Click here to load reader

De l'origine pythagoricienne des Constitutions politiques: l'approche

  • View
    217

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of De l'origine pythagoricienne des Constitutions politiques: l'approche

  • Cours dHistoire des Ides politiques

    Pr. Michel Bergs Universit Montesquieu-Bordeaux IV et Toulouse 1 Capitole (fvrier 2011)

    De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques : lapproche transcendantaliste

    des Grecs

    Portrait suppos de Pythagore de Samos

  • M. Bergs, De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques. 2

    Politique d'utilisation de la bibliothque des Classiques

    Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, mme avec la mention de leur provenance, sans lautorisation formelle, crite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue.

    Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle:

    - tre hbergs (en fichier ou page web, en totalit ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques.

    - servir de base de travail un autre fichier modifi ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...),

    Les fichiers (.html, .doc, .pdf, .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la proprit des Classiques des sciences sociales, un organisme but non lucratif compos exclusivement de bnvoles.

    Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est galement strictement interdite.

    L'accs notre travail est libre et gratuit tous les utilisateurs. C'est notre mission.

    Jean-Marie Tremblay, sociologue Fondateur et Prsident-directeur gnral, LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

  • M. Bergs, De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques. 3

    Cette dition lectronique a t ralise par Jean-Marie Tremblay,

    bnvole, professeur de sociologie au Cgep de Chicoutimi partir de :

    Michel BERGS De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques:

    lapproche transcendantaliste des Grecs. Cours dhistoire des Ides politiques Universit Montesquieu-

    Bordeaux IV et Toulouse I Capitole, fvrier 2011. Ce texte concerne l'Histoire des ides politiques. Il porte sur l'origine

    pythagoricienne des Constitutions politiques. [Autorisation formelle accorde par lauteur le 20 fvrier 2011 de

    diffuser ce texte dans Les Classiques des sciences sociales.]

    Courriel : [email protected] Polices de caractres utilise : Times New Roman, 14 points. dition lectronique ralise avec le traitement de textes Microsoft

    Word 2008 pour Macintosh. Mise en page sur papier format : A4. dition numrique ralise le 5 avril 2011 Chicoutimi, Ville de

    Saguenay, Qubec.

    mailto:[email protected]

  • M. Bergs, De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques. 4

    Pour un engendr divin, il existe une priode que dtermine un nombre parfait, tandis que, pour un engendr humain, cest un nombre dans lequel, pour la premire fois, des accroissements ayant puissance ou soumis puissance ayant reu trois distances et quatre limites, de termes assimilants et dsassimilants, accroissant et diminuant, mettent en vidence toutes les relations de correspondances mutuelles, rationnellement exprimables ; le fondement pitrite de ces termes, une fois mari au nombre cinq, donne lieu, quand on la multipli trois fois, deux harmonies : lune gale un nombre gal de fois, autant de fois cent ; lautre, en un sens, dgale longueur, allonge par ailleurs : savoir, dune part, de 100 nombres (carrs) provenant des diagonales rationnelles exprimables de 5, dficients chacun dune seule centaine, ou de deux centaines sils proviennent de diagonales irrationnelles, et, dautre part, de cent cubes du nombre trois .

    Platon, La Rpublique : Le nombre nuptial

    VIII, 546, 547 p. 1143, Gallimard, La Pliade.

    Nous sommes tous des pythagoriciens

    Iannis Xnakis

    Pythagore fut aussi, dit-on, le fondateur de la science politique toute entire

    Jamblique, Vie de Pythagore, 130.

  • M. Bergs, De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques. 5

    Laissons-nous porter quelques instants par le long fleuve

    tranquille de lhistoire des ides politiques. Ne serait-ce que pour oublier les fureurs de la socit moderne daujourdhui

    Au regard de lorigine des Constitutions, tentons ici, prudemment, une brve incursion dans la pense grecque. Celle-ci cela se sait et se discute de faon controverse sur le plan international , malgr la dimension irrationnelle et mythologique quelle a investie religieusement sans pouvoir sen dprendre, a aussi invent la rationalit, le regard distanci (la theoria), travers la philosophie, la science (porteuse de dcouvertes heuristiques et prmonitoires tous les niveaux), sans parler du thtre tragique ou comique, de la littrature potique, romanesque et pique, de la pdagogie universitaire, de la gamme musicale ou de la typologie des rgimes politiques et des questions dthique En les reliant, pour tous les temps. Restons donc quelque part des disciples de La Cit antique de Fustel de Coulanges, le matre dmile Durkheim lcole normale suprieure de Paris.

    Marque par des auteurs ayant vcu une aventure individuelle ou collective de pense dans la trs longue dure (2600 ans environ), parvenue jusqu nous par miracle, malgr des lacunes temporelles lies la survie des supports matriels des textes, auteurs par auteurs, celle-ci, dans sa dimension transcendantaliste, a fait saffronter ds ses dbuts les thories humanistes ou sophistes, celle du Droit naturel , celle du Contrat social et de La loi crite 1, ou, linverse, celle de la violence politique dchane ltat pur. Dans une socit trs porte sur la guerre, de classe sociale classe sociale, de cits cits, sur les ingalits esclavagistes ainsi que sexistes, cela dit sans anachronisme.

    La thorie selon laquelle lhomme tait la mesure de toute chose , reposa, elle, sur le Droit et la Loi (mme celui ou celle du plus fort !), et donc sur la volont bonne ou mauvaise des hommes laune de leur nature si versatile, tantt positive, tantt passionne et destructrice, voire animale. Dans quelques cas, la premire tendance du Droit li la Nature a dteint sur la seconde, fonde sur la raison strictement humaine, qui a voulu alors lintgrer comme par mimtisme ou par fascination, notamment 1 Cf. notamment de Jacqueline de Romilly, La Loi dans la pense grecque,

    des origines Aristote, Paris, Belles Lettres, 1971 et Les Grands Sophistes dans lAthnes de Pricls, Paris, de Fallois, 1988.

  • M. Bergs, De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques. 6

    pour essayer de dfinir la dmocratie , un des trois grands types de rgimes distingus et analyss par les Grecs, avec la monarchie et laristocratie, mais aussi dans leurs formes dvies : la tyrannie, la ploutocratie (pouvoir de largent-roi), ou la licence dmagogique, populiste et anarchique. Ce dbat fait cho, videmment, dans la dure, aux idalistes platoniciens et aux ralistes aristotliciens ou inversement, aux ralistes platoniciens et aux idalistes aristotliciens , courants qui ont structur de faon divergente la pense politique occidentale avec tous les effets dinterpolations, de dformations, de miroirs, de rcurrence et de rebondissement dans chaque camp , toutes les gnrations dhommes.

    Observons l que lOccident na rien envier, en termes de rptition, la pense chinoise, qui, vu de trop loin, nous apparat parfois, elle, totalement fige et immuable depuis ses dbuts (ce qui est faux) 2. En tout cas, nous retrouvons sur ce point, en llargissant et en linversant, la problmatique que nous avions dveloppe concernant luvre nodale en apparence ! de Nicolas Machiavel, qui brassa lui aussi, sa manire, lore du XVe sicle, les messages de lAntiquit, chous comme des bouteilles jetes la mer 3. Il nous reste investir ici, non plus un regard culturaliste , enfermant un crivain dans sa prison temporelle, comme prcdemment pour le Florentin, mais, loppos, une conception diachronique, comparative, errant au gr des textes mergs de faon alatoire de lAntiquit 4, depuis Pythagore.

    2 Ceci dit en filigrane de luvre de Marcel Granet, de lcole

    durkheimienne, ou de celle de Franois Julien, parmi dautres, trop exclusivistes et relativistes peut-tre face aux enseignements plus universalistes et comparatistes de lcole sinologique et anthropologique de Cambridge. Cf. de Marcel Granet, La Pense chinoise, La Civilisation chinoise, ainsi que luvre multiforme de Franois Julien, de Joseph Needham, de Geofrey Lloyd et de Jack Goody. Cf. aussi la prface de Jean-Louis Martres, notre collgue de Bordeaux, louvrage de son tudiant, Xu Zen Zhu, LArt de la politique chez les lgistes chinois, Paris, conomica, 1995.

    3 Cf. Michel Bergs, Machiavel, Un penseur masqu ?, Paris, Bruxelles, ditions Complexe, 2000.

    4 Cf. Lambros Couloubaritsis, Histoire de la philosophie ancienne et mdivale. Figures illustres, Paris, Grasset, 1998, notamment les p. 15-27. Sans parler de Delatte, cit plus loin, nous devons beaucoup ici aux travaux lumineux de Jean-Franois Matti : article de la Revue Philosophie

  • M. Bergs, De lorigine pythagoricienne des Constitutions politiques. 7

    Trs loin donc de notre modernit ou post-modernit , ont pu renatre en effet des livres oublis ou insuffisamment relus , grimoires ou palimpsestes, qui ont hant limagination des penseurs du politique comme des thologiens, des scientifiques et des musiciens ultrieurs, malgr le fait que les uns et les autres ont dissoci progressivement leur savoir, non sans tenter parfois de les recouper de faon intuitive, voire nostalgique ou magique . Y aurait-il donc un

Search related