Walfer Buet Juillet 2012

  • View
    227

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Walfer Buet Juillet 2012

  • Chroniques: 20Chroniques de Walferdange

    speCial: 18Raymond Lohr Lempire de la pierre

    sTorY: 03Les Romains Walferdange

    Juli-August//2012

    de

    Walfer

    Buet

    les c

    hos d

    e la c

    ommu

    ne

    de W

    alfer

    dang

    e

  • 03 Des trous, une longue conduite et les dieux

    07 Communications officielles

    11 Actualits associatives

    18 Raymond Lohr Lempire de la pierre

    20 Chronique: Un mois en photos

    24 Calendrier des manifestations

    03 ber Lcher, eine lange Leitung und die Gtter

    07 Amtliche Mitteilungen

    11 Vereinsleben

    18 Raymond Lohr Im Reich der Steine

    20 Chronik: Ein Monat in Bildern

    24 Veranstaltungskalender

    somm

    aire

    inha

    lT

  • DE WALFER BUET

    NR. 07 JULI/AUgUst 2012 DE WALFER BUET

    03

    Des Trous, une longue ConDuiTe eT les Dieux01

    Ce n'est pas un secret: l'poque, les Romains taient quasi omniprsents. Partout o ils sont passs, ils ont ralis des ouvrages remarquables: des aqueducs, des villas somptueuses ou encore des thermes. La valle de l'Alzette n'chappe pas la rgle et, Walferdange aussi, la prsence romaine apparat d'une manire tout fait particulire. Le systme de galeries souterraines des Raschptzer, de mme que la villa romaine de Helmsange racontent autant le quotidien qu'ils tmoignent des talents d'ingnieurs des Romains. D'ailleurs, ces endroits, l'une ou l'autre dcouverte surprenante pourrait encore tre mise au jour l'avenir.

    Fi Autrefois, quatre dpres-sions de terrain dans la fort de Helmsange, sur le plateau de "Ptschend", suscitaient des inter-rogations. Beaucoup de monde les trouvait tranges, voire un peu inquitantes. Il se racontait que, si quelqu'un tombait dans ces trous de lutins, il referait surface prs du moulin de Steinsel. Pour les plus curieux, ces lgendes taient autant d'encouragements percer le mystre de ces trous. Il ne s'agis-sait aucunement de dcouvrir un raccourci pratique pour rejoindre

    le moulin de Steinsel, mais de se lancer dans des explorations scien-tifiques pour mettre au jour ce qui s'tait perdu au cours de 2 000 an-nes. Parmi ces curieux, il y avait Georges Faber, l'initiateur des recherches autour des conduites des Raschptzer, ainsi que Nico-las Kohl, tous les deux de Walfer-dange. Le 3 octobre 1986, ils rus-sirent ensemble avec une equipe de la socit EFCO une perce. Aprs des dcennies de recherche et de fouilles laborieuses, les trous finirent par rvler leur secret petit

    petit. Il s'avra que les galeries dbouchaient sur un systme sou-terrain de conduites d'eau, vestige de l're romaine.

    Quand Nicolas Kohl se rappelle de cette mmorable journe d'au-tomne, il flotte comme un parfum d'aventure dans l'air. g de 91 ans, il raconte les yeux ptillants qu'il fut le premier tre humain depuis des millnaires pntrer dans ce mystrieux monde de tun-nels souterrains. "Les Raschpt-zer, c'est ma vie", affirme Nicolas

    Kohl. "C'est un virus que m'a refil Georges Faber." Georges Faber, Nicolas Kohl, Guy Waringo et Pit Kayser, c'taient comme l'a dclar quelqu'un un jour "les quatre mousquetaires" de lexplo-ration des Raschptzer. Laccs cette construction antique sest ouvert eux et au public.

    Avec le Qanat des Raschptzer Walferdange, le Luxembourg pos-sde l'un des systmes de galeries romains les mieux conservs au nord des Alpes. Il fait aussi partie

  • DE WALFER BUET

    De WalFer BueT NR. 07 JuLi/August 2012

    04

    des plus longs et des plus pro-fonds, avec des dimensions im-pressionnantes: une longueur to-tale estime plus de 600 mtres, dont 330 mtres sont considrs comme explors, mais aussi une profondeur de 36 mtres. La quantit d'eau qui transite par la conduite s'lve jusqu' au-jourd'hui constamment 180 m3 par jour le tout sans le moindre entretien et de manire ininter-rompue, depuis 2 000 ans. Il est suppos que ces galeries ont t amnages en 130 ap. J.-C. Pour raliser cette prouesse, qui rcla-mait des capacits techniques d-veloppes, les ingnieurs romains ont probablement mis entre deux et trois annes.

    Mais qu'est-ce qu'un qant, au juste? Le terme voque des pay-sages dsertiques lointains. Dans la Perse antique, il dsignait des installations souterraines d'ex-traction d'eau courante. Ce type de construction existait gale-ment dans d'autres rgions d'Asie mineure et d'Afrique mditerra-nenne. Les Romains ont impor-t les connaissances en matire de construction de qants du Proche-Orient en Europe.

    Il est vrai qu'aucun Romain digne de ce nom ne voulait se priver du luxe de l'eau courante. Cependant, jusqu' aujourd'hui, la destination exacte de l'eau qui circulait par le Qanat des Raschptzer demeure mystrieuse. En revanche, il est avr qu'il existe encore une villa romaine entre Helmsange et Heis-dorf qui n'a pas encore t mise au jour. Il est vraisemblable que c'est cette villa que devait alimen-ter l'eau en provenance du lieu-dit "Haedchen". Il est toutefois peu probable qu'autant d'efforts aient

    t consentis pour approvision-ner un seul btiment. Ds lors, les experts souponnent que le sol pourrait receler les vestiges d'une vritable colonie romaine.

    La villa romaine mise au jour Helmsange raconte un autre chapitre de la vie romaine docu-mente sur le territoire de la commune. Il s'agit d'un ensemble gnreux aux allures de palais, d-couvert au dbut des annes 1990. noter cependant qu'elle n'tait pas alimente par l'eau du Qanat des Raschptzer.

    Il reste savoir ce qui rend ce site antique tellement particulier par rapport d'autres villas simi-laires. Ce sont les multiples objets dcouverts, qui tmoignent d'un contexte culturel ou religieux, comme par exemple cette pierre dont les gravures reprsentent probablement les divinits Mer-cure, Apollon et Minerve. Les di-mensions des btiments de mme que les vestiges mis au jour sug-grent que le matre d'ouvrage fai-sait partie des notables locaux. Il semble d'ailleurs que c'tait un fin gourmet. En effet, des coquilles d'hutres trahissent les prf-rences culinaires des habitants.

    La poursuite de la recherche tient beaucoup cur Nicolas Kohl, qui espre qu'un jour, toute l'tendue des territoires coloni-ss par les Romains dans la valle de l'Alzette sera tudie avec les Raschptzer et qu'il y aura peut-tre mme des panneaux expli-catifs pour les amateurs. Ce jour-l, les Romains de Walferdange auront fini par livrer leurs der-niers secrets, qui, actuellement, demeurent encore dissimuls sous le voile de l'histoire.

    01 Dans la fort de Helmsange, des panneaux dinformation dtaills donnent des points de vue intressants sur le fonctionnement de lamnagement du Qanat romain.Detaillierte Informationstafeln im Helmsinger Wald geben Interessierten Einblicke in die Funktionsweise der rmischen Qanatanlage.02 & 03 Plonge dans lhistoire. Le systme de galeries souterraines mesure 600 m de long, dont 330 m sont considrs comme explors.Tunnelblick in die Geschichte. Die unterirdische System ist rund 600 Meter lang, wovon 330 Meter als sicher erforscht gelten.04 Les "quatre mousquetaires" de lexploration des Raschptzer (de gauche droite): Georges Faber, Pit Kayser, Nicolas Kohl et Guy Waringo.Die "vier Musketiere" der Raschptzer-Forschung (von links): Georges Faber, Pit Kayser, Nicolas Kohl und Guy Waringo.05 Un trou pour contempler l'histoire: le Grand-Duc Henri venu en 2010 a visit le site des Raschptzer Walferdange.Ein Guckloch in die Geschichte: Groherzog Henri besichtigte 2010 die Raschptzeranlage in Walferdingen.

    02 04

    05

    03

    Le "Rimerpad" (sentier des Romains), amnag par le Syndicat d'initiative et de tourisme (SIT), longe la villa romaine et les Raschptzer. Un dpliant consacr ce sentier est disponible sur le site Internet du SIT, www.sitwalfer.lu/reimerpad.pdf

    En outre, le SIT a publi toute une srie d'ouvrages rdigs par Georges Faber, Nicolas Kohl, Guy Waringo et Pit Kayser. Un aperu est disponible sur le site Internet du SIT, www.sitwalfer.lu/publica-tions.html

    La galerie du puits -5 est ouverte gratuitement au public chaque dimanche, de 14h30 17h30. Des visites guides peuvent tre demandes auprs de l'administration communale (tl.: 33 01 44-1). cet effet, il faut remplir un formulaire, disponible sur le site Internet de la commune, www.walfer.lu

    Informations

  • De WalFer BueT 05

    Ber lCher, eine lange leiTung unD Die gTTer

    06

    Es ist kein Geheimnis: die Herrschaften waren in frheren Tagen quasi berall. Aqudukte, prchtige Villen und Thermen dort, wo die alten Rmer Hand anlegten, entstanden ein-drucksvolle Bauwerke. Auch im Alzettetal haben sie ihre Spuren hinterlassen und dies in Walferdingen auf ganz besondere Art und Weise. Das unterirdische Raschptzer-Wasser-leitungssystem, wie auch die Rmervilla in Helmsingen erzhlen vom Leben und der Ingenieurs kunst der Rmer. Und die eine oder andere berraschung wartet vielleicht sogar darauf, in Zukunft erst noch entdeckt zu werden.

    NR. 07 JuLi/August 2012 De WalFer BueT

    Di Einst sorgten vier mul-denartige Vertiefungen im Helmsinger Waldboden auf dem "Ptschend"-Plateau fr fragende Blicke. Viele fanden sie merkwr-dig, vielleicht sogar ein wenig un-heimlich. "Wer in diese Wichtel-lcher hineinfllt, kommt in der Nhe der Steinseler Mhle wieder hinaus", wurde im Volksmund gemunkelt. Die wirklich Neugie-rigen spornten diese Geschichten erst recht dazu an, dem Geheim-

    nis der mysterisen Lcher auf den Grund zu gehen. Keineswegs, um eine praktische Abkrzung zur Steinseler Mhle zu finden, sondern um wissenschaftlich auf-zudecken, was im Laufe von 2000 Jahren in Vergessenheit geraten war. Zu diesen Neugierigen zhl-ten insbesondere der Initiator der Walferdinger Raschptzer-Forschung Georges Faber sowie Nicolas Kohl aus Helmsingen. Am 3. Oktober 1986 gelang ihnen

    mit einem Team der Firma EFCO der