigues - .Géologie simplifi ée des garrigues La mer de l’ère

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Géologie simplifi ée des garrigues - .Géologie simplifi ée des garrigues La mer de l’ère

  • Gologie simplifi e des garrigues

    La mer de lre secondaire

    Durant lre secondaire (-200 -60 millions dannes), la rgion est recouverte par la mer. Durant les priodes du jurassique et du crtac, la sdimentation marine est lorigine dune importante accumulation de couches de calcaires. Les paysages des garrigues sont caractrises par lomnipr-sence de cette roche la couleur claire.Sur la carte ci-dessous, nous voyons les zones de plateaux et de massifs des garrigues forms dans ces calcaires de lre secondaire. En bleu, ce sont des roches datant de lpoque du Jurassique (-200 -150 millions dannes) comme sur le Pic Saint-Loup, le plateau dAumelas, les monts de Saint-Guilhem ou la Sranne. En vert, ce sont des calcaires un peu plus rcents datant du Crtac (-145 -65 millions dannes) comme sur le Causse de lHortus, les garrigues de Nmes ou le pla-teau de Lussan.

  • La pousse de la chane Pyrno-Provenale

    Au tertiaire, il y a environ 50 millions dannes, la collision entre les plaques ibriques et euro-pennes va faire se soulever une grande chane de montagnes qui stend des actuelles Pyrnes jusqu la Provence. Le Languedoc merge de la mer et se soulve. La zone des garrigues se plisse. Le relief actuel dvoile de nombreux tmoignages de ces mouvements des couches calcaires. Le Pic Saint-Loup en est un exemple. Il est le reste dun norme pli de calcaires du jurassique (un anticli-nal) presque couch dont toute la partie sud sest rod. Sur le schma ci-dessous, la main gauche en bleu correspond au plissement de roches anciennes du jurassique qui se sont rods en grande partie et qui donne le Pic Saint-Loup. Tandis que la main droite en jaune symbolise des roches plus rcentes (crtac) qui nont pas subi de plissements et qui sont beaucoup moins rodes.

    Au dbut de lre tertiaire, la mer sest retire mais dimmenses zones de lacs et marais vont en-traner une sdimentation lacustre ( la priode du Palocne notamment (il y a 40 50 millions dannes). Un trs bel exemple est visible au niveau du bassin de Saint-Martin-de-Londres. Lorsquon lobserve den haut (du sommet du Pic St Loup par exemple), on observe nettement la forme dun grand lac et les dpots trs blancs de ces sdiments lacustres.

  • Leffondrement de la chane Pyrno-Provenale

    Il y a environ 30 millions dannes, limmense chane pyrno-provenale va peu peu seffondrer Il y a environ 30 millions dannes, limmense chane pyrno-provenale va peu peu seffondrer Il yau niveau de lactuel golfe du Lion. Ces mouvements correspondent la formation dune partie de la mer Mditerrane.

    Au niveau de la zone des garrigues, leffondrement se fait en escalier le long de grandes failles notamment la faille de Nmes et la faille des Cvennes formant ainsi le fameux gradin languedo-cien. En-dessous de la faille de Nmes, les couches se sont enfonces au niveau de la Camargue.Au-dessus la faille des Cvennes marque un autre palier deffondrement. Entre les deux la zone des garrigues.

    la faille des Cvennes

    la faille de Nmes

  • Les dpts plus rcents

    Suite leffondrement de la chane pyrno-provenale, durant le Miocne (-20 -5 millions dan-nes) la mer mditerrane va remonter jusquau niveau de la faille des Cvennes. De faible profon-deur, des dpts sdimentaires marins plus tendres vont se dposer. Puis durant lre quaternaire, les variations du trait de cte, lalternance de priodes glaciaires et inter-glaciaires sont loriginie de dpts tant marins que fl uviatiles.

    La carte ci-dessous nous montre la rpartition des dpts des res tertiaire et quaternaire, plutt dans les bassins et valles qui alternent avec les massifs et plateaux de calcaires du secondaires. En orange et ros, les calcaires pour la plupart lacustres du dbut du tertiaire (Eocne, Palocne, Oli-gocne) comme dans le bassin de Saint Martin de Londres ou sur les collines du nord montpellirais ou du sommirois.. En jaune, ce sont les dpots sdimentaires de la mer du Miocne trs riches en fossiles comme les calcaires coquills de Castries ou de Vers-Pont du Gard. Enfi n, en blanc crme, les alluvions les plus rcents amens par les grands fl euves durant le quaternaire, comme dans la plaine de la Vaunage et dans la Gardonnenque.

  • Si la gologie des garrigues est fortement marque par la succession de phases de sdimentation donnant un substrat essentiellement calcaire pliss par de grands mouvements tectoniques, le phno-mne drosion qui sest droul tout au long des ges a une importance capitale. Cest cette ro-sion qui nous permet aujourdhui de reprer dans le paysages des couches tmoignant dpoques trs divers (secondaire, tertaire, quaternaire).