Abonnement annuel : 42,50eurotelex-web.com/journaux/Meca_8734.pdf 0,95¢â€¬ Abonnement annuel : 42,50¢â€¬

  • View
    3

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Abonnement annuel : 42,50eurotelex-web.com/journaux/Meca_8734.pdf 0,95¢â€¬...

  • 0,95€€ Abonnement annuel : 42,50€

    Janvier 2013

    Course axe longitudinale de 3 000 mm a 20.000 mm Course axe transversale de 1.000 à 1.400 mm Course axe verticale de 2.000 à 3.000 mm Tête universelle manuelle ou indexable 2.5 ° ou 1° Changeur d’outils - arrosage centre broche

    Fraiseuse banc fixe de marque MSA/MTE type serie K et BF CNC Heidenhain , Fagor ou Siemens Course axe X de 2000 à 5.000 mm - Course axe Y de 800 à 1.400 mm Course axe verticale de 1.000 à 2.500 mm Tête manuelle ou indexable – changeur d’outils

    Fraiseuse à montant mobile de marque MSA Equipée CNC HEIDENHAIN, CNC FAGOR CNC SIEMENS ou CNC FANUC

    www.eurotelex-web.com

    Directeur de publication : Alain Thirion - Imprimeries IFF - 58 rue d’Alsace - 88000 EPINAL - Tél. : 03 29 29 12 12 - Fax : 03 29 35 07 97 - CPPAP 0 912 C86 982

    - N° 8734

  • P a

    g e

    2

    Vertige ! CNRS Le Journal (novembre-décembre 2012)

    se plongeait dans l’effervescence du phénomène « Big Data ». Et synthétisait le déluge d’infor- mations auquel nous sommes confrontés – chaque jour : 145 milliards d’e-mails sont échangés, 540 millions de SMS envoyés, 552 millions d’utilisateurs connectés à internet, sur google 4,5 milliards de recherches sont lancées, sur Very Large Telescope (VLT) 30 000 mega octets de données collectées, sur l’accélérateur de particules LHC 40 000 giga octets de don- nées sont collectées …. Une déferlante d’octets dont il faut aussi apprendre à se protéger.

    Vers INDUSTRIE 2013 A noter sur vos agendas : l’incontournable

    salon INDUSTRIE 2013 – qui se tiendra du 16 au 19 avril à Lyon Eurexpo.

    Parmi les animations : La formation avec les Compagnons du Devoir - INSide Industrie : INDUSTRIE s’associe avec le Symop pour un espace inédit , dont l’invité d’honneur sera Eurocopter (qui prévoit 700 embauches en France en 2013, dont 500 en France et 200 en Allemgne) - Le pôle CND (Contrôle non destruc- tif) avec la participation del’Institut de soudure, pour la présentation de la vibrothermographie (contrôle quasi instantané de pièces par excita- tion mécanique via une onde ultra sonique) et de la déflectométrie (contrôle en une seule opé- ration d’une surface importante par interféromé- trie optique) , ainsi que la participation du Cetim qui montrera la thermographie infrarouge active sur matériaux métalliques et composites. Quant à L’INSA, il exposera des projets de soudage laser.

    Primée au Jec Innovation Awards 2012

    Munich Composites GmbH, pour son cadre de vélo Braid. La plupart des vélos en fibre de car- bone sont actuel- lement réalisés en p ré imp régné s , une technique qui exige une main- d'oeuvre considérable. Les formes sont décou- pées dans des tissus et polymérisées en auto- clave afin d'obtenir des pièces qui sont ensuite collées, égalisées, poncées et, enfin, peintes. En raison de cette procédure fastidieuse, tous les vélos en fibre de carbone, hormis les petites séries, sont actuellement fabriqués en Chine.

    Le cadre de vélo Braid a été conçu en tenant compte des besoins du client, des propriétés spé- cifiques de la fibre de carbone et des techniques de fabrication, en vue d'obtenir un concept radi- calement différents des cadres triangulaire modernes. Il a été repensé pour le tressage, une technique de préformage à très haute producti- vité et fort potentiel d'automatisation. Le nombre de tubes a été réduit de moitié, ce qui limite le nombre de composants et de joints du cadre. Principaux avantages : notamment la possibilité d'automatiser entièrement le placement des fibres de carbone, ce qui minimise les interven- tions manuelles et optimise la qualité en élimi- nant les sources d'erreur potentielles. Avec ce procédé, la production s’avère rentable dans des pays à coûts salariaux élevés.

    Comment évaluer la rigidité d'un objet sans le toucher

    Deux équipes du Laboratoire de physique de la matière condensée et des nanostructures (CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1) et du Laboratoire de physique des solides (Université Paris-Sud / CNRS), ont réussi à éva- luer la rigidité d'un matériau… sans le toucher !

    Pour y parvenir, les physiciens ont placé un liquide entre l'objet sondé et le « testeur » puis y ont créé un très faible écoulement à l'échelle nanométrique. Issue des dernières avancées en nano-mécanique, cette technique présente l'avantage d'être non invasive et donc non des- tructrice. Ces travaux pourraient permettre de nombreuses avancées pour analyser et interve- nir sur des objets fins et fragiles comme par exemple une bulle ou une cellule. Ils ont été publiés le 18 juin - en ligne sur le site de la revue Physical Review Letters.

    Dans le détail : Une solution simple pour savoir si un objet est dur ou mou est de le tou- cher avec un autre élément plus dur que lui. Problème, cette technique peut détruire l'objet, surtout s'il est très fragile comme une bulle ou une cellule vivante. Développer une alternative moins invasive était donc primordial. Pour mesu- rer la rigidité d'un objet sans le toucher, les phy- siciens ont d'abord envisagé de souffler dessus délicatement et de voir si ce souffle déformait ou non le matériau. Mais voilà, contrôler précisé- ment un écoulement d'air est difficile à cause des tourbillons pouvant se former dans l'air. D'où l'idée d'utiliser plutôt un « nano-écoule- ment » de fluide, plus simple à maîtriser.

    Avec un « nano-écoulement » : Les cher- cheurs ont notamment testé leur technique sur un fin film d'élastomère épais de quelques cen- taines de nanomètres (1). Concrètement, ils ont placé ce film sur un support rigide en verre, et plongé le tout dans un mélange d'eau et de gly- cérol. Puis ils ont créé un très faible déplace- ment de ce liquide, au voisinage du film. Pour générer ce nano-écoulement, les physiciens, et plus particulièrement Samuel Leroy alors en thèse au LPMCN (2), ont dû utiliser un appareil spécial, développé en 2000 dans ce même labo- ratoire (3). Il comprend notamment une sphère millimétrique en pyrex (un verre spécial), atta- chée à une tige, laquelle peut être déplacée fine- ment avec un système dit « céramique piézoé- lectrique ». C'est précisément cette bille qui per- met de créer le nano-écoulement à la surface d'un objet. - Lorsque la sphère s'approche très près du matériau, à un micromètre (0,000 001

    mètre), elle pousse le liquide vers l'objet. Ce nano-écoulement génère une très faible pression à la surface du matériau. Cette force déforme très légèrement le film s'il est souple. En revanche, si l'objet testé est totalement rigide le film reste inchangé.

    Avec les réseaux sociaux Dans sa stratégique de communication, le

    salon Industrie a crée sa page Facebook et son compte Twitter – en ligne depuis novembre- afin de promouvoir la formation aux métiers de la mécanique. L’objectif est d’alimenter régulière- ment les jeunes en informations, pour qu’ils s’approprient le salon. Au travers d’informations émanant du salon, mais également de la presse professionnelle et généraliste. Facebook - Twitter : @salonindustrie

    Vers SIFER 2013 Le salon industriel ferroviaire se tiendra du 26

    au 28 mars 2013 à Lille. Au programme de l'édi- tion 2013 : plus de 450 exposants présentant des milliers de produits, répartis sur trois halls d'exposition - Des stands de démonstration ins- tallés au c?ur du salon - Une grande conférence organisée par la Fédération des Industries Ferroviaires (FIF) - La conférence et la cérémonie de remise des Grands Prix des Régions, organi- sée par le magazine Ville, Rail & Transports - Des séminaires techniques en accès libre - La remise des Trophées de l’Innovation - Des visites de sites ferroviaires, tels que Eurotunnel ou l’un des sites d’Alstom …

    La plus grande pale éolienne au monde

    La pale G128 est la première pale composite modulaire du marché. En moyenne, son poids est inférieur de plus de 40% à celui des pales qui équipent les éoliennes multi-mégawatt actuelles.

    Pour cette innovation, la société espagnole Gamesa a été primée lors du salon Jec Europe 2012.

    La pale G10x est dotée de plusieurs sous-sys- tèmes qui apportent à la turbine une fonctionna- lité nouvelle : capteurs de contraintes intégrés aux stratifiés (pour réduire les charges transmises à l'éolienne), capteurs de précontrainte intégrés aux boulons du joint intermédiaire (pour garantir le montage correct des pales), système de protec- tion parafoudre très efficace adapté à la taille et aux exigences de modularité, balise lumineuse optionnelle en bout de pale.

    Parmi les avantages : sa conception réduit le coût de l'énergie produite par l'éolienne terrestre G10x-4,5 MW et permet de l'installer sur des ter- rains difficiles - La méthode de montage et de transport est identique à celle utilisée pour les éoliennes de 2 MW - La puissance des éoliennes terrestres actuelles n'excède pas 2 à 3 MW. Il n'est pas possible d'installer des turbines de plus grande taille à terre en raison des restrictions de transport associées aux longueurs de pale supé- rieures à 50 m. Gamesa a surmonté cette limita- tion avec le modèle G10x-4,5 MW. C’est la seule turbine multi-mégawatt terrestre pouvant être installée sur les terrains complexes, qui représentent actuellement le principal seg- ment du marché éolien.

    L’ABEILLE 58 rue d’Alsace - 88000 EPINAL

    Directeur de Publication : Alain THIRION

    Rédaction et Pub