Tome8 : La géologie

  • View
    230

  • Download
    5

Embed Size (px)

Text of Tome8 : La géologie

  • LA GEOLOGIE

    la Facult des Sciences de Lille de 1857 1970

    Tome 8de

    lHistoire de la Facult des Sciences de Lilleet de lUniversit Lille1 - Sciences et Technologies

  • 2

  • Histoire de la Facult des Sciences de Lilleet de lUniversit des Sciences et

    Technologies de Lille

    Tome 1: Contributions lHistoire de la Facult des Sciences (1854 - 1970)Par A.Lebrun, M. Parreau, A. Risbourg, R. Marcel, A. Boulhimsse, J. Heubel, R. Bouriquet,G. Gontier, B. Barfetty, A. Moses

    Tome 2: Le Laboratoire de Zoologie (1854 - 1970)Par Roger Marcel et Andr Dhainaut

    Tome 3: La Physique Lille (du XIXme sicle 1970)Par Ren Fouret et Henri Dubois

    Tome 4: LInstitut Electrotechnique (1904 - 1924) et lInstitut Electromcanique (1924 -1969) par Arsne Risbourg, lInstitut Radiotechnique et les dbuts de llectronique (1931- 1969) par Yves Leroy, lAutomatique (1958 - 1997) par Pierre Vidal

    Tome 5: Histoire de la Botanique la Facult des Sciences (1856 - 1970) par RobertBouriquet, Le Doyen Maige par Raymond Jean

    Tome 6: LElectronique lUniversit de Lille de 1968 jusqu lan 2000 par YvesCrosnier

    Tome 7 : La Physiologie Animale et la Psychophysiologie la Facult des Sciences deLille de 1958 1970 par Pierre Delorme et Jean-Marie Coquery

    Tome 8 : La Gologie la Facult des Sciences de Lille de 1857 1970 par FranoisThibault

    3

  • 4

  • 5

    HISTOIRE DE LA GEOLOGIE

    Facult des Sciences de Lille 1857-1970

    Franois Thibault

    Professeur des Universits honoraire

    La cration par dcret du 3 novembre 1857 de la chaire de Minralogie etGologie, dans le cadre de l'Histoire Naturelle, marque le dbut de la sparation desdiffrentes disciplines rassembles de nos jours sous l'appellation de Sciences de laVie et de la Terre.

    L'histoire de la gologie lilloise de 1857 1970 peut tre divise en trois res :la premire, celle des Pres Fondateurs (1857-1926) ; puis celle des Disciples (1926-1960) ; enfin la troisime sera celle des Hritiers (1960-1970).

    L're des Pres Fondateurs (1857- 1926)

    Le 3 novembre 1857, la Facult desSciences de Lille nomme dans la chaire deMinralogie et Gologie le Docteur Faivre, origi-naire de Paris. Ce dernier qui enseigne aussi labotanique est rapidement nomm Lyon dansla chaire devenue vacante suite au dcs de M.Seringe. Aprs cet pisode mtorique, laFacult des Sciences de Lille patiente quatreannes avant de trouver un successeur auDocteur Faivre.

    Le 21 dcembre 1864, la nomination deJules Gosselet, venant de Poitiers, est une ren-contre heureuse pour la gologie lilloise et laFacult des Sciences.

    Heureuse initiative en effet, car form pardeux matres parfaitement complmentaires,J.Gosselet unit en lui l'ouverture d'esprit deC.Prvost (cofondateur de la Socit gologiquede France) et l'extrme rigueur de Ed.Hbert. Ilest permis de croire que le caractre si original

    de son talent s'est panoui au contact de cesdeux matres qui, en outre, favorisaient les ren-contres avec les grandes figures de l'poque, lorsdes sances de la Socit , gologique de France(Halloy, Barande, de Verneuil, par exemple).Observateur hors pair, il rvolutionne la golo-gie du nord de la France et plus particulire-ment celles du bassin houiller franco-belge et dusegment correspondant de la chane hercynien-ne. Sachant synthtiser des faits non accessibles l'observation directe, il introduit le rle pr-pondrant des forces et des dplacements tan-gentiels dans l'dification de ce segment d'unancien orogne. Ces travaux font de J.Gosseletle prcurseur de P.Bertrand, P.Termier et desgologues alpins qui feront triompher la tecto-nique tangentielle des nappes de charriage.

    Grand gologue universitaire qui aune conscience aigu de l'intrt des applica-tions de la gologie, il est l'un des fondateurs dela gologie applique dans le Nord de la France.

  • 6

    Il voit en elle une aide pour son enseignement,une source de dbouchs pour ses lves et unemanire d'amener des adeptes la science pure.

    Heureuse initiative, car profondmentattach sa rgion d'origine, Jules Gosselet, n Cambrai, fait de la gologie, science encore toutespculative, une science trs populaire dans leNord, rgion alors trs sollicite par l'industrieet le commerce. Quand il prend possession de lachaire de Minralogie et Gologie, l'installationest rudimentaire. Les lves manquent, il lesattire. Il recrute des prparateurs de grandevaleur : C. Barrois (cf.ci-aprs) et M.L. Cayeux,pre fondateur de la sdimentologie franaise.La communication des rsultats est balbutiante,il cre la Socit Gologique du Nord (derniresocit gologique rgionale franaise encore enactivit en 2010). Du mme coup, il dote sonlaboratoire d'une bibliothque enviable que lamodicit des crdits bibliothcaires rgionauxl'empchait d'acqurir. Les collections fontdfaut, il en cre et fait sortir du nant un MuseGologique qui porte son nom. Et c'est pour ladfense de ce bien patrimonial, que cet homme"qui aimait son marteau comme d'autres leur pe"mourra le 20 mars 1916.

    Lorsqu'il prend sa retraite en 1902, JulesGosselet est remplac par l'un de ses lves :Charles Barrois, issu d'une grande familleindustrielle du Nord. Le dbut de la carrire decelui-ci marque une rupture avec les tudes surle Nord de la France. Il commence, en effet, sestravaux de recherches par l'tude des " terrainscrtacs de l'Angleterre et de l'Irlande ". Il travailleensuite en Espagne, aux Etats-Unis, au Canada,en Europe Centrale et Orientale. Mais c'est tou-tefois en France, dans le Massif Armoricain, qu'ilaccomplit son uvre principale.

    Il va aussi orienter durablement l'activitscientifique de la Facult lilloise vers une parti-cipation au dveloppement conomique de largion Nord-Pas-de-Calais. Il est convaincu quela gologie est la science dsigne pour collabo-rer l'exploitation du bassin houiller du Nord etdu Pas-de-Calais, l'un des plus riches et des plusimportants patrimoines du sous-sol franais

    l'poque. Dans ce but, en 1908, il fonde le MuseHouiller de l'Universit de Lille.

    Avec l'aide d'ingnieurs et de ses lves,aprs vingt ans d'efforts, il aboutit, grce l'ap-plication de mthodes gologiques simples, unmodle structural du bassin houiller. Ce modleest capital pour l'exploitation de ce bassinhouiller aux veines relativement minces, sou-vent dcales par des accidents tectoniques.Lorsqu'en 1918, le gisement lorrain est redeve-nu franais et que celui de la Sarre choit laFrance pour 15 ans, il y organise et y accomplitle mme travail fcond.

    Charles Barrois prend sa retraite en 1926 etmeurt en 1939, 23 ans aprs son matre et, nou-veau, en pleine tourmente pour sa rgion et sonpays.

    Ainsi disparat un homme qui a remarqua-blement servi la gologie lilloise par l'excellencede son travail et la valeur des lves qu'il a suattirer : P.Bertrand, L.Doll, A.Duparque,P.Pruvost (cf. l're des Disciples), et H.Douxami,trop tt disparu. H.Douxami, ancien lve del'Ecole Normale Suprieure (1889-1893), docteures Sciences en 1896 25 ans, est recrut Lillecomme Matre de Confrences en 1903. Sa nomi-nation marque la volont d'largir le cadre go-graphique des recherches gologiques lilloises.En effet, les travaux de H.Douxami concernentles terrains tertiaires du Plat et les molassesrouges dans les Alpes Occidentales, chane demontagnes emblmatique l'poque, suite auxtravaux de P.Bertrand. Brillant chercheur,H.Douxami s'intresse aussi la gophysique endevenant directeur de la station sismologique del'Universit de Lille. Malheureusement, en 1913,la maladie terrasse en quelques mois ce golo-gue habitu aux longues courses en haute mon-tagne.

    La guerre qui clate en aot 1914, l'occupa-tion allemande, l'investissement dans la recons-truction conomique du Nord de la France met-tent fin cette exprience, tant gographique(Alpes franco-italiennes), que thmatique (go-physique). Il faudra attendre la dcennie 1950-

  • 7

    1960 pour que des recherches soient nouveauentreprises Lille dans des chanes alpines (cf.l're des Hritiers) et l'anne 1980 pour desrecherches dans les Alpes franco-italiennes etplus particulirement dans le Massif de laVanoise avec J.F.Raoult. Destin ou fatalit, cetessai sera nouveau interrompu par le dcsbrutal et prmatur de J.F.Raoult en 1987.

    Avec ces annes de fondation, s'achve unepriode faste pour la gologie lilloise, couverted'honneurs au niveau rgional et national : JulesGosselet est nomm doyen de la Facult desSciences de Lille de 1896 1902, Prsident de laSocit gologique de France (une premire

    pour un professeur de province), membre nonrsident de l'Acadmie des Sciences de Paris,Prsident de la Socit gologique de Belgique.Charles Barrois est nomm lui aussi Prsidentde la Socit gologique de France, membre del'Acadmie des Sciences de Paris en 1904 dont ilprsidera les sances de la section deMinralogie jusqu'en 1927. En 1900, lors duCongrs gologique international organis Paris et prsid par le clbre palontologueP.Gaudry, Charles Barrois sera Secrtaire

    Gnral.

    L're des Disciples (1926-1960)

    Anne du dpart en retraite de C.Barrois,1926, marque la premire volution buissonnan-te de la gologie lilloise. En effet, partir de cettedate, quatre nouvelles chaires vont s'agrger l'axe originel de la Gologie et Minralogie(fig.1).

    De fait une nouvelle chaire de Gologie etMinralogie applique est cre en 1921 pourPierre Pruvost, lve trs prometteur deC.Barrois. Cette chaire disparat en 1926 lorsqueP.Pruvost remplace son matre dans la chaire deGologie et Minralogie. Elle est remplace parune chaire de Gologie Gnrale et GographiePhysique, attribue Leriche. Cette chairedisparatra en 1947, la disciplina affrente tantensuite rattache la gographie.

    En 1926 est cre la chaire dePalobotanique, attribue Paul Bertrand, filsde Ch.E.Bertrand, fondateur de cette discipline Lille, dans le cadre de la chaire de Botaniquede 1878 1917. La nomination, en 1938, de