Click here to load reader

Chapitre A : Organisation fonctionnelle des plantes à fleurs Racine · PDF file 2020. 10. 8. · Spécialité SVT Terminale Année 2020 2021 L. Guérin Page 1 sur 16 Ecole Jeannine

  • View
    2

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Chapitre A : Organisation fonctionnelle des plantes à fleurs Racine · PDF file 2020....

  • Spécialité SVT Terminale Année 2020 2021

    L. Guérin Page 1 sur 13 Ecole Jeannine Manuel

    Chapitre A : Organisation fonctionnelle des plantes à fleurs

    Racine : organe situé normalement sous la terre et qui est dépourvu de chlorophylle car sans feuilles et

    bourgeons, ce qui la distingue de la tige. La fonction de la racine est d’ancrer la plante sur un support puis

    de permettre l’absorption de l’eau et des sels minéraux.

    Feuille : organe aérien qui se développe sur la tige. Ses caractéristiques en font une surface d’échange

    efficace grâce à une surface importante et une épaisseur fine. La fonction de la feuille est de permettre la

    réalisation de la photosynthèse grâce à ses nombreuses cellules chlorophylliennes.

    Tige : organe aérien constitué par une alternance de nœuds, où se forment les bourgeons (des feuilles et

    des fleurs) et les feuilles, et d’entre nœuds dépourvus de ces 2 organes.

    Phytomère : c’est un segment de tige comprenant un entre nœud (zone dépourvue de feuille et de

    bourgeons) et un nœud (zone d’implantation des bourgeons et des feuilles).

    Méristème : zone de croissance à l’extrémité des tiges et des racines. On y observe au microscope des

    cellules indifférenciées qui s’y multiplient activement par mitose.

    Géotropisme : orientation de la croissance d’une plante en fonction de la gravité : la tige possède un

    géotropisme négatif alors que la racine possède un géotropisme positif.

    Phototropisme : orientation de la croissance d’une plante en fonction de la lumière : la tige possède un

    phototropisme souvent positif.

    Auxine : hormone végétale qui influence la croissance. Suivant sa concentration elle peut stimuler ou au

    contraire inhiber la croissance. Ce sont les différences de répartition de cette hormone dans la plante qui

    explique les tropismes face à la lumière ou à la gravité.

    Stomate : structure observable essentiellement sur la face inférieure de la feuille, impliquée dans les

    échanges gazeux entre l’atmosphère et l’intérieur de la feuille. Il est formé par 2 cellules stomatiques qui

    ménagent entre les 2 un orifice, l’ostiole, permettant ces échanges.

    Poil absorbant : cellule allongée de l’épiderme des racines secondaires et spécialisée dans l’absorption de

    la solution nutritive du sol. Ses caractéristiques en font une surface d’échange efficace grâce à une surface

    importante et une épaisseur fine.

    Mycorhize : symbiose établie entre un champignon et les racines d’une plante. Elle permet d’augmenter la

    surface d’absorption racinaire ce qui est bénéfique pour la plante. En échange, le champignon récupère des

    éléments nutritifs y compris de la matière organique en provenance de la sève élaborée.

    Phloème : tissu conducteur de la sève élaborée, bien visible en coupe transversale des tiges, racines et

    feuilles et apparaissant en rose avec la coloration au carmin acétique vert d’iode car riche en cellulose. Il est

    constitué de cellules formant les tubes criblés.

    Xylème : tissu conducteur de la sève brute, bien visible en coupe transversale des tiges, racines et feuilles

    et apparaissant en vert avec la coloration carmin acétique vert d’iode car riche en lignine. Il est constitué de

    cellules mortes formant des vaisseaux.

    Sève brute : solution circulant de bas en haut dans la plante, dans le xylème, et constituée d’eau avec des

    sels minéraux.

    Sève élaborée : solution circulant globalement de haut en bas dans la plante dans le phloème, vers les

    fruits, les fleurs, les racines, et constituée d’eau enrichie en glucides synthétisés au cours de la

    photosynthèse.

  • Spécialité SVT Terminale Année 2020 2021

    L. Guérin Page 2 sur 13 Ecole Jeannine Manuel

    Chapitre B : Les plantes savent fabriquer de la matière organique (glucides, lipides, protides)

    Spectre absorption : en chimie, c’est un graphique qui traduit quelles sont les longueurs d’ondes (dans le

    visible par exemple) qui sont absorbés par une molécule comme un pigment. Par exemple la chlorophylle

    est un pigment qui absorbe une grande majorité des longueurs d’ondes du visible sauf celles correspondant

    au vert : elle apparait donc logiquement verte !

    Spectre d’action : en biologie, c’est un graphique qui traduit quelles sont les longueurs d’ondes (dans le

    visible par exemple) qui permettent la réalisation de la photosynthèse qui est mesurée par le rejet d’O2 par

    exemple.

    Chloroplaste (et thylakoïde) : dans les cellules eucaryotes végétales autotrophes, on peut observer cet

    organite spécifique dédié à la réalisation de la photosynthèse. S’y déroule les 2 réactions de la

    photosynthèse : photolyse de l’eau puis incorporation du CO2. Ainsi après une journée au soleil, les

    chloroplastes sont remplis de grains d’amidon qui attestent de la photosynthèse. Remarque : les thylakoïdes

    sont des sacs aplatis qui à l’intérieur des chloroplastes possèdent les pigments photosynthétiques et les

    complexes enzymatiques pour accomplir la photosynthèse.

    Photolyse de l’eau : première phase de la photosynthèse qui consiste en une oxydation et dissociation de

    la molécule d’eau grâce à l’énergie véhiculée par les photons et récupérée par les pigments

    photosynthétiques comme la chlorophylle. Il y a alors formation d’intermédiaires riches en énergie comme

    les composés réduits (NADPH + H + ) mais aussi (même si on fiche royalement sans notre regard

    anthropocentrique) libération d’O2 .

    Réduction du CO2 : seconde phase de la photosynthèse qui consiste à incorporer du CO2 atmosphérique

    dans de la matière organique comme le glucose. Au cours de celle-ci, le CO2 va accepter les électrons et

    protons apportés par les composés réduits (NADPH + H + ). Remarque : la molécule qui fixe le CO2 est le

    RuBP ; l’enzyme qui permet la fixation du CO2 sur le RuBP est la Rubisco ; Les premières molécules

    formées sont l’APG.

    Enzymes spécifiques : Molécule (le plus souvent une protéine) qui accélère la vitesse d’une réaction

    chimique naturellement lente. Elle n’est pas consommée et agit à très faible dose. Dans le cadre de la

    photosynthèse, après la synthèse du glucose, de nombreuses enzymes spécifiques, vont permettre de

    fabriquer TOUTES les molécules indispensables à la plante et qui ne se trouvent pas dans le milieu !

    Molécules en lien avec la croissance : cellulose (polymère de glucose) et lignine (polymère proche d’acide

    aminé) dans la paroi des cellules végétales

    Molécules en lien avec les réserves : saccharose dans les betteraves à sucre, amidon dans les tubercules

    de pomme de terre, protéine dans les graines de soja, lipide dans les graines de tournesol/arachide…

    Molécules en lien avec les interactions : anthocyane qui colore les cellules des pétales pour attirer les

    insectes pollinisateurs, tanin qui donne une affreuse saveur amère pour éloigner les herbivores.

  • Spécialité SVT Terminale Année 2020 2021

    L. Guérin Page 3 sur 13 Ecole Jeannine Manuel

    Chapitre C : Reproduction des plantes à fleurs

    Reproduction asexuée / sexuée : permet à la plante de se multiplier mais sans réaliser de fécondation. Au

    contraire dans le cadre de la reproduction sexuée, il y aura formation d’une fleur qui permettra après

    pollinisation et fécondation la formation d’une nouvelle plante via une graine.

    Totipotente : se dit d’une cellule qui est capable de se différencier en n’importe quelle autre cellule

    spécialisée afin de donner un organe spécifique.

    Fleur : organe reproducteur sexué de la plante, constitué généralement de 4 assises circulaires

    concentriques (= verticilles) : sépales constituant le calice, pétales constituant la corolle, étamines (pièces

    mâles productrices de pollen dans les anthères), pistils (pièces femelles productrices d’ovules dans l’ovaire).

    Pollinisation : transport de grains de pollen depuis les étamines vers le pistil. Elle est très souvent croisée,

    c’est-à-dire entre 2 fleurs différentes, afin d’éviter l’autofécondation.

    Stratégie entomogame/anémogame : pour le premier terme le pollen peut être transporté par les insectes,

    pour le second par le vent : aussi les pollens seront physiquement très différents. La même stratégie peut

    être envisagée pour les fruits (entomophile et anémophile).

    Coévolution : adaptation d’une plante à un insecte et de cet insecte à cette plante. Cette adaptation permet

    d’un côté à la plante d’augmenter la probabilité de voir son pollen arriver dans une fleur de son espèce, et de

    l’autre côté à l’insecte d’avoir accès à une nourriture interdite à d’autres.

    Fruit / graine : organe provenant de la transformation de la fleur après pollinisation. C’est le pistil qui se

    développe et contiendra les graines dérivées des ovules fécondés. Graine : organe produit par les plantes à

    fleurs, souvent contenu dans un fruit et qui redonne une plante en germant. Elle provient

Search related