Diagnostic INSEE Cent pour Cent Basse-Normandie

  • View
    223

  • Download
    6

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La Manche : un territoire riche de promesses pour l'avenir

Text of Diagnostic INSEE Cent pour Cent Basse-Normandie

  • La Manche compte 495 000 habitants. Ce territoireest bord au sud par lIlle-et-Vilaine (rgion Bre-tagne) et la Mayenne (rgion Pays de la Loire). Il b-nficie dun caractre maritime important, avec355 kilomtres de ctes, et se classe au cinquimerang des dpartements maritimes franais aprs leFinistre (795 km de linaire ctier), le Morbihan(513 km), la Corse-du-Sud (466 km) et la Cha-rente-Maritime (364 km). La Manche prsente aus-si une identit rurale importante : 31 % descommunes du dpartement se situent hors de lin-fluence urbaine contre 21 % en moyenne en Francehors le-de-France.

    Un regain dmographique depuisle dbut des annes 2000

    Depuis le dbut des annes 1960, la populationmanchoise a connu une croissance la fois moinsrapide et plus heurte que dans la Rgion ou enFrance mtropolitaine. Lvolution dmogra-phique du dpartement a t marque par diversmouvements migratoires plus ou moins favora-bles : exode rural, afflux et reflux temporaires depopulations avec le dbut et la fin des "grandschantiers" dans le Cotentin. Ainsi, la progressiondmographique du territoire a surtout t portepar un excdent naturel srodant au fil du tempsdu fait du vieillissement de la population. Entre1999 et 2007, la Manche a gagn 13 400 habitants,soit une progression moyenne de 0,34 % par ancontre 0,05 % dans les annes quatre-vingt-dix. Ces

    Cent pour Cent Basse-Normandie n 230 - juillet 2012 1

    Cent pour centBasse-Normandie

    La Manche : un territoire richede promesses pour l'avenir

    Un dpartement, trois potentiels conomiques

    Un cadre environnemental prserv, uncertain quilibre social et une conomierelativement diversifie constituent au-tant de ressources pour le dpartementde la Manche. Sil attire touristes et nou-veaux rsidents, le dpartement ne pro-fite peut-tre pas pleinement de cesatouts : les jeunes quittent le territoire, lacapacit daccueil touristique reste li-mite, et certaines activits de la sphreprsentielle pourraient tre consolides.

    La Manche dispose aussi de cartes abattre dans le secteur productif. lectro-nuclaire et construction navale ont ap-port une spcificit technique auCotentin, qui pourrait aujourdhui se di-versifier dans la filire olienne offshore.Lagroalimentaire, bien prsente sur leterritoire, pourrait aussi se dvelopper ensoutenant linnovation et la cration denouvelles activits. Au-del de ces filiresmatresses, des entreprises de taillemoyenne structurent un tissu cono-mique relativement diversifi dans laManche. Il importe de le maintenir afin deprserver lquilibre du territoire.

    n23

    0- juille

    t20

    12

    Le Dpartement de la Manche sest engag dans une dmarche de rflexion de prospective territoriale, inti-tule "crivons ensemble la Manche de demain", dfinissant des orientations stratgiques de dveloppe-ment du territoire. Afin de mener bien cette approche, le conseil gnral et lInsee se sont associs dansune action commune dont ce diagnostic constitue le 1er volet. Les forces, faiblesses, opportunits et mena-ces identifies ici serviront de base lanalyse. Ce diagnostic est ax sur les volutions dmographiques etsur lconomie. Par la suite, lInsee participera, en tant quexpert aux instances de pilotage de la dmarche,charges dlaborer une vision pour la Manche. Les scnarios retenus seront prsents dans un "Livreblanc", document de prospective territoriale. LInsee et le conseil gnral de la Manche rdigeront une syn-thse de ce "Livre blanc", constituant ainsi le second volet de ce partenariat.

  • gains concernent principalement les com-munes priurbaines surtout celles des p-les dAvranches et de Granville, ainsi que lelittoral ouest et sud du dpartement. En re-vanche, la population continue baisserdans le bocage Mortainais, dans les plesurbains de Cherbourg-Octeville et deSaint-L, mais galement dans la rgion desmarais du Cotentin.

    Si la Manche a conserv un bilan naturelpositif, elle accueille aussi des mnagesavec enfants et, bien plus encore, des per-sonnes ges. Ces nouveaux rsidentsmanchois, principalement originaires dureste de la rgion ou dle-de-France, sins-tallent surtout le long des littoraux ouest etsud, ainsi que dans les ples urbains. Le d-partement de la Manche attire galementdes personnes arrivant de ltranger, no-tamment du Royaume-Uni. Lintrt de ces

    nouveaux habitants venus doutre-manchepour le territoire ne faiblit pas : les arrivesde personnes venant du Royaume-Uni sontpasses de 100 par an entre 1990 et 1999 400 par an durant la priode 2002-2007. Lebocage Mortainais est particulirement pri-s par ces nouveaux habitants.

    Mais, limage de la plupart des territoiresruraux, la Manche voit de nombreux jeunesde 15 24 ans partir poursuivre leurs tu-des ou exercer un premier emploi dans lesmtropoles universitaires et conomiques,aux premiers rangs desquelles figurentCaen et Rennes. Au total, le solde des mou-vements migratoires est ngatif pour les15-24 ans (- 7 800 en cinq ans), positif pourles enfants de moins de 15 ans et les adul-tes de 25 54 ans (+ 3 800), ainsi que lespersonnes ges 55 ans et plus (+ 4 200).

    Les migrations :un enjeu pour lavenir

    Ces migrations ont des consquences for-tes sur la population rsidente : elle est plusge quen moyenne nationale ou rgio-nale, les personnes de 60 ans et plus repr-sentant 26 % de la population alors quellessont 24 % en Basse-Normandie et 23 % enProvince. Les seniors sont davantage pr-sents dans les arrondissements dAvran-ches et de Coutances. La part des 60 ans etplus dpasse mme le tiers de la populationdans les communes situes sur le littoralouest, sur la cte est du Cotentin et dans lesud-est du dpartement. A loppos, lesjeunes de moins de 25 ans sont plus pr-sents dans les arrondissements deCherbourg et de Saint-L, plus urbaniss.

    Cent pour Cent Basse-Normandie n 230 - juillet 2012

    La Manche : un diagnostic prospectif

    2

    volution de la population communale entre 1999 et 2007

    Source : Insee, recensements de la population

  • Dans les annes venir, si les dernires ten-dances dmographiques se poursuivent, laManche continuerait gagner des habi-tants, bien qu un rythme infrieur au ni-veau rgional et national. Entre 2007 et2042, la population manchoise pourraitaugmenter de 28 000 habitants. Cettecroissance serait, en grande partie, tirepar celle de larrondissement de Coutanceset devrait tre uniquement alimente parles migrations, notamment par linstalla-tion de seniors. Nanmoins, cet afflux deretraits, accompagnant larrive aux gesavancs des gnrations nombreuses nespendant les "Trente Glorieuses", pourraitpeser sur le solde naturel par une augmen-tation mcanique du nombre de dcs.Ceci sajoutant aux dparts des jeunes, lacroissance de la population manchoisepourrait, terme, sessouffler.

    Le vieillissement, touchant lensemble duterritoire national par leffet "papy-boom",sera davantage marqu dans la Manche dufait de la structure de sa population et desmigrations. Ce phnomne dmographiqueaura aussi un impact conomique : moinsde jeunes et dactifs, mais un dveloppe-ment attendu des services aux personnesges, plus nombreuses. A court et moyentermes, des besoins de renouvellement demain-duvre et daide la transmissiondentreprises se feront par ailleurs sentir,notamment chez les travailleurs indpen-dants (exploitants agricoles, commer-ants, artisans et chefs dentreprise) etles professions librales. En 2007, 23 %des personnes occupant un emploi dansla Manche ont 50 ans ou plus, soit autantqu'en mtropole. Mais ce taux atteint42 % pour les professions librales et 37 %chez les commerants. Les cadres de lafonction publique sont galementconcerns (33 %).

    Un premier enjeu pour la Manche pourraittre de maintenir son dynamisme dmo-graphique tout en assurant le renouvelle-ment de sa population active. Lesphnomnes de comptition territorialerisquent toutefois de saccentuer, et laManche ne pourra que bnficier deffortscomplmentaires sur les conditions dac-cueil. Le territoire manchois pourrait ainsiveiller investir dans les domaines de lasant, de la culture, des transports et dansles commerces de bouche. Profitant dunearmature urbaine relativement dense etbien articule autour de villes moyennes,laccessibilit aux quipements et servicesde proximit serait ainsi consolide. Lqui-libre social, enfin, avec une faible disparitdes revenus et des formes de pauvret moinssensibles quailleurs, constitue aussi un atout prserver.

    Conforter le potentieltouristique

    Le dpartement de la Manche dispose degrands espaces prservs (les parcs natu-rels rgionaux des Marais du Cotentin etNormandie-Maine ainsi que le littoral), de sitesde renomme mondiale (Mont Saint-Michelet sa baie, sites du dbarquement), ou encoredun patrimoine Vauban remarquable(Saint-Vaast-la-Hougue, Tatihou...). Il pourraittoutefois en profiter mieux encore en dve-loppant un tourisme de bord de mer aussibien quun tourisme vert. Le tourisme dansla Manche rassemble 6 400 emplois aucur de la filire (secteurs de lhberge-ment et de la restauration) et 2 000 emploisinduits (secteurs de la culture et des loisirs),soit moins que les 5 % demplois que repr-sentent ces secteurs en France.

    Loffre dhbergement dans la Manche estinfrieure celle des dpartements bre-tons et des autres dpartements ayant unefaade atlantique, derrire aussi le Calva-dos. Elle est galement peu diversifie puis-quelle se compose en majorit dersidences secondaires et de campings,concentrs sur le littoral. Lhtellerie, enparticulier haut de gamme, reste peu dve-loppe (seulement deux htels 4*), etconcentre autour de Cherbourg et dans labaie du Mont Saint-Michel. La capacitd'accueil dans les gtes et chambres d'hteslabelliss est galement infrieure celledu Calvados (1 720 contre 2 263). Cette r-partition entrane une prpondrance decourts sjours et une trs forte saisonnalitde la frquentation. Elle ne permet pas de

    satisfaire lensemble de la clientletouristique et reprsente donc un potentielconomique fort valoriser et dvelopper.