Ville rv©e, ville id©ale, projet d'am©nagement sur la friche urbaine de la Pointe-aux-Li¨vres   Qu©bec

  • View
    27

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Martine FREEDMAN Université Laval

Text of Ville rv©e, ville id©ale, projet d'am©nagement sur la friche urbaine de la...

VILLE RVE, VILLE IDALE. PROJETS DAMNAGEMENTS SUR LA FRICHE URBAINE DE LA POINTE-AUX-LIVRES QUBEC Martine FREEDMAN Universit Laval martine.freedman.1@ulaval.ca

Rsum Le terrain de la Pointe-aux-Livres, dans la basse ville de Qubec, offre un riche potentiel de dveloppement. Un espace vacant au centre ville offre la possibilit de penser ou de rver de multiples projets damnagement. Les diffrents acteurs impliqus dans llaboration de ces projets ne conoivent pas le paysage de la mme faon. Il convient alors de sinterroger sur les raisons de ces divergences. Une analyse du discours de mmoires, de rapports, de procs-verbaux et de prises de notes de consultations publiques de 1990 2006 a servi de support pour rpondre ces questions. Les rsultats montrent que face la friche urbaine les diffrents acteurs formulent des projets qui rvlent notamment comment ils peroivent leur ville rve ou idale. Seulement, mme si les projets prsents semblent concordants, des nuances majeures indiquent que les acteurs ne pensent pas le paysage de la mme faon. Mots-cls : projets damnagement, friche urbaine, consultations publiques, ville de Qubec Abstract Pointe-aux-Livres field in the low part of Quebec City has a considerable potential of growth. A vacant space located in a city centre offers the opportunity to think or to dream of many planning projects. The different proponents involved in these development projects do not imagine the landscape on the same way. Therefore, we have to examine the reasons of these differences. A discourse analysis of the reports, the meetings minute, and notes taken during public consultations from 1990 to 2006 were used to answer this question. The results show that, facing a urban wasteland, proponents express projects that show especially how they imagine their dreamed or ideal city. However, even though the presented projects seem similar, major components point out that actors do not think on the same way about landscape. Keywords: planning projects, urban wasteland, public consultation, Quebec City

INTRODUCTION Le terrain de la Pointe-aux-Livres, au cur de la ville de Qubec demeure en friche depuis les annes 1980. Un espace vacant tendu au centre ville offre la possibilit de penser ou de rver de multiples projets damnagement. Toutefois, les diffrents acteurs impliqus dans llaboration de ces projets ne conoivent pas le paysage de la mme faon. Il convient alors de sinterroger sur les raisons de ces divergences. Pour ce faire, une analyse des discours produits par ces acteurs claire par les concepts de territorialit et de sens du lieu a t ralise. Cette tude montre que selon la position des acteurs, ces derniers se proccupent davantage de la forme que du sens du paysage. Par ailleurs, elle relve limportance de considrer le discours comme tant situ par rapport un contexte. LA POINTE-AUX-LIVRES : UNE FRICHE URBAINE AU CUR DE LA VILLE La Pointe-aux-Livres est situe dans le quartier Saint-Roch Qubec, un quartier central en revitalisation depuis le dbut des annes 1990 (voir carte, figure 1). Plusieurs terrains dune superficie totale denviron dix hectares sont vacants dans ce secteur (Ville de Qubec, 1991). La majorit de ces terrains appartient la Ville de Qubec depuis les annes 1980 (Ville de Qubec, 2005b). Comme ces terrains sont localiss dans un endroit stratgique ( proximit du centre ville, des transports publics, dune autoroute, de parcs et de plusieurs quipements) et pourraient contribuer repeupler les quartiers centraux, la Ville les considre comme zone prioritaire de ramnagement (Conseil de quartier du 28 avril 2005; Ville de Qubec, 2005b). Un premier projet damnagement de ce secteur avait t propos par la Ville en 1990 (Ville de Qubec, 1990a, 1991). Au fil des annes, en rponse aux ractions mises lors des consultations publiques, il a volu. En 2005, la dernire version prvoyait principalement lamnagement dun parc pour des activits non structures (telles que la raquette, la luge, le patinage, des pique-niques, la marche ou le frisbee), la construction denviron 800 1000 units dhabitation dans des immeubles de quatre six tages et des commerces (Ville de Qubec, 2005b).

Figure 1 Le quartier Saint-Roch Qubec

Sources : Latig, Martine Freedman, 2005

Cependant, un lment majeur freine la ralisation de ce projet1 : les sols sont contamins. Loccupation du terrain de la Pointe-aux-Livres par des activits et des industries trs polluantes (dpotoir de la ville, incinrateur de dchets, tanneries, fabriques de vtements et usines traitant les mtaux) ds les annes 1940 a fortement contamin lensemble du site (Bouchard, 2005; Morisset, 1996; Ville de Qubec, 1996). Il semblerait que pour des activits telles que les sports dhiver et les promenades, il ne serait pas ncessaire denlever lentiret des sols contamins, ainsi lajout dune couche protectrice dun mtre dpaisseur suffirait (Bouchard, 2005; Ville de Qubec, 2005). Comme les sols sont contamins par des substances lourdes et non volatiles, elles ne risqueraient pas de remonter la surface (Bouchard, 2005). Par contre, pour la zone prvue pour lhabitation2, il sera ncessaire de dcontaminer entirement les sols (Bouchard, 2005). Toutefois, avant

le dbut des travaux damnagement du parc et la construction des immeubles, une procdure dvaluation des risques sera mene (tudes biologiques et cotoxicologiques, valuation des risques pour la sant) (Bouchard, 2005). PRCISIONS MTHODOLOGIQUES Pour se rendre compte de la manire dont les diffrents acteurs construisent leur paysage, nous avons choisi dtudier des discours produits par diffrents types dacteurs, les habitants du quartier, les associations locales, au rayonnement local ou plus tendu, les personnes qui travaillent dans le quartier (gens daffaires, employs, etc.) et les reprsentants de la Ville de Qubec. Les discours retenus se prsentent sous la forme de textes officiels rdigs par la Ville de Qubec (tels que les documents prpars pour les consultations publiques et les rapports de ces consultations), les mmoires dposs par les habitants, les gens daffaires ou les reprsentants des associations ainsi que les propos tenus lors des consultations publiques (notes prises sur le terrain en effectuant de lobservation directe3). partir de ces noncs, une analyse thmatique de contenu du discours a t ralise (Blanchet et Gotman, 1992). Tout na pas t retenu dans les discours produits. Nous nous sommes attache aux jugements de la situation prsente et lnonciation de projets damnagement. Avant dlaborer un projet ou de dire que lon veut garder les choses telles quelles, on met un jugement de la situation. En dautres termes, le jugement traduit la prsentation de la situation telle que les acteurs la vivent ou la peroivent (Mercier, 2004). Les acteurs disent ce quils croient tre bon ou mauvais dans le milieu urbain et qui en a la responsabilit. partir de ce jugement, un projet se met en forme, les acteurs expriment ce quils souhaitent (conserver une situation juge avantageuse ou au contraire changer ce quils trouvent dfavorable) et la manire dont lamnagement devrait tre ralis (Mercier, 2004). Lorsquils mettent un jugement et un projet, les acteurs les justifient et les teintent de leurs valeurs. Ce sont prcisment ces aspects qui nous intressent dans cette recherche. Diffrents lments participent la construction du paysage. Afin daffiner notre analyse, nous avons utilis les paramtres constituant la territorialit et le sens du lieu des acteurs. Il

convient alors de prciser ce que ces deux concepts signifient dans le cadre de cette recherche. La territorialit est considre comme lensemble des relations quun groupe ou un individu entretient avec lextriorit (i.e. lenvironnement physique) et laltrit (i.e. les individus et les groupes qui en font partie) laide de mdiateurs (Raffestin, 1984). Le sens du lieu est la signification que prend un lieu pour des personnes par lexprience quils en ont (Eyles, 1985). En dautres termes, cette territorialit et ce sens du lieu se construisent dune part partir des caractristiques du lieu lui-mme et dautre part sont filtres par des paramtres modificateurs propres aux acteurs (tels que leur position par rapport au lieu, leur exprience de lextrieur, leurs activits ou leurs perceptions). UN DIALOGUE ENTRE LES ACTEURS Nous avons considr les discours produits de 1990 2006 comme une forme de dialogue (voir figure 2). En effet, ces textes sont, dune part, rdigs des priodes diffrentes, dautre part, ils se rpondent. Les rsidants, les personnes qui travaillent dans le quartier et les reprsentants des associations donnent leur avis en raction aux textes mis par la Ville et aux autres propos tenus lors des consultations publiques. La Ville quant elle, ajuste son projet selon ce que ces personnes ont rdig dans les mmoires ou nonc lors des consultations publiques. Il convient ici dexposer les principaux lments de ce dialogue. En 1990, la Ville de Qubec labore un Plan daction pour la revitalisation du quartier Saint-Roch. Deux options sont proposes quant lamnagement de la Pointe-aux-Livres : une option habitation et une option parc. ce projet, la population a, en majorit, approuv loption habitation. Cependant, on peut nuancer ce rsultat : les habitations demandes sont destines aux familles, le dsir est de construire des logements mixtes (coopratives, locatifs, HLM, condominiums). Laccent est aussi mis sur laspect scuritaire, tel que lamnagement de passerelles pour les pitons. On observe galement des divergences : chacun ne demande pas la mme chose : certains dsirent exclusivement un parc, dautres des emplois et dautres des habitations.

Figure 2 : Dialogue entre les acteurs

Novembre 1990, Ville de Qubec : 2 options : habitation ou parc

Dcembre 1990, Mmoires habitants, associations, gens daffaire : habitation ou parc ou commerces (emplois)

1991, Ville de Qubec : Rapport de la commission consultative

1995, Ville de Qubec : Proposition