QUELQUES BONNES PRATIQUES CONCERNANT la nature de l’accompagnement, le parcours d’un résident peut

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of QUELQUES BONNES PRATIQUES CONCERNANT la nature de l’accompagnement, le parcours d’un résident...

  • La conduite du projet individualis < LES BONNES PRATIQUES DE SOUTIEN LA PARENTALIT 79

    QUELQUES BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONDUITE DU PROJET INDIVIDUALIS

    > laboration et contractualisation dun projet individualis

    > Prsentation du soutien la parentalit lors de ladmission

    > valuation du besoin de soutien la parentalit

    > Observations, synthse et restitution

    > Ajustement du projet

    ACCUEIL DES FAMILLES

    PREMIER ENTRETIEN

    RUNIONS DE SYNTHSE

    FORMULATION DHYPOTHSES

    MISE EN UVRE DE LACCOMPAGNEMENT

    REVALUATIONS

  • 80 LES BONNES PRATIQUES DE SOUTIEN LA PARENTALIT > La conduite du projet individualis La conduite du projet individualis < LES BONNES PRATIQUES DE SOUTIEN LA PARENTALIT 81

    PROBLMATIQUE

    BONNES PRATIQUESdlaboration et de contractualisation dun projetindividualis La loi du 2 janvier 2002-2 exige que

    les tablissements laborent avec les personnes accueillies un projet indivi-

    dualis formalis dans un contrat de sjour ou un document individuel de prise en charge (DIPEC).Cette exigence peut tre examine sous deux angles : celui de lindividualisation des prestations, celui de leur contractualisation.

    INDIVIDUALISATION DE LACCOMPAGNEMENTLes travailleurs sociaux ont toujours t lcoute des situations singulires des personnes accueillies. Les tablissements pouvaient cependant mettre en place un accompagnement conu principalement en termes collectifs, dans lequel ladapta-tion des professionnels restait peu formalise. La loi invite aujourdhui tre plus prcis pour btir une organisation pense demble en termes de co-construction dun parcours individualis.

    LINDIVIDUALISATION DES PROJETS IMPLIQUE UNE MEILLEURE FORMALISATION DE LA DMARCHE Lindividualisation des prestations impliquent que ltablissement clarifi e : les dclinaisons possibles de laccompagnement gnral en un parcours individualis, les modalits de rencontre entre la personne accompagne et les diffrents professionnels (direction, rfrent, psychologue, ducateurs, puricultrices ) la mise en uvre de temps collectifs au cours desquels les professionnels des diffrentes disciplines laborent un projet global et/ou relient leur intervention au projet global.

    CONTRACTUALISATION DUN PROJET INDIVIDUALIS

    INDIVIDUALISATION DE LACCOMPAGNEMENT

    CONTRACTUALISATIONDE LACCOMPAGNEMENT

    ELABORATION DUN PARCOURS INDIVIDUALIS

    RUNIONDE SYNTHSE DES PROFESSIONNELS

    ACCOMPAGNEMENTSINDIVIDUELS PAR DIFFRENTS

    PROFESSIONNELS

    QUELLES SONT LES VARIABLES DUN PROJET INDIVIDUALIS ?Selon la nature de laccompagnement, le parcours dun rsident peut sindividualiser par : le nombre et le rythme des rencontres, les thmes abords, les professionnels qui seront impliqus, les types de soutien qui seront proposs, les partenariats qui seront sollicits, etc.

    La contractualisation, un outil de travail socialNous abordons ici le contrat individualis en tant que technique de travail social et non sous langle juridique.La contractualisation instaure une dynamique spcifique dans laccompagnement. Cest une chose dexprimer des problmes, des souhaits, des dsirs, des craintes, des intentions. Cen est une autre de transformer ceux-ci en un projet, de dfinir des objectifs, de planifier des actions et de formaliser le tout dans un document crit et sign par les deux parties.

    La contractualisation implique plusieurs pratiques :

    celle de la clarification du problme : clarifier un problme ncessite de nommer les difficults, de mettre en vidence leur imbrication, de distinguer qui est lorigine de lnon-ciation du problme (le parent lui-mme, le professionnel, des instances externes ). La difficult peut tre reconnue ou rfute par le parent. Parfois un problme sera dfini de la mme manire par chacun des acteurs impliqus. Mais il se peut aussi que les divergences existent entre eux quant la dfinition et limportance accorde un mme problme.

    le choix dune deux difficult(s) prioritaire(s) traiter. Il nest gnralement pas souhaitable de disperser ses ner-gies dans trop de directions la fois. Tout changement sur un point crucial peut entraner un mouvement sur dautres problmatiques. Deux critres paraissent fondamentaux pour slectionner les domaines travailler :

    > lurgence, limportance du problme aux yeux du parent, celui qui le motive le plus,

    > les capacits, les ressources sur lesquelles il est possible de compter. Limportant est de parvenir court terme un succs. Le succs est crateur de dynamisme. Il engendre de nouvelles russites, une meilleure confiance en soi-mme et en ses capacits.

    CLARIFICATION DES DIFFICULTS

    CHOIX DU PROBLME TRAITER

    TRANSFORMATION DU PROBLME EN PROJET

    FIXATION DOBJECTIFS

    ELABORATION DUNPLAN DACTION

    SIGNATURE

    VALUATION ETRAJUSTEMENT

  • 82 LES BONNES PRATIQUES DE SOUTIEN LA PARENTALIT > La conduite du projet individualis La conduite du projet individualis < LES BONNES PRATIQUES DE SOUTIEN LA PARENTALIT 83

    Parfois le parent doit choisir entre insertion ou parentalit . Il nest pas toujours possible de concilier ces deux problmatiques. Lengagement des parents dans une dmarche dinsertion professionnelle constitue une condition daccs lhberge-ment social. Or, certains parents rcuprent leurs enfants peu aprs leur admis-sion au Centre, et aprs un temps de sparation. Leur priorit est alors de passer du temps avec leur enfant, de retisser des relations, de retrouver le temps perdu. Ce retour la parentalit constituera dans un deuxime temps une forte motivation linsertion.

    La transformation du problme en un projet : le parent peut ne pas avoir de projet au sens premier du terme. Sa seule formulation est quil veut sen sortir . La trans-formation de la demande en projet est une premire tape pour passer dune attitude dattente une position dacteur de sa vie. La dmarche de contrat induit fortement que la personne accueillie est responsable de sa vie. Elle raffi rme limportance de la participation active de la personne dans la rsolution de son problme. Il convient cependant de nuancer cette perspective et de ne pas entrer dans une vision exclusive-ment volontariste du changement. Nous sommes la fois acteur de notre changement et la fois prisonnier de rsistances qui nous empchent de voir et dagir. Lorsquune personne est incapable de penser en termes de projet, cest que le problme se situe un autre niveau, plus profond. Il faut parfois du temps et des vnements dclencheurs pour quitter une position victimaire et devenir acteur de son destin.

    La fi xation dobjectifs : le projet est une vise, une direction gnrale. Il doit tre dclin en objectifs prcis atteindre. Cette redfi nition en terme daction ou de rsultat atteindre permet de focaliser lattention du parent sur du concret. Des objectifs formuls de faon trop gnrale comme amliorer sa communication avec son enfant sont inaccessibles et peu oprationnels. Ils refl tent les bonnes intentions mais ne permettent pas dagir. Cest aux professionnels de conduire une clarifi cation des objectifs atteindre en termes dactions ralisables et spcifi -ques, tenant compte des capacits et des ressources de la famille. Si lobjectif du professionnel est de mettre la personne accueillie en situation de russir, dex-primenter des succs, mme minimes, le conduisant fortifi er sa confi ance en lui-mme, le choix des objectifs de changement sera guid par leur faisabilit, le ralisme, leur adaptation la situation de la personne accueillie.

    Llaboration dun plan daction : dans cette phase il sagit de clarifi er comment on va procder et comment linstitution et la personne accompagne se rpartis-sent les tches ou les moyens. Prcisons l encore quil faut parfois du temps. La personne peut ne pas se sentir prte pour passer laction. La mise en parole cre souvent une prise de conscience qui va amener ensuite des changements multi-ples quune traduction trop rapide en action ne pourrait que rduire.

    La signature du contrat : la contractualisation permet dacter offi ciellement len-gagement de la famille et des professionnels. La signature donne du poids len-gagement de chacun. Certaines institutions ritualisent quelque peu ce moment pour lui donner une certaine importance. Certains acteurs peuvent tre prsents, tel lensemble des rfrents. Le contrat peut tre cosign par la directrice, etc.

    Lvaluation et le rajustement du contrat : les pratiques sont multiples. Certains professionnels planifi ent demble le moment de la rvaluation. Dautres ne la mettent en place que si un vnement signifi catif vient indiquer la ncessit de changer la nature de laccompagnement. Dans de nombreux cas, les profession-nels distinguent deux modalits de rencontres :

    > celles qui se font sans le contrat ; la famille peut aborder le projet ou bien dautres sujets.

    > celles qui sont une rfl exion sur lavancement du contrat et le rajustement des objectifs et du plan daction.

    Il serait intressant dapprofondir les pratiques en matire de contractualisation et dindividualisation tant elles sont riches et varies.

    De faon gnrale, les structures ont diffrenci le contrat de sjour qui concerne les conditions dhbergement, et le contrat daccompagnement qui concerne le projet dinsertion et de parentalit.

    Certains professionnels laborent un contrat unique pour les couples. Dans dautres cas, les parents peuvent vouloir bnfi cier dentretiens et dobjectifs spcifi ques.

    Dans de nombreux tablissements, il sest avr important de laisser aux parents un certain temps dadaptation dans le centre avant quils puissent se projeter dans un projet parentalit. Ceux-ci arrivent en effet souvent dans ltablissement aprs des preuves majeures. Ils ont besoin dun certain temps pour rcuprer. Par ailleurs, il est important que la famille et les professionnel