Psychologie du Vieillissement Cognitif Aix-Marseille Université & CNRS, Marseille P. LEMAIRE

  • View
    105

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Psychologie du Vieillissement Cognitif Aix-Marseille Université & CNRS, Marseille P. LEMAIRE

  • Page 1
  • Psychologie du Vieillissement Cognitif Aix-Marseille Universit & CNRS, Marseille P. LEMAIRE
  • Page 2
  • Questions sur le vieillissement cognitif Quoi? Quels aspects de la cognition sont affects/ pargns par lge? Qui Le vieillissement touche-t-il tout le monde? Caract. des gens les plus touchs? Comment Quels sont les mcanismes en jeu? Prothses Comment lutter/ralentir le vieillissement?
  • Page 3
  • Plan 1 Evolution gnrale des capacits intellectuelles 2 Vieillissement et Attention 3 Vieillissement et Mmoire 4 Vieillissement et Raisonnement/resol prob 5 Diffrences inter-individuelles; modrateurs du vieillissement cognitif
  • Page 4
  • Evolution Gnrale des Capacits Intellectuelles
  • Page 5
  • Exemple ditem au test des matrices de Raven
  • Page 6
  • Evolution des performances avec lge au test PMA
  • Page 7
  • Vieillissement et Attention
  • Page 8
  • Tche de recherche visuelle
  • Page 9
  • Stimuli utiliss en attention slective Distracteurs dissemblablesDistracteurs semblables Aucun distracteur
  • Page 10
  • Attention slective: Farkas & Hoyer (1980)
  • Page 11
  • Noir Rouge Jaune Vert Bleu Vert Noir Jaune Rouge Bleu Jaune Vert Noir Rouge Jaune Vert Bleu Vert Noir Jaune Rouge Bleu Jaune Vert XXX XXX XXXX XXX Condition Congruente Condition non-congruente Condition contrle
  • Page 12
  • Tche du Stroop, Commalli et al., 62
  • Page 13
  • Attention soutenue: Technique Tche de concentration: ex. Tche du pendule de McWorth
  • Page 14
  • Vieillissement et concentration (Giambra & Quilter, 1988)
  • Page 15
  • Vieillissement et Mmoire
  • Page 16
  • Systmes mnsiques La mmoire La mmoire de Travail La mmoire long terme Boucle phonologique Calepin visuo-spatial Administrateur central Mmoire pisodique Mmoire smantique Mmoire procdurale Buffer pisodique
  • Page 17
  • Mmoire de Travail
  • Page 18
  • Empan spatial : lpreuve des blocs de Corsi 10 cubes sont disposs alatoirement sur une planche faisant face au sujet. Lexprimentateur touche un nombre croissant de cubes suivant une squence particulire que le sujet doit reproduire.
  • Page 19
  • Rsultats (Park & Payer, 2006)
  • Page 20
  • Empans fonctionnelles 4+7 = ? 9, 11, 13 3+2 = ? 5, 6, 9 5+9 = ? 11, 13, 14 Il renversa deux cyclistes et termina sa course entre les bras dun policier. -> Que renversa-t-il ? Dune main qui tremblait, il se coiffa puis, sans dtourner la tte, gagna la sortie. -> Qua-t-il fait aprs stre coiff ? Sans rien dire, il sasseyait prs du feu et buvait un alcool. -> Qua-t-il bu prs du feu ? Empan de lecture Empan calculatoire
  • Page 21
  • Park & Payer (2006)
  • Page 22
  • Mmoire Long Terme
  • Page 23
  • Exprience sur la mmoire pisodique Paires de Mots Tomate - Haricot Chat - canari Banane - Pche Abricot Orange Laitue - Battavia Rappel Indic Tomate -------------- Chat ------------------ Banane --------------- Abricot --------------- Laitue ---------------- Rappel Libre ------------------------ Activit vs. Sans Activit Mots Isols Chien Pomme Poire Fraise Endives Etape de Stockage Etape de Rappel Etape de Maintien
  • Page 24
  • Rappel de mots isols (Smith, 1977)
  • Page 25
  • Stratgies dencodage (Dunlosky & Hertzog, 2001)
  • Page 26
  • Utilisation stratgique en mmoire pisodique (Dunlosky & Hertzog, 2001)
  • Page 27
  • Vieillissement et encodage: la rptition mentale dlaboration (Eysenck, 1974)
  • Page 28
  • Vieillissement, Raisonnement et Rsolution de Problmes
  • Page 29
  • Problmes de raisonnement dductif Salthouse (1991) Problme une prmisse C et D vont dans le mme sens. Si C augmente, est-ce que D diminue? Problme deux prmisses H et I vont dans le mme sens; G et H vont dans un sens oppos. Si G augmente, est-ce que I diminue? Problme trois prmisses W et X vont en sens oppos. V et W vont dans le mme sens. X et Y vont en sens oppos. Si V augmente, est-ce que Y diminue?
  • Page 30
  • Raisonnement dductif: Performances
  • Page 31
  • Tche du repas empoisonn Arenberg (1982) Un repas comporte 4 plats (A,B,C,D). Par exemple entre, viande, lgume et dessert. Pour chaque plat, deux nourritures (1 ou 2) peuvent tre choisies. Par exemple, il est possible de manger des crudits ou de la charcuterie en entre, de la glace ou un fruit en dessert. Certains repas sont empoisonns. Ceci peut tre dtermin par le type de nourriture choisi pour chaque plat. Trouver le repas empoisonn en composant des menus dont on vous dira sils sont ou non empoisonns.
  • Page 32
  • Tche du repas empoisonn : rsultats
  • Page 33
  • Tche des suites numriques (Salthouse & Prill, 87) Problme facile: 19-22-25-28-31-____ Problme moyennement facile: 63-91-65-94-67-____ Problme difficile: 84-66-52-42-36-____
  • Page 34
  • Salthouse & Prill (1987): Rsultats
  • Page 35
  • Condition 1 Le sujet doit trouver la case cible dans un carr de 8x8 cases Condition 2 Mme tche en temps limit 60 sec. Condition 3 Mme tche pour un carr de 16x16 cases Condition 4 Mme tche pour deux carrs de 8x8 cases. Tche des 20 questions (Hartley & Wilson, 1983).
  • Page 36
  • Hartley et Wilson (1983): Stratgie optimale
  • Page 37
  • Diffrences inter-individuelles et Vieillissement Cognitif Existe-t-il des diffrences inter-individuelles au cours du vieillissement? Comment voluent avec lge ces diffrences inter-individuelles? Quelles sont les caractristiques (causes?) associes ces diffrences et leur volution?
  • Page 38
  • AGE Performances Cognitives MODERATEURS
  • Page 39
  • AGE Performances Cognitives NIVEAU DE SCOLARITE STYLE DE VIE, ACTIVITES PROF EXPERTISE ENTRAINEMENT COGNITIF CONDITION PHYSIQUE
  • Page 40
  • 1 - Niveau de scolarit
  • Page 41
  • Lyketsos, Chen & Anthony (1999) 1488 participants gs de 18 70 ans pendant 11.5 ans (2 tests) MMSE not sur 30 points
  • Page 42
  • Les ans les plus scolariss ont tendance montrer un dclin cognitif moindre
  • Page 43
  • Mmoire : effet protecteur de la scolarit Mathy & Van der Linden (1995) : preuve de rappel dhistoire Effet de la scolarit sur le rappel mais pas sur preuve de reconnaissance
  • Page 44
  • 2 - Le style de Vie: Effet du type demploi
  • Page 45
  • Shimamura et al. (1995) Plusieurs tches de mmoire + vitesse de traitement 72 professeurs duniversit, 3 groupes ge moyen 38 ans ge moyen 52 ans ge moyen 65 ans + groupe contrle de jeunes adultes tudiants ge moyen : 20 ans et 14 ans de scolarit + groupe contrle gs (ge moyen : 67 ans et 16 ans de scolarit)
  • Page 46
  • Rsultats : tche de rappel dhistoire Effet protecteur du niveau acadmique sur le rappel
  • Page 47
  • 3 - Expertise
  • Page 48
  • Expertise Les connaissances sont mieux organises Plus accessible Analyse de linformation plus rapide Action complexe devient routinire Une partie des processus deviennent plus automatique Permet lutilisation de stratgies plus adaptes les performances sont plus rapides, plus exactes. Lexpertise est tche dpendante (difficilement transfrable..!..) Lexpertise ncessite une pratique intense durant plusieurs annes. Lexpertise immunise contre le dclin li lge?????
  • Page 49
  • Exemple dexpertise: la dactylographie (Salthouse, 1984) Dactylographes Mesures : Vitesse de frappe Tche de temps de rponses Vitesse de traitement de linformation
  • Page 50
  • Quest ce qui permet aux participants gs dtre aussi rapides en dactylographie alors que leur vitesse de rponse une tche de temps de raction est si ralentie?
  • Page 51
  • 4 - Lentranement cognitif
  • Page 52
  • Effet de la pratique sur linhibition Tche de stroop Davidson, Zacks & Williams (2003), effet de la pratique intensive peut rduire leffet dinterfrence chez les jeunes et les ains? 24 personnes ges et 24 jeunes Cond de contrle: donner la couleur de X (6 blocs) Cond dinterfrence: donner la couleur de mots reprsentant une couleur diffrente (6 blocs)
  • Page 53
  • Effet de la pratique sur linhibition Davidson, Zacks & Williams (2003) La pratique a entran une augmentation de la vitesse chez les jeunes et les gs, mais na pas rduit les diffrences lies lge.
  • Page 54
  • Effet de la pratique sur linhibition La pratique a un effet bnfique sur linterfrence (effet bnfique plus important dans la cond interfrente). Linhibition peut tre amliore chez les ges et chez les jeunes. Les performances samlioraient au mme rythme chez les jeunes et les ges. Toutefois, lamlioration quivalente dans les deux groupes signifie que le dficit dinhibition li lge ntait pas attnu par la pratique soutenue.
  • Page 55
  • Effet sur le switching