Quelle ville voulons-nous pour demain - Espaces .Quelle ville voulons-nous pour demain ? 2 - appr©cier

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Quelle ville voulons-nous pour demain - Espaces .Quelle ville voulons-nous pour demain ? 2 -...

  • Quelle ville voulons-nous pour demain ?

    0

    ACTES DU COLLOQUE

    Quelle ville voulons-nous pour demain ?

    17 mars 2007

    Sommaire : p. 1 Introduction par Ren Tabouret p. 6 Voulons-nous demain une ville sans pass ? Stphane Jonas, Professeur mrite de l'Universit Marc Bloch de Strasbourg p.10 Intervention de Jacques Bigot, Maire dIllkirch-Graffenstaden, conseiller rgional p.16 Lurbanisme Mulhouse Denis Rambaud, adjoint au Maire de Mulhouse p.19 Qui a peur de la mixit sociale ? Maurice Blanc, Professeur de sociologie Universit Marc Bloch Strasbourg p.21 Intervention de Roland Ries, Snateur du Bas-Rhin p.28 Les Dbats que nous n'avons pu publi dans les Lettres p.37 Synthse du colloque par Roland Ries

    ESPACES DIALOGUES la maison des associations

    1a, place des Orphelins 67000 Strasbourg www.espacesdialogues.org

    espaces.dialogues@free.fr

  • Quelle ville voulons-nous pour demain ?

    1

    ACTES DU COLLOQUE

    Quelle ville voulons-nous pour demain ? 17 mars 2007

    Introduction par Ren Tabouret La question pose est : la ville que nous voulons, c'est--dire quel projet pour la ville ? La ville est un hritage prserver et un dfi relever. Elle n'est pas quelque chose de fig mais le rsultat d'une interaction permanente entre le contenant et le contenu, entre la ville physique et la socit qui l'habite. C'est la capacit grer, gouverner ces transformations qui est l'objet du dfi. Dans un premier temps, nous voquerons le prsent et, plus particulirement, la ville telle que nous la vivons. Nous en avons une reprsentation partir de notre exprience personnelle du quotidien, des vnements vcus ou rapports par les mdias, mais aussi partir des " comparaisons " avec l'avant ou l'ailleurs. Une vision globale demande un "montage de ces fragments. Pour le professionnel ou l'lu responsables, cette vision n'est pas une grande maquette mais un ensemble d'interactions en cours. Il n'y a pas de modle de la ville idale. On peut en rver, mais il faut viter de tomber dans l'utopie qui ignore l'existant. On ne peut pas non plus se rfrer une modlisation globale du processus de transformation car il n'en existe pas. Ces rserves ne doivent cependant pas remettre en question le fait que " dire la ville que nous voulons " c'est la penser au futur. Il faut cependant attirer l'attention sur notre rapport au futur. Celui-ci a chang dans tous les domaines. Il est fini le temps de l'affirmation d'un tat idal que l'on atteindrait par tapes. Le futur est devenu un spectre de possibles, une anticipation de transformations moyen terme, les unes dans le bon sens ", les autres qui font craindre qu'elles ne mnent des dsastres : mergence d'une socit de violence ayant perdu ses rgulations, et, de ce fait, risque d'un retour un tat totalitaire - antithse de l'urbain ; crainte de voir merger une socit destructrice des quilibres et des ressources naturelles. Le choix de la bonne direction ne se fait pas spontanment, il faut un effort pour dfinir d'abord le cap, puis le projet. Strasbourg, le cap - discours de " principes " - a t crit (et vot !) en 1990 et 1997, approuv en 2000 : " quit urbaine, dveloppement durable et solidaire ". Il a t dclin en enjeux et objectifs de faon inefficace : le nous voulons n'a pas tenu. Alors, comment lui donner force, cohsion et large assise ? Comment procder pour qu'un projet puisse mobiliser durablement ? Pour cette rflexion que nous ouvrons ensemble nous pouvons retenir trois pistes qui se dgagent des expriences passes. 1 - Bien dfinir le contenu des termes utiliss et plus particulirement essayer d'viter la confusion entre enjeux et objectifs. Les grands enjeux doivent "motiver" tout le monde, les objectifs sont des dcisions assumes. Il y a ce niveau un jeu entre l'idal et la ralit, le concret. 2 - Reconnatre la complexit de la situation, laisser la place aux contradictions, mais en situation concrte de projet possible. 3 - Mener de pair l'identification des problmes et des ressources et les propositions d'actions. Ce qui suppose de territorialiser la dmarche diffrentes chelles, pour "rencontrer" les forces vives rellement concernes et non des interlocuteurs sans responsabilits. L'initiative d'Espaces Dialogues nous incite nous mettre en situation de projet gnral . Ce qui nous conduira : - identifier la ralit que l'on prend en charge (selon des points de vue clairs), les risques, les ressources,

  • Quelle ville voulons-nous pour demain ?

    2

    - apprcier les changements en cours, internes et externes, les effets difficiles prvoir d'une conjoncture gnrale pleine d'inconnues. - faire appel aux connaissances des spcialistes et l'implication des profanes pour "rduire les incertitudes", puis, dans l'espace d'incertitude restant, faire le 'pari' politique du projet. Dans cette dmarche, le projet comme proposition d'action ne vient pas en conclusion de la dmarche, il en est aussi l'instrument. C'est partir d'une premire ide d'action, thmatise et situe, que l'on peut identifier ce qui est en jeu et les acteurs concerns. Le projet peut concerner une opration dfinie ou la mise en route d'un processus d'action dans la dure. Il y aura des projets dans le projet. Le projet est en mme temps prfiguration (des constructions, des rseaux, de l'espace public), simulation de sa mise en uvre et de son impact (scnarios), et stratgie, c'est--dire prise en compte des ressources, du temps et des acteurs. On ne peut traiter tous les aspects la fois. Identifions les grands axes de questionnement qui sont, en mme temps, les domaines d'action de la puissance publique : - Mobilit, logement, services : la question (mal pose) de la mixit et du priurbain - Activits conomiques, accessibilit, centralits : la question de la mtropolisation - L'accs l'ducation et la sant : la question des diffrences et des ingalits - Ville cosmopolite, reconnaissance de chacun dans un espace de droit et d'initiative : la question de la citoyennet. Les deux premiers axes concernent l'organisation spatiale et fonctionnelle de la ville, ils portent la double dimension cologique et sociale. Les deux derniers s'articulent autour des programmes sociaux et culturels, et concernent plus directement la dimension humaine de la vie urbaine. Ils sont pareillement essentiels. Je suis convaincu que la capacit de production multiculturelle de la socit urbaine est la cl de vote d'un renouvellement des rapports sociaux, de la qualit de l'espace public et de l'unit de la ville dans les pratiques et les reprsentations. Cela mrite certainement une autre journe de rencontre ! Pour aujourd'hui, grce aux comptences runies par Espaces Dialogues, nous avons dj l'ambition d'embrasser les deux premiers domaines. Non pour noncer des solutions, mais pour valuer certitudes et incertitudes, avancer des propositions exploratoires, mesurer le travail qui est entreprendre pour passer aux projets des actions possibles, reformuler le cap qui guidera le processus de projet. D'o le cadrage de nos sances : - Stphane Jonas abordera quelques points d'histoire sur les politiques du logement Strasbourg et Mulhouse, ses acteurs et leurs motifs (avec la quasi-absence des logs dans la dcision), et le rapport municipalisme/tat. - Jacques Bigot parlera de son exprience Illkirch - Graffenstaden. - Roland Ries nous apporte son exprience de Maire, et plus particulirement de porteur du projet de tram, non pour affirmer des solutions- programme, mais pour contribuer une rflexion collective, en particulier sur la question qu'il a cur : le rapport mobilit accrue / extension de l'aire urbanise. - Denis Rambaud nous parlera de son exprience d'adjoint au maire de Mulhouse. chaque expos, un discutant introduira le dbat, bien entendu ouvert tous. Quant moi, plutt qu'un expos sur les formes d'urbanisation contemporaines, je me propose d'intervenir dans chacun des dbats sur les ressorts des transformations urbaines . J'insisterai sur quelques convictions personnelles : rechercher un vivre ensemble me parat insuffisant, mme s'il est conu comme un faire ensemble par une lite dmocratique ; ambition : que chacun puisse avoir un projet personnel (projet de vie) qui trouve place dans le devenir de la collectivit.

  • Quelle ville voulons-nous pour demain ?

    3

    QUESTIONS 1) Jol BERTRAND, urbaniste, bureau d'urbanisme La Ville Demain : Comment se loger correctement Strasbourg ? Trouver quelque chose qui soit assez proche des lieux d'emploi compte tenu des cots pratiqus et des conditions qui sont faites lorsqu'on veut tre locataire dans le social ou de le priv. Je crois qu' ce niveau, il existe rellement un grand problme aujourd'hui 2) Ghislaine SOULE, urbaniste : Ma question porte sur le premier thme dplacement, logement et services. Je trouve que, dans notre ville et dans nos villes, les comptences des collectivits ne sont pas assez dveloppes dans ce domaine. Une question me parat fondamentale, c'est celle de l'accs de toutes les catgories sociales au dplacement ais, au logement ou aux services. 3) Jean KLOTZ, urbaniste : Je pense qu'il y aurait un troisime axe qu'il faudrait aborder , c'est celui de la participation et de l'association des citoyens l'laboration du projet politique sur la ville. C'est dans l'air du temps, mais je pense que l'on assiste ici autre chose qu' un phnomne de mode. Il y a quelques annes, quand l'quipe prcdente tait au pouvoir, c'est quelque chose que nous avions essay de mettre en place. C'est un domaine dans lequel on ttonne, mais je pense qu'il y a l beaucoup inventer parce que la transformation de la ville se fait la marge : dans les villes que nous habitons - nous ne sommes pas Shanga - les modifications que l'on peut apporter en dix ans sont peu de choses. Ce sont essentiellement les rseaux de trans