Th¨me 3 : Dynamiques des grandes aires continentales

  • View
    35

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Question 3 : L’Afrique, les défis du développement. Le continent africain face au développement et à la mondialisation . Thème 3 : Dynamiques des grandes aires continentales. Maasai ( peuple semi nomade d’Afrique de l’Est ) et telephone portable. Progression. - PowerPoint PPT Presentation

Text of Th¨me 3 : Dynamiques des grandes aires continentales

Prsentation PowerPoint

Thme 3 : Dynamiques des grandes aires continentalesQuestion 3 : LAfrique, les dfis du dveloppementLe continent africain face au dveloppement et la mondialisation.Maasai (peuple semi nomade dAfrique de lEst) et telephone portable1

ProgressionI. lAfrique, un continent lcart du dveloppement et du monde ?A. Un continent qui cumule les indicateurs dfavorablesB. Des freins multiples au dveloppement

II. Une intgration marginale mais croissante dans la mondialisation. A. Un dcollage conomique rcent.B. Un continent attractif.

III. Dimportants dfis relever.A. Faire face la croissance dmographique la plus forte de la plante.B. Nourrir le continent tout en intgrant le dfi environnementalC. Surmonter les divisions et progresser vers une intgration rgionaleScne de rue dans la commune de Treichville, Abidjan.2Introduction

Un des dfis que doivent relever de nombreux Etats africains : laccs leau potable (scne de distribution deau Horn) Quelle est la situation de lAfrique face aux questions de dveloppement ? Le continent connait-il un rel dcollage conomique ? Quels dfis lAfrique doit-elle encore relever ?

Techniciens chinois et soudanais sur une exploitation ptrolireLAfrique est un continent qui, lchelle mondiale cumule les indicateurs conomiques, sociaux et environnementaux dfavorables, auxquels sajoutent de multiples conflits locaux, des problmes de gouvernances et une place marginale dans la mondialisation. En ralit, le continent africain nest pas homogne en termes de dveloppement et les situations ne sont pas figes. Des formes de dcollage conomique existent, malgr la persistance de problmes aigus. De mme, on ne peut plus considrer que lAfrique est lcart du monde. Le continent est largement plac en relation subordonne dans les changes mondialiss, mais des exemples dadaptation aux mutations lis la mondialisation doivent tre souligns, mme si l encore, les ralits du continent sont trs htrognes.

Ouverture de la coupe du Monde de football (le Cap), vnement international qui a plac lAfrique du Sud au cur de la scne mdiatique en Juin-Juillet 2010 3I. lAfrique, un continent lcart du dveloppement et du monde ?A. Un continent qui cumule les indicateurs dfavorables

300 MillionsLe nombre de personnes nayant pas accs leau potable en Afrique

Montrez, en vous appuyant sur les documents, qu lchelle du monde, le continent africain cumule les indicateurs dfavorables.La situation sociale et sanitaire du continent reste problmatique : 300 millions dAfricains (prs du tiers de la population du continent) nont pas accs leau potable. La mme proportion vit avec moins de 1 dollar par jour. La sous-alimentation et linscurit alimentaire touchent environ un tiers de la population. Une majorit de personnes nont pas accs lducation, aux soins mdicaux alors que cest la rgion du monde la plus touche par le sida : presque 24 millions de personnes sont atteintes du VIH (ce qui explique la baisse actuelle de lesprance de vie dans plusieurs tats). Complment : la pauvret est extrmement rpandue dans les campagnes, mais galement dans les vastes bidonvilles et mme dans les villes elles-mmes, puisque le taux de chmage y avoisine les 25 %. Cette situation est la source de tensions sociales qui traversent tout le continent dans les campagnes et dans les villes. Celles-ci sont lorigine des rvolutions qui ont parcouru lAfrique du Nord depuis 2011, mais elles reprsentent un dfi pour lensemble des gouvernements africains, y compris dans les tats les plus riches : la rvolte permanente des mineurs sud-africains depuis 2012 a caus plusieurs dizaines de morts et les violences se multiplient dans les townships mais galement dans les campagnes. La pauvret qui pousse les habitants des pays les plus pauvres vers les pays plus dvelopps, comme les trois millions de Zimbabwens migrs en Afrique du Sud, est galement lorigine de violences.

Quelles nuances apporter si lon procde une tude intra africaine ?LAfrique est le continent o les indicateurs de dveloppement sont les plus bas. La pauvret (IDH, pandmie du sida) et le mal-dveloppement (accs leau ou lanalphabtisme pris comme critres de dveloppement) concernent quasiment tous les pays, notamment lAfrique subsaharienne qui compte 34 des pays les moins avancs du monde (PMA) : lIDH y est faible (moins de 0,5) ou trs faible (moins de 0,4). Complment : cela, il faut ajouter des contrastes de pauvret extrmement marqus au sein des tats. Par exemple, lAfrique du Sud qui est le pays le plus riche du continent, compte plus de 50 millions dhabitants vivant sous le seuil de pauvret et son IDH est en baisse du fait de lpidmie de sida qui a fait reculer lesprance de vie sous les 60 ans au cours des vingt dernires annes.La situation de lAfrique nest toutefois pas homogne : si lon procde une analyse intra-africaine, on constate que les carts entre Etats sont importants. Par exemple, le Maghreb affiche un IDH relativement lev (entre 0,65 et 0,8) ce qui est le signe dun dveloppement tangible. De mme, lAfrique du Sud, le Botswana ou encore la Namibie ont un IDH situ au-dessus de la moyenne continentale.4Croquis :Le continent africain face au dveloppement et la mondialisation Ocan AtlantiqueOcan IndienI. Les Afrique, un continent ingalement dvelopp.

Pays fort IDH, dont lconomie diversifie est en lien avec lU.E et/ou le Moyen Orient

Une puissance mergente, moteur du dveloppement de lAfrique Australe

Pays faible IDH dpendant conomiquement de lAfrique du Sud

Pays faible IDH pratiquant une conomie extravertie (rente ptrolire et/ou agricole)

Pays cumulant les difficults (faible dveloppement conomique et humain : PMA)AlgrieLybieEgypteAfrique Du SudNamibieNigeriaMaliEthiopieMadagascarTanzanieJuillet 2011 : partition du Soudan et naissance de la Rpublique du Soudan du Sud reconnu le 14 juillet par le Conseil de scurit de lONU, qui fait de ce pays le 193me membre de l'ONU.5I. lAfrique, un continent lcart du dveloppement et du monde ?B. Des freins multiples au dveloppement

GGQuels obstacles majeurs handicapent le dveloppement du continent ? Le premier obstacle au dveloppement est linstabilit politique. LAfrique reste le continent qui a connu le plus grand nombre de conflits (inter et intra-tatiques) depuis la fin de la Guerre froide : elle est en ce sens une zone dinstabilit majeure. 20 % de la population africaine reste la merci des conflits arms et les rgimes autoritaires demeurent plus nombreux que les dmocraties (mme si ces dernires progressent). La corne de lAfrique, mais galement lAfrique de lOuest et une partie de lAfrique du Nord sont situs dans larc des crises et la guerre civile est quasiment permanente dans certains tats telle que la Rpublique dmocratique du Congo ou au Soudan. Les rgimes dmocratiques nchappent pas eux-mmes la corruption et la violence politique qui gangrnent la majorit des tats africains. Complment : Depuis le " printemps arabe " de 2011, les pays du Nord du continent ont connu des rvolutions qui ont balay les dictateurs au pouvoir, mais leur stabilit nest pas assure pour autant. Cette situation freine les possibilits dinvestissements trangers en dehors de lexploitation des matires premires.Quand lAfrique finance les pays dveloppsLe dernier rapport du think tank amricain Global Financial Integrity, Illicit Financial Flows from Africa: Hidden Resource for Development, rendu public le 21 mai 2010, estime que durant les quatre dernires dcennies, 854 milliards de dollars ont t illgalement transfrs dAfrique vers le monde dvelopp Ces transferts, qui pourraient mme atteindre 1800 milliards de dollars, selon certaines estimations, auraient pourtant pu contribuer lenrichissement de lconomie du continent africain et en faire une plate-forme dynamique et concurrentielle, linstar de lAsie. Au lieu de cela, lAfrique continue dtre connue pour sa mauvaise gestion.Selon le rapport, largent qui sort illgalement dAfrique ne provient que pour une infime partie de la corruption (3%). Les revenus criminels issus du trafic de drogue, de la contrefaon et du racket reprsentent environ 30 35% du total. La majorit des dtournements (60 65%) mane de revenus de lconomie formelle. En dautres termes, par des malversations comptables qui consistent avant tout surestimer la valeur des importations et sous-estimer celle des exportations, des capitaux chappent aux conomies africaines et sont placs dans des banques ou dans les conomies europennes ou amricaines.Cumuls sur les quarante dernires annes, ces flux financiers illicites auraient pu servir rembourser la dette extrieure de lAfrique, value fin 2008 250 milliards de dollars, financer la lutte contre la pauvret et encourager le dveloppement conomique du continent pour un montant de 600 milliards de dollars. Les principales victimes de ce rapt gnralis sont donc les Africains. Le rapport cite le gouverneur de la Banque centrale du Kenya, Mr Ndungu, qui dclarait en 2007 : Les cots de cette hmorragie financire ont t significatifs pour les pays africains dans leur ensemble. court terme, des fuites de capitaux massives et le drainage de lpargne nationale ont sap la croissance en touffant la formation du capital priv. moyen et long terme, les investissements publics ont t retards cause du ralentissement de la formation du capital et la baisse des recettes fiscales. Sbastien Boussois (dcembre 2010) http://www.carto-presse.com/?p=916La fuite illicite des capitaux en lien plus ou moins troit avec la corruption des lites et la puissance des conomies informelles expliquent galement la faiblesse des moyens allous au dveloppement.Les estimations (dlicates par essence car il sagit de flux illgaux) font tat de plus de 800 milliards de dollars illgalement transfrs depuis 40 ans dAfrique vers le monde dvelopp : cette manne financire dtourne au profit dune poigne de kleptocrates aurait pu financer des programmes de dveloppement ambiti