Click here to load reader

VIH et sida

  • View
    285

  • Download
    12

Embed Size (px)

Text of VIH et sida

  • VIH et sidaPrise en charge et suivi du patient

  • CHEZ LE MME DITEUR

    DPRESSION ET ANXIET par J. PALAZZOLO. Collection Abrgs de mdecine.2008, 112 pages.CONTRACEPTION, par D. SERFATY, 3e dition. Collection Abrgs de mdecine.2007, 480 pages.PHLBOLOGIE, par A.-A RAMELET, M. PERRIN, P. KERN, H. BOUNAMEAUX,5e dition. Collection Abrgs de mdecine, 2007, 672 pages.DUCATION THRAPEUTIQUE, par D. SIMON, P.-Y. TRAYNARD, F. BOURDILLON,A. GRIMALDI. Collection Abrgs de mdecine, 2007, 288 pages.RISQUE VASCULAIRE CARDIAQUE ET CRBRAL. 33 QUESTIONS ET 7 ORDONNAN-CES, par J.-C. GILBERT et M. SAFAR. Collection Abrgs de mdecine, 2006,240 pages.ASTHNIE-FATIGUE, par P.-Y. HATRON, J. CABANE, T. CARDON et coll. Collec-tion Abrgs de mdecine, 2006, 176 pages.PRATIQUE NOUVELLE DE LA TRANSFUSION SANGUINE, par J.-J. LEFRRE,P. ROUGER, 2e dition, Collection Abrgs de mdecine, 2006, 176 pages.TOXICOMANIES, par P. ANGEL, D. RICHARD, M. VALLEUR et E. CHAGNARD. Col-lection Abrgs de mdecine, 2005, 352 pages.NUTRITION. PRINCIPES ET CONSEILS, par L. CHEVALLIER. Collection Abrgs demdecine, 2005, 280 pages.MDECINE CLINIQUE, par T. GNREAU, B. De WAZIERES, O. LORTHOLARY. Col-lection Abrgs de mdecine, 2006, 576 pages.DTECTER LES MALADIES SYSTMIQUES AUTO-IMMUNES, par E. HACHULLA etP.-Y. HATRON, 2e dition. Collection Abrgs de mdecine, 2006, 312 pages.80 GESTES TECHNIQUES EN MDECINE GNRALE, par B. GAY, P. SACCONE etA. VALVERDE-CARRILLO. Hors collection. 2006, 336 pages.JUSTIFIER LES DCISIONS MDICALES ET MATRISER LES COTS, par B. GRENIER.Collection Abrgs de mdecine, 2006, 144 pages.SANT DE LA REPRODUCTION ET DROITS HUMAINS, par R. J. COOK, B.-M. DICKENS,M. F. FATHALLA. Collection Abrgs de mdecine, 2005, 592 pages.COMPRENDRE ET UTILISER LES STATISTIQUES DANS LES SCIENCES DE LA VIE, parB. FALISSARD, 3e dition. Collection Abrgs de mdecine, 2005, 384 pages.SOIGNER LA FEMME ENCEINTE, par J.-C. PONS. Collection Abrgs de mdecine,2005, 224 pages.L'EXPERTISE MDICALE EN RESPONSABILIT MDICALE ET EN RPARATION DUPRJUDICE CORPOREL, par J. HUREAU ET D.-G. POITOUT, 2e dition. Hors col-lection, 2005, 424 pages.250 EXAMENS DE LABORATOIRE. PRESCRIPTION ET INTERPRTATION, parR. CAQUET, 9e dition. Hors collection, 2004, 480 pages.100 DIAGNOSTICS NE PAS MANQUER, par . VIDAL-CATHALA et C. TERLAUD.Hors collection, 2003, 424 pages.

  • Christine KatlamaProfesseur des universits, universit Pierre

    et Marie Curie, Paris VI, praticien hospitalier,service des maladies infectieuses et tropicales,

    hpital Piti-Salptrire, Paris

    Jade GhosnPraticien hospitalier, service de mdecine interne

    et maladies infectieuses, hpital Bictre,Le Kremlin-Bictre

    VIH et sida

    Prise en chargeet suivi du patient

  • Tous droits de traduction, dadaptation et de reproduction par tous procds rservspour tous pays.

    Toute reproduction ou reprsentation intgrale ou partielle par quelque procd quece soit des pages publies dans le prsent ouvrage, faite sans lautorisation de lditeurest illicite et constitue une contrefaon. Seules sont autorises, dune part, les reproduc-tions strictement rserves lusage priv du copiste et non destines une utilisationcollective, et dautre part, les courtes citations justifies par le caractre scientifique oudinformation de luvre dans laquelle elles sont incorpores (art. L. 122-4, L. 122-5 etL. 335-2 du Code de la proprit intellectuelle).

    2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservsISBN : 978-2-294-70230-3

    ELSEVIER MASSON S.A.S. 62, rue Camille Desmoulins, 92442 Issy-les-Moulineaux Cedex

    Les indications et posologies de tous les mdicaments cits dans ce livre ontt recommandes dans la littrature mdicale et concordent avec la pratiquede la communaut mdicale. Elles peuvent, dans certains cas particuliers,diffrer des normes dfinies par les procdures dAMM. De plus, les proto-coles thrapeutiques pouvant voluer dans le temps, il est recommand aulecteur de se rfrer en cas de besoin aux notices des mdicaments, aux publi-cations les concernant et lAgence du mdicament. Lauteur et lditeur nesauraient tre tenus pour responsables des prescriptions de chaque mdecin.

  • LISTE DES COLLABORATEURS

    AUTRAN Brigitte, professeur des universits, universit Pierre et Marie CurieParis VI, praticien hospitalier, laboratoire dimmunologie, hpital Piti-Salp-trire, Paris.BRETON Guillaume, praticien hospitalier, service de mdecine interne,hpital Piti-Salptrire, ParisCAUMES ric, professeur des universits, universit Pierre et Marie CurieParis VI, praticien hospitalier, service des maladies infectieuses et tropicales,hpital Piti-Salptrire, Paris.DOLLFUS Catherine, praticien hospitalier, service de pdiatrie, hpitaldenfants Armand-Trousseau, Paris.DOMINGUEZ Stphanie, praticien attach, service des maladies infectieuseset tropicales, hpital Piti-Salptrire, Paris.GHOSN Jade, praticien hospitalier, service de mdecine interne et maladiesinfectieuses, hpital Bictre, Le Kremlin-Bictre.KATLAMA Christine, professeur des universits, universit Pierre et MarieCurie Paris VI, praticien hospitalier, service des maladies infectieuses et tropi-cales, hpital Piti-Salptrire, Paris.KTORZA Nadine, mdecin attach, service des maladies infectieuses et tropi-cales, hpital Piti-Salptrire, Paris.LOUASSE Philippe, COREVIH le-de-France centre, hpital Piti-Salp-trire, Paris.MARCELIN Anne-Genevive, matre de confrences des universits, univer-sit Pierre et Marie Curie Paris VI, praticien hospitalier, laboratoire devirologie des maladies infectieuses et tropicales, hpital Piti-Salptrire,Paris.PEYTAVIN Gilles, praticien hospitalier, laboratoire de toxicologie et de phar-macocintique clinique, hpital Bichat-Claude-Bernard, Paris.SORDET Fabien, AIDES Paris, membre bnvole.TUBIANA Roland, praticien hospitalier, service des maladies infectieuses ettropicales, hpital Piti-Salptrire, Paris.

  • INTRODUCTION

    Au dbut des annes quatre-vingt, lirruption dune maladie nouvelle, myst-rieuse, cra un bouleversement scientifique, tant dans le domaine de lavirologie que dans les domaines de limmunologie et de la clinique. Et nul nesavait encore cette date que, 20 ans aprs, cette infection constituerait unproblme de sant majeur dans le monde avec, en 2007, plus de 30 millions depersonnes infectes, jeunes adultes, condamnes mort en labsence detraitement.Jusquen 1995, le diagnostic dinfection VIH tait associ la progressionquasi inluctable de la maladie avec, la cl, une volution fatale. La signifi-cation et le pronostic VIH ont considrablement volu depuis 10 ans aveclutilisation des trithrapies antirtrovirales qui a permis une rduction specta-culaire de la mortalit et de la morbidit de linfection VIH. tre infect parle VIH signifie actuellement pouvoir vivre avec le virus pendant de trslongues annes; cest aussi, en contrepartie de ce pronostic bien meilleur,lapparition dune nouvelle donne : labsence de menace vitale court termesans pour autant obtenir lradication du virus avec son corollaire, labsencede gurison dfinitive, la perspective dune infection chronique impliquant laprise dun traitement au long cours.Lobjectif de la thrapeutique est donc de : maintenir labsence de rplication virale tout au long de la vie, simplifier la prise des traitements, rduire leurs effets secondaires.Le lien qui va sinstituer pendant plusieurs annes entre une personne atteinteet son quipe soignante est un lment majeur de la qualit de la prise encharge; une relation de confiance facilite le suivi ultrieur, la comprhensionet ladhsion au traitement. Lattente du patient concerne de nombreux thmesde sa vie quotidienne : qualit du suivi mdical mais aussi informations sur lesnouveauts en matire de recherche, dcryptage de linformation grandpublic, grande disponibilit, coute quant aux difficults thrapeutiques et auxaspects extramdicaux (image du corps, sexualit, procration).Les annes rcentes ont montr que le VIH est doublement dltre : dunepart par limmunodpression et dautre part par limmunoactivation quilengendre. Lvolution vers une prise en charge thrapeutique plus prcoce etpeut tre un jour ds le diagnostic de linfection est en marche.Faute dune vaccination prventive ou thrapeutique efficace, cest sur lecontrle du virus chez les personnes infectes que vont reposer de plus en plusles stratgies de prvention et de transmission du VIH.Dans le monde entier, lincitation au dpistage est un lment cl du contrlede lpidmie au Nord comme au Sud.Laccs aux traitements et la surveillance virologique dans les pays auxressources limites doit tre poursuivie et amliore.

  • 2 Introduction

    QUELQUES CHIFFRES

    pidmiologie dans le mondeLe rapport Onusida de dcembre 2007 publie les chiffres cls suivants :- 33,2 millions de personnes vivent avec le VIH/sida en 2007;- environ 6800 nouveaux cas dinfection VIH par jour en 2007 :plus de 95 % des cas sont concentrs dans les pays revenu faible oumoyen,prs de 1200 cas chez les enfants de moins de 15 ans,environ 5800 cas chez ladulte (15 49 ans), dont 50 % chez les femmes et40 % chez les moins de 24 ans;- 2,5 millions de nouveaux cas en 2007 et 2,1 millions de dcs dus au sida.pidmiologie en Europe de lOuest et en Europe Centrale740 000 personnes vivent avec le VIH/Sida.27 259 nouveaux cas ont t dclars parmi les 28 pays de lUnion euro-penne et de lAssociation europenne de libre-change.pidmie en France (chiffres au 31 dcembre 2006)62 059 cas de sida diagnostiqus depuis le dbut de lpidmie.140 000 personnes sropositives pour le VIH (estimation).6300 nouvelles contaminations en 2006 (estimation).

  • 1 QUEST-CE QUE LE VIH? HISTOIRE NATURELLEDE LA MALADIE

    C. KATLAMA

    VIH

    Gnralits

    Le VIH ou virus de limmunodficience humaine appartient la famille desrtrovirus; ces virus sont trs frquents dans diverses espces animales. Lesdeux groupes de rtrovirus associs des pathologies chez lhomme sont leHTLV (Human T cell Leukemia Virus) et le VIH. Deux types de VIH, VIH1 etVIH2, ont t isols chez lhomme. De tr

Search related