Click here to load reader

OLIVIER GRANIER, DOMINIQUE FARRUGIA ET GÉRARD ... olivier granier, dominique farrugia et gÉrard jugnotprÉsentent jules sitruk gÉrard jugnot jean-paul rouve michÈle garcia alexia

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of OLIVIER GRANIER, DOMINIQUE FARRUGIA ET GÉRARD ... olivier granier, dominique farrugia et...

  • Des mots très positifs… Un sentiment qui pousse les hommes à s’entraider •

    La détermination face au danger • La possibilité d’agir sans contrainte •

    La solidarité et l’amitié entre les hommes •

    ...et d’autres qui le sont beaucoup moins ! Le manque de courage, la peur • L’affirmation de choses fausses •

    L’idée selon laquelle certains hommes sont supérieurs à d’autres • Certains ont des droits, d’autres ne les ont pas • Quand on ne se soucie pas de ce qui se passe •

    • Mensonge • Lâcheté • Racisme • Indifférence • Discrimination

    IL Y A DES MOTS QUI, À EUX SEULS,

    POURRAIENT RACONTER L’HISTOIRE

    DE MONSIEUR BATIGNOLE...

    OLIVIER GRANIER, DOMINIQUE FARRUGIA ET GÉRARD JUGNOT PRÉSENTENT

    JULES SITRUK GÉRARD JUGNOT JEAN-PAUL ROUVE MICHÈLE GARCIA ALEXIA PORTAL GÖTZ BURGER VIOLETTE BLANCKAERT DAPHNÉ BAIWIR ELISABETH COMMELIN HUBERT SAINT-MACARY DANIEL MARTIN PHILIPPE DU JANERAND AVEC LA PARTICIPATION AMICALE DE TICKY HOLGADO SAM KARMANN ET JEAN-MARIE WINLING SCÉNARIO GÉRARD JUGNOT PHILIPPE LOPES CURVAL DIALOGUE PHILIPPE LOPES CURVAL 1ER ASSISTANT RÉALISATEUR HERVÉ RUET SCRIPTE LAURENCE COUTURIER IMAGE GÉRARD SIMON CADRE NICOLAS HERDT DÉCORS JEAN-LOUIS POVEDA SON MICHEL KHARAT JEAN GARGONNE CLAUDE VILLAND COSTUMES MARTINE RAPIN

    MONTAGE CATHERINE KELBER CASTING FRANÇOISE MENIDREY DIRECTEUR DE PRODUCTION CLAUDE PARNET MUSIQUE ORIGINALE KHALIL CHAHINE UNE COPRODUCTION RF2K PRODUCTIONS / NOVO ARTURO FILMS / TF1 FILMS PRODUCTION AVEC LA PARTICIPATION DE CANAL+ ET LE SOUTIEN DU CONSEIL RÉGIONAL DE FRANCHE-COMTÉ www.mrbatignole.com

    U N F I L M D E GÉRARD JUGNOT

    © P

    ho to

    s :

    S on

    ia S

    ie ff

    - Te

    xt es

    d e

    Je an

    -L ou

    is D

    er en

    ne .

    N ou

    s re

    m er

    ci on

    s C

    at he

    rin e

    V in

    ay p

    ou r

    sa c

    ol la

    bo ra

    tio n.

    6 MARS

    • Courage • Liberté • Solidarité • Fraternité

    Retrouve-les grâce à leur définition, et essaie de donner un exemple qui t’est familier pour les illustrer.

    • Consultez la liste des salles, région par région, qui programmeront le film et qui participent aux opérations pédagogiques.

    • Découvrez l’interview de Gérard Jugnot sous forme de vignettes pédagogiques à consulter avec vos élèves (chaque vignette illustre, par un com- mentaire du réalisateur et un extrait du film, un sujet d’Education Civique). Cette interview thé- matique existe également en CD Rom, disponible pour les enseignants dans les salles participant à l’opération.

    • Téléchargez intégralement ce dossier pédago- gique exploitable en cours. Vous pouvez également vous le procurer auprès des salles participant à l’opération, ou encore rem- plir le coupon ci-dessous :

    Je souhaite recevoir gratuitement ..... exemplaire(s) du dossier pédagogique de Monsieur Batignole. BULLETIN À PHOTOCOPIER OU A RECOPIER ET À RETOURNER À : BAC Films - service Marketing - 10, avenue de Messine - 75008 Paris - Fax : 01 53 53 52 56 M. Mme : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Enseignant(e) de la classe de : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Nom de l’établissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Adresse de l’établissement : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Pour en savoir plus et vous procurer gratuitement le matériel pédagogique de Monsieur Batignole :

    www.mrbatignole.com, rubrique “enseignants”

    A faire en cours

  • LE FILM

    Simon était un enfant juif qui vivait à Paris pendant la guerre.

    Les Allemands l’avaient arrêté avec ses parents. Et Monsieur Batignole l’a sauvé…

    En juillet 1942, pendant la Deuxième Guerre Mondiale…

    Voilà déjà deux ans que Paris est occupé par l’armée allemande.

    La vie est de plus en plus difficile. Par exemple, il faut faire la queue pendant

    des heures pour acheter un peu de nourriture, avoir du charbon pour se chauffer...

    Monsieur Batignole est charcutier. Pour lui et sa famille, c’est un peu moins dur, surtout qu’il a un

    frère fermier et qu’il élève des lapins dans sa cave ! Les Allemands, il connaît :

    il a fait la guerre de 14-18 et il ne les aime pas beaucoup.

    Mais bon, tant qu’ils le laissent tranquille...

    Seulement, un beau jour, tout va basculer : ses voisins du dessus,

    une famille juive, sont arrê- tés. Ils ont été dénoncés aux

    Nazis par le fiancé de sa propre fille.

    Et voilà que quelques jours après, Simon, l’un des enfants, se réfugie chez

    Monsieur Batignole. Il est parvenu à se sauver ! Il n’en veut pas, Monsieur

    Batignole, il renverrait bien Simon là d’où il vient. Car il a peur, peur des Allemands, de la police française, de sa propre

    famille qui n’est pas au courant...

    Pourtant, peu à peu, entre l’enfant et le petit commerçant,

    une sorte d’amitié se noue. Presque comme entre un père et son fils.

    Et Monsieur Batignole, qui s’était juré de rester en dehors de tout ça,

    va prendre tous les risques. Il va tenter de sauver Simon en

    le faisant passer en Suisse. C’est loin, la Suisse, et les Allemands sont partout...

    Pendant la guerre, des femmes et des hommes, des citoyens français, ont choisi de lutter. On les a appelés les “résistants”. Risquant à tout moment d’être dénoncés, arrêtés, torturés, risquant leur vie, souvent, ils n’ont pas hésité à s’organiser pour lutter contre l’occupant allemand et les autorités françaises colla- boratrices. Ils faisaient sauter des trains, attaquaient des convois militaires ennemis, préparaient le débarquement allié. Beaucoup de Français, à leur niveau, ont aussi su faire preuve de courage et dire non à ce que l’on voulait leur imposer. Des familles ont recueilli et caché des Juifs, des jeunes hommes ont refusé de partir en Allemagne pour le Service du Travail Obligatoire...

    Pas vraiment un héros, Monsieur Batignole, encore que...

    LA 2ÈME GUERRE MONDIALE REPÈRES CHRONOLOGIQUES

    1933 Adolf Hitler est nommé chancelier du Reich (empire germanique). Début de la persécution des Juifs en Allemagne.

    1936 Hitler proclame avec Mussolini la création d’un axe Rome-Berlin.

    1938 Rattachement de l’Autriche à l’Allemagne (Anschluss) en mars. En septembre, à Munich, Anglais et Français entérinent le rattachement des Sudètes (territoire tchèque) à l’Allemagne.

    1939 Pacte de non agression germano-soviétique. 1er septembre, la Wehrmacht envahit la Pologne. Le 3, l’Angleterre et la France entrent en guerre. Début de la "drôle de guerre" : l’armée française se cantonne derrière la ligne Maginot.

    1940 Avril, l’Allemagne envahit le Danemark puis attaque la Belgique, les Pays-Bas et la France. 10 mai, la "Blitzkrieg" (guerre éclair) est lancée. L’armée française est vite en déroute. Début de l’exode. Les Allemands s’emparent d’Abbeville puis de Dunkerque. 10 juin, l’Italie déclare la guerre à la France. 14 juin, les Allemands entrent dans Paris. 16 juin, Paul Reynaud, président du Conseil, démissionne. Le président de la République Albert Lebrun - 1er septennat : 32-39/ 2e : 15 avril 39-11 juillet 40 - fait appel au Maréchal Pétain, 84 ans, pour constituer le nouveau Gouvernement. 17 juin, Pétain demande l’armistice. Il sera signé à Rethondes le 22. Le général de Gaulle, sous-secrétaire d’Etat à la Défense nationale dans le gouvernement de Paul Reynaud, gagne la Grande-Bretagne. De Londres, il lance le 18 juin son appel à la résistance. 10 juillet, les députés accordent les pleins pouvoirs à Pétain. "Liberté, Égalité, Fraternité" est remplacé par "Travail, Famille, Patrie". Le Gouvernement s’installe à Vichy. Début de la Collaboration. Juillet-Octobre : premières lois anti-Juifs.

    1941 Hitler attaque l’Union Soviétique en juin. L’État français livre à l’Allemagne les Juifs étrangers de la zone libre et apporte son concours pour les arrêter en zone occupée. De Gaulle envoie Jean Moulin en France pour unifier la Résistance. 7 décembre : attaque de la flotte américaine par les Japonais à Pearl Harbor, qui marquera l’entrée des Etats-Unis dans le conflit.

    1942 Janvier, les ennemis de l’"Axe" adoptent le nom des Nations Unies. L’Allemagne décrète la "Solution finale" destinée à exterminer tous les Juifs d’Europe. 15 juillet, rafle du Vel d’Hiv. Déportations massives de Juifs français.

    1943 Création de la Milice pour lutter contre les résistants, les Juifs et les opposants au régime de Vichy. Instauration du Service du Travail Obligatoire (STO). Création du Conseil National de la Résistance. Président : Jean Moulin.

    1944 6 juin, débarquement des Alliés en Normandie, sous le commandement du général Eisenhower. Après la libération de Paris (août 1944), de Gaulle prend la tête du Gouvernement provisoire. Débuts de l’Épuration.

    1945 En février, conférence de Yalta. En avril, l’Allemagne est envahie par l’Armée Rouge et les Forces Alliées. 8 mai, capitulation de l’Allemagne. Août, condamnation à mort de Pétain, qui sera gracié par de Gaulle.

    1946 Procès des diri