04 Autorite Et Pouvoir

  • Published on
    04-Aug-2015

  • View
    82

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

Autorit et pouvoir en Islam: repenser les concepts, Dn, Dawla et Duny

Mohammed ArkounThere are those who hold that the Imamate is dead, lacking as it does the required qualifications. But no substitute can be found for it. What then? Are we to give up obeying the law? Shall we dismiss the judges (qudt), declare all authority to be valueless, cease marrying and pronounce the acts of those in high offices to be invalid at all points, leaving the populace to live in sinfulness? Or shall we continue as we are, recognising that the Imamate really exists and that all acts of the administration are valid, given the circumstances of the case and the necessities of the moment? The lesser evil is relatively speaking the better, and the reasonable person must choose the latter possibility. (Ghazl [m. 1111], Al-Iqtisd fl-itiqd, quoted and translated by G. V. Grunebaum, in Medieval Islam, p. 168.) Dans linstitution religieuse islamique (al-milla-lislmiyya), la guerre sainte ou juste ( jihd) est une prescription religieuse en raison de luniversalit de lappel en vue damener la totalit des hommes lislam de gr ou de force. Cest pourquoi le55

56

Mohammed Arkoun

califat et la souverainet temporelle (mulk) y ont t tablis de telle faon que ceux qui en ont la charge puissent exercer leur force dans les deux domaines la fois. Pour les autres institutions religieuses, leur mission (dawa) ny est pas universelle, pas plus que la guerre sainte ny est prescrite, sauf pour se dfendre (). (Ibn Khaldoun [m. 1406], Muqaddima III, chap. 33, p. 408.) Le pouvoir descendait de lautre; il tombait den haut; il simposait du dessus de la volont des hommes. Les rvolutions modernes anglaise, amricaine, franaise le ramnent sur terre, hauteur dhomme. Davantage, elles le font sortir den bas; elles vont le constituer par un acte exprs de la volont des citoyens. Il incarnait ce qui nous dpasse; il ne sera plus que le dlgu de nos ambitions. On le dira reprsentatif, cest--dire () sans autre substance que celle dont le nourrissent ses administrs (). De la reprsentation par incarnation de lge des Dieux la reprsentation par dlgation du monde des gaux, ce sont les mmes lments qui sont luvre sous une autre reprsentation et dans une autre distribution (). (Marcel Gauchet, La religion dans la dmocratie, p. 15-16.)

1. Transgresser,

dplacer, dpasser1

diverses occasions, jai t amen mexprimer sur les problmes poss par les rapports entre les deux instances de lautorit et du pouvoir dans lhistoire de la1 Pour un large commentaire et lillustration des portes mthodologiques et pistmologiques de ces trois verbes linfinitif, je renvoie mon Humannisme et islam, Vrin 2006, chapitre 3.

Autorit et pouvoir en Islam: repenser les concepts

57

pense islamique. Je renvoie notamment aux chapitres en anglais de mon Islam: to Reform or to Subvert? Chaque fois, je me suis efforc denrichir et surtout dlargir les horizons de la recherche rflexive pour dpasser les crises rcurrentes des rgimes dmocratiques de la vrit, de la lgitimit, de la justice, des droits et des devoirs de la personne, de lindividu et du citoyen. Mon choix stratgique de dpart est quil importe dapporter lIslam, enferm dans des expressions rituelles et des croyances traditionnelles de la foi, des outils nouveaux de la pense critique, non seulement pour sortir des cltures dogmatiques hrites du pass lointain et des rcentes dcennies, mais aussi pour contribuer enfin aux mmes combats intellectuels et culturels que continue de conduire lOccident. Il est vrai que celui-ci traverse des crises rcurrentes qui ne sont pas seulement dordre conomique, social et montaire. On parle souvent de la pense jetable comme tous les objets conus pour un seul ou quelques usages dans un temps court. Loubli et lindiffrence lhistoire, lanthropologie souvent rduite lethnologie du XIXme sicle, la philosophie spculative, aux donnes de la longue et trs longue dure ractives par les religions, aggravent de jour en jour les checs de la pense et la perversion de lintellect. Lexemple de lautorit et du pouvoir est trs parlant. Ces deux concepts ont bnfici dune attention particulire dans la priode mdivale. Je renvoie aux uvres

58

Mohammed Arkoun

des trois grands mdiateurs, Avrros (m. 1198), Mamonide (1204) et Thomas dAquin, dont on connat le grand trait sur lauctoritas et la potestas. La thologie politique nourrie par les donnes rvles de la tradition monothiste du Dieu Un et Vivant, Acteur transcendant de deux histoires la terrestre et le Salut ternel ; et la philosophie politique soutenue par les postulats spculatifs de la mtaphysique classique se sont longtemps enlises dans les spculations ahistoriques et abstraites, commencer par celles sur lIntellect, lme, limmortalit, la rsurrection, etc. Les deux rvolutions anglaise et franaise ont impos en Europe occidentale un fait accompli historique, non pas en poursuivant la recherche, mais en versant beaucoup de sang et en instituant la violence politique comme lune des composantes invitable de toute autorit comme source premire de toute lgitimit. Ce fait accompli rgne et continue de lgitimer les rgimes dmocratiques les plus avancs devenus un Modle exportable aux socits archaques et patriarcales. Les philosophies politiques ont ainsi perptu la violence des guerres dites de religion tout en dtachant, linstar des thologies, la gestion intellectuelle du rgime de vrit de toute violence politique. Dans les deux cas, linstance de lautorit est malmene et de plus en plus annexe et manipule par linsistance du pouvoir. Quand on parle des autorits constitues dans un rgime de pouvoir, on banalise les exigences et les principes qui dif-

Autorit et pouvoir en Islam: repenser les concepts

59

frencient les statuts spirituels, thico-juridiques et humanistes de lautorit respectueuse de lintgrit de tout sujet humain et les prrogatives dun pouvoir qui grent les sujets collectifs (groupes, socits, nations). Puisquil y a usurpation dune autorit lgitimante sans recourir aucune arme ou obligation contraignante par un pouvoir institutionnel qui revt lhabit de lautorit, alors quil utilise tous les moyens de la contrainte plus ou moins lgale, il est urgent aujourdhui de remettre en chantier la qute dune lgitimit voue la construction dun espace social et juridique dune citoyennet potentiellement ouverte tous les sujets humains. On voque de plus en plus cette nouvelle perspective; on a des institutions internationales qui travaillent dans cette direction; mais il reste un immense travail faire pour protger la raison des forces multiples de perversion et de drives vers la violence systmique. Cest l lobjectif majeur de la discipline intellectuelle et des programmes que jai assigns lislamologie classique. Le prsident Obama a esquiss un nouveau regard sur lhistoire du monde partir des Etats-Unis. Lhistoire nous clairera sous peu sur les niveaux de succs ou lchec net des attentes souleves dans le monde par des discours qui ont le mrit dincarner un sens, une pratique de lautorit entrine par ladhsion fervente de tant de peuples en attente de libration. Il nous fait passer de lre de lhyper puissance volontariste, conquran-

60

Mohammed Arkoun

te et missionnaire celle dun monde dont la gestion est, et restera pour longtemps multipolaire et dpendante des usages faits de la diversit complexe dj l dans toutes les socits contemporaines et des surgissements imprvisibles de nouvelles orientations de lhistoire. Cest lvnement qui subvertit des niveaux varis les processus habituels de production, de promotion ou de dsintgration brutale de ce que nous nommons dans toutes les langues la vrit, la ou les valeurs, la lgitimit, le droit, les principes thiques, les choix politiques ou religieux et ultimement les instances du jugement, de lintelligibilit, de linterprtation, de lorientation des conduites humaines. Les vnements cet gard nont pas tous la mme richesse rvlante, la mme force de dvoilement et douverture sur dautres horizons de sens et de possibles demeurs invisibles ou volontairement verrouills jusquau fracas de retentissement mondial comme le 11/9/2001. Dans un livre deux voix,2 jai longuement montr comment les attentats qui ont constern toutes les consciences dans le monde ne pouvaient recevoir une rponse homologue dune violence punitive, politiquement et thiquement ravageuse; jai insist avec force sur la ncessit politique de transformer un attentat, vite banalis par ceux qui lon suivi, en Avnement dune Parole porteuse dune vision subversive de toutes les cultures et traditions dites vivantes pour faire passer la condition2 M. Arkoun et J. Maila, De Manhattan Bagdad. Au-del du Bien et du Mal, Paris, Descle de Brouwer, 2003.

Autorit et pouvoir en Islam: repenser les concepts

61

humaine des cltures dogmatiques comme espaces dalination systmatique de lesprit humain des espaces historiques de dpassement des systmes de valeurs et de civilisation scolastiquement figs dans la froide taxinomie du fameux clash des civilisations. Il est significatif de ltat des cultures et des systmes de pense des annes 1990 en Occident notamment, que lannonce du clash par un professeur de Harvard soit devenu la Bible des dissertations, des commentaires, des polmiques dans tous les lieux de parole, dchanges et de confrontations lchelle mondiale. Jai pris part plusieurs rencontres internationales o ma voix modeste, isole, objet de mfiance, sinon dhostilit du ct musulman, dindiffrence, au mieux de condescendance faussement protectrice en Occident, proposait obstinment une voie de sortie de ce que jai thoris avec quatre concepts trs opratoires: La parole absente pour prendre en charge dans laction historique le passage de lvnement lAvnement. Le triangle anthropologique: Violence , sacr Vrit, comme social-historique o saffrontent non seulement les mouvements terroristes rattachs la seule logosphre qualifie dislamiste, fondamentalisme islamique, islamisme radical, mais un immense Ple mytho-idologique qui ose dfier la face du monde le Ple de la civilisation mancipatrice et du Bien qui est devenu lOccident aprs la disparition dun premier protagoniste du Mal, le Ple sovitique.

62

Mohammed Arkoun

Deux concepts interactifs, la mytho-histoire et la mytho-idologie, orientent les programmes la fois de la recherche en sciences de lhomme et de la socit, ceux de lenseignement tous les niveaux des rsultats nouveaux de cette recherche; ceux de laction politique accompagne dune pense thique renouvele dans la ligne de lau-del du Bien et du Mal, du Vrai et du Faux, du juste et de linjuste, de la violence et du sacr o la Vrit est protge dans les hauteurs de labsolu et des diverses formes de la Thmatique historico-transcendantale; ceux des forces imaginantes du droit (Mireille Delmas-Marty) pour llaboration dun droit international la mesure des chartes universalisables qui sont censes orienter les Instances comme lONU, lUNESCO, le Tribunal Pnal International, lUnion Europenne; mais qui demeurent perverties, ignores par les souverainismes et les gosmes sacrs des tats-Nations qui retardent considrablement lAvnement dun espace mondial de citoyennet et de marche vers la sortie du triangle anthropologique. Il y a toujours et partout dans lhistoire des socits humaines des forces qui touffent la parole libre, cratrice et libratrice et largissent de ce fait lespace et le temps du rgne de la parole absente. Cela signifie la priorit donne laccumulation des impensables et des impenss par les censures, les liminations, les perscutions, le culte de loubli au profit du seul pensable officiel et orthodoxe. Cest dans ma pratique de lhistoire de la pense islamique que jai mis au point la dialec-

Autorit et pouvoir en Islam: repenser les concepts

63

tique sociale et politique avant dtre purement idologique ou idelle, que je parle des deux champs sociohistoriques du pensable/impensable et pens/impos.3 La sociologie historique na pas encore intgr, en Islam surtout, cette analyse fconde pour sa porte explicative des fonctionnements rgressifs et antidmocratiques de tous les Partis-tats postcoloniaux. Dans cette perspective analytique et interprtative du politique, du social, du culturel et de lconomique en tant que champs interactifs, indissociables de toute construction sociale de la ralit, llection dObama a t vcue comme lAvnement de ce qui ne pouvait intervenir immdiatement aprs le choc majeur des attentats du 11/9. Cest lchec de la riposte punitive et du discours de lgitimation de la guerre juste conue et conduite par lquipe mythoidologique choisie par Bush qui a rendu plus intelligible et politiquement ncessaire lmergence quasi miraculeuse, en tout cas charismatique, du visage serein et souriant dObama qui ajoute de la force et du rayonnement la parole refoule dans labsence et soudain libre pour combler des attentes, non seulement amricaines, mais des peuples du monde. Tous ont vcu le tragique du quotidien du triomphe dune violen3 Pour plus de dveloppements sur ce travail de reconceptualisation des conditions de construction sociale de la ralit et de toute production imaginaire de la socit, voir Islam, to Reform or to Subvert? et Pour sortir des cltures dogmatiques, Paris, Grancher, 2007.

64

Mohammed Arkoun

ce systmique nourrie par le heurt irrmdiable entre, dune part des rages de peuples grandis dans les humiliations, les dpossessions, les exclusions, les ignorances programmes, instrumentalises comme moyens de conqute et exercice durable du pouvoir et dautre part des puissances riches, hgmoniques, sres delles et peine condescendantes ou cyniquement protectrices de rgimes politiques reposant sur des rgimes de vrits et de lgitimit condamns par lthique minimale.2. analysedconsTrucTIVe des TroIs

d

A titre dintroduction au texte quon va lire, je donnerai quelques prcisions smantiques sur les usages faits de ces trois D mentionns dans le sous-titre. Dn, en arabe, rfre trois concepts interactifs que jappelle les trois D. La dynamique smantique propre au discours coranique met dj en place cette interactivit que rpercuteront plus tard les divers commentaires et les pratiques des acteurs sociaux. Dn (religion) est ainsi explicit par yawm al-dn, le Jour du Jugement ou de lapurement des comptes (yawm al-hisb). Le Coran parle de dn ind Allah-l-islm, la religion agre par Dieu est lIslam, dfini comme: al-dn al-qayyim, la religion immuable et dn al haqq, religion vraie, rvle par le Coran, videmment distingue comme la seule vraie de toutes les autres formes de la religion. Par des touches et des prcisions successives au gr des circonstances changeantes accompagnes au jour le jour par la descen-

Autorit et pouvoir en Islam: repenser les concepts

65

te de la Parole de Dieu. Lunit que forme le couple DnIslam avec majuscule finit par couvrir tout lespace de vie dite dici-bas (Duny) et de la politique dsigne par Dawla, cest--dire les dynasties qui se succdent sans cesse au cours du temps histo...

Recommended

View more >