Aux marges du monde, en Afrique centrale

  • View
    216

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of Aux marges du monde, en Afrique centrale

  • Aux marges du monde, en Afrique centrale...

    Roland Marchal

    L e s t u d e s d u C E R IN 153 - 154 - mars 2009

    Centre dtudes et de recherches internationales Sciences Po

  • Les Etudes du CERI - n 153 - 154 - mars 2009 2

    Roland Marchal

    Aux marges du monde, en Afrique centrale...

    RsumLa crise du Darfour a permis de mettre en lumire des crises irrsolues sur ses frontires au Tchad et

    en Rpublique centrafricaine. Le point commun de ces diffrents conflits est sans doute lexistence de

    mouvements arms transnationaux qui survivent et se recomposent dans les marges quautorisent les

    dynamiques tatiques dans la rgion, ainsi que les apories des politiques de rsolution des conflits de

    la communaut internationale apories redoubles par les choix de certaines grandes puissances.

    Une analyse de la conjoncture en Centrafrique et de lhistoire de certains mouvements arms, inscrits

    dans cet espace rgional, plaide pour une approche moins conventionnelle des politiques de sorties

    de crise. Elle met en exergue une zone centre sur la Centrafrique et ses frontires avec les pays

    voisins comme vritable site danalyse du factionnalisme arm depuis les indpendances, ainsi que

    des trajectoires spcifiques de construction tatique.

    Roland Marchal

    On the Worlds Fringes, in Central Africa

    AbstractThe Darfur crisis has shed light on unresolved crises at its borders in Chad and the Central African

    Republic. What these various conflicts most have in common is probably the existence of transnational

    armed movements that endure and reorganize in the fringes created by state dynamics in the region as

    well as the aporias of the international communitys conflict-resolution policies doubled by the choices

    of certain major powers.

    An analysis of the situation in the Central African Republic and the history of certain armed movements

    active in this regional space argues in favor of a less conventional approach to crisis-solving strategies.

    It points up a zone centered on the Central African Republic and its borders with neighboring countries

    as the real site for the analysis of armed factionalism since the wave of independence and the specific

    trajectories of state-building.

  • Les Etudes du CERI - n 153 - 154 - mars 2009 3

    Aux marges du monde, en Afrique centrale...

    Roland Marchal

    CNRS/CERI

    La guerre du Darfour, volens nolens, a contribu remettre sur le devant de la scne les crises ses frontires, qui constituent pour une part lobjet de cette Etude. Il a fallu admettre peu peu que ces conflits taient lis, et que la guerre civile tchadienne tait irrsolue, consubstantielle la tragdie qui se droulait sous les yeux dune communaut internationale la fois hyperactive et impuissante. La rsolution 778, vote en aot 2007 par le Conseil de scurit des Nations unies, est une premire tentative de rendre compte bien imparfaitement de cette donne rgionale : elle autorise une force europenne scuriser les camps de dplacs et rfugis dans lest du Tchad et dans le nord-est de la Centrafrique. Pourtant, si les dynamiques militaires sanalysent laune du conflit au Soudan, la Centrafrique et le Tchad sont dans des positions trs diffrentes2. Dans une large mesure, nombre des acteurs militaires pro et antigouvernementaux au Darfour ont des liens significatifs avec la guerre civile tchadienne dbute en 966. Certains des mouvements insurgs du Darfour bnficient non seulement de sanctuaires humanitaires au Tchad, mais galement de facilits militaires significatives : ils paient cet appui, quelquefois admis publiquement, quelquefois ni officiellement, en jouant le rle de forces suppltives dun pouvoir bout de souffle, mais soutenu par largent du ptrole et

    R. Marchal, Chad/Darfur : how two crises merge , Review of African Political Economy, n 09, 2006, pp. 467-482 ; J. Toubiana, Echo effects. The Chadian instability and the Darfur conflict , Sudan Issue Brief, n 9, fvrier 2008, Small Arms Survey ; P. Berg, The dynamics of conflict in the tri-border region of the Sudan, Chad and the Central African Republic , Friedrich Ebert Stiftung, Country Conflict Analysis Studies, mars 2008.

    Voir la carte rgionale en annexe.

  • Les Etudes du CERI - n 153 - 154 - mars 2009 4

    par Paris. Quant aux janjawid, tenus responsables des massacres et de la dsolation au Darfour, certains sont recruts dans des groupes initialement installs au Tchad, mais qui ont d migrer vers lOuest soudanais, notamment pour chapper la rpression de leur Etat depuis le dbut des annes 980. Pourtant laction de la communaut internationale vise surtout viter un dbordement du conflit au Darfour en minimisant ces aspects transnationaux et rgionaux, largement dailleurs sous linfluence de la diplomatie franaise. Cetlle-ci, depuis 2005, na cess aux niveaux europen et onusien de nier ces liens et dentriner le discours dIdriss Dby, qui se prsente comme la cible des islamistes soudanais et autres djihadistes dal-Qada. Quant au statut de la Rpublique centrafricaine (RCA), il est bien plus paradoxal. Son implication dans le conflit au Darfour est indirecte plus dun titre. Dabord, la gographie a ses droits et la partie du Darfour qui jouxte le nord-est de la Centrafrique est reste relativement calme jusqu lt 2006. Si inscurit militaire il y a, elle se concentre pour lessentiel au nord-ouest de la RCA, bien loin donc de la frontire avec le Soudan. Ensuite, le lien le plus fort entre troubles intrieurs et conflits la frontire concerne moins le Darfour que le Tchad. En effet, Paris a tenu sanctuariser le nord-est de la Centrafrique, essentiellement pour empcher les rebelles tchadiens hostiles Idriss Dby dy transiter comme ils lavaient notoirement fait en avril 2006 lors de la premire attaque contre la capitale tchadienne (quand bien mme linscurit est la plus prgnante dans le Nord-Ouest). Dune certaine manire, on va le voir, ce point souligne dans quelle mesure la dstabilisation de la Centrafrique est bien plus le fait de la situation intrieure tchadienne que des agissements soudanais, rels mais proprement secondaires. Enfin, linverse de ce qui sest pass au Tchad o Paris, au moins jusqu lautomne 2008, naura gure eu plus que des vellits rformatrices, lintervention militaire europenne ouvre en Centrafrique un espace politique de ngociation, ce qui rend la posture affiche par la France plus originale, peut-tre en accord avec cette rupture quannonait le candidat Sarkozy propos de la politique africaine de la France : pour le dire dans les termes dun diplomate franais, il sagit de se proccuper ici plus de la population que du rgime 4. Lenjeu va au-del dune ouverture politique contrle, gage dune stabilisation interne, comme Paris le dsire au Tchad : il est bien question de reconstruire un Etat centrafricain, rien de moins. Plutt que de se concentrer sur lactualit politique et rpter une erreur faite par beaucoup propos du Darfour, il nous a sembl plus intressant dadopter un point de vue la fois plus rgional et plus historique. En effet, il est frappant de voir que, dans le cas de la crise au Darfour, trop danalyses ont vite oblitr les dimensions rgionales, les dynamiques politiques locales, et les effets trs ambivalents des interfrences internationales, pour rifier le conflit en un gnocide men par un rgime dpourvu soudain de toute finalit autre que lradication de ses populations ces dernires devenant ainsi les victimes innocentes donc porteuses a priori du droit et de la justice5.

    Cf p. 40.

    Entretien, Bangui, novembre 2007.

    Voir notamment G. Prunier, Darfour : un gnocide ambigu, Paris, Editions de la Table Ronde, 2006 qui

  • Les Etudes du CERI - n 153 - 154 - mars 2009 5

    Adopter une telle posture nest pas sans risques derreur et sans doute bien des assertions dans la suite de ce texte relvent davantage dhypothses issues dune recherche en cours que de conclusions rigoureuses. Reste que cette analyse a quelque intrt parce quelle permet de nourrir la rflexion sur la (re)construction de lEtat dans un pays o les dbats sur de tels aspects stratgiques sont souvent absents faute de fora adquats, dapptence des lites, et dune communaut internationale peu reprsente6 et vite submerge par la fragilit de ses propres ambitions. Une anecdote peut rsumer lorigine de cette recherche : lors de lexpulsion du prsident Aristide de Hati, lavion lemmenant en Afrique du Sud dut faire escale sur le continent africain. Washington appela Paris, qui dsirait alors faire oublier la division conscutive la crise irakienne quitte prendre part un rglement de compte de lAdministration rpublicaine contre les dmocrates amricains : le Quai dOrsay conseilla donc datterrir Bangui, capitale de la RCA. Aprs que linformation eut t transmise lavion, le pilote appela directement le diplomate de service pour sassurer que la Centrafrique tait bien un Etat Le point de dpart de ce travail est lidentification dune zone quil sagit de considrer comme un site dactions et une unit de lieu. Cet espace est centr sur la Centrafrique mais dborde sur le Soudan (Darfour et Sud-Soudan), lEquateur (rgion de la Rpublique dmocratique du Congo), le nord-est du Congo, le sud du Tchad et lextrme est du Cameroun comme terroir historique. La conclusion vise peut tre rsume en une phrase : cette zone illustre une cristallisation rgressive des constructions tatiques de la rgion. Cette dernire ninclut pas seulement le Tchad et le Soudan, objets aujourdhui de lattention internationale, mais aussi le Cameroun, le Congo et la Rpublique dmocratique du Congo (RDC). Si lon considre cette aire laune des trajectoires des Etats de la rgion, on voit combien elle se situe la marge, leurs marges. Dans tous les cas, avec videmment des diffrences notables, les rgions riveraines de la