of 1 /1
94 The Journal of Emergency Medicine 23 am qui se presente a l’urgence en accusantde la douleur et de l’oedeme au niveau du membre superieur gauche. La phlebographie confirme le diagnostic d’une thrombose de la veine axillo-sous-claviere. L’hospitalisation et le traitement a l’aide de I’heparine intraveineusepermettent un retablissement satisfaisant. Lapresentation clinique, lesfacteurspredisposants, le diagnostic, le traitement et les complications de cette entite rare sont discutes. 0 OBSTRUCTION DES VOIES RESPIRATOIRES SUPERIEURES CAUSEE PAR UN SARCOME DE KA- POSI RELIE AU SIDA. Roy TM, Dow FT, Puthuff DL, pp 23-25. Le sarcomede Kaposi apparaissant dans la region de la t&e et du cou est un symptome courant du syndrome de I’immuno- deficience acquise. Cette tumeur peut aussiatteindre la surface oromuqueuse mais elle entraine rarement l’obstruction des voies respiratoires sup&ieures. Lorsqu’une obstruction se pro- duit, le medecin d’urgence doit etre conscient des problemes relies a la manipulation chirurgicale et a la radiotherapie. 0 LE RdLE DE L’ECHOCARDIOGRAPHIE AU SER- VICE D’URGENCE DANS LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT DE LA TAMPONNADE CARDIAQUE. Mazurek B, Jehle D, Martin M, pp 27-31. Un homme age de 44 ans se presente au service d’urgence en Ctat de choc, accusantune distension des veinesjugulaires et une cyanose du thorax superieur. La tomodensitometrie permet d’exclure le syndrome de la veine cave superieure. Cependant, elle r&Ye un dpanchement pericardique important que confirme l’echographie. Les medecins d’urgence posent un diagnostic de tamponnade pericardique et la piricardiocen- t&e h l’aide de l’echographie procure une nette amelioration des sympdmes. q L’INFECTION A L’ARCANOBACTERIUM HE- MOLYTZCUM: A NE PAS CONFONDRE AVEC LA SCARLATINE ET LA DIPHTERIE. Kain KC, Noble MA, Barteluk RL, Tubbesing RH, pp 33-35. Les infections B I’Arcanobacterium hemolyticum sont une cause frequente de pharyngite et d’eruption chez les 10 a 30 ans. Malgre sa prevalence, de nombreux medecins d’urgence et medecins de famille ne sont pas necessairement au courant du potentiel pathogene de cet organisme. Nours presentons un cas qui illustre le spectreclinique distinctif des infections a 1’A hemolyticum qui ne doivent pas Ctreconfondues avec l’allergie medicamenteuse, la scarlatine streptococciques du groupe A, la diphterie et m&me le syndrome du choc toxique. L’identifi- cation de ce syndrome reduira le nombre de diagnostics errones et facilitera le traitement approprie. q PARAMEDICS: CONNAISSANCES ET ATTITUDES FACE AU SIDA ET A L’HEPATITE. Cydulka RK, Mat- thews JJ, Born M, Moy A, Parker M, pp 37-43. Nous avons pro&de a un sondage aupres de 420 parame- dies a l’emploi d’un important service d’incendie metropoli- tain afin de determiner les effets des seminaires educatifs sur kUrS connaissances, leurs perceptions et leurs attitudes face au SIDA et au virus de l’hepatite B. Tous les sondagesse firent sur une base volontaire et confidentielle. Nos efforts peda- gogiques ont sensibilisedavantage les paramedics aux mani- festationsmedicalesdu SIDA, a l’identification des facteurs de risque, aux modes de transmissionet aux moyens de maitriser l’infection, mais ils n’ont pas reussi a apaiser leur crainte de contracter le SIDA. Alors que les paramedicsmanifestent une crainte demesureeface au SIDA, nous constatonsqu’ils SOUS- estiment les risques d’infection par le virus de l’hepatite B. Seulement 17% des paramedics interroges avaient recu le vaccin anti-hepatique, m&me s’ils avaient participe, l’ande precedente, a un seminaire sur les maladies infectieusesexpli- quant les risques occupationnels de contracter le virus de l’hepatite B. Nous poursuivons presentement nos efforts pdda- gogiques afin de modifier I’attitude des paramedics face au SIDA et de les sensibiliser aux risques importants que re- presente l’exposition au virus de l’hepatite B pour leur Sante. 0 UTILITE DU PROTOXYDE D’AZOTE DANS UN SYSTEME RURAL DE SMU. Johnson JC, Atherton CL, pp 45-53. Les systemespre-hospitaliers ont besoin d’un analgesique stir et efficace pour le traitement des patients aux prisesavec la douleur. Des etudes recentes ont fait Ctat de l’efficacite du protoxyde d’azote dans des milieux urbains et ruraux. Cette etude passe en revue les dossiers de 200 malades (157 traumatismes, 23 problemes medicaux, 18 problbmes mus- culo-squelettiques)qui recurent du protoxyde d’azote au tours d’une p&ode de 28 mois dans un systeme rural de SMU. Quatre-vingt-cinq pour cent de ces malades indiquerent un soulagementde la douleur. Seuls des effets secondaires mineurs furent constates. Le niveau de satisfaction des patients dtait ClevC et on ne releva aucun abus de la part du personnel. q EXAMEN PHYSIQUE DANS LES CAS DE SYN- DROMES ISCHEMIQUES CARDIAQUES AIGUS. Crad- dock LD, pp 55-60. L’examen physique dans un casd’ischemie cardiaque aigue demeure un outil precieux s’il est effect& avec soin. L’is- chemie sans infarctus modifie la fonction myocardique et l’examen physique reflete ces changements. L’ischemie ac- compagnee d’un infarctus modifie la structure et la fonction cardiaques, entrainant des signes generalement plus drama- tiques et de plus longue duree, parfois mCme permanents. Effect& avec soin, l’examen physique foumit des renseigne- ments qui orientent la conduite therapeutique immediate, dessinent le pronostic et permettent une meilleure interpre- tation des epreuves cardiovasculaires,tant invasivesque non- invasives. q OBJECTIFS D’ORIENTATION DE LA FORMATION DES RESIDENTS EN STAGE HORS-SERVICE: OTO- LARYNGOLOGIE. Edlich RF, 61-66. 11 s’agit du sixieme article d’une s&e sur les objectifs de formation en medecine d’urgence. Celui-ci traite d’otolaryn- gologieB

Utilité du protoxyde d'azote dans un système rural de SMU

Embed Size (px)

Citation preview

94 The Journal of Emergency Medicine

23 am qui se presente a l’urgence en accusant de la douleur et de l’oedeme au niveau du membre superieur gauche. La phlebographie confirme le diagnostic d’une thrombose de la veine axillo-sous-claviere. L’hospitalisation et le traitement a l’aide de I’heparine intraveineuse permettent un retablissement satisfaisant. Lapresentation clinique, les facteurs predisposants, le diagnostic, le traitement et les complications de cette entite rare sont discutes.

0 OBSTRUCTION DES VOIES RESPIRATOIRES SUPERIEURES CAUSEE PAR UN SARCOME DE KA- POSI RELIE AU SIDA. Roy TM, Dow FT, Puthuff DL, pp 23-25.

Le sarcome de Kaposi apparaissant dans la region de la t&e et du cou est un symptome courant du syndrome de I’immuno- deficience acquise. Cette tumeur peut aussi atteindre la surface oromuqueuse mais elle entraine rarement l’obstruction des voies respiratoires sup&ieures. Lorsqu’une obstruction se pro- duit, le medecin d’urgence doit etre conscient des problemes relies a la manipulation chirurgicale et a la radiotherapie.

0 LE RdLE DE L’ECHOCARDIOGRAPHIE AU SER- VICE D’URGENCE DANS LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT DE LA TAMPONNADE CARDIAQUE. Mazurek B, Jehle D, Martin M, pp 27-31.

Un homme age de 44 ans se presente au service d’urgence en Ctat de choc, accusant une distension des veines jugulaires et une cyanose du thorax superieur. La tomodensitometrie permet d’exclure le syndrome de la veine cave superieure. Cependant, elle r&Ye un dpanchement pericardique important que confirme l’echographie. Les medecins d’urgence posent un diagnostic de tamponnade pericardique et la piricardiocen- t&e h l’aide de l’echographie procure une nette amelioration des sympdmes.

q L’INFECTION A L’ARCANOBACTERIUM HE- MOLYTZCUM: A NE PAS CONFONDRE AVEC LA SCARLATINE ET LA DIPHTERIE. Kain KC, Noble MA, Barteluk RL, Tubbesing RH, pp 33-35.

Les infections B I’Arcanobacterium hemolyticum sont une cause frequente de pharyngite et d’eruption chez les 10 a 30 ans. Malgre sa prevalence, de nombreux medecins d’urgence et medecins de famille ne sont pas necessairement au courant du potentiel pathogene de cet organisme. Nours presentons un cas qui illustre le spectre clinique distinctif des infections a 1’A hemolyticum qui ne doivent pas Ctre confondues avec l’allergie medicamenteuse, la scarlatine streptococciques du groupe A, la diphterie et m&me le syndrome du choc toxique. L’identifi- cation de ce syndrome reduira le nombre de diagnostics errones et facilitera le traitement approprie.

q PARAMEDICS: CONNAISSANCES ET ATTITUDES FACE AU SIDA ET A L’HEPATITE. Cydulka RK, Mat- thews JJ, Born M, Moy A, Parker M, pp 37-43.

Nous avons pro&de a un sondage aupres de 420 parame-

dies a l’emploi d’un important service d’incendie metropoli- tain afin de determiner les effets des seminaires educatifs sur kUrS connaissances, leurs perceptions et leurs attitudes face au SIDA et au virus de l’hepatite B. Tous les sondages se firent sur une base volontaire et confidentielle. Nos efforts peda- gogiques ont sensibilise davantage les paramedics aux mani- festations medicales du SIDA, a l’identification des facteurs de risque, aux modes de transmission et aux moyens de maitriser l’infection, mais ils n’ont pas reussi a apaiser leur crainte de contracter le SIDA. Alors que les paramedics manifestent une crainte demesuree face au SIDA, nous constatons qu’ils SOUS-

estiment les risques d’infection par le virus de l’hepatite B. Seulement 17% des paramedics interroges avaient recu le vaccin anti-hepatique, m&me s’ils avaient participe, l’ande precedente, a un seminaire sur les maladies infectieuses expli- quant les risques occupationnels de contracter le virus de l’hepatite B. Nous poursuivons presentement nos efforts pdda- gogiques afin de modifier I’attitude des paramedics face au SIDA et de les sensibiliser aux risques importants que re- presente l’exposition au virus de l’hepatite B pour leur Sante.

0 UTILITE DU PROTOXYDE D’AZOTE DANS UN SYSTEME RURAL DE SMU. Johnson JC, Atherton CL, pp 45-53.

Les systemes pre-hospitaliers ont besoin d’un analgesique stir et efficace pour le traitement des patients aux prises avec la douleur. Des etudes recentes ont fait Ctat de l’efficacite du protoxyde d’azote dans des milieux urbains et ruraux. Cette etude passe en revue les dossiers de 200 malades (157 traumatismes, 23 problemes medicaux, 18 problbmes mus- culo-squelettiques) qui recurent du protoxyde d’azote au tours d’une p&ode de 28 mois dans un systeme rural de SMU. Quatre-vingt-cinq pour cent de ces malades indiquerent un soulagement de la douleur. Seuls des effets secondaires mineurs furent constates. Le niveau de satisfaction des patients dtait ClevC et on ne releva aucun abus de la part du personnel.

q EXAMEN PHYSIQUE DANS LES CAS DE SYN- DROMES ISCHEMIQUES CARDIAQUES AIGUS. Crad- dock LD, pp 55-60.

L’examen physique dans un cas d’ischemie cardiaque aigue demeure un outil precieux s’il est effect& avec soin. L’is- chemie sans infarctus modifie la fonction myocardique et l’examen physique reflete ces changements. L’ischemie ac- compagnee d’un infarctus modifie la structure et la fonction cardiaques, entrainant des signes generalement plus drama- tiques et de plus longue duree, parfois mCme permanents. Effect& avec soin, l’examen physique foumit des renseigne- ments qui orientent la conduite therapeutique immediate, dessinent le pronostic et permettent une meilleure interpre- tation des epreuves cardiovasculaires, tant invasives que non- invasives.

q OBJECTIFS D’ORIENTATION DE LA FORMATION DES RESIDENTS EN STAGE HORS-SERVICE: OTO- LARYNGOLOGIE. Edlich RF, 61-66.

11 s’agit du sixieme article d’une s&e sur les objectifs de formation en medecine d’urgence. Celui-ci traite d’otolaryn- gologie B